Saint-Etienne – PSG 0-5, 14/05/17, Ligue 1 16-17

Dimanche 14.05.2017, Championnat de France, Ligue 1, 37e journée (2e place) à Saint-Etiennee, au Stade Geoffroy-Guichard :
A.S. SAINT-ETIENNE – PARIS SAINT-GERMAIN F.C.  0:5 (0:2)
– 34 352 spectateurs. Buts : Edinson Cavani, 2′, Lucas Moura, 38′ ; Edinson Cavani, 72′, Lucas Moura, 78′, Julian Draxler, 90′. Arbitre : M. Delerue.
L’équipe du PSG : Kevin Trapp – Maxwell Scherrer, Presnel Kimpembe, Thiago Silva (Marcos Marquinhos, 46′), Thomas Meunier – Marco Verratti (Giovani Lo Celso, 79′), Adrien Rabiot, Blaise Matuidi – Lucas Moura (Gonçalo Guedes, 79′), Edinson Cavani, Julian Draxler. Entraîneur : Unai Emery.
L’équipe de Saint-Etienne : Ruffier – Malcuit (Pierre-Gabriel, 79′), Théophile-Catherine, Perrin, Pogba – Selnaes, Veretout – Hamouma, Saivet (Corgnet, 56′), Monnet-Paquet – Beric (Söderlund, 69′). Entraîneur : Galtier.
Avertissements : Saivet, 27′, Giovani Lo Celso, 85′.


Maillot utilisé :

Maillot domicile 16-17

Photos du match :

maxwell se défait de Malcuit (Ch. Gavelle)
Verratti balle au pied (Ch. Gavelle)
Adrien Rabiot prend le meilleur sur Corgnet (A. Martin)
Lucas, auteur d’un doublé (Ch. Gavelle)
Le très prometteur Giovani Lo Celso (Ch. Gavelle)
Les seulement 300 supporters acceptés par la préfecture de la Loire…

Vidéo (cliquez sur le lien dans la vidéo) :


Compte-rendu (CulturePSG) :

Brillants trop tardivement

Le PSG se déplaçait à Saint-Etienne ce dimanche à l’occasion de la 37ème journée de Ligue 1 et Paris a réussi l’un de ses meilleurs matches de la saison avec une grosse prestation collective. Cavani et Lucas ont mis chacun un doublé, Draxler a conclu la soirée sur une divine passe de Lo Celso. Mais Monaco est toujours plus proche du titre…

Le match :

Les deux équipes sont sur le terrain, le tifo est superbe et les deux entraîneurs se sont chaleureusement salués. La partie débute timidement mais la première actions est la bonne : Rabiot décale superbement Maxwell côté gauche qui contrôle et centre au premier poteau : Cavani coupe de la tête au premier poteau et ouvre le score (0-1, 2e) ! Le début de match est idéal et le PSG continue de garder le ballon mais fait mal sur une action : Kimpembe s’avance et sert Lucas à 45m qui se retourne et percute. Il arrive jusqu’aux 20m, après avoir superbement effacé Perrin mais sa frappe est hors-cadre (6e). Dans la foulée, c’est un contre parisien qui est conclu par Matuidi d’une frappe au-dessus (7e).

Globalement, le début de match est très à l’avantage du PSG et Beric n’est trouvé qu’en position de hors-jeu (11e). Sainté réagit enfin et Saivet tente sa chance d’une jolie frappe flottante que Trapp claque en corner (13e). Paris reste dangereux et Théophile-Catherine coupe d’un souffle un ballon vers Cavani qui partait au but (16e). Saivet se montre aussi avec une nouvelle frappe, cette fois complètement ratée (17e). Les Verts sont vraiment dangereux sur un corner, mal repris (20e). La partie est plutôt ouverte et agréable à suivre, Paris continuant d’attaquer et d’obtenir des corners mais Hamouma est percutant sur un contre avant de claquer une balle piquée trop longue (24e). Sur un bon centre de Malcuit, c’est Thiago Silva qui assure derrière (27e).

Paris est rarement présent dans la surface mais Draxler tente sa chance dans la surface et est contrée par une main adverse et lance un très gros temps fort parisien conclu par plusieurs sauvetages des Verts, acculés (32e). Logiquement, le PSG va doubler la mise : Verratti récupère dans ses 30m, s’avance et envoie Lucas vers le but dans le dos de la défense. Il passe devant Pogba, se positionne bien et ajuste Ruffier d’une belle frappe sous la barre (0-2, 38e). Paris frôle même le 3-0 sur une action limpide avec Draxler qui trouve Verratti en pleine surface mais la frappe de l’Italien est repoussée par Ruffier (43e). A la mi-temps, le score de 0-2 est tout à fait logique, le PSG ayant archi-dominé une très faible ASSE.

A la pause, Marquinhos a étrangement remplacé Thiago Silva et Paris repart sur les mêmes bases avec une équipe très présente haut sur le terrain et pressante. Cela se concrétise par une énorme occasion pour Paris : Cavani talonne pour Matuidi côté gauche qui centre parfaitement au second poteau pour Draxler mais Ruffier détourne du bout du pied en corner la reprise de l’Allemand (51e). Cette action réveille les Verts qui se remettent à jouer et obtiennent un corner, une première depuis le premier quart d’heure (53e). Hamouma en arrive presque à défier Trapp mais le gardien capte (54e). Paris a globalement moins de maîtrise en cette seconde période mais gère la partie et ne concède rien, manquant seulement de justesse dans les 30m adverses (60e).

Paris joue par à-coups mais fait mal : Lucas accélère de façon impressionnante et sert Cavani côté droit qui trouve Draxler dans la surface. L’ailier se retourne et frappe mais n’attrape pas le cadre (62e). Les Verts répondent par un bon contre mais Hamouma rate sa passe pour Beric en très bonne position (63e). Cavani se montre encore sur une grosse frappe repoussée par Ruffier sur laquelle il semble se faire mal et le fait grimacer (64e). Peut-être encore touché, il loupe son face à face avec Ruffier du gauche après une nouvelle merveille de Verratti (66e). On retrouve encore Cavani sur une tête au second poteau où il n’attrape pas le cadre (68e). L’Uruguayen s’offre finalement un doublé : Rabiot décale bien Matuidi dans la surface qui centre au cordeau pour le Matador, létal dans cette zone malgré l’intervention de Ruffier (0-3, 72e).

Dans la foulée, c’est Meunier qui sollicite Ruffier, obligé de s’envoler pour laisser sa lucarne sauve (74e). Chaque action est pratiquement un but pour le PSG qui met au supplice les locaux et Lucas est pas si loin du 4e sur une belle montée de Maxwell (76e). Le Brésilien met finalement le 4ème juste après ; Marquinhos envoie un long ballon pour Draxler qui contrôle, efface un joueur et frappe. Ruffier repousse et Lucas marque dans le but vide (0-4, 78e). La rencontre est pliée et Emery sort deux hommes forts, Lucas et Verratti, pour Guedes et Lo Celso (79e).

Rien ne change et le PSG est toujours sérieux, à l’image d’un gros Kimpembe qui empêche Beric d’aller défier Trapp (83e). Selnaes tente aussi sa chance des 20m mais la frappe n’est, encore une fois, pas cadrée (84e). Lo Celso offre d’une faute évitable un bon coup-franc aux Verts mais Pogba le gâche (86e). La fin de match est anecdotique et Paris finit la partie sereinement mais Lo Celso est décidé à jouer et il envoie une merveille de passe dans le dos de la défense pour Draxler : l’Allemand contrôle et ajuste Ruffier sans pitié (0-5, 90e). L’arbitre siffle peu après la fin de ce match à sens unique. Mais Monaco a aussi cartonné et rien ne change dans la course au titre…

L’impact au classement :

Monaco : 89 pts (+ 73) (- 1 match)
PSG : 86 pts (+ 56)
Nice : 77 pts (+ 29)

Réactions :

Unai Emery :

Son sentiment après le match : heureux de la victoire ou déçu de la perte du titre ?
«Nous pensons à notre match. On a travaillé pour faire aujourd’hui (dimanche) un match complet et maintenir l’esprit que nous voulons. Monaco a fait une bonne saison et, même si ce n’est mathématiquement pas fait, devrait être champion. Félicitations à lui. La concurrence dans le Championnat français est une bonne chose, ici comme en Europe. Nous, on va continuer notre progression.»

Ce qui a fait la différence cette saison :
«Ce n’est pas facile de marquer autant de points que ce que nous avons fait. Normalement, avec autant de points, tu es champion. Mais Monaco a montré plus d’exigence. Sur notre première moitié de saison, on n’a pas fait toutes les premières mi-temps que nous voulions. On a perdu quatre matches, c’est plus que la normale. Après, on s’est amélioré sur la phase retour mais ce n’était pas suffisant vu le grand travail qu’a fait Monaco.»

Sa part de responsabilité :
«L’analyse globale, on va la faire à la fin de la saison. Aujourd’hui, je suis préparé à parler du match de ce (dimanche) soir. On va faire une analyse et une réflexion sur ce qu’il faut améliorer. J’ai ma part de responsabilité, bien sûr, mais je suis optimiste. On va continuer cette progression avec notre exigence.»

Adrien Rabiot :

Un match facile :
«On était venu ici pour gagner, comme on l’a fait le week-end passé à la maison et comme on va le faire face à Caen pour le dernier match.»

Déçu de perdre le titre ?
«Bien sûr que c’est c’est une déception. On est des professionnels, des compétiteurs, cela fait 4 ans de suite qu’on prend le titre mais on avait quand même à coeur de bien jouer, de gagner, de prendre les trois points parce qu’on ne savait pas ce qu’allait faire Monaco. Ils ont gagné et on jouera aussi le dernier match pour le gagner.»

Monaco, un titre mérité ?
«Bien sûr. S’ils sont devant nous, c’est qu’ils ont fait une grande saison. Malgré tout ce qu’on peut dire, on a pris beaucoup de points, surtout en 2017. Ils finissent devant nous donc c’est qu’ils font une très bonne saison.»


Le stade :

Le Stade Geoffroy-Guichard

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s