PSG – Nice 2-2, 11/12/16, Ligue 1 16-17

Photo Ch. Gavelle, psg.fr (image en taille et qualité d'origine: http://www.psg.fr/fr/Actus/105003/Galeries-Photos#!/fr/2016/3691/65850/match/Paris-Nice-2-2/Paris-Nice-2-2)

Dimanche 11.12.2016, Championnat de France, Ligue 1, 17e journée (3e place) à Paris, au Parc des Princes :
PARIS SAINT-GERMAIN F.C. – O.G.C. NICE  2:2 (0:2)
– 47 665 spectateurs. Buts : W.Cyprien, 32′, Plea, 45’+3 ; Edinson Cavani, 46′, Edinson Cavani, 60′.
L’Équipe du PSG : Alphonse Aréola – Serge Aurier, Marcos Marquinhos, Thiago Silva, Layvin Kurzawa – Marco Verratti (Hatem Ben Arfa, 75′), Grzegorz Krychówiak (Lucas Moura, 46′), Thiago Motta – Ángel Di María (Thomas Meunier, 83′), Edinson Cavani, Blaise Matuidi. Entraîneur : Unai Emery.
Avertissements à Layvin Kurzawa et Thiago Motta.


Maillot utilisé :

Maillot domicile 16-17
Maillot domicile 16-17

Photos du match :

Photo Ch. Gavelle, psg.fr (image en taille et qualité d'origine: http://www.psg.fr/fr/Actus/105003/Galeries-Photos#!/fr/2016/3691/65850/match/Paris-Nice-2-2/Paris-Nice-2-2)
Serge Aurier et Angel Di Maria (Ch. Gavelle)
Photo Ch. Gavelle, psg.fr (image en taille et qualité d'origine: http://www.psg.fr/fr/Actus/105003/Galeries-Photos#!/fr/2016/3691/65850/match/Paris-Nice-2-2/Paris-Nice-2-2)
Une des nombreuses actions chaudes devant le but de Cardinale (Ch. Gavelle)
Photo Ch. Gavelle, psg.fr (image en taille et qualité d'origine: http://www.psg.fr/fr/Actus/105003/Galeries-Photos#!/fr/2016/3691/65850/match/Paris-Nice-2-2/Paris-Nice-2-2)
Marco Verratti (Ch. Gavelle)
Photo Ch. Gavelle, psg.fr (image en taille et qualité d'origine: http://www.psg.fr/fr/Actus/105003/Galeries-Photos#!/fr/2016/3691/65850/match/Paris-Nice-2-2/Paris-Nice-2-2)
La joie des Parisiens après le premier but d’Edinson Cavani (Ch. Gavelle)
Photo Ch. Gavelle, psg.fr (image en taille et qualité d'origine: http://www.psg.fr/fr/Actus/105003/Galeries-Photos#!/fr/2016/3691/65850/match/Paris-Nice-2-2/Paris-Nice-2-2)
Blaise Matuidi (Ch. Gavelle)

Vidéo (cliquez sur le lien dans la vidéo) :


Compte-rendu (CulturePSG) :

Paris peut être frustré

Le PSG recevait l’OGC Nice pour le match au sommet de la 17ème journée de Ligue 1 et les Parisiens ont dû se contenter d’un match nul 2-2. Paris a réussi deux bonnes mi-temps mais était mené 2-0 à la pause. Paris va finalement revenir en peu de temps après la pause (doublé de Cavani) mais ne parviendra pas à arracher la victoire.

Le match :

Les deux équipes entrent sur le terrain dans une très belle ambiance et Paris se montre vite offensif et déterminé dans son système Chamions League, avec Matuidi ailier gauche. Les premières minutes sont intenses et Nice montre vite sa volonté mais le 1er centre est pour Di Maria (3e). Paris presse très haut et Cardinale doit même dégager en touche. Paris s’offre une première accélération côté droit avec un double une-deux conclu par un centre d’Aurier. Kurzawa arrive et frappe aux 20m, Cardonale repousse au ras de son poteau sur Cavani qui tire sur le gardien en angle fermé (7e) ! Sur le corner, Thiago Silva reprend de la tête mais Cardinale est bien présent pour capter sur sa ligne (8e).

Paris mange complètement Nice dans l’intensité et n’arrive à rien dans ses 10 premières minutes, à l’image d’un centre raté de Pereira (10e). Nice prend même un 1er avertissement quand Sarr est en retard sur Di Maria (11e). Cardinale est aussi trop juste dans une sortie aérienne et relâche mais Cavani ne parvient pas à exploiter le ballon (13e). Si Paris desserre un peu l’étreinte, Kurzawa parvient tout de même à centrer mais Di Maria est trop court à la réception (17e). Aurier est encore dans son couloir et centre mais Dante dévie et Kurzawa reprend de l’autre côté, hors-cadre cette fois-ci (21e). Paris pousse, surtout côté droit, et obtient son 2e corner mais personne n’arrive à l’exploiter (24e). Kurzawa tente d’équilibrer le jeu et fait un joli numéro côté gauche mais son centre puissant est capté (26e). Il provoque encore un bon coup-franc qui se transformera en corner mais Matuidi ne cadre pas sa tête au 1er poteau (30e).

Côté Niçois, on sort rarement de sa moitié de terrain mais le Gym va obtenir un bon coup-franc aux 25m, plein axe, sur une faute de Thiago Motta. Cyprien s’élance et envoie une frappe superbe au fond des filets après avoir contourné le mur (0-1, 32e). Sur l’engagement, Di Maria arrive jusque dans la surface mais la frappe de Di Maria est contrée dans la surface (33e). Paris est frustré de ce hold-up en cours et Kurzawa monte encore : il centre, le Niçois se loupe et cela retombe sur Cavani qui est surpris et ne cadre pas (35e). Paris pousse et obtient des corners mais Di Maria gâche les munitions (36e, 38e). Verratti offre également une énorme occasion au PSG : il trouve Cavani derrière la surface d’une louche sublime, le contrôle de l’attaquant est correct mais la reprirse du gauche est ratée et Cardinale capte (41e).

La fin de mi-temps est toujours à sens unique mais Thiago Silva n’attrape pas le cadre sur un nouveau corner (45e). La plus grosse occasion semble toutefois être pour Cyprien qui tente sa chance de 25m et n’attrape pas le cadre d’un souffle (45e+2). Sur un ballon anodin, l’OGC Nice va finalement doubler le score : Dalbert déborde côté gauche et centre dans l’axe : Thiago Silva et Marquinhos se loupent de façon incroyable, le ballon retombe sur Pléa qui ajuste Areola (0-2, 45e+3).

A la pause, Paris est donc mené de deux buts en ayant largement dominé dans le jeu et Emery fait donc rentrer Lucas à la place de Krychowiak. L’effet est immédiat, Verratti décale Aurier qui centre au cordeau pour Cavani. L’Uruguayen est là pour reprendre et ramène le PSG à un but d’écart (1-2, 46e).

Paris pousse, Kurzawa déborde et Cardinale ne peut que détourner en corner, mal exploité (48e). Le ton monte sur le terrain, les contacts se multiplient mais Paris n’arrive pas forcément à enchaîner les temps de jeu. Silva anticipe toutefois devant Belhanda, Matuidi prend la balle et frappe fort mais Cardinale est bien placé (55e). Nice sort enfin après de sa moitié de terrain et Cyprien est trouvé aux 18m par Ricardo Pereira. En superbe position, il frappe fort au-dessus (57e). Le PSG va finalement égaliser dès l’heure de jeu : Kurzawa centre, Cardinale dégage des poings sur Dante et Cavani est là dans les 6m pour marquer de près (2-2, 60e).

On croit même que le PSG marque un troisième but par Cavani sur un corner mal renvoyé par Pléa mais l’Urugayen frappe fort à côté (62e). Le PSG a toujours la balle et domine mais Nice tient bon, à l’image de cette frappe enveloppée de Di Maria que Cardinale capte bien (65e). Dante aide aussi son gardien en intervenant devant Cavani sur un centre d’Aurier (68e). On retrouve Cavani pour lancer Di Maria mais la frappe de l’Argentin est bien trop molle (70e). Peu à peu, globalement, Paris laisse un peu plus respirer les Niçois qui tentent de reprendre la balle et enchaînent quelques séquence de touches de balle. Côté Parisien, on marque un but superbe collectivement par Cavani mais Matuidi est hors-jeu (74e).

Le coaching entre en jeu à 15 minutes de la fin avec les entrées de Balotelli et Ben Arfa pour Pléa et Verratti, tous deux à bout de soufle après leur grosse partie. Le rythme a fortement baissé et Balotelli se signale par une tentative de 35m tranquillement captée par Areola (80e). Paris paraît même carbonisé dans ces 10 dernières minutes et peine à faire vivre le ballon, encore plus à être dangereux, à l’image de cette passe ratée de Ben Arfa (82e). Emery le sent et sort le décevant Di Maria pour Meunier. Ben Arfa fait parcourir un frisson sur un centre tir que Cavani reprend à côté (et hors-jeu) (88e). On pense que Paris va marquer un 3e but sur une tête de Kurzawa mais Cardinale se détend au ras du poteau (91e).

Paris doit finalement se contenter d’un match nul 2-2 très bien payé pour les Niçois vu la configuration du match.

L’impact au classement :

Après le match, le classement est le suivant :
1.OGC Nice : 40 points (+20)
2.AS Monaco : 39 points (+37)
3.PSG : 36 points (+19)

Réactions :

Unai Emery :

Krychowiak encore sorti dès la mi-temps :
«Tous les joueurs sont mes joueurs de confiance. Il n’y a pas un joueur qui l’est plus que l’autre. Ils sont tous pareils, dans mon travail avec les joueurs. Tous les joueurs ont une capacité, une qualité et pour tous les matches, nous pensons à quels joueurs doivent commencer avec une argumentation. Mais j’ai la même confiance en tous les joueurs. Et quand ces joueurs donnent une bonne attitude, je suis content. Il n’y a aucun doute sur l’attitude Krychowiak. Après, il va faire mieux. Aujourd’hui, il est sorti parce que j’ai un peu changé, non pas l’idée, mais un joueur pour aller chercher un autre résultat. […] Au milieu, nous avons deux joueurs blessés. »

Un résultat qui le satisfait ?
«Satisfait ? Satisfait. Mais ce n’est pas un bon résultat. Après, je vais chercher pourquoi et faire une analyse mais, aujourd’hui, je suis très content de beaucoup de très bonnes choses. Pas du résultat mais de beaucoup de choses. Parce que l’équipe a eu une réaction à 0-2 alors que c’était injuste à l’issue de la 1e mi-temps. On méritait mieux, on avait la maîtrise, on a attaqué et on s’est créé des occasions. On doit continuer à travailler l’efficacité, la constance. Après, Nice est une bonne équipe, elle a bien joué ce soir, ils ont aussi eu des bon moments et c’est une équipe qui est arrivée pleine de confiance. C’est ça : dès qu’ils sont arrivés dans notre surface, ils ont marqué. Après, la réaction de l’équipe a été très importante : elle a démontré après l’injustice de la 1e mi-temps qu’elle avait du coeur, que les joueurs, l’équipe, ont du coeur. Et c’est très important. Il y a l’intelligence, la qualité mais, après, il y a le coeur. Et l’équipe l’a démontré. Elle méritait de gagner, elle ne l’a pas fait, mais je suis satisfait de beaucoup de choses aujourd’hui. Cette équipe a montré que, pour le futur, avec quelques améliorations… Je crois que c’est une équipe avec du caractère. Ce n’est pas suffisant, c’est clair, mais c’est important. »

Que s’est-il passé à la mi-temps ?
«Tous les joueurs importants ont été impliqués. Ils ressentent beaucoup le PSG. Tous. Les cadres plus, mais tous aussi. Dans les vestiaires, nous n’avons pas parlé de la 1e mi-temps ni fait une analyse parce que je crois que c’était quelque chose d’injuste mais que cela s’était quand même produit. Et c’est le football ! C’est aussi ça. Après, il fallait oublier la frustration car quelques joueurs sont rentrés avec. C’est normal, moi aussi, mais je l’ai oubliée totalement quand je suis rentré dans le vestiaire. Et j’ai commencé à faire, à faire, à faire. Après, nous avons parlé avec l’équipe de l’opportunité que te donne le football en 2e mi-temps. A 2-0, c’est difficile mais la réaction de l’équipe a été bonne. Et elle aurait mérité de gagner, avec tout le respect que j’ai pour Nice qui est une bonne équipe. Aujourd’hui, nous n’avons pas gagné le championnat, ni perdu. La différence est de quatre points. C’est juste vu la saison et le travail de Nice. Mais on va continuer»

Le public mécontent à la fin du match
«Oui, c’est normal que les supporters soient préoccupés. Je le suis aussi parce que je suis responsable et que mon travail est d’améliorer l’équipe, de préparer le prochain match mais des choses ont été importantes aujourd’hui et elles ont été bonnes. Le résultat n’est pas bon mais la réaction à 0-2 a été bonne. »

Aucune grande équipe battue par le PSG :
«C’est le football ! Tu m’as parlé du mérite de l’équipe mais c’est clair que nous avons mérité de gagner pour moi. Les matches que tu m’as cités (OM, Arsenal), nous n’avons pas gagné mais nous aurions mérité, comme aujourd’hui. Après, il y a des choses positives et négatives. En positif, on n’a pas perdu un match à la maison et, en négatif, on a donné trois matches nuls. Et sur ceux-ci, on aurait clairement mérité d’en gagner deux. Mais c’est le football. Iil faut améliorer l’efficacité, c’est clair, la travailler. Il faut aussi travailler la capacité de l’équipe (à se créer des occasions).»

Trop dépendant de Cavani ?
«J’ai vu qu’il a marqué deux buts et, sur les deux autres occasions qu’il a, il aurait pu en marquer deux autres. C’est un attaquant qui se procure beaucoup d’occasions. Je lui ai dit, il doit travailler l’efficacité. C’est important, quand il ne marque pas, qu’il reste frais dans la tête pour maintenir la constance. Après, nous avons besoin des autres joueurs pour marquer, c’est clair. Nous avons besoin qu’ils entrent dans la surface, qu’ils marquent, c’est clair. »

Le cas Di Maria :
«Il y a deux chemins pour moi : l’enlever du onze ou continuer à lui donner de la confiance. Regardez qui est le meilleur joueur pour cette position. C’est plus facile de l’enlever quand le joueur est mal. Mais je préfère donner de la confiance. Après, c’est clair que la confiance n’est pas que dans une direction, pas seulement de moi à lui, ou de l’équipe à lui, ou du PSG à lui, ou des supporters à lui. C’est qu’il doit nous rendre cette confiance. Et la patience, c’est important dans le football. Mais le résultat est très important dans la performance. Aujourd’hui, on va continuer à donner confiance au joueur.»


Le stade :

Le Parc des Princes
Le Parc des Princes

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s