Rennes – PSG 0-1, 14/01/17, Ligue 1 16-17

Photo Ch. Gavelle, psg.fr (image en taille et qualité d'origine: http://www.psg.fr/fr/Actus/105003/Galeries-Photos#!/fr/2016/3694/66756/match/Rennes-Paris-0-1/Rennes-Paris-0-1)

Samedi 14.01.2017, Championnat de France, Ligue 1, 20e journée (3e place) à Rennes, au Roazhon Park (de la Route de Lorient) :
STADE RENNAIS F.C. – PARIS SAINT-GERMAIN F.C.  0:1 (0:1)
– 29 054 spectateurs. But : Julian Draxler, 39′.
L’Équipe du PSG : Kevin Trapp – Thomas Meunier, Marcos Marquinhos, Thiago Silva, Layvin Kurzawa – Marco Verratti, Thiago Motta, Blaise Matuidi – Lucas Moura (Ángel Di María, 77′), Edinson Cavani (Hatem Ben Arfa, 70′), Julian Draxler (Adrien Rabiot, 73′). Entraîneur : Unai Emery.
Avertissements à Thiago Motta et Marco Verratti.


Maillot utilisé :

Troisième maillot 2016-17
Troisième maillot 2016-17

Photos du match :

Photo Ch. Gavelle, psg.fr (image en taille et qualité d'origine: http://www.psg.fr/fr/Actus/105003/Galeries-Photos#!/fr/2016/3694/66756/match/Rennes-Paris-0-1/Rennes-Paris-0-1)
Thomas Meunier (Ch. Gavelle)
Photo Ch. Gavelle, psg.fr (image en taille et qualité d'origine: http://www.psg.fr/fr/Actus/105003/Galeries-Photos#!/fr/2016/3694/66756/match/Rennes-Paris-0-1/Rennes-Paris-0-1)
Montée de Layvin Kurzawa (Ch. Gavelle)
Photo Ch. Gavelle, psg.fr (image en taille et qualité d'origine: http://www.psg.fr/fr/Actus/105003/Galeries-Photos#!/fr/2016/3694/66756/match/Rennes-Paris-0-1/Rennes-Paris-0-1)
Blaise Matuidi (Ch. Gavelle)
Photo Ch. Gavelle, psg.fr (image en taille et qualité d'origine: http://www.psg.fr/fr/Actus/105003/Galeries-Photos#!/fr/2016/3694/66756/match/Rennes-Paris-0-1/Rennes-Paris-0-1)
Thiago Motta met la pression sur Gourcuff (Ch. Gavelle)
Photo Ch. Gavelle, psg.fr (image en taille et qualité d'origine: http://www.psg.fr/fr/Actus/105003/Galeries-Photos#!/fr/2016/3694/66756/match/Rennes-Paris-0-1/Rennes-Paris-0-1)
Julian Draxlber sera le seul buteur du match (Ch. Gavelle)
Photo Ch. Gavelle, psg.fr (image en taille et qualité d'origine: http://www.psg.fr/fr/Actus/105003/Galeries-Photos#!/fr/2016/3694/66756/match/Rennes-Paris-0-1/Rennes-Paris-0-1)
La partie basse du parcage parisien (Ch. Gavelle)

Vidéo (cliquez sur le lien dans la vidéo) :


Compte-rendu (CulturePSG) :

Draxler signe ses débuts

Le PSG se déplaçait à Rennes ce samedi à l’occasion de la 20ème journée de Ligue 1 et le PSG s’est imposé 1-0 en Bretagne de façon très logique grâce à un but de sa recrue Julian Draxler. Paris a dominé la rencontre mais n’a jamais su se mettre totalement à l’abri et légèrement tremblé sur la fin. Le PSG signe malgré tout une belle victoire en Bretagne et revient à hauteur de Monaco.

Le match :

Le coup d’envoi est donné par le PSG dans une belle ambiance et Paris a une énorme occasion au bout de 40 secondes : Meunier est servi côté droit et transmet à Cavani dans l’axe qui contrôle. Face au gardien, il tire du pointu à côté de façon incroyable (1e) ! Paris prend la balle, tente de construire et est bien rentré dans le match puisque Paris obtient un premier corner mais celui-ci ne donne rien (5e). Rennes joue de son côté en contre et Grosicky, très remuant à gauche, obtient lui aussi un corner. C’est repoussé sur Prcic qui prend sa chance, sans réussite (8e). Paris répond avec une grosse occasion : Verratti décale Draxler qui efface Danzé d’une feinte puis trouve Costil sur sa frappe (9e). Si la rencontre s’équilibre un peu, Matuidi sollicite encore Costil sur une frappe puissante du gauche que le goal breton repousse (13e).

Au quart d’heure de jeu, Paris domine largement le match, s’est procuré trois belles occasions mais n’a pas pour autant ouvert le score malgré un nouveau corner. A ce temps fort initial succède une période de flottement entre les deux équipes et la précision parisienne se perd, à l’image d’un centre de Kurzawa facilement capté par Costil (25e). Rennes réussit de son côté une belle séquence mais la frappe de Gourcuff est hors-cadre (28e). Arrive alors un réel scandale : Draxler récupère un ballon haut et sert Verratti dans la surface qui dribble Costil. L’Italien est bien touché mais l’arbitre siffle une simulation, jugeant que Verratti se laisse tomber avant l’impact pourtant bien réel (29e).

La rencontre grimpe encore en intensité après ce tournant mais Rennes tient bon et offre une belle résistance. C’est finalement une action parisienne limpide qui va permettre l’ouverture du score : Motta trouve Verratti au coeur de jeu qui donne à Draxler côté gauche. Sans contrôle, il envoie une merveille de frappe enveloppée au ras du poteau côté opposé (0-1, 39e). Paris a logiquement ouvert le score et a presque l’opportunité de doubler la mise sur une frappe aux 18m de Matuidi. C’est malheureusement du droit et hors-cadre (42e). Au milieu de cette belle fin de mi-temps parisienne, on trouve toutefois un centre dangereux de Rennes que personne ne coupe (45e). A la pause, Paris mène 1-0 de façon tout à fait logique vu la qualité de la mi-temps délivrée par les hommes d’Unai Emery, le seul regret venant du penalty bien réel qui n’a pas été accordé.

La seconde mi-temps reprend sans changement mais avec une nouvelle discussion entre l’arbitre et Verratti. Paris se signale par une mauvaise passe de Draxler alors qu’il est en bonne position et Rennes obtient un corner sur le contre, qui ne donnera finalement rien (48e). Les locaux sont moins dominés dans ce début de mi-temps mais ils ne parviennent pas pour autant à être dangereux. Le premier quart d’heure est assez brouillon mais la seule occasion est parisienne : Draxler centre pour Lucas qui reprend hors du cadre de la tête au premier poteau (57e). Paris revoit ensuite la même scène qu’en première période se jouer : Cavani décale Motta dans la surface, l’Italien dribble Costil mais s’écroule et M. Bastien l’avertit, cette fois-ci de façon un peu plus logique (62e).

Rennes n’abandonne toutefois pas toute ambition et, après deux changements à l’heure de jeu, c’est Grosicki qui prend sa chance d’une jolie volée au second poteau, hors-cadre (68e). Sur une perte de balle de Thiago Silva bien exploitée, c’est le même Gosicki qui sert Saïd aux 18m mais Trapp capte tranquillement la tentative sans puissance de l’entrant (69e). Emery réagit en faisant entrer Ben Arfa à la place de Cavani (70e) puis Rabiot à la place de Draxler (73e), Matuidi passant un cran plus haut pour la fin de match. Lucas se réveille alors et réussit un gros slalom, finalement conclu par une frappe de Meunier dans la surface contrée alors qu’elle semblait bien partir (74e). Rennes reste proche et André tente sa chance de loin, une tentative repoussée en corner par Trapp (78e). Cela ne donne rien et Di Maraia gâche même le contre d’une frappe inutile.

Paris gère de façon frustrante, contenant bien les Rennais autant qu’ils se montrent imprécis en phase offensive, et Kurzawa doit par exemple tacler Diakhaby pour dévier en corner, il est repoussé puis repris de loin par Gourcuff, hors-cadre (82e). Cela chauffe sur le but du PSG qui ne tient plus la balle, un centre est mal repoussé et Prcic tente sa chance des 20m, sans attraper le cadre (83e). La plus belle occasion est pour Paris quand Ben Arfa décale Rabiot en retrait pour une grosse frappe mais Costil sort une belle parade (84e). Paris semble jouer la montre en cette fin de match, avec de nombreuses passes et temporisations mais fait peur à ses supporters. La dernière chance est finalement un corner sur une frappe déviée : c’est repoussé en deux temps et le PSG s’impose finalement 1-0 en Bretagne.

L’impact au classement :

Après le match, le classement est le suivant :
1. AS Monaco : 45 points (+39)
2. OGC Nice : 44 points (+21)
3. PSG : 42 points (+24)

Réactions :

Unai Emery :

Le match :
«Je crois que nous avons maîtrisé le match en première mi-temps avec le positionnement, le ballon et les joueurs Nous avons marqué un but et nous sommes beaucoup arrivés dans la surface adverse tandis que notre gardien n’a eu aucune occasion de prendre un but contre lui. On a un peu perdu ce positionnement en seconde mi-temps, l’équipe adverse a donné toutes ses forces pour marquer un but mais je crois que nous avons bien maîtrisé. Nous avons un peu souffert, ce qui est normal, et nous avons eu des bonnes occasions en contre-attaques. C’est important pour nous de marquer un deuxième but pour être tranquille mais je crois que, globalement, c’est un bon match pour nous.»

La concurrence :
«Nous avons besoin de concurrence, les joueurs sont prêts pour jouer et pour aider. Nous allons jouer beaucoup de matches, c’est sûr, et nous voulons qu’ils restent parce que la performance est importante pour gagner des matches. (Canal+ lui remontre les images de Cavani fâché à sa sortie) C’est normal, c’est le caractère de tous les joueurs quand ils sont sortis. Il veut aider plus l’équipe mais je crois qu’il a fait un bon travail. Je suis content.»

Un changement d’état d’esprit au PSG ?
«Oui, nous avons besoin de joueurs prêts, de continuer notre progression. Draxler va aussi aider l’équipe à de nombreux moments. Nous avons besoin que tous les joueurs soient prêts à aider l’équipe, qu’ils travaillent et je suis content car l’équipe est revenue après les vacances pour travailler très bien. »

La course au titre :
«On va continuer à regarder les autres équipes. L’OM s’est beaucoup amélioré et il est sûr que c’est un match difficile pour Monaco mais on commence la 2e partie de saison et il y a beaucoup de matches à jouer. Je regarde mon équipe, comment nous sommes et comment nous voulons arriver à être au cours des prochaines semaines parce qu’il est important que la progression de l’équipe continue, avec un bon travail et un bon état d’esprit.»

Blaise Matuidi :

Une victoire capitale ?
«Oui, bien sûr. Il y a peut-être des choses à améliorer sur ce match-là mais on avait besoin de confiance à l’extérieur. Il fallait gagner et c’est ce qu’on a fait. »

Du mental côté PSG :
«Il fallait être fort mentalement, costauds. Comme je l’ai dit, on n’a pas trop de confiance à l’extérieur donc il fallait engranger les points pour gagner en confiance. On sait qu’on est forts à domicile, il faut aussi être forts à l’extérieur maintenant et cela passe par des victoires comme cela aussi.»

La concurrence en attaque :
«Plus on a de joueurs forts, mieux c’est.»

Thomas Meunier :

Le but magnifique de Draxler :
«Je vais dire que c’est un très beau but collectif, on est 7 ou 8 joueurs à toucher le ballon avant que Julian ne la mette au fond. Un but à montrer dans les écoles de foot comme on dit.»

L’arrivée de Draxler et ce qu’elle implique :
«Tout d’abord, il apporte une certaine concurrence donc c’est super important pour moi. C’est un joueur qui a le niveau pour le PSG et même plus haut. C’est le style de joueurs que j’apprécie : simple, technique, il sait ce qu’il y a à faire au bon moment. Même sans ballon, il fait d’excellents déplacements, on l’a vu sur le but. Pour moi, c’est une très bonne recrue.»

Pas totalement satisfaits du match ?
«Non. C’est simple : on est restés presque 35 minutes dans notre partie de terrain en seconde période, ce n’est pas normal pour une équipe comme Paris. Pour moi, on peut faire encore plus et on doit vraiment asseoir cette domination. La 1e mi-temps était assez bonne et on a été un peu plus dominés en seconde, je trouve ça dommage. Il y avait un peu de frustration, ce n’était pas clair, pas net. Maintenant, on a qualitativement un groupe formidable et on arrive toujours à faire la différence. On a bien tenu défensivement, tout le monde a travaillé et, au niveau de la mentalité, cela a été exemplaire. Tout le monde s’est battu et, même si on a perdu pas mal de ballons un peu bêtement, entre guillemets, chacun a travaillé pour l’autre et c’est bien. »

Un changement d’état d’esprit à la trêve ?
«On savait qu’il y avait une petite remise en question à faire, surtout en déplacement parce que voilà, il y a eu des doutes qui se sont installés par moments mais on a repris du poil de la bête face à une équipe de Rennes qui n’avait eu qu’une défaite à domicile depuis le début du championnat. C’était très important. Et puis il y a un match Marseille/Monaco aussi donc j’espère que nos amis marseillais vont faire un bon petit résultat, cela sera bénéfique pour tout le monde. Dire « allez l’OM » ? Non, vous savez, moi je suis un supporter neutre, mon championnat, c’est la Belgique (rires).»

Unai Emery très présent auprès de lui sur la touche :
«Il est consciencieux, il aime les détails. A un moment, je trouvais qu’on jouait trop bas et j’essayais d’apporter un peu plus de profondeur, il préférait que je garde ma position. Ce sont encore des petits trucs à travailler. Cela me frustrait un peu, je devais rester en place et ne pas bouger alors que j’avais encore énormément d’envie d’aller vers l’avant mais il faut travailler pour le groupe et on verra plus tard pour mes envies personnelles. »


Le stade :

Le Roazhon Park
Le Roazhon Park

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s