Bâle – PSG 1-2, 01/11/16, Ligue des Champions 16-17

La superbe reprise de volée de Thomas Meunier à la 90ème : 2-1 pour Paris! (F. Fife)

Mardi 01.11.2016, Ligue des Champions, Groupe A, 4e journée (2e place) à Bâle, au Parc Saint-Jacques :
F.C. BÂLE (Sui.) – PARIS SAINT-GERMAIN F.C.  1:2 (0:1)
– 34 639 spectateurs. Buts : Blaise Matuidi, 43′ ; Zuffi, 76′, Thomas Meunier, 90′.
L’Équipe du PSG : Alphonse Aréola – Thomas Meunier, Marcos Marquinhos, Thiago Silva (Grzegorz Krychówiak, 46′), Layvin Kurzawa – Marco Verratti, Thiago Motta, Blaise Matuidi (Adrien Rabiot, 77′) – Ángel Di María, Edinson Cavani, Lucas Moura (Jesé Rodríguez, 83′). Entraîneur : Unai Emery.
Avertissements à Layvin Kurzawa et Marco Verratti.
Expulsion : Serey Dié, 84′.


Maillot utilisé (avec sponsors en version Europe) :

Troisième maillot 2016-17
Troisième maillot 2016-17

Photos du match :

Photo Ch. Gavelle, psg.fr (image en taille et qualité d'origine: http://www.psg.fr/fr/Actus/105003/Galeries-Photos#!/fr/2016/3788/64726/match/Bale-Paris-1-2/Bale-Paris-1-2)
Les Parisiens avant le coup d’envoi (Ch. Gavelle)
Photo Ch. Gavelle, psg.fr (image en taille et qualité d'origine: http://www.psg.fr/fr/Actus/105003/Galeries-Photos#!/fr/2016/3788/64726/match/Bale-Paris-1-2/Bale-Paris-1-2)
Contrôle d’Angel Di Maria (Ch. Gavelle)
Photo Ch. Gavelle, psg.fr (image en taille et qualité d'origine: http://www.psg.fr/fr/Actus/105003/Galeries-Photos#!/fr/2016/3788/64726/match/Bale-Paris-1-2/Bale-Paris-1-2)
Une montée de Thomas Meunier, très performant offensivement (Ch. Gavelle)
Photo Ch. Gavelle, psg.fr (image en taille et qualité d'origine: http://www.psg.fr/fr/Actus/105003/Galeries-Photos#!/fr/2016/3788/64726/match/Bale-Paris-1-2/Bale-Paris-1-2)
Blaise Matuidi dévie un tire de Meunier : 1-0 (Ch. Gavelle)
La superbe reprise de volée de Thomas Meunier à la 90ème : 2-1 pour Paris! (F. Fife)
La superbe reprise de volée de Thomas Meunier à la 90ème : 2-1 pour Paris! (F. Fife)
Photo Ch. Gavelle, psg.fr (image en taille et qualité d'origine: http://www.psg.fr/fr/Actus/105003/Galeries-Photos#!/fr/2016/3788/64726/match/Bale-Paris-1-2/Bale-Paris-1-2)
Le parcage parisien (Ch. Gavelle)

Vidéo :


Compte-rendu (CulturePSG) :

Un éclair de Meunier qualifie Paris

En déplacement à Bâle, les Parisiens ont attendu la dernière minute et un bijou de Thomas Meunier pour s’imposer 2-1 dans un match qu’ils ont largement dominé et auraient dû boucler avant. Paris est qualifié pour les 8e de finale mais s’est fait peur.

Le match :

Dans un Parc Saint-Jacques qui a sorti ses habits de gala, le PSG prend vite la main et teste d’abord la défense suisse sur des ballons en profondeur pas forcément bien gérés par les locaux (2e, 4e). Côté Bâlois, on subit et on envoie parfois des sales coups, à l’image d’une vilaine béquille de Suchy sur Cavani (10e). Malgré tout, la première occasion est bâloise avec un centre repris presque par hasard au second poteau par Delgado. Sa demi-volée est captée par Areola, serein (15e).

Paris répond par un gros temps fort qui commence avec une énorme occasion : Verratti lance Cavani en profondeur et, seul dans la surface, le Matador tente un lob qu’il va malheureusement complètement rater (19e). A l’issue d’une sortie de balle exquise et d’une action rondement menée, on retrouve le même Verratti à l’entrée de la surface mais sa frappe n’attrape pas plus la lucarne visée (20e). Paris va même marquer un but superbe sur une action à une touche de balle entre Kurzawa, Matuidi, Di Maria et Cavani mais le milieu français était hors-jeu sur son appel dans la surface et l’arbitre le signale (23e). On retrouve également Meunier en bonne position pour centrer sur Cavani mais Gaber dégage en catastrophe (28e).

Bâle va toutefois reprendre pied et oppose une belle résistance, même si Di Maria tente une frappe déviée (35e). Sur le corner, un contre part et Meunier offre une superbe position de frappe aux 20m en renvoyant mal un centre mais Delgado loupe sa reprise directe (36e). Paris s’offre une belle occasion par Di Maria sur un long ballon de Thiago Silva mais le goal sort bien et l’arbitre avait sifflé, à tort, un hors-jeu (37e). Bâle se signale d’une autre façon, quand Bjarnason pousse Thiago Silva sur Areola sur une sortie aérienne. Le choc est violent et le défenseur parisien reste au sol durant quelques minutes avant de sortir puis de revenir (39e).

Paris va finalement ouvrir le score sur un coup du sort : Lucas tire un corner mais il est renvoyé par le dos de Marquinhos au second poteau et Meunier reprend de volée. Matuidi se retrouve sur la trajectoire et marque d’une talonnade involontaire, dans un style plus matuidiesque que jamais (0-1, 43e). Bâle se signale par un nouveau mauvais coup quand Steffen vient percuter un Areola qui se rebelle mais le plus dur est fait à la pause : Paris a enfin concrétisé et mène 1-0. Il a pourtant perdu gros puisque Thiago Silva ne reviendra pas et est remplacé en défense centrale par Krychowiak.

Le PSG est dangereux au bout de 35 secondes à peine quand le ballon revient sur Lucas après une action confuse de Cavani mais la frappe puissante du Brésilien est sur le goal et repoussée (46e). Paris joue de façon plus directe et Di Maria obtient un corner : sur celui-ci, Motta tente une tête lobée mais ce n’est pas cadré (50e). C’est ensuite Meunier qui se montre à l’issue d’une action rapide mais son extérieur du pied droit sans contrôle est capté proprement (52e). Paris régale encore sur une action collective magistrale mais Lucas préfère servir Cavani dans la surface alors qu’il était seul face au but et l’Uruguayen est mal placé pour conclure (58e). Et sur le corner qui suit, la tête décroisée de Kurzawa l’est malheureusement trop (59e).

Paris multiplie les actions mais ne marque toujours pas et, sur une action dans la surface entre Verratti et Di Maria, l’Argentin frappe trop mollement sur le gardien (64e). Le PSG se fait même peur, notamment quand Motta tire bien le maillot de Janko sur un corner (70e). Paris se montre aussi dangereux sur corner mais la tête de Motta au second poteau n’est pas cadrée (75e). Le coup de théâtre arrive pourtant juste après sur une frappe incroyable de Zuffi : excentré côté droit, il frappe de plus de 30m et lobe Areola, guère inspiré et visiblement plutôt en attente d’un centre (1-1, 76e).

Les Parisiens réagissent vite et Lucas envoie une belle frappe sur coup-franc mais le goal repousse en corner. Celui-ci donne une seconde chance mais Meunier rate sa reprise au second poteau en bonne position (80e). Le match part dans tous les sens et Cavani marque un but suite à une frappe loupée de Di Maria, logiquement refusé pour hors-jeu (80e). Bâle finit à 10 avec l’expulsion logique de Dié mais se montre toutefois dangereux sur un coup de pied arrêté qu’un joueur reprend au second poteau (85e). Alors qu’on pense que le match va échapper au PSG maglré un nombre incroyable d’occasions, Meunier sort de sa boîte et marque un but exceptionnel d’une reprise de volée pleine lucarne depuis les 20m (1-2, 90e).

Paris s’offre une dernière énorme occasion sur un 3 contre 1 dans la surface mais Di Maria choisit la frappe en angle fermée et bute sur le goal (92e). Le PSG s’impose finalement 2-1 à Bâle en ayant encore gâché un nombre incroyable d’occasions mais confirme sa montée en puissance.

L’impact au classement :

Suite à ce résultat, le PSG a désormais 10 points et partage la tête du groupe avec Arsenal. Les Gunners ont toutefois une meilleure différence de buts générale (+9 contre +6), la particulière étant la même, et ils sont donc en tête. Les deux équipes sont qualifiées pour le tour suivant.

Réactions :

Unai Emery:

Un match difficile
«Je suis content : nous avions besoin de gagner le match avec de la confiance et avec un bon jeu. Je crois que l’équipe a maîtrisé le match avec un positionnement sur le terrain bon aussi en défense qu’en attaque durant toute la partie. Quand il y a 1-0, il est important de marquer le deuxième but et l’équipe a tout le temps cherché à le marquer mais une possibilité de l’adversaire est possible. Ils ont marqué et c’était le moment difficile dans le match, quand tu as tout fait pour gagner et que l’équipe adverse égalise. Après, nous avons joué dans les 15 dernières minutes pour marquer le deuxième, nous l’avons cherché et nous sommes très contents. Pour moi, aujourd’hui, après le match et la qualification, c’est important que l’équipe ait plus de confiance. Elle a joué comme nous le voulons durant beaucoup de minutes dans le match et nous avons gagné.»

Des joueurs qui comprennent les directives :
«C’est une progression dans le travail, nous nous améliorons les uns les autres, en équipe. Après, on cherche la confiance individuellement et collectivement. Je crois que c’est une adaptation importante dans le temps mais, aujourd’hui, avec les trois points et la façon dont l’équipe a joué aujourd’hui, suite au match de Lille où nous avions bien joué, je crois qu’on était dans la continuité aujourd’hui et qu’on s’est améliorés. Nous nous sommes améliorés tactiquement, en défense et en attaque, après le match contre Bâle à la maison. Je crois que c’est le chemin mais nous cherchons à nous améliorer tous les jours et à donner de la confiance aux joueurs qui débutent les matches mais aussi aux autres.»

Le réalisme en berne :
«Oui… C’est clair. Je suis content quand l’équipe a des occasions car je crois que c’est le plus important, que l’équipe joue bien pour créer des occasions. Après, il faut que les joueurs aient de la confiance pour améliorer cette finition, pas seulement Cavani mais aussi les autres joueurs. Nous voulons et nous pouvons nous améliorer pour marquer les buts dont nous avons besoin. »

Thomas Meunier :

Un match très difficile :
«Très dur. On était au courant que le match n’allait pas être facile puisque Bâle a d’emblée joué avec un bon bloc défensif. Ce n’était pas évident de trouver des solutions, surtout au niveau central, donc on a dû écarter le bloc et il y a eu pas mal d’espace sur les flancs. Je m’y suis bien retrouvé, j’ai fait deux ou trois bonnes montées en première période qui ont été très dangereuses puis, en seconde mi-temps, tout le monde a travaillé en pensant à l’équipe avant tout. Pour le reste, j’ai marqué un superbe but mais, cinq minutes avant, je devais la mettre aussi sur le corner de Lucas. Je me suis bien rattrapé et je suis heureux de l’issue de la rencontre. »

Son but complètement fou :
«Ce qui est à souligner, c’est la passe d’Adrien parce qu’il y avait énormément de monde dans le rectangle et il aurait pu juste la mettre dans les 16m et espérer une reprise de la tête ou quelque chose comme ça. Il m’a vu esseulé aux 16m et voilà. J’étais obligé de la tenter sinon j’aurais un peu gardé l’action et ça a été un très joli moment. Cela restera dans mes souvenirs.»

Blaise Matuidi :

Le match :
«Ce soir, il y avait la qualification à aller chercher, ce qu’on a fait. On avait vu que Bâle avait fait de bons résultats précédemment contre de grandes équipes comme Chelsea ou Liverpool. On savait que ça allait être compliqué, c’est une équipe qui, à domicile, ne perd pas beaucoup. Je pense qu’on a plutôt bien maîtrisé la rencontre, avec le monopole du ballon, on s’est créé beaucoup de situations et on aurait pu mettre quelques buts de plus. Ils marquent un superbe but sur l’égalisation mais Thomas Meunier fait une reprise incroyable. Ce soir, il y avait du beau jeu, des belles actions et des beaux buts. C’est bien pour la suite. »

Le réalisme en berne :
«Il faut qu’on progresse à ce niveau-là. Il y aura des matches où on n’aura pas beaucoup de situations et il faudra les mettre au fond. Cela fait partie du football et le plus difficile dans un match est de marquer des buts. On le sait. L’essentiel, c’est d’avoir eu les trois points. Maintenant, l’objectif, c’est la première place avec ce duel face à Arsenal. On a vu qu’Arsenal a eu un peu de mal à Ludogorets et on le savait parce que c’est très dur d’aller jouer là-bas. Il y aura cette petite finale pour la première place lors du prochain match. On va tout faire pour gagner, il nous reste deux matches. Il faut aller chercher deux victoires.»

Un déclic il ya peu ?
«Non, c’est l’enchaînement des bons résultats qui fait qu’on engrange de la confiance. Même si on n’avait pas gagné contre Marseille, on avait été très bons et on s’était procurés des occasions. Paris arrive. Il y a eu beaucoup de changements et c’est normal, le temps que tout se mette en place. Nous, on n’a jamais douté, on travaille énormément à l’entraînement et le staff fait beaucoup de choses pour qu’on puisse progresser et que ça porte ses fruits en terme de résultats. C’est le plus important dans le football.»


Le stade :

Le Parc Saint-Jacques
Le Parc Saint-Jacques

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s