PSG – Montpellier 2-0, 22/04/17, Ligue 1 16-17

Samedi 22.04.2017, Championnat de France, Ligue 1, 34e journée (2e place) à Paris, au Parc des Princes :
PARIS SAINT-GERMAIN F.C. – MONTPELLIER H.S.C.  2:0 (1:0)
– 45 778 spectateurs. Buts : Edinson Cavani, 29′ ; Ángel Di María, 48′. Arbitrage : M. Bien.
L’équipe du PSG : Kevin Trapp – Serge Aurier, Thiago Silva, Presnel Kimpembe, Maxwell Scherrer – Marco Verratti (Giovani Lo Celso, 90′), Thiago Motta, Blaise Matuidi – Ángel Di María (Lucas Moura, 84′), Edinson Cavani, Javier Pastore (Julian Draxler, 82′). Entraîneur : Unai Emery.
Équipe de Montpellier : Pionnier – Lasne (Dolly, 59′), Mukiele, Pokorny, Hilton, Roussillon – Sessegnon, Skhiri – Boudebouz, Mbenza (Camara, 81′) – Mounié (Ikoné, 59′). Entraîneur : Gasset.
Avertissement : Ángel Di María, 68′.


Maillot utilisé :

Maillot domicile 16-17
Maillot domicile 16-17

Photos du match :

Marco Verratti face à Roussillon (Ch. Gavelle)
Thiago Silva et Kevin Trapp (Ch. Gavelle)
Javier Pastore, ses coups de génie, ses coiffures improbables et son physique qui ne suit pas… Il sortira une nouvelle fois sur blessure (Ch. Gavelle)
Débordement de Maxwell (Ch. Gavelle)
Sessegnon de retour au Parc, ici surveillé d près par Serge Aurier (Ch. Gavelle)
La tribune Auteuil (Ch. Gavelle)

Vidéo (cliquez sur le lien dans la vidéo) :


Compte-rendu (CulturePSG) :

Paris suit la cadence

Le PSG recevait Montpellier ce samedi à l’occasion de la 34ème journée de Ligue 1 et le PSG s’est logiquement imposé 2-0 grâce à Cavani et Di Maria. Paris a dominé le match, malgré un nombre non négligeables d’occasions adverses, et prend la tête de la L1, avec deux matches de plus.

Le match :

Dans un Parc des Princes loin d’être plein, les deux équipes pénètrent sur le terrain, Paris en 4-3-3 quand Montpellier se présente en 3-5-2. Le PSG donne le coup d’envoi et tente vite de prendre la main mais les erreurs techniques sont nombreuses (3e). Maxwell est enfin trouvé en profondeur mais le MHSC revient bien (4e). Montpellier joue, bien, et Trapp est content de voir un centre en retrait très dangereux être dévié pour le capter (5e). Paris peine à percer et Pastore tente de trouver Matuidi en profondeur mais Pionnier sort avec à propos (8e). Peu à peu, le PSG arrive à s’approcher mais le centre au second poteau pour Cavani est trop fuyant (10e). La 1e grosse occasion est pour les visiteurs : Mbenza est trouvé côté droit et il centre pour Mounié qui loupe son plat du pied tout seul au second poteau (13e) !

Paris tente de s’approcher et la 1e frappe est pour Di Maria, de loin et sans puissance (16e). Côté MHSC, c’est sur un nouveau centre très dangereux de Mpenza que l’on est dangereux (18e). Le PSG pense aussi marquer sur un centre de Di Maria qui trouve Cavani de la tête mais le Matador est hors-jeu (19e). Paris enflamme le match et Verratti se retrouve à tenter un ciseau devant les 6m, sans réussite (20e). Matuidi est ensuite servi dans la surface sur un contre fabuleusement mené par Di Maria et relayé par Verratti mais Pionnier gagne son duel (23e) ! Sur le corner, Paris trouve le poteau par Skhri, proche du contre-son-camp, et Cavani sollicite aussi le gardien, sans succès, en angle fermé (24e). Pastore enflamme le Parc pour lancer une action collective mais le centre de Maxwell est repoussé en corner (27e). Enfin, le PSG ouvre le score, d’une action limpide : Maxwell décale Di Maria côté gauche qui trouve Matuidi à l’intérieur. Son centre est parfait pour Cavani qui surgit devant Pokorny et marque (1-0, 29e).

Sur l’engagement, Montpellier va obtenir un corner, Kimpembe dévie et Skhiri reprend de la tête, trouvant la barre transversale (31e) ! Paris a fait le plus dur et frôlé l’égalisation mais tente de continuer à jouer. En bonne position, Di Maria rate malheureusement son centre (34e). Paris a des balles de contre, Montpellier souhaitant jouer, mais Paris gâche à l’image d’une louche ratée de Di Maria (39e). Aurier rate aussi sa frappe excentré côté droit (40e). Paris se fait même peur sur un ballon mal relancé mais Mukiele rate sa reprise en excellente position (42e). Sessegnon est aussi trouvé aux 20m, il arme sa frappe tout seul mais Silva sauve la maison en taclant pour dévier en corner (44e). Di Maria tente bien une frappe enroulée mais Pionnier capte tranquillement pour finir la mi-temps. A la pause, le PSG mène logiquement mais a parfois eu chaud sur des contres de Montpellier, loin d’avoir abdiqué.

A la pause, rien ne chagne et Montpellier revient très bien, dominant les premières minutes (48e). Pourtant, c’est le PSG qui va vite doubler la mise : Matuidi récupère haut la balle, Cavani talonne pour Di Maria et l’Argentin ajuste Pionner des 20m (2-0, 48e). Mais comme après le premier but, Paris se fait très peur : Trapp capte un centre et veut dégager au pied mais il allume Cavani de près. Aurier intervient ensuite pour sauver le PSG d’un but ridicule (51e). Le match part dans tous les sens et Pastore est trop gourmand dans la surface tandis que Trapp repousse une frappe croisée de Paul Lasne (54e). La partie est très ouverte et Di Maria centre mais Pokorny sauve de la tête devant Cavani (56e).

A l’heure de jeu, Gasset réagit et tente un double changement pour relancer son équipe, lançant notamment Ikoné dans le bain. Le premier effet est pour Matuidi qui tente sa chance de loin d’une reprise un brin trop audacieuse (61e). Paris envoie une action de rêve qui permet à Aurier de centrer pour Di Maria. Il reprend en bonne position mais un Montpelliérain dégage devant la ligne (62e). C’est ensuite Cavani qui est un poil court sur un bon centre au cordeau d’Aurier (63e). Boudebouz est toutefois tout proche de ramener son équipe dans le match sur un raid conclu par une frappe du gauche qui frôle la lucarne opposée (65e). Paris est toutefois bien au-dessus techniquement et Pastore régale dans ce domaine, à défaut de conclure (66e). Montpellier a toujours des contres et Di Maria s’arrache pour tacler Roussillon devant la surface, offrant un bon coup-franc plutôt qu’un penalty (68e).

La 70e est complètement folle : Kimpembe réussit un retour incroyable sur Ikoné en contre, Cavani sollicite Pionnier, Pastore régale et une frappe de Di Maria lèche le cadre en toute fin d’action. Paris régale mais gâche parfois, à l’image de Cavani qui frappe mais est contré (72e). Les Parisiens s’amusent et Di Maria envoie un corner parfait sur la tête de Matuidi, puissante mais hors-cadre (76e). Ikoné va quant à lui cadrer sa tentative mais Trapp veille (79e). Pastore régale mais est aussi blessé quand il sort, avec une pointe derrière la cuisse (81e). La fin de match est gérée et Aurier envoie un bon centre dans les 6m, bien repoussé (83e). Motta est toutefois inattentif sur un pressing d’Ikoné qui permet à Boudebouz de s’avancer et de frapper mais Trapp repousse en corner (87e).

La fin de partie est tranquille et marquée par l’entrée de Lo Celso, sa première au Parc des Princes, et le PSG s’impose donc 2-0 de façon logique même si Montpellier s’est montré dangereux. Le PSG reste au contact du leader monégasque, avec certes un match de plus, et l’essentiel a été fait.

L’impact au classement :

Monaco : 80 pts (+ 64) (-1 match)
PSG : 80 pts (+ 48)
Nice : 74 pts (+ 28)

Réactions :

Maxwell :

Le match :
« On était plus forts, même si on a un peu perdu l’équilibre en première mi-temps. On a bien contrôlé le match en deuxième période, on a contrôlé la possession. C’est notre jeu, on a créé des occasions mais le plus important était de gagner. Maintenant, on continue avec beaucoup de confiance et on va voir ce qui va se passer par la suite. »

La pression sur Monaco ?
«Je pense qu’on fait le maximum qu’on puisse faire, c’est-à-dire gagner le match. Après, si ça donne un peu de pression, on ne sait pas mais on fait notre travail, gagner et démontrer qu’on est présents jusqu’à la fin. On va voir si on a l’opportunité de continuer comme ça en tête mais Monaco fait une saison fantastique et faut les féliciter aussi. On est présents, on est là, on va voir ce qu’il va se passer.»

Devant Lyon/Monaco devant ?
«Demain, on est libres et on va profiter de la famille.»

Unai Emery :

Le PSG leader :
«Oui, pour le moment. Mais le calendrier est pareil pour tous avec 38 journées à jouer et c’est l’équipe qui va maintenir la régularité qui va gagner normalement. Maintenant, nous sommes bien et l’équipe maintient sa régularité mais Nice et Monaco sont aussi forts. Monaco joue demain, puis a un match de retard, mais nous avons besoin de faire notre chemin et de gagner nos matches. On regardera après ce que font les autres et Monaco. Aujourd’hui, nous avons gagné un match difficile à la maison, un match ouvert et je crois que les trois points sont importants pour nous.»

Un match avec des occasions des deux côtés :
«C’est bon pour le football et pour les supporters. Peut-être qu’une autre équipe serait venue avec une défense plus bas et ne serait pas ressortie en attaque comme l’a fait aujourd’hui Montpellier. C’est plus difficile d’avoir des occasions dans ce cas, pour nous comme pour les autres. Mais aujourd’hui, quand tu veux attaquer beaucoup et gagner le match, idem dans l’autre équipe qui est sortie très vite avec le ballon et avec beaucoup de joueurs pour attaquer, le match est un peu plus ouvert. Après, l’efficacité est importante et il y a plus d’opportunités de gagner le match. C’est pour ça que je crois que c’était un bon match pour les supporters, ouvert, et nous avons mérité de gagner. Nous avons eu plus de minutes dans le match où nous avons maîtrisé le ballon et eu des occasions mais Montpelllier a aussi fait un bon match.»

Un replacement défensif à soigner en vue de Nice ?
(Emery va répondre légèrement à côté de la question et l’aspect volontaire reste à prouver.)
«Ce mardi (à Metz), nous avons fait 60 minutes avec la maîtrise et le résultat (2-0) mais ce n’était pas suffisant à un moment. C’est pour ça que nous avons voulu marquer le 3e à 2-0 aujourd’hui et fermer le match avec un 3e but. Si l’équipe adverse, qui a eu des occasions, le met, elle peut revenir dans le match. C’est pour ça que j’ai du respect à tout moment pour toutes les équipes, durant les 90 minutes du match. L’équipe peut gagner et fermer le résultat à 2-0 mais je pense que nous avons besoin de marquer le 3ème. Nous ne l’avons pas fait et c’est seulement quand l’arbitre a sifflé la fin du match que le résultat était clair.»

La complémentarité entre Cavani et Di Maria :
«Les buts et les passes décisives (entre eux) sont importants mais c’est aussi très important comment l’équipe et les autres les aident dans cet exercice. L’équipe a beaucoup maîtrisé avec le ballon et c’est aussi très important comment le gardien, les défenseurs centraux et Thiago Motta ont commencé (les actions). Après, tous les joueurs font leur travail avec leurs capacités personnelles. Ensuite, la différence est faite dans le jeu, Cavani peut marquer des buts, Di Maria marquer et faire des passes décisives. C’est important mais je crois que c’est un travail de toute l’équipe aujourd’hui, elle a joué ensemble pour gagner.»

Di Maria très fort depuis janvier :
«Oui, mais je crois que c’est comme l’équipe. En première partie de saison, l’équipe a fait de bons matches mais d’autres non et quelques joueurs n’ont pas eu les performances que nous voulons pour l’équipe. L’important, c’est comment l’équipe est aujourd’hui et comment sont les joueurs. Je crois que Di Maria est un joueur important pour nous et il a montré durant tout le match toute sa capacité à apporter à l’équipe.»

Inquiet sur le dégagement de Trapp vers Cavani ?
«(Il rigole). C’est une action qui peut arriver dans un match. Mais je suis tranquille car l’équipe a maîtrisé la partie après cette action, ils ont géré le match comme nous voulons. Mais c’est une action qui peut arriver dans le match.»

Le geste d’énervement de Lucas en fin de rencontre :
«J’aime les joueurs qui ont du caractère et qui, quand ils ne jouent pas ou un peu moins, veulent jouer plus. Il me l’a montré et je veux qu’il le montre aussi à l’entraînement ou en match. C’est un bon caractère du joueur et il faut canaliser cette énergie et ce caractère pour les entraînements et le jeu. Je suis content de comment il travaille et comment il est.»

Gasset en face, quelque chose qui s’est ressenti ?
«Oui et quand j’ai analysé Montpellier et leur façon de jouer, j’ai vu une équipe qui travaille des choses, et pas seulement aujourd’hui, aussi lors des autres matches. Montpellier a bien progressé lors de la saison et ils ont été très bons au dernier match, comme aujourd’hui. C’est une équipe difficile à battre et qui joue un bon football. Pour les supporters, ils jouent bien, ils maîtrisent le ballon, ils attaquent, c’est une équipe qui est arrivé avec beaucoup de joueurs dans la surface en attaque.»

Devant Lyon/Monaco ou Real/Barça dimanche soir ?
«Non, je suis devant tous les matches mais avant tout devant le championnat d’ici. Pour moi, on va regarder pour le championnat et pour le match de mercredi, la demi-finale PSG/Monaco, pour voir comment va jouer Monaco. C’est important pour l’analyse et pour notre travail.»

Ben Arfa et Krychowiak hors du groupe, un choix ?
«Ils ont commencé les entraînements dans le groupe mais, après, j’ai décidé que le groupe qui était aujourd’hui avec nous était le meilleur.»


Le stade :

Le Parc des Princes
Le Parc des Princes

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s