Barcelone – PSG 6-1, 08/03/17, Ligue des Champions 16-17

Mercredi 08.03.2017, Ligue des Champions, 1/8 de finale, match retour à Barcelone, au Camp Nou :
F.C. BARCELONE – PARIS SAINT-GERMAIN F.C. (Esp.)  6:1 (2:0)
– 96 290 spectateurs. Buts : Suarez, 3′, Layvin Kurzawa, 40′ csc ; Messi, 50′ sur penalty, Edinson Cavani, 61′, Neymar, 88′, Neymar, 90′ +1 sur penalty, Sergi Roberto, 90′ + 5.
L’Équipe du PSG : Kevin Trapp – Thomas Meunier, Marcos Marquinhos, Thiago Silva, Layvin Kurzawa (Grzegorz Krychówiak, 90′ + 3) – Marco Verratti, Adrien Rabiot, Blaise Matuidi – Lucas Moura (Ángel Di María, 55′), Edinson Cavani, Julian Draxler (Serge Aurier, 75′). Entraîneur : Unai Emery.
Avertissement à Blaise Matuidi, Julien Draxler, Edinson Cavani, Marcos Marquinhos et Marco Verratti.


Maillot utilisé (avec sponsors en version Europe) :

Troisième maillot 2016-17

Photos du match :

Les Parisiens avant le coup d’envoi (Ch. Gavelle)
Kurzawa, le moins mauvais des défenseurs parisiens (Photo Ch. Gavelle)
Blaise Matuidi devancé par Neymar (Ch. Gavelle)
Edinson Cavani, auteur du seul but parisien (Ch. Gavelle)
La joie des Barcelonais et l’abattement des Parisiens (Ch. Gavelle)

Vidéo (cliquez sur l’image) :


Compte-rendu (CulturePSG) :

Paris sombre en Catalogne

Le PSG se déplaçait ce mercredi soir à Barcelone pour son huitième de finale retour de Ligue des Champions après sa victoire 4-0 à l’aller. Paris a complètement coulé en Catalogne et s’incline finalement 6-1 en ayant encaissé 3 buts dans les dernières minutes alors que Cavani pensait avoir qualifié le PSG. Le coup d’arrêt est terrible.

Le match :

Dans un Camp Nou chauffé à blanc et archi plein, c’est le Barça qui donne le coup d’envoi. Paris commence très bas sur le terrain et le Barça est mordant (2e). Neymar s’infiltre et est dangereux, c’est mal repoussé et un centre de Rafinha arrive dans la surface, c’est dévié mais Trapp est devancé dans sa sortie par Suarez qui ouvre le score (1-0, 3e) ! Paris est pris à froid et le Barça pousse fort. Matuidi est en retard sur Umiti et prend un premier avertissement (6e). Le PSG n’arrive pas à poser le pied sur le ballon et souffre, perdant de nombreux ballons (8e). Le premier corner catalan ne donne rien mais confirme la fébrilité parisienne (9e). Le second est plus dangereux et la frappe de Mascherano après le dégagement n’attrape pas le cadre (10e).

Paris se montre enfin et Draxler accélère côté gauche, Mascherano dévie de la main, très décollée du corps, mais l’arbitre ne donne que corner (11e) ! Celui-ci ne donne rien mais Paris est entré dans le match et Umtiti intervient de justesse devant Cavani sur un contre (13e). Messi joue aussi et Draxler doit découper l’Argentin plein axe à une vingtaine de mètres, écopant d’un carton (14e). La frappe est heureusement au-dessus (15e). Globalement, Paris tente de casser le jeu et prend son temps sur tout, énervant le Camp Nou (17e). Le stade vrombit quand Neymar tente sa chance de très loin et frôle la lucarne (18e)… Barcelone monopolise le ballon et le PSG s’arc-boute en défense, de plus en plus (21e). Messi tente la balle en profondeur mais Trapp dégage des poings (23e).

Les vagues barcelonaises s’enchaînent, Piqué découpant Cavani sur un rare contre, et Rafinha provoque un nouuveau coup-franc intéressant à 25m légèrement désaxé (26e). Messi tire heureusement dans le mur (27e) mais le Barça récupère peu après un corner. C’est mal tiré et repoussé mais Iniesta récupère et tente sa chance de loin, au-dessus (28e). Neymar provoque encore un bon coup-franc excentré mais cela ne donne rien (30e). Le PSG a enfin une frappe cadrée par Lucas après une erreur du Barça mais ter Stegen capte (31e). Sur le contre, le Barça crée la panique mais Thiago Silva intervient (32e). Rafinha rate heureusement un bon centre et Paris souffre (34e). Rabiot loupe une passe, Messi accélère et sert Suarez mais Trapp capte sa frappe (35e). Le Barça enchaîne les temps de jeu, pas les occasions, à l’image d’un une-deux raté dans la surface entre Suarez et Rakitic (37e). Problème, le PSG va finalement faire n’importe quoi et concéder un second but : Marquinhos peine à dégager, Iniesta remet le ballon d’une talonnade en jeu vers le but et Kurzawa marque contre son camp de façon maladroite (2-0, 40e).

Cavani part vers le but et Piqué, déjà averti, le retient. L’Uruguayen se rebelle mais c’est lui qui prend le carton… (43e). Paris souffre mais Draxler part en contre et Umtiti l’interrompt, permettant à son équipe de respirer un peu (45e). Comme un symbole, le coup-franc est très mal joué. La fin de mi-temps est étouffante et c’est Cavani qui dégage en corner (45e+2). Dans les ultimes secondes, c’est Thiago Silva qui fait une dernière faute sur Suarez sur un coup-franc excentré mais Marquinhos défend bien (45e+3). A la pause, le Barça mène 2-0 mais Paris souffre énormément.

Paris revient fort et Draxler provoque un corner d’entrée. C’est mal tiré par Lucas mais Draxler reprend de volée aux 20m, hors cadre (47e). Les hommes d’Emery jouent également beaucoup plus haut sur le terrain en ce début de mi-temps mais Meunier fait une faute stupide sur Neymar dans la surface en glissant au bout de deux minutes à peine (48e). L’arbitre hésite puis donne un penalty logique… (49e). Trapp le touche mais la frappe de Messi est trop puissante (3-0, 50e). La 1e erreur parisienne est payée cash et fait mal mais rejoint le reste de celles erreurs du jour, très stupides. Meunier se rachète et s’échappe côté droit, il fait un sombrero sur Neymar puis centre. Cavani coupe au premier poteau mais il trouve le montant gauche, sortant (52e) !

Le match frôle le KO et Messi envoye Neymar au but mais Meunier revient bien dans la surface cette fois-ci (55e). Emery tente son premier coup et fait entrer Di Maria pour Lucas, guère brillant ce mercredi (55e). Paris est mieux techniquement mais le Barça continue son énorme pressing et fait mal, empêchant le PSG de sortir (58e). Verrati réussit toutefois un beau mouvement et Meunier centre mais Umtiti dégage en corner (59e). C’est bien tiré, cela voyage dans la surface mais l’occasion n’est pas au bout (60e). Les espaces s’ouvrent et Paris contre mais Rakitic retient Draxler. Verratti tire le coup-franc loin dans la surface, Kurzawa remet dans la tête et Cavani crucifie le Barça d’une demi-volée sous la barre (3-1, 61e). Dans la foulée du but, Draxler envoie Cavani au but mais c’est ter Stegen qui sauve cette fois son camp du pied (63e) !

Après une agression de Neymar sur Marquinhos, Luis Enrique fait du coaching et sort Iniesta pour Arda Turan (65e). Rabiot perd un nouveau ballon, Suarez l’exploite et c’est Marquinhos qui sauve sur la ligne (66e) ! Dans la foulée, Suarez tente d’aller chercher le penalty mais il récolte un avertissement logique pour simulation (67e). Globalement, la pression est retombée avec ce but parisien qui force Barcelone à en marquer trois et Neymar tente sa chance de loin, sans conviction (71e). Barcelone pousse mais Suarez enchaîne les fautes et permet à Paris de se dégager. Messi tente aussi sa chance après une relancée avortée et un bon dribble mais sa frappe est trop croisée (74e).

Emery fait un second changement à un quart d’heure de la fin avec Aurier remplaçant Draxler, Meunier passant ailier droit. Le Barça est encore une fois un peu menaçant sur un corner mais ce sont surtout Trapp percutant Silva qui se signalent (77e). Le rythme est un peu retombé mais Sergi Roberto s’infiltre et rattrappé par Marquinhos (79e). Sur le corner, cela chauffe un peu mais Paris se dégage finalement. Paris joue également mal quelques contres (80e, 81e). La fin de rencontre est globalement de plus en plus calme, le public s’en va et Thiago Silva veille pour ramasser les miettes (85e). On pense que le PSG va revenir à 3-2 quand Verratti donne un bijou de passe à Di Maria mais Mascherano gêne au dernier moment son compatriote et celui-ci se loupe (85e) ! Le jeu repart et c’est cette fois Aurier qui dévie un missile de Neymar après une sortie un peu douteuse de Trapp (86e). L’Allemand est en revanche plus intéressant sur une bonne sortie suite à un coup-franc excentré (87e). Di Maria concède une faute un peu bête aux abords de la surface et Neymar nettoye la lucarne d’une frappe exceptionnelle (4-1, 88e)

Le Barça y croit de nouveau et un long ballon force Marquinhos à intervenir dans la surface. Il percute Suarez et offre un penalty logique mais stupide (90e). Neymar transforme d’un contre-pied parfait et le Barça y croit de nouveau (5-1, 91e). Le Camp Nou est en fusion et y croit de nouveau, un but suffisant à se qualifier. Umtiti joue long et Piqué dévie mais Trapp capte (92e). Emery tente de casser le rythme et fait rentrer Krychowiak. Problème, Verratti concède un coup-franc évitable et ter Stegen monte. C’est repoussé mais Verratti refait une faute (95e). Sergi Roberto est finalement là pour reprendre un long ballon par-dessus de Neymar (6-1, 95e).

Le Barça est finalement qualifié et le mérite, Paris a été lamentable et s’incline de façon imparable. Que d’erreurs individuelles de la part des Parisiens…

Réactions :

Thiago Silva :

Le match :
«C’est inexplicable. On n’a pas joué aujourd’hui, c’était difficile, on n’a pas réussi à jouer notre jeu et à la fin, on a payé la qualification même si c’était un résultat très bon à domicile. Aujourd’hui, on n’a pas mérité de passer en quarts de finale. Ce n’est pas une excuse mais je pense qu’il n’y a pas penalty sur Suarez. Et il y a deux penalties contre Barcelone qu’il n’a pas sifflés… Mais on ne doit pas rejeter toutes les fautes sur l’arbitre car nous n’avons pas réussi à faire tout ce dont on avait parlé et tout ce qu’on avait travaillé.»

Une faute professionnelle ?
«C’est un résultat difficile, c’est compliqué à digérer mais on doit relever la tête parce que ce n’est pas la fin de la vie même si c’est difficile de la lever. On doit maintenant penser à aller de l’avant et continuer à travailler. Ce n’est pas parce qu’on n’est pas passé aujourd’hui qu’on doit baisser la tête et laisser. Le bon professionnel est celui qui continue à travailler même dans un moment compliqué. On doit continuer.»

Unai Emery :

Le match :
«Nous ne faisons pas le match que nous voulons, et après, la position de l’arbitre est plus souvent en faveur de Barcelone. Mais Barcelone a joué avec l’état d’esprit pour gagner le match. Nous voulions rester dans la continuité du match que nous avons fait à la maison, et aujourd’hui, c’est clair que nous ne l’avons pas fait. Après le 2-0 à la mi-temps, on s’est améliorés. On a montré plus de personnalité. À 3-1 normalement, le match était fini. Mais en 5-10 minutes, on a perdu tout le travail qu’on avait fait en deuxième mi-temps. C’est une épreuve à surmonter aujourd’hui, pour grandir. Si on continue de travailler, je suis sûr que le PSG aura d’autres opportunités comme celle de ce soir. Les joueurs sont responsables et sont conscients qu’ils n’ont pas été à la hauteur dans un moment important pour le club.»

Un mot pour les supporters :
«Aujourd’hui, dans tout le PSG, que nous soyons du staff, des joueurs ou des supporters, c’est un mauvais moment. Ce qu’il s’est passé sur le terrain, c’est une expérience, négative, une opportunité que nous avons perdue, comme club. Individuellement, tous, nous avons perdu une bonne opportunité pour grandir. Le club va grandir avec un match comme celui d’aujourd’hui. Après, sur le terrain, nous n’avons pas eu la mentalité que nous voulions. Nous voulions être dans la continuité du match à la maison mais nous ne l’avons pas fait en 1ère mi-temps. Nous n’avons pas concédé beaucoup d’occasions mais beaucoup de terrain à l’adversaire et il a marqué sur des erreurs. En deuxième mi-temps, l’équipe a surmonté ça, est mieux sorti. Après le penalty, l’équipe était bien et a marqué. Nous avons cherché un bon résultat pou nous avec une occasion de 3-2 mais c’est dans les 5 ou 10 dernières minutes que nous avons perdu la qualification. C’était le moment de Barcelone et nous avons mal défendu dans ces dernières minutes.»

Se sent-il coupable ?
«J’ai vécu des bons et des mauvais moments dans le football. C’est une expérience, négative, pour moi, pour nous. Après, j’apprends pour le futur des expériences négatives mais aujourd’hui, nous avons tous perdu une bonne opportunité.»

Comment expliquer la différence avec l’aller ?
«Lors des 90 premières minutes à Paris, nous avons fait un grand match avec nos supporters, une envie plus grande, plus de confiance. Et, ici, ils l’ont fait et nous n’avons pas su surmonter certains buts. Après nos bonnes minutes avec un but et les occasions d’en marquer un deuxième pour se qualifier, nous avons perdu face à l’envie de l’adversaire.»


Le stade :

Le Camp Nou

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s