Avranches – PSG 0-4, 05/04/17, Coupe France 16-17

Mercredi 05.04.2017, Coupe de France, 1/4 de finale à Caen, au Stade Michel-d’Ornano :
U.S. AVRANCHES (Nat.) – PARIS SAINT-GERMAIN F.C.  0:4 (0:1)
– 19 052 spectateurs. Buts : Hatem Ben Arfa, 35′ ; Hatem Ben Arfa, 53′, Lucas Moura, 56′, Javier Pastore, 82′. Arbitre : M. Miguelgorry.
L’Équipe du PSG : Alphonse Aréola – Thomas Meunier, Serge Aurier, Presnel Kimpembe, Maxwell Scherrer – Christopher Nkunku (Gonçalo Guedes, 68′), Adrien Rabiot (Giovani Lo Celso, 63′), Blaise Matuidi – Lucas Moura, Hatem Ben Arfa (Marco Verratti, 83′), Javier Pastore. Entraîneur : Unai Emery.
L’Équipe d’Avranches : Beuve – Guyonnet, Le Joncour, Derrien, Boateng – Michel, Mayulu, Benet (Malsa, 74′), Fofana – Clausse, Thiare. Entraîneur : Ott.
Avertissement : Presnel Kimpembe, 63′.


Maillot utilisé (avec les sponsors spécifiques de la Coupe de France) :

Troisième maillot 2016-17

Photos du match :

Les deux équipes avant le coup d’envoi (Ch. Gavelle)
Un des deux buts d’Hatem Ben Arfa (Ch. Gavelle)
Adrien Rabiot (Ch. Gavelle)
But de Lucas (Ch. Gavelle)
Gonçalo Guedes (Ch. Gavelle)
Le parcage (Seulement Paris)

Vidéo :


Compte-rendu (CulturePSG) :

Paris qualifié (vraiment) sans forcer

Le PSG se déplace ce mercredi soir à Caen pour affronter l’US Avranches en quart de finale de la Coupe de France. Le PSG s’est imposé 4-0 grâce à un doublé de Ben Arfa, un but de Pastore et un de Lucas face à une équipe limitée. Les Parisiens n’ont pas forcé malgré le score très large et sont en demi-finale de la Coupe de France. On notera les débuts de Giovani Lo Celso.

Le match :

Les deux équipes entrent sur le terrain, le stade Michel d’Ornano est plein et le PSG donne le coup d’envoi, gardant le ballon durant la 1e minute complète. La rencontre démarre doucement puisque Paris fait tourner et construit patiemment. La première opportunité est pour les Parisiens mais Beuve sort de la poitrine devant sa surface. Le contre part mais Kimpembe coupe bien (5e). Avranches tente sa chance sur des erreurs parisiennes mais cela n’aboutit pas car le déchet est trop important (9e). Pastore arrive presque à trouver Matuidi dans la surface mais Beuve sort bien devant lui (13e). Lucas est lui trouvé dans les 18m mais repris (14e). La première grosse occasion est pour le PSG quand Pastore trouve Nkunku auyx 18m, seul. Il se retourne et tente une frappe enroulée que Beuve capte sans problème (18e).

Avranches répond par un long centre repris largement hors du cadre au second poteau (19e). L’ailier gauche Boateng tente aussi sa chance sur un 5 contre 3 mais Areola capte tranquillement (22e). Paris joue de façon très tranquille et patiente, avec un premier corner après 25 minutes. Ben Arfa sort alors soudainement de sa boîte d’une grosse percée et sert Pastore côté gauche qui tente une frappe enroulée du droit à ras de terre mais le goal repousse avec les pieds (27e). Paris peine globalement à emballer la partie et Avranches subit sans souffrir. Lucas provoque toutefois un coup-franc côté droit et Ben Arfa, malgré un angle fermé et après un léger décalage du Brésilien, tire très fort. Un Avranchinais dévie légèrement et trompe son gardien (0-1, 35e).

Après une frappe de Lucas déviée en corner qui laisse à penser que Paris a pris le match en main (37e), Avranches réagit plutôt bien et Mayulu tire fort mais Areola repousse bien le ballon sur le côté, empêchant toute reprise (40e). La fin de la première période est dans la même veine que le reste : équilibréee mais assez molle, Paris faisant le minimum syndical. Areola conclut le tout d’une sortie assurée (45e+1). Paris mène mais ne s’est pas fatigué.

La partie reprend sans changement, avec la même physionomie, et Kimpembe repousse un premier centre dangereux (47e). Pastore est pour une fois intéressant dans une passe et tente d’envoyer Lucas au but mais la passe est coupée d’un rien (49e). Globalement, le PSG ne domine pas vraiment la partie et Nkunku doit intervenir de la tête sur un centre bien dangereux (52e). Le PSG va finalement doubler la mise d’une action simple : Pastore lance Lucas dans le dos de la défense. Face au gardien, il décale Ben Arfa qui conclut dans le but vide (0-2, 53e).

Paris fait même le break dans la foulée : Matuidi voit Lucas plonger vers le but et il le sert. C’est dévié mais Lucas récupère et aligne le gardien (0-3, 56e). Dans la foulée, Nkunku sollicite le gardien sur un centre vicieux mais celui-ci repousse, symbole d’une partie qui a complètement changé (57e). Avranches a tout de même une jolie occasion sur un centre bien coupé par Boateng mais Areola est bien placé et capte parfaitement (62e). Unai Emery fait même un peu de coaching et lance Giovani Lo Celso dans le grand bain à la place de Rabiot (63e).

Kimpembe offre même un bon coup-franc et Areoal voit le ballon passer proche de sa lucarne, mais du mauvais côté (64e). Areola est encore l’auteur d’une sortie aux poings nécessaire (67e) avant que Guedes ne remplace Nkunku (68e). Les locaux n’y croient plus trop mais l’avant-centre envoie une belle frappe qui passe de peu à côté (71e). La fin de match est un grand fouillis mais Guedes accélère côté gauche et sert Lucas, seul plein axe, qui bute sur le gardien (78e). Après une tentative archi ratée de Pastore (79e), c’est Lo Celso qui tente sa chance de loin, de peu à côté du cadre (80e). Pastore va finalement marquer le 4e but à l’issue d’un superbe une-deux en pleine défense avec Ben Arfa. L’Argentin conclut d’un petit piqué très doux face au gardien (0-4, 82e).

Paris fait tourner en cette fin de match alors qu’Avranches est complètement cuit et souffre malgré un dernier centre capté par Areola (93e). Lucas va rater une dernière occasion malgré un superbe ballon de VErratti Jérôme Miguelgorry siffle la fin de la partie.

Réactions :

Unai Emery :

Un match géré ?
«Tout d’abord mes félicitations à Avranches, ils ont fait un bon travail et méritaient de jouer contre nous les quarts de finale. En première mi-temps, leur envie les a poussés, avec leurs supporters contre nous. Nous avons marqué un but pour faire la différence mais, dans le jeu, nous n’avions pas joué comme nous le voulions, en partie à cause de l’envie de l’adversaire et de leur façon de jouer. En seconde mi-temps, l’équipe s’est améliorée dans la maîtrise du match, dans le jeu puis dans le résultat. Nous avons gagné 4-0, fait une bonne seconde période et félicitaitons à Avranches parce que c’est une petite équipe, mais une équipe qui a mérité de jouer contre nous aujourd’hui.»

Du temps de jeu pour certains :
«Oui, c’est une bonne opportunité pour l’équipe et les joueurs, pour maintenir notre exigence pour cette compétition mais aussi pour le championnat. C’est pour ça que je suis content de la façon dont les joueurs ont travaillé sur le terrain.»

Une demi-finale face à Monaco :
«C’est une bonne demi-finale, très jolie, pour répéter le match de samedi mais aussi pour la concurrence avec eux en championnat. C’est une demi-finale à Paris et elle est très jolie.»

Un rendez-vous à gagner absolument :
«Oui, nous voulons aussi faire un bon chemin dans cette compétition et profiter de nos supporters pour gagner ce titre. Nous savons que c’est difficile. La demi-finale face à Monaco est aujourd’hui la plus difficile de toutes les équipes du championnat. Guingamp et Angers aussi ont mérité dans cette compétition d’être en demi. Ce sera deux bons matches.»

Javier Pastore :

Un match sans souci ?
«Non, on a fait une première mi-temps moyenne, on n’a pas bien joué. C’est normal, c’est difficile d’entrer dans le match mais l’équipe était toujours présente. On a marqué beaucoup de buts, on a été beaucoup plus concentrés en seconde période et on a été supérieurs.»

Une envie de gagner une nouvelle coupe ?
«Bien sûr, on joue pour gagner des titres. On est déjà en demi-finale, on veut arriver jusqu’à la finale pour essayer de gagner encore un titre. C’est déjà la deuxième année consécutive qu’on la gagne et on va essayer de la gagner cette année encore.»

Monaco plutôt en demi ou en finale ?
«C’est la chance ça. On verra contre qui on va jouer mais c’est pareil, on a besoin de gagner les deux matches pour gagner la coupe.»

Maxwell :

Un match géré dans le temps :
«Peu importe contre qui on joue, on saitt qu’il n’y a rien de facile ni d’évident dans le football. Il faut toujours faire les efforts et on a démontré ce soir qu’on est aussi présents en Coupe de France. On va tout faire pour continuer dans la compétition.»

Une coupe qui appartient au PSG :
« Elle est très belle à jouer, très belle à gagner. On défend notre titre et c’est très important pour nous d’arriver en finale au Stade de France. C’est ce qu’on a envie de faire. On va tout faire pour continuer et gagner la demi-finale.»


Le stade :

Le stade Michel-d’Ornano

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s