Dynamo Kiev – PSG 3-0, 16/04/09, Coupe de l’UEFA 08-09

Péguy Luyindula ne passer pas… le PSG non plus (S. Supinsky)

Jeudi 16.04.2009, Coupe de l’UEFA, 1/4 de finale, match retour
à Kíév, au Stade Lobanóvskiy :
F.C. DYNAMO KÍÉV (Ukr.) – PARIS ST-GERMAIN F.C.  3:0 (2:0)
– 16 863 spectateurs. Buts : I.Bangoura, 4′, Mickaёl Landreau, 16′ contre son camp ; Vukojević, 61′.
L’Équipe du PSG : Mickaёl Landreau – Marcos Ceará, Sammy Traoré (Grégory Bourillon, 18′), Zoumana Camara, Sylvain Armand – Stéphane Sessègnon, Clément Chantôme, Claude Makélélé, Jérémy Clément (Jérôme Rothen, 46′) – Péguy Luyindula, Guillaume Hoarau (Ludovic Giuly, 67′). Entraîneur : Paul Le Guen.


Maillot utilisé (à manches courtes et en version Coupe d’Europe, à sponsor réduit) :

Maillot extérieur 2008-09 (collection MaillotsPSG)
Maillot extérieur 2008-09 (collection MaillotsPSG)

Billet :

(collection La Mémoire du PSG)
(collection La Mémoire du PSG)

Photos du match :

Stéphane Sessegnon taclé (S. Supinsky)
Stéphane Sessegnon taclé (S. Supinsky)
Sammy Traoré à la lutte (S. Supinsky)
Sammy Traoré à la lutte (S. Supinsky)
Péguy Luyindula ne passer pas… le PSG non plus (S. Supinsky)
Péguy Luyindula ne passer pas… le PSG non plus (S. Supinsky)
Les premiers supporters du PSG s'installent dans le stade Lobanovsky (S. Supinsky)
Les premiers supporters du PSG s’installent dans le stade Lobanovsky (S. Supinsky)

Vidéo :

Cliquez ici


Compte-rendu (psgmag) :

L’aventure du PSG en coupe d’Europe — la plus aboutie depuis douze ans — s’arrête en quarts de finale, après un match retour qui aura tourné court.

Le match en bref

Comme prévu, Paul Le Guen alignait la meilleure équipe possible au coup d’envoi de la rencontre. Makélélé était bien titulaire, Armand de retour dans le onze. Seuls Rothen et Giuly, titulaires habituels, étaient sur le banc au profit de Chantôme et Luyindula, pour ce qui s’apparentait plus à des choix tactiques.

D’emblée, la supériorité de Kiev était réelle ; avant de montrer quoi que ce soit, les Ukrainiens menaient déjà deux buts à zéro au bout d’un quart d’heure. Ceci grâce à deux grosses erreurs parisiennes : au bout de trois minutes de jeu, Sessegnon récupère la balle sur ses trente mètres. Alors que toute son équipe remonte, il décide de tenter un petit pont osé. L’essaie est infructueux, et les locaux se retrouvent en bonne situation face au but de Landreau. L’ancien Manceau Bangoura en profite et frappe à ras de terre, entre les jambes de Traoré : Landreau est battu (1-0, 4e). Le deuxième but, qui arrive au quart d’heure de jeu, est encore plus terrifiant : sur un centre en chandelle, qui monte très haut, Landreau veut sortir aux poings. Gêné quelque peu par Hoarau, et peut-être aussi par le projecteur qui avait fait tant de mal à Sebastien Frey deux ans plus tôt, il rate complètement sa sortie et boxe le ballon dans ses cages (2-0, 16e). Ceci est d’autant plus regrettable qu’entre ces deux buts, le PSG avait plutôt pris le contrôle des opérations et avait même trouvé le poteau sur une tête de Luyindula.

Quoi qu’il en soit, à 2-0, les Ukrainiens sont euphoriques, et réalisent des enchaînements collectifs et techniques assez incroyables à plusieurs reprises. Ils profitent en plus de la blessure de Sammy Traoré après seulement quinze minutes, remplacé par Grégory Bourillon, de retour d’une longue blessure. La défense parisienne manque alors clairement de repères et, sur plusieurs contres, le break définitif n’est pas loin. Le PSG arrive tout de même à s’approcher de temps à autre du but adverse, mais les attaquants et les passeurs manquent clairement de lucidité aux abords de la zone décisive : les têtes de Hoarau ne sont pas assez appuyées, et les passes de Sessegnon très imprécises.

Menés à la pause, les Parisiens voient Jérôme Rothen venir leur prêter main forte en seconde période. Cela porte d’abord ses fruits, puisque ce début de mi-temps est clairement parisien. Les occasions se multiplient : une belle frappe de Chantôme, une tête de Bourillon sur un corner, une frappe de Luyindula contrée in extremis, Sessegnon proche de marquer sur un ballon… On n’est plus proche d’un début de remontée parisienne que d’un troisième but de Kiev. Pourtant, sur un coup-franc lointain, Aliyev, le Juninho local paraît-il, tire en force. Landreau repousse comme il peut, dans les pieds de Vukojevi ?, qui avait suivi (3-0, 61e). Troisième but — qui aurait dû être invalidé pour une position de hors-jeu —, qui achève définitivement les maigres espoirs parisiens. La fin de match, qui voit la rentrée de Giuly à la place de Hoarau, est complètement anecdotique : le parcours du PSG s’arrête en quarts de finale de la coupe UEFA.


Le stade :

Le stade Lobanovsky
Le stade Lobanovsky

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s