Bordeaux – PSG 0-3, 10/02/17, Ligue 1 16-17

Idéalement servi par Marco Verratti, Angel Di Maria remporte son duel avec le portier bordelais (Th. Breton)

Vendredi 10.02.2017, Championnat de France, Ligue 1, 25e journée (2e place) à Bordeaux, au Stade Matmut Atlantique :
F.C. GIRONDINS DE BORDEAUX – PARIS SAINT-GERMAIN F.C.  0:3 (0:2)
– 37 823 spectateurs. Buts : Edinson Cavani, 6′, Ángel Di María, 40′ ; Edinson Cavani, 47′
L’Équipe du PSG : Kevin Trapp – Thomas Meunier, Marcos Marquinhos, Presnel Kimpembe, Layvin Kurzawa – Marco Verratti (Christopher Nkunku, 60′), Thiago Motta, Adrien Rabiot – Lucas Moura, Edinson Cavani (Hatem Ben Arfa, 71′), Ángel Di María (Julian Draxler, 63′). Entraîneur : Unai Emery.
Avertissement à Thiago Motta.


Maillot utilisé :

Maillot extérieur 2016-17
Maillot extérieur 2016-17

Photos du match :

Photo Ch. Gavelle, psg.fr (image en taille et qualité d'origine: http://www.psg.fr/fr/Actus/105003/Galeries-Photos#!/fr/2016/3699/67793/match/Bordeaux-Paris-0-3/Bordeaux-Paris-0-3)
Layvin Kurzawa poursuivi par Toulalan (Ch. Gavelle)
Photo Ch. Gavelle, psg.fr (image en taille et qualité d'origine: http://www.psg.fr/fr/Actus/105003/Galeries-Photos#!/fr/2016/3699/67793/match/Bordeaux-Paris-0-3/Bordeaux-Paris-0-3)
Intervention de Kevin Trapp, de retour de blessure (Ch. Gavelle)
Idéalement servi par Marco Verratti, Angel Di Maria remporte son duel avec le portier bordelais (Th. Breton)
Idéalement servi par Marco Verratti, Angel Di Maria remporte son duel avec le portier bordelais : 2-0 juste avant la mi-temps (Th. Breton)
Photo Ch. Gavelle, psg.fr (image en taille et qualité d'origine: http://www.psg.fr/fr/Actus/105003/Galeries-Photos#!/fr/2016/3699/67793/match/Bordeaux-Paris-0-3/Bordeaux-Paris-0-3)
Marco Verratti (Ch. Gavelle)
Photo Ch. Gavelle, psg.fr (image en taille et qualité d'origine: http://www.psg.fr/fr/Actus/105003/Galeries-Photos#!/fr/2016/3699/67793/match/Bordeaux-Paris-0-3/Bordeaux-Paris-0-3)
Thierry Meunier balle au pied (Ch. Gavelle)
Photo Ch. Gavelle, psg.fr (image en taille et qualité d'origine: http://www.psg.fr/fr/Actus/105003/Galeries-Photos#!/fr/2016/3699/67793/match/Bordeaux-Paris-0-3/Bordeaux-Paris-0-3)
Le parcage parisien (Ch. Gavelle)

Vidéo (cliquez sur le lien dans la vidéo) :


Compte-rendu (CulturePSG) :

préparation parfaite pour Paris

Le PSG se déplaçait à Bordeaux à l’occasion de la 25e journée de Ligue 1 et les Parisiens ont livré un match très sérieux pour s’imposer 3-0 avec un doublé de Cavani. L’affaire était pliée dès la pause et le PSG s’est offert une préparation parfaite avant PSG/Barça mardi soir.

Le match :

Les deux équipes sont sur le terrain, Cavani donne le coup d’envoi de la rencontre et Paris tente de poser le jeu, Bordeaux touchant enfin la balle après 90 secondes. Le 1er centre est de Di Maria mais Pallois couvre et repousse (3e). Bordeaux répond par un long ballon sur Malcom mais Kurzawa prend le dessus à l’entrée de la surface (5e). La première occasion est finalement la bonne : Marquinhos allonge une passe en profondeur pour Di Maria et la défense centrale bordelaise repousse de la tête : Cavani est présent à la retombée et envoie une reprise de volée parfaite au fond des filets (0-1, 6e). Bordeaux se voit offrir une bonne opportunité de revenir quand Lucas est contré dans sa moitié de terrain par Sabaly mais Ménez ne trouve personne sur son centre en retrait (8e).

Paris s’offre des débuts idéaux et le match reprend comme avant ce but avec un PSG en contrôle et Bordeaux qui tente d’attaquer. Sabaly se montre en montant et envoie un centre dangereux que Marquinhos dévie jusqu’à Trapp (14e). Paris frôle le 2-0 sur une action superbe : Verratti renverse sur Kurzawa qui met en retrait pour Di Maria. L’Argentin frappe mais Carrasso repousse la tentative puissante (16e). le PSG est encore dangereux sur un coup-franc excentré que Cavani reprend plus ou moins puis Di Maria tire des 18m mais Carrasso repousse (17e). Côté Bordeaux, c’est une tête de Rolan sur un centre que Trapp capte que la 1e frappe cadrée arrive (18e). Pallois tente une frappe très lointaine et Trapp dévie en corner, puis s’attrape du corner repoussé puis rencentré (20e).

Le match est ouvert, Paris joue et Thiago Motta récolte donc un avertissement après que ses bras aient percuté la tête Rolan sur un duel (21e). Les Girondins exploitent des erreurs parisiennes et Rolan sollicite Trapp sur une balle molle après que Motta ait raté une relance (23e). Paris joue sur quelques coups mais manque de continuité sur ses actions, à l’image d’un ballon bien sorti mais mal exploité à la fin (26e). Rabiot rapporte également une belle passe en excellente position, confirmant l’équilibre du match (30e). Les centres se multiplient des deux côtés et Gajic en envoie un bon que Sankharé reprend.. de la main (35e). Paris a le ballon mais n’est toutefois pas très dangereux, comme les hommes de Gourvennec. C’est toutefois le PSG qui double la mise : Verratti récupère et sert Lucas côté droit qui accélère et lui remet. L’Italien voit l’appel de Di Maria en profondeur et le sert. Face à Carrasso, il temporise et l’aligne d’une balle piquée (0-2, 40e). Le 3-0 ne passe pas si loin sur un centre de Kurzawa remisé par Motta dans la surface. Aux 18m, Di Maria reprend du droit mais ne cadre pas (44e).

A la mi-temps, le PSG mène 2-0 grâce à un match très sérieux et pas mal de réalisme. Rien ne change à la pause au niveau des joueurs et la partie reprend. Il ne faut que deux minutes à Paris pour plier la rencontre : Rabiot remonte un ballon et sert Kurzawa dans son dos. Il sert toutefois Di Maria devant lui qui envoie un centre parfait au second poteau pour Cavani. Le Matador claque une reprise de volée impeccable (0-3, 47e). Bordeaux accuse le coup et Di Maria accélère encore avant de centrer mais Toulalan repousse (50e). Paris s’amuse et Di Maria s’essaye même au corner direct, sans réussite (54e). Bordeaux perd même Menez sur blessure (57e) puis c’est Motta qui reste au sol sur un contact avec Kamano qui lui percute le genou gauche (59e). Le jeu s’arrête, Verratti sort pour Nkunku et Motta revient finalement au jeu, signe que tout se déroule comme prévu (60e).

Après Verratti, c’est le très bon Di Maria qui sort, remplacé par Draxler, et il se fait soigner le haut de la cuisse gauche à sa sortie (63e). Bordeaux tente encore vaguement, notamment Rolan sur une tête sans vie que Trapp capte sans souci (64e). Paris s’endort même un peu et Kamano percute, il va jusqu’à défier Trapp qui ralentit sa frappe. Dans la surface, Kurzawa dégage ensuite (66e). Paris réagit un peu et Cavani centre au second poteau pour Lucas, devancé par Sabaly (67e). La partie est ouverte et Gajic centre de la droite pour la tête de Sankharé, au-dessus (70e). Emery boucle son coaching peu après avec l’entrée de Ben Arfa à la place de Cavani (71e). Paris n’est pas très sérieux dans le jeu, perd des ballons et un renvoi de Kimpembe contré par Rolan frôle même le montant (75e).

Paris joue en contre désormais et Lucas accélère côté droit avec un garnd pont puis un centre pour Draxler qui tente la Madjer, hors-cadre et hors-jeu (77e). Nkunku tente aussi sa chance d’un extérieur du pied droit qui frôle la lucarne sur une action vite et bien menée (78e). La fin de match est globalement anecdotique avec des Parisiens qui s’amusent, comme Rabiot sur une frappe de loin (83e) et des Bordelais qui n’arrivent pas à grand chose. Même en situation idéale après une erreur de Kimpembe, c’est Marquinhos qui sauve le PSG (87e). Cela chauffe encore dans la surface parisienne mais Motta dégage in extremis (90e).

Ce sera la dernière action du match, l’arbitre sifflant la fin sans les arrêts de jeu qui s’imposaient pourtant. Le PSG a su faire le métier et s’impose très logiquement en Gironde.

L’impact au classement :

AS Monaco : 58 points (+52)
Paris SG : 55 points (+32)
OGC Nice : 53 points (+21)

Réactions :

Unai Emery :

Une soirée parfaite pour le PSG ?
«Parfaite, c’est difficile à dire. Nous voulions les trois points pour progresser en Championnat. On a profité de ce match pour faire du bon travail. L’équipe a commencé le match avec la mentalité de bien jouer, avec la confiance du match de mercredi à la maison où on avait gagné en marquant à la dernière minute. Là, on devait démontrer le même état d’esprit. L’équipe a fait ça, c’est bien pour la confiance, pour les joueurs qui sont rentrés après les blessures, pour ceux qui ont joué et qui n’étaient pas là mercredi, c’est bon pour maintenir l’esprit collectif. Quand il y a de la concurrence, l’équipe va chercher des performances.»

Le PSG performant à des moments importants :
«Oui, le premier but est bien pour la confiance et pour la gestion du match. Bordeaux est une équipe avec un jeu ouvert qui est capable d’avoir des occasions, de marquer des buts. Quand nous étions dans le vestiaire, nous avons dit qu’il ne fallait pas leur donner l’option de revenir dans le match. C’est ce que nous avons fait en marquant le 3e but pour notre tranquillité. Dans l’esprit, nous avions dit aussi de continuer de jouer, de bien travailler la défense pour avoir de la constance, avec aussi des objectifs collectifs et individuels au niveau offensif. Je voulais que les joueurs qui entrent donnent dans les dernières minutes pour garder l’état d’esprit et aggraver le score.»

Thomas Meunier :

La préparation idéale avant PSG/Barça ?
«Oui, je pense bien. On a vu tout ce qu’une équipe en forme devait faire. On a été efficaces devant le but, on a été solides défensivement, on n’a pas pris de buts, on a fait pas mal de constructions, on a eu un jeu assez varié, court et long, des combinaisons à trois ou à deux en profondeur… On a vu un très bon PSG ce soir et c’est bon signe pour mardi.»

Sa folle percée qui fait rire le banc :
«Je crois qu’ils rigolaient surtout parce qu’il y en avait un accroché à ma jambe, l’autre qui me tirait le maillot (à la fin de l’action) et on siffle faute contre moi. J’ai trouvé ça un peu bizarre mais ce n’est pas grave.»

La concurrence avec Aurier :
«Il n’y a pas de hiérarchie, on se donne tous les deux à 100%, que ce soit à l’entraînement ou quand on a l’occasion de se montrer en compétition, la concurrence est super saine donc on est à 50/50 et le choix du coach fera toujours la différence. Maintenant, que ce soit moi ou lui, cela ne change rien pour l’équipe.»

PSG/Barça mardi soir :
«On le sent super bien, on sait qu’on a les qualités. On a un jeu un peu similaire, avec beaucoup de possession de balle et pas mal d’individualités qui peuvent faire la différence. On aura toutes nos chances, surtout avec le premier match à domicile.»


Le stade :

Le Matmut Atlantique
Le Matmut Atlantique

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s