PSG – Nantes 3-2, 03/04/04, Ligue 1 03-04

Juan Pablo Sorin

Samedi 03.04.2004, Championnat de France, Ligue 1, 31e journée (3e place)
à Paris, au Parc des Princes :
PARIS ST-GERMAIN F.C. – F.C. NANTES-ATLANTIQUE  3:2 (1:1)
– 41 769 spectateurs. Buts : Gr.Pujol, 16′, Armand, 34′ contre son camp ; Branko Bošković, 68′, Pedro Pauleta, 75′, S.Ziani, 89′.
L’Équipe du PSG : Jérôme Alonzo – Bernard Mendy, Frédéric Déhu, José-Karl Pierre-Fanfan, Talal El-Karkouri (Branko Bošković, 25′) – Fabrice Fiorèse, Lorik Cana (Éric Cubilier, 82′), Modeste M’Bami, Juan Pablo Sorin – Reinaldo da Cruz, Pedro Pauleta (Daniel Ljuboja, 78′). Entraîneur : Vahid Halilhodžić.
Avertissements à Lorik Cana, Reinaldo da Cruz et Juan Pablo Sorin.


Maillot utilisé (en version à manches courtes) :

dom0304v2
Maillot domicile 2003-04 (collection MaillotsPSG)

Billet :

(collection La Mémoire du PSG)
(collection La Mémoire du PSG)

Programme :

(collection La Mémoire du PSG)
(collection La Mémoire du PSG)

Photos du match :

Pedro Pauleta dans la défense nantaise (Ch. Gavelle)
Pedro Pauleta dans la défense nantaise (Ch. Gavelle)
José-Karl Pierre Fanfan à la lutte avec Armand (Ch. Gavelle)
José-Karl Pierre-Fanfan à la lutte avec Armand (Ch. Gavelle)
L'un des trois buts parisiens (Ch. Gavelle)
L’un des trois buts parisiens (Ch. Gavelle)
La joie des joueurs et du public (Ch. Gavelle)
La joie des joueurs et du public (Ch. Gavelle)
Juan Pablo Sorin
Juan Pablo Sorin
Sylvain Armand avec le maillot parisien… comme une avant-première! (Ch. Gavelle)
Sylvain Armand avec le maillot parisien… comme une avant-première! (Ch. Gavelle)
Le tifo du Kop de Boulogne
Le tifo du Kop de Boulogne
Le Virage Auteuil (Ch. Gavelle)
Le Virage Auteuil (Ch. Gavelle)

Vidéo :


Compte-rendu (psg.fr) :

Une victoire digne de Gabi

C’était écrit en grosses lettres sur le tee-shirt arboré par l’ensemble du groupe : « Para Gabi ». Car c’est certainement dans le décès du papa de Gabriel Heinze que les Parisiens ont su trouver les ressources pour aller décrocher cette précieuse victoire face à Nantes. Un doublé de Boskovic et un but de Pauleta relancent Paris vers les cimes du championnat.

Avant de se rendre à la Beaujoire en demi-finale de la coupe de France, le PSG a asséné un nouvel uppercut au Football Club Nantes Atlantique en championnat. Déjà victorieux à l’aller (1-0), les Parisiens ont remis ça ce soir dans un match empreint d’émotion.

« Soyons ambitieux : le titre et la coupe, faut y croire ! » affichaient en grosses lettres les Tigris au coup d’envoi. Les faux-pas cumulés de Monaco face à Ajaccio (3-3) et de Lyon contre Marseille (1-2) permettaient en effet au PSG d’entretenir les rêves les plus fous. Mais ce soir, les onze parisiens sur le terrain et l’ensemble des sympathisants Rouge et Bleu souhaitaient avant tout une victoire pour Gabriel Heinze.

Des tifos, de l’ambiance donc, et d’un seul coup le Parc s’est tu. Certainement comme jamais. Une émouvante minute de recueillement en la mémoire du papa de Gabi parti trop tôt. Mais pour offrir cette victoire à Heinze, Paris devra faire déjouer une formation nantaise bien décidée à se rapprocher des places européennes.

Les Canaris sont d’ailleurs les premiers à montrer les dents. Quint remise dans l’axe un coup-franc de Da Rocha qui permet à Pujol d’aligner Alonzo à bout portant (0-1, 14e). Voilà qui a le don de clarifier la situation. Paris devra livrer ce soir un véritable combat, un domaine dans lequel excelle justement Heinze.

Vahid Halilhodzic est le premier à réagir. Le technicien parisien remplace El-Karkouri (blessé) par Boskovic, repositionne Sorin arrière gauche et offre ainsi un visage nettement plus offensif à sa formation (25e). Le coaching s’avère rapidement payant puisque moins de dix minutes après cette réorganisation, le coup-franc de Boskovic – dévié par le haut du crâne de Armand – trompe Landreau et relance le PSG dans ce match (1-1, 34e).

Pauleta passeur, puis buteur

Les joueurs peuvent alors se rassembler près du poteau de corner et offrir ce but à Gabi. Voilà les compteurs remis à zéro, mais il ne s’agit là que du premier acte. La seconde période reprend avec les mêmes acteurs, à l’exception d’un invité non prévu, le vent ! Il faudra s’adapter et cela ne semble gère déranger des Parisiens qui attaquent pied au plancher ces quarante-cinq minutes.

Monsieur Lannoy sanctionne d’un penalty un croc-en-jambe de Hadjadj sur Reinaldo et offre ainsi un duel entre Pauleta et Landreau. Toujours très inspiré dans la capitale, le portier nantais choisit le bon côté et capte la frappe du Portugais (53e). Dans la foulée, un nouveau face à face entre les deux hommes tourne à l’avantage de Landreau qui dévie du front une puissante frappe de Pauleta (65e).

Buteur jusqu’alors malheureux, L’Aigle des Açores se mue en revanche avec bonheur en passeur. Pauleta dévie de la tête le centre de Mendy et permet à Boskovic de tromper Landreau du gauche (2-1, 67e). Mais plus que jamais Pedro souhaitait être un acteur privilégié de cette soirée et offrir à Heinze, son coéquipier mais surtout son ami, un but. Ce sera celui du K.-O. ! Boskovic (encore), lance Reinaldo qui sert Pauleta au point de penalty (3-1, 75e).

Enfin rassasié, le renard des surfaces peut alors céder sa place à Ljuboja acclamé par tout un stade (78e). La fin du match verra tour à tour Ljuboja (79e), Fiorèse (89e), puis encore Ljuboja (90e) inquiéter Landreau. La réduction du score peu académique de Ziani en toute fin de match n’inquiétera que quelques secondes seulement les Parisiens. Le temps pour monsieur Lannoy de porter le sifflet à sa bouche et de libérer ainsi un stade qui n’attendait que ça !.

Pour Paris, pour Gabi, cette victoire vaut certainement bien plus que trois points. Une fois de plus le groupe a démontré toute sa force et sa solidarité ce soir. Cette fin de saison s’annonce décidément passionnante. Et au moment d’entamer le sprint final à Nice, le PSG fait plus que jamais office de challenger.

Réactions :

Vahid Halilhodzic (Entraîneur du PSG)
« C’était un match particulier, car la tragédie de Gabriel Heinze a beaucoup touché le groupe. L’équipe souhaitait gagner pour lui. De plus, après la défaite à Lens, il fallait absolument réagir. Ce soir, je suis fier de mon équipe, notamment au niveau de l’engagement et de la qualité du jeu. C’est une grande victoire qui donne beaucoup de plaisir et de confiance pour la suite du championnat. Le groupe a montré qu’il avait du caractère. J’ai toujours dit que je regardais ce qui se passait derrière nous au classement, mais cela ne m’empêche pas d’être ambitieux. Le championnat n’est pas fini, il ne faut pas s’enflammer mais rester concentré. Je signe tout de suite pour une troisième place à la fin de la saison. »

Loïc Amisse (Entraîneur de Nantes)
« Nous avons fait front en première période mais le PSG a haussé le ton par la suite et nous avons plié. Paris a joué avec ses atouts, la puissance et le potentiel athlétique. C’est un peu dommage, mais on sentait qu’il y avait une plus grande présence de la part des Parisiens. Leur troisième place après 31 journées n’est certainement pas un hasard. »

Pedro Pauleta (Attaquant du PSG)
« Je retiens surtout les trois points. Une victoire que nous dédions à Gabriel Heinze. Nous allons essayer d’assurer cette troisième place et peut-être même regarder un peu plus loin. Notre prochaine confrontation face à Nantes en coupe de France tombe le jour d’un match amical du Portugal. Mon souhait serait de jouer les deux rencontres, mais il faudra faire un choix. »

Branko Boskovic (Milieu de terrain du PSG)
« Je ne m’attendais pas à entrer aussi tôt, mais finalement tout s’est parfaitement bien passé pour moi et je tiens à remercier les copains. J’ai également une pensée pour Heinze qui traverse une période délicate. Lorsqu’un joueur n’est pas bon, il est normal de le siffler et inversement lorsqu’il réalise un bon match. Je suis surtout heureux d’avoir décroché les trois points de la victoire. Nous n’avons pour l’instant rien gagné, il reste sept matches pour espérer décrocher quelque chose. »

Bernard Mendy (Défenseur du PSG)
« Nous avions à cœur de gagner ce match pour Gabriel Heinze. Ce soir Pauleta et Boskovic ont été les deux grands artisans de cette victoire. Le groupe a une nouvelle fois fait preuve de solidarité. Nous nous sommes bien battus. Dans ce groupe, les individualités se mettent au service du collectif. »


Le stade:

Le Parc des Princes
Le Parc des Princes

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s