PSG – Bâle 3-0, 19/10/16, Ligue des Champions 16-17

Photo Ch. Gavelle, PSG.fr (image en taille et qualité d'origine: http://www.psg.fr/fr/Actus/105003/Galeries-Photos#!/fr/2016/3787/64312/match/Paris-Bale-3-0/Paris-Bale-3-0)

Mercredi 19.10.2016, Ligue des Champions, Groupe A, 3e journée (2e place) à Paris, au Parc des Princes :
PARIS SAINT-GERMAIN F.C. – F.C. BÂLE (Sui.)  3:0 (1:0)
– 46 488 spectateurs. Buts : Ángel Di María, 40′ ; Lucas Moura, 62′, Edinson Cavani, 90’+3 sur penalty.
L’Équipe du PSG : Alphonse Aréola – Serge Aurier, Marcos Marquinhos, Thiago Silva, Layvin Kurzawa – Adrien Rabiot, Marco Verratti, Blaise Matuidi (Grzegorz Krychówiak, 83′) – Lucas Moura (Hatem Ben Arfa, 81′), Edinson Cavani, Ángel Di María (Jesé Rodríguez, 86′). Entraîneur : Unai Emery.
Avertissement à Adrien Rabiot.


Maillot utilisé (avec sponsors en version Europe) :

Maillot domicile 16-17
Maillot domicile 16-17

Billet :

1617_psg_bale_billet


Photos du match :

Photo Ch. Gavelle, PSG.fr (image en taille et qualité d'origine: http://www.psg.fr/fr/Actus/105003/Galeries-Photos#!/fr/2016/3787/64312/match/Paris-Bale-3-0/Paris-Bale-3-0)
Les Parisiens avant le coup d’envoi (Ch. Gavelle)
Photo Ch. Gavelle, PSG.fr (image en taille et qualité d'origine: http://www.psg.fr/fr/Actus/105003/Galeries-Photos#!/fr/2016/3787/64312/match/Paris-Bale-3-0/Paris-Bale-3-0)
Si la chance est l’apanage des grands gardiens, Alphonse Aréola aura été très grand face à Bâle en étant supléé à trois reprises par ses montants (Ch. Gavelle)
Photo Ch. Gavelle, PSG.fr (image en taille et qualité d'origine: http://www.psg.fr/fr/Actus/105003/Galeries-Photos#!/fr/2016/3787/64312/match/Paris-Bale-3-0/Paris-Bale-3-0)
Serge Aurier (Ch. Gavelle)
Photo Ch. Gavelle, PSG.fr (image en taille et qualité d'origine: http://www.psg.fr/fr/Actus/105003/Galeries-Photos#!/fr/2016/3787/64312/match/Paris-Bale-3-0/Paris-Bale-3-0)
La joie d’Angel Di Maria après son ouverture du score juste avant la mi-temps (Ch. Gavelle)
Photo Ch. Gavelle, PSG.fr (image en taille et qualité d'origine: http://www.psg.fr/fr/Actus/105003/Galeries-Photos#!/fr/2016/3787/64312/match/Paris-Bale-3-0/Paris-Bale-3-0)
Blaise Matuidi balle au pied (Ch. Gavelle)
Photo Ch. Gavelle, PSG.fr (image en taille et qualité d'origine: http://www.psg.fr/fr/Actus/105003/Galeries-Photos#!/fr/2016/3787/64312/match/Paris-Bale-3-0/Paris-Bale-3-0)
Adrien Rabiot, le meilleur parisien face aux Suisses (Ch. Gavelle)
Le Collectif Ultra, officiellement présent à Auteuil
Le Collectif Ultra Paris, officiellement présent à Auteuil

Vidéo :


Compte-rendu (CulturePSG) :

Paris était verni

Dans un match que le PSG n’a jamais vraiment su aborder, Paris s’est pourtant imposé au 3-0 au Parc des Princes grâce à des buts de Di Maria, Lucas et Cavani. Bâle peut avoir de gros regrets après avoir touché à trois reprises les montants parisiens, dont deux fois à 0-0.

Le match :

Dans un Parc des Princes qui n’est pas plein mais animé par la centaine d’ultras qui a pu rentrer, le PSG tente d’imposer son jeu mais Bâle est en place et se crée même la première occasion sur un corner au second poteau. Bjarnason remise pour Lang qui trouve la transversale de la tête avant qu’Areola ne capte (5e). Côté PSG, on tarde à trouver des espaces dans le bloc adverse, à l’image de Cavani bien repris alors que Rabiot l’avait trouvé en bonne position (9e). Bâle est infiniment plus tranchant et Doumbia domine Thiago Silva puis lance en profondeur Steffen. Areola sort bien à l’entrée de la surface et gagne son duel face à l’attaquant puis Doumbia rate sa reprise en excellente position (11e). Paris souffre et il faut encore une intervention de Kurzawa pour dégager en corner sur un centre dangereux (20e).

Paris est complètement anesthésié et Rabiot se retrouve à tenter sa chance de plus de 25m, sans réussite (27e). Un bon repssing de Lucas offre toutefois une belle occasion. Décalé côté droit par Verratti, il envoie un bon centre au second poteau que Di Maria reprend d’une volée trop croisée de peu (30e). Et alors que Paris semble aller mieux, Bâle trouve une nouvelle fois le montant par Doumbia sur un long centre au second poteau, Kurzawa étant trop seul pour gérer deux joueurs. Sur le contre, Rabiot tente sa chance des 20m et force le goal suisse à faire son premier arrêt (36e). Paris va finalement ouvrir le score de façon chaotique : Rabiot réalise une passe lumineuse vers Matuidi en profondeur. Son centre en retrait est légèrement dévié, Cavani la touche puis Di Maria conclut en force du droit (1-0, 40e). La mi-temps se finit sur ce score et c’est très bien payé pour Paris vu la physionomie de la partie.

La 2nde période reprend avec un grand classique du PSG : coup-franc excentré de Di Maria et Cavani coupe au premier poteau mais l’Uruguayen trouve le montant (47e). Sur l’action suivante, Cavani est trouvé dans la surface mais tarde à frapper et Balanta le rattrape, de façon propre malgré l’impression initiale (48e). On retrouve aussi Lucas dans la surface sur une reprise repoussée après un corner joué intelligemment à ras de terre dans la surface (54e). Bâle reste toutefois menaçant, à l’image de ce centre très dangereux et bien repoussé par Marquinhos (57e). Le PSG va alors louper une énorme balle de break, quand Cavani récupère la balle dans les pieds du dernier défenseur, Balanta, mais échoue face au gardien (61e). Ce n’est pas grave puisque c’est finalement Lucas qui double la mise juste après : Aurier centre et Suchy repousse mal. Lucas contrôle et frappe de suite à ras de terre, avec succès (2-0, 62e).

Juste après ce petit coup de chance, Paris en a un autre quand Kurzawa touche la balle de la main en pleine surface sur un corner mais l’arbitre estime que c’est involontaire (64e). Paris a encore de la chance quand les Bâlois touchent une troisième fois le poteau sur un coup-franc excentré bien repris (66e). Bâle tente bien son va-tout mais Paris ne tremble pas vraiment, sans pour autant se montrer dangereux. Un très bon contre est ainsi repoussé en corner de peu (81e). La fin de match est anecdotique et d’abord marquée par la grosse occasion ratée par Jesé sur le côté gauche de la surface. Idéalement servi par Verratti, il tire trop sur le gardien (91e). On pense que le score va en rester là mais Jesé se rattrape en envoyant Cavani au but. Il est fauché à l’entrée de la surface et se fait justice lui-même sur penalty (3-0, 93e).

Paris s’impose 3-0 dans un match étrange qu’il n’a jamais dominé mais a su gagner. Bâle peut avoir d’immenses regrets vu les trois montants et le retour au Parc Saint-Jacques s’annonce très compliqué dans quelques semaines.

L’impact au classement :

Suite à cette victoire, le PSG a 7 points et partage la tête du groupe avec Arsenal. Les Gunners ont toutefois une meilleure différence de buts générale (+8 contre +5), la particulière étant la même, et ils sont donc en tête.

Réactions :

Unai Emery :

Le match :
«Quand nous avons commencé le match, nous avons beaucoup de respect pour l’équipe adverse, ils ont fait un bon travail avec une bonne défense et de bonnes contre-attaques. La clé, c’est nous, comment on va jouer pour surmonter le travail défensif de l’équipe adverse. La première mi-temps n’était pas bonne, les attaques n’étaient pas bonnes et le positionnement sur le terrain s’est amélioré en seconde mi-temps. 1-0 à la pause, c’est un bon résultat. Marquer un but, ça a changé le match car l’adversaire a eu besoin d’attaquer pour égaliser. Après la pause, l’équipe a été meilleure et a mieux su interpréter comment jouer contre Bâle.»

Une partition offensive inaboutie :
«La première mi-temps, il y avait des questions et il fallait changer quelque chose, c’était clair sur le terrain. Le positionnement de Rabiot et Verratti, ils devaient plus entrer avec le ballon, jouer avec de la possession et de la tranquillité. Ils devaient jouer avec un bon positionnement pour ensuite faire des attaques avec l’équipe, qu’elle bouge plus l’équipe adverse. »

PSG/OM dimanche :
«Il faut s’améliorer, sur beaucoup de choses et les trois points sont bons mais je veux améliorer quelques situations de joueurs. Après, on va penser à dimanche, c’est un grand match contre l’OM.»

Adrien Rabiot :

Un match compliqué :
«On a marqué rapidement. On a pris le jeu à notre compte au début mais on a eu un peu plus de mal après. On a concédé quelques occasions sur des mauvais placements et on a pris des contres assez rapides en première mi-temps. Heureusement, on a eu de la chance et un bon Alphonse (Areola). Des bons poteaux aussi. C’est ce qu’on disait, il peut les ramener dans son jardin. En seconde période, on a réussi à marquer ce troisième but, c’est peut-être anecdotique mais il faut aussi de la chance dans ces matches-là. Par moments, on aurait aussi pu tuer le match. C’était dans les deux sens mais on a aussi eu la maîtrise du jeu. Il faudra faire attention aux contres, à ces petits ballons dangereux et ces placements un peu… On a eu du mal, la défense était parfois mal alignée et il faut faire attention à ça. On est contents d’avoir gagné car c’était important de le faire ici, chez nous. Une large victoire, c’est bien aussi.»

Un gros concurrent au milieu Matuidi/Motta/Verratti:
«Cela fait longtemps que je le dis… Je joue, le coach me fait confiance et je m’exprime sur le terrain. Je suis content de jouer. On est une équipe, le coach met des joueurs en place mais quand je joue, il faut aussi compter sur moi. On est une force quand on joue ensemble et, que ce soit Thiago, Marco, Blaise, moi ou même Javier et Krycho, il faut savoir jouer ensemble et c’est ce qu’on fait. Chacun amène quelque chose de différent, on a tous un rôle différent. Bien sûr, je suis content d’avoir joué ce soir et fait une bonne partie.»

Lucas :

Une victoire heureuse ?
«Euh… On a eu un peu de difficulté en début de match mais, après, on a trouvé notre jeu, on a réussi à maîtriser le match, on a marqué. Les matches de Champions League sont toujours difficiles, il ne faut pas prendre des risques et on a des choses à améliorer. Le plus important, c’est la victoire et on a réussi à marquer des buts. Il y a aussi beaucoup de choses positives et je suis content.»

Un rôle parfois très axial :
«Oui, c’est nous et le coach. On a trouvé qu’ils étaient trop fermés en première période, c’était difficile de passer au milieu. En seconde période, on a essayé de les écarter un petit peu plus et c’était beaucoup mieux. On a trouvé des espaces et le chemin du but. »

Dans l’axe pour marquer :
«Il faut toujours être là-bas, toujours être dedans (la surface), il faut compter sur les erreurs des défenseurs. Et une fois là-bas, il faut faire et penser vite, il y a beaucoup de monde. Heureusement, grâce à Dieu, j’ai réussi à marquer.»


Le stade :

Le Parc des Princes
Le Parc des Princes

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s