Lyon – PSG 2-0, 15/04/01, Division 1 00-01

Marcos Vampetta (Ch. Gavelle)

Dimanche 15.04.2001, Championnat de France, Division 1, 31e journée (12e place)
à Lyon, au Stade de Gerland :
OLYMPIQUE LYONNAIS – PARIS ST-GERMAIN F.C.  2:0 (1:0)
– 38 366 spectateurs. Buts : S.Anderson, 45′ ; Marlet, 81′.
L’Équipe du PSG : Lionel Letizi – Jimmy Algérino, Frédéric Déhu, Mauricio Pochettino, Bernard Mendy (Christian Corrêa, 46′) – Édouard Cissé, Marcos Vampeta, Ali Benarbia (Augustine Okocha, 46′), Mikel Arteta – Laurent Leroy (Didier Domi, 41′), Nicolas Anelka. Entraîneur : Luis Fernandez.
Avertissements à Mikel Arteta, Édouard Cissé, Frédéric Déhu et Mauricio Pochettino.
Expulsion : Deflandre, 84′.


Maillot utilisé :

Maillot domicile 2000-01 (collection http://maillotspsg.wordpress.com)
Maillot domicile 2000-01 (collection MaillotsPSG)

Billet :

(collection La Mémoire du PSG)
(collection La Mémoire du PSG)

Programme :

(collection La Mémoire du PSG)
(collection La Mémoire du PSG)

Photos du match :

Tacle d'Edouard Cissé (Ch. Gavelle)
Tacle d’Edouard Cissé (Ch. Gavelle)
Ali Benarbia (Ch. Gavelle)
Ali Benarbia
Edouard Cissé (Ch. Gavelle)
Edouard Cissé (Ch. Gavelle)
Percée de Nicolas Anelka (Ch. Gavelle)
Percée de Nicolas Anelka (Ch. Gavelle)
Marcos Vampetta (Ch. Gavelle)
Marcos Vampetta (Ch. Gavelle)
Tendu d'écharpes dans le parcage parisien (Mouvement Ultra)
Tendu d’écharpes dans le parcage parisien (Mouvement Ultra)
Le craquage à l'entrée des joueurs (Mouvement Ultra)
Le craquage à l’entrée des joueurs (Mouvement Ultra)

Compte-rendu (psg.fr) :

Anderson donne la leçon

Les Parisiens étaient plein d’espoir au moment de pénétrer sur la pelouse de Gerland, dans le sillage d’une belle victoire au Parc, avec une belle remontée au classement en point de mire. Ils en sont repartis extrêmement déçus, après un âpre combat et une leçon de réalisme donnée par Anderson (un but et une passe décisive) et ses partenaires. Pour Paris, c’est vraiment la saison des occasions ratées, tandis que pour Lyon, ce pourrait être la bonne.

Entre des Lyonnais à la recherche de leur troisième victoire d’affilée à domicile, et des Parisiens requinqués par une convaincante victoire face à Auxerre, il ne fallait pas s’attendre à un round d’observation. D’autant plus que la pelouse détrempée du Stade de Gerland n’était pas pour rassurer les deux gardiens du soir, tous les deux postulants à un strapontin pour la prochaine coupe du Monde.

Les Lyonnais sont les plus pressants en début de rencontre et sans maintenir les Parisiens dans un étau, parviennent tout de même à se montrer dangereux en plusieurs occasions. La vivacité d’Anderson et Govou les rend dangereux, même si les abords de la surface parisienne restent hermétiques. Pourtant, une accélération de Govou, stoppé par Pochettino (carton jaune pour l’Argentin), offre à Violeau un beau coup-franc.

La frappe est belle, à ras de terre au premier poteau, mais Letizi est déjà chaud. Les Parisiens sortent proprement et s’appuient sur Anelka qui fait l’essuie-glace devant mais peine à retrouver ses partenaires, tout comme Ali, excentré, qui sollicite Coupet à deux reprises (6e et 13e). Les deux équipes se partagent la balle mais Lyon est plus dangereux, à l’image des deux flèches lyonnaises, qui ne cadrent pas leurs frappes (Govou, 11e et Anderson 16e).

Anderson, juste avant la pause

Cela dit, les Parisiens rassurent leurs 800 supporters qui se sont déplacés. Le jeu s’équilibre et les joueurs de la Capitale vont bientôt avoir deux occasions très nettes d’ouvrir la marque. Benarbia, décalé par Anelka s’enfonce côté droit mais perd son face à face avec Coupet (24e). Le même Coupet qui affronte peu après Anelka, presque dans la même position, pour le même résultat. Deux occasions que pourraient bien regretter les hommes de Fernandez par la suite.

D’autant plus que le PSG perd bientôt Leroy, touché dans un choc tibia contre genou avec Laigle (involontaire). Visiblement déstabilisés, les Parisiens tardent un peu à retrouver le dispositif qui avait jusque-là bien résisté aux Lyonnais, alors que Domi, qui a remplacé le Ch’ti, joue ailier gauche. Les Lyonnais en tout cas restent attentifs et sur une longue ouverture, Anderson, parti à la limite du hors-jeu, devance le retour de Mendy et la sortie de Letizi d’un lob précis vers le petit filet opposé (45e).

Juste avant la pause, ce but offre un grand bol d’air aux Lyonnais, tout heureux de ne pas rentrer au vestiaire sur le même score, mais dans l’autre sens. Christian et Okocha ont remplacé Mendy et Benarbia, et les Lyonnais retrouvent immédiatement le sens du but, une fois de plus grâce à Anderson, qui force Letizi à une grosse parade du pied droit après un slalom en tête de surface (50e).

Marlet, buteur sur les fesses

Toujours sous la houlette d’Arteta, qui récupère un nombre de ballons impressionnant au milieu, le jeu parisien se remet en place progressivement. Mais Anelka, seul en pointe désormais avec Christian et Okocha en soutien, ne parvient pas à tenir la balle, quand il l’attrape, et le PSG reste loin du but adverse. Le salut est proche sur un corner de Vampeta, la reprise de la tête de Déhu frôlant le montant de Coupet, battu sur ce coup-là (67e).

Les Lyonnais sont moins pressants sur le but de Letizi, même avec la rentrée de Marlet, mais les fautes techniques se multiplient chez les Bleu et Rouge, qui s’efforcent de construire proprement. Jusque-là, il manque toujours un soupçon de précision ou de force dans les passes offensives, à l’image de cette frappe après percussion côté droit d’Okocha, qui file devant le but lyonnais . A l’image aussi de cette tête d’Anelka (service d’Arteta) qui oblige Coupet à un peu de travail (82e).

Dans la continuité de cette action, Anderson déborde et transperce jusque dans les coulisses avant de servir Marlet, sur les fesses et dans le but parisien, mais qui parvient à pousser le ballon (83e). Le coup de grâce, même si Deflandre est expulsé juste après, dans un désordre qui s’installe, sur, et à côté de la pelouse. Les dix minutes qui suivent s’annoncent pénibles. Elles le sont, ponctuées par les « Olé » du public de Gerland et une balle piquée d’Anelka qui file sur la transversale de Coupet. Sale soirée.


Le stade :

Le stade de Gerland
Le stade de Gerland

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s