Caen – PSG 0-6, 16/09/16, Ligue 1 16-17

Photo Ch. Gavelle, psg.fr (image en taille et qualité d'origine: http://www.psg.fr/fr/Actus/105003/Galeries-Photos#!/fr/2016/3679/63322/match/Caen-Paris-0-6/Caen-Paris-0-6)

Vendredi 16.09.2016, Championnat de France, Ligue 1, 5e journée (3ème place) à Caen, au Stade Michel-d’Ornano :
S.M. CAEN – PARIS SAINT-GERMAIN F.C.  0:6 (0:4)
– 17 500 spectateurs environ. Buts : Edinson Cavani, 12′, Edinson Cavani, 23′ sur penalty, Edinson Cavani, 38′, Edinson Cavani, 45’+1 ; Lucas Moura, 67′, Jean-Kévin Augustin, 79′.
L’Équipe du PSG : Alphonse Aréola – Thomas Meunier, Marcos Marquinhos, Presnel Kimpembe, Maxwell Scherrer – Adrien Rabiot, Grzegorz Krychówiak, Blaise Matuidi (Thiago Motta, 68′) – Lucas Moura, Edinson Cavani (Jesé Rodríguez, 46′), Ángel Di María (Jean-Kévin Augustin, 61′). Entraîneur : Unai Emery.
Avertissement à Presnel Kimpembe.


Maillot utilisé :

Troisième maillot 2016-17
Troisième maillot 2016-17

Photos du match :

Photo Ch. Gavelle, psg.fr (image en taille et qualité d'origine: http://www.psg.fr/fr/Actus/105003/Galeries-Photos#!/fr/2016/3679/63322/match/Caen-Paris-0-6/Caen-Paris-0-6)
Marquinhos titularisé en défense centrale (Ch. Gavelle)
Photo Ch. Gavelle, psg.fr (image en taille et qualité d'origine: http://www.psg.fr/fr/Actus/105003/Galeries-Photos#!/fr/2016/3679/63322/match/Caen-Paris-0-6/Caen-Paris-0-6)
Adrien Rabiot qui semble prendre une autre dimension cette saison (Ch. Gavelle)
Photo Ch. Gavelle, psg.fr (image en taille et qualité d'origine: http://www.psg.fr/fr/Actus/105003/Galeries-Photos#!/fr/2016/3679/63322/match/Caen-Paris-0-6/Caen-Paris-0-6)
Protection de balle d’Angel Di Maria (Ch. Gavelle)
Photo Ch. Gavelle, psg.fr (image en taille et qualité d'origine: http://www.psg.fr/fr/Actus/105003/Galeries-Photos#!/fr/2016/3679/63322/match/Caen-Paris-0-6/Caen-Paris-0-6)
L’un des quatre buts d’Edinson Cavani en une mi-temps! (Ch. Gavelle)
Photo Ch. Gavelle, psg.fr (image en taille et qualité d'origine: http://www.psg.fr/fr/Actus/105003/Galeries-Photos#!/fr/2016/3679/63322/match/Caen-Paris-0-6/Caen-Paris-0-6)
Jean-Kévin Augustin, qui marque ici le 6ème but, semble postuler à la place de numéro deux en attaque (Ch. Gavelle)
Photo Ch. Gavelle, psg.fr (image en taille et qualité d'origine: http://www.psg.fr/fr/Actus/105003/Galeries-Photos#!/fr/2016/3679/63322/match/Caen-Paris-0-6/Caen-Paris-0-6)
Alphonse Aréola, titularisé pour la seconde fois consécutive par Emery, et Lucas semblent parfaitement d’accord! (Ch. Gavelle)
Les supporters contestataires ont finalement pu assister au match et supporter nos joueurs...
Les supporters contestataires ont finalement pu assister au match et supporter nos joueurs…

Vidéo (cliquez sur le lien dans la vidéo) :


Compte-rendu (CulturePSG) :

Le réveil du Matador

En déplacement à Caen, le PSG a littéralement broyé son adversaire du soir et s’est imposé 6-0 de façon implacable. Paris menait 4-0 dès la pause grâce à un quadruplé d’Edinson Cavani, soudainement redevenu d’une terrible efficacité devant les buts.

Le match :

Le match se lance vite et les deux équipes sont prêtes à jouer dans un Stade d’Ornano bien plein. C’est toutefois Paris qui se montre le premier dangereux sur un long ballon de Di Maria dans la course de Cavani. En bout de course, il reprend d’une demi-volée du pied droit en fin de course mais n’attrape pas le cadre (4e). Caen réagit par Da Silva de la tête sur un corner mal repoussé (9e) tandis que Di Maria envoie un centre que Cavani reprend du bout du pied hors-cadre (10e). La suivante est la bonne pour le PSG : Di Maria décale Maxwell côté gauche qui centre en retrait à ras de terre. Lucas se rate au premier poteau mais pas Cavani au second, heureux buteur du pied gauche (0-1, 12e).

Caen réagit vaguement avec une volée de Rodelin hors-cadre sur un corner mais le PSG a vite l’opportunité de doubler la mise : Lucas chipe un ballon dans les pieds et va jusque dans la surface adverse où il est fauché par Ben Youssef, auteur d’un retour maladroit. L’arbitre ne tremble pas et accorde un penalty logique que Cavani transforme d’une puissante frappe croisée au ras du poteau (0-2, 23e).

Paris déroule et fait mal à Caen, à l’image de ce sublime une-deux entre Lucas et Di Maria. Le Brésilien s’avance et frappe fort mais Vercoutre repousse sa frappe en corner (29e). Toujours dans ce temps fort, Meunier donne au même Di Maria dans la surface mais la frappe enroulée de l’Argentin lèche l’équerre de la lucarne opposée sans réussite (31e). Le PSG piétine littéralement Malherbe et une nouvelle louche de Di Maria est bien reprise par Lucas qui lobe Vercoutre. C’est cette fois un défenseur qui sauve sur la ligne (34e)… La suivante sera finalement la bonne : Di Maria décale parfaitement Maxwell, le contrôle et le centre au premier poteau qui suivent sont parfaits et Cavani s’offre un triplé express dans les 6m (0-3, 38e)

Juste avant la pause, une dernière action parisienne permet à Cavani de s’offrir un historique quadruplé : Rabiot trouve Lucas devant la surface qui dévie pour Meunier. Le latéral belge trouve Cavani à l’entrée de la surface qui frappe victorieusement au ras du poteau (0-4, 45e+1). A la pause, le score n’est même pas lourd vu l’énorme différence de niveau entre les deux équipes. Le PSG a littéralement étrillé son adversaire et mène très logiquement au score grâce à un triplé de son Matador, d’ailleurs sorti dès la mi-temps.

Après la pause, Caen passe en 5-4-1 pour éviter l’humiliation mais Lucas est toutefois proche de rajouter un 5e but avant d’être rattrapé dans la surface alors qu’il allait armer (50e). Côté Caennais, on réagit sur un bon coup-franc direct de Rodelin qu’Areola accompagne au-dessus (55e). Le match tombe dans un faux rythme mais Augustin, à peine entré, s’offre un joli slalom dans la surface mais est contré sur sa frappe (64e). Juste après, c’est Rabiot qui décale Meunier dans la surface mais la frappe croisée du Belge passe de peu à côté (65e). Comme avant la pause, la troisième est la bonne avec un but superbe de Lucas : Augustin lui donne la balle à plus de 20m, il se met sur son pied droit et envoie une grosse frappe que Vercoutre ne peut que dévier (0-5, 67e).

Dans la foulée, Motta remplace Matuidi mais le match ne change pas et Augustin est encore très altruiste, cette fois avec Jesé, mais la frappe placée de l’Espagnol est hors-cadre (68e). A l’entrée du dernier quart d’heure Caen a enfin une vraie occasion quand Santini reprend un bon centre plongeant de Bessat mais c’est alors Areola qui brille en repoussant la reprise à bout portant du Croate, ce dernier loupant ensuite sa 2ème chance. Augustin sera plus efficace que lui, quand, servi aux 20m par un Rabiot qui avait bien remonté la balle, il efface son défenseur et frappe fort en pleine lucarne (0-6, 78e).

En plein cauchemar, Caen tente bien sa chance de loin par Imorou mais c’est dévié en corner et celui-ci ne donne rien, à l’image de la soirée des Normands (86e). Dans une soirée où tout lui a réussi, le PSG s’impose finalement 6-0 et lance réellement sa saison, dans la foulée d’un Edinson Cavani redevenu, au moins l’espace d’une soirée, le Matador.

L’impact au classement :

Suite à cette victoire, le PSG remonte à la 3ème place de la L1 avec 10 points, à 3 point du leader monégasque et à un seul de son dauphin niçois.

Réactions :

Unai Emery :

Une réaction de champion ?
«Les trois points sont importants pour le championnat, pour la confiance de l’équipe et pour la progression avec le travail. »

Une réponse aux critiques ?
«Non, on travaille seulement. Je suis content de l’équipe et des 90 minutes pour leur constance. Aujourd’hui, je l’ai dit aux joueurs, c’était important de ne pas prendre de buts. C’était le plus important. Après, nous allons avoir des occasions et marquer des buts. Il y a eu de l’efficacité de la part des joueurs pour marquer des buts, de la part de Cavani et des autres joueurs, mais pour moi, le plus important était de ne pas prendre de buts.»

Le style Emery vu à Caen ?
«Non, pour moi, c’est la constance. Le style, c’est gagner. Après, il y a le travail pour changer, pour voir comment tu vas gagner. Pour moi, aujourd’hui, l’équipe avait la mentalité que nous voulons. Ils ont joué l’intensité, la constance durant tout le match. Nous avons bien commencé, avec un bloc solide. La première occasion est pour nous avec Cavani qui a eu une bonne occasion sur une passe de Di Maria et nous avons continué. Après, il a continué et il a marqué à toutes les occasions.»

Ben Arfa contre Dijon ?
«Pour moi, tous les joueurs sont les mêmes. Aujourd’hui, ceux qui étaient les meilleurs pour ce match étaient ici. Il faut continuer le travail, ce sont tous les mêmes. (Tallaron insiste et Emery répond encore à côté) Aujourd’hui, je suis très content de l’équipe et on va travailler pour le match de mardi avec tout le monde. (Tallaron insiste encore) Il n’y a pas de problèmes, c’est une question purement sportive. Ce n’est pas une question de niveau. Aujourd’hui, Augustin a joué et fait un bon match quand il a joué. Je veux que tout le monde travaille et, après, tous les joueurs sont pareils pour moi.»

Adrien Rabiot :

Le vrai PSG ce soir ?
«Je pense que c’est notre meilleur match depuis le début de la saison, dans la continuité du match d’Arsenal. On a eu une bonne réaction et on continue comme ça. Il fallait, c’était les consignes du coach. On savait que ça allait venir petit à petit, on joue de mieux en mieux et on aussi été efficaces devant le but. C’est le vrai visage du PSG et il faut le garder.»

Le football par Unai Emery :
«Il veut un pressing constant, sur 90 minutes, et c’est dur. Il faut un bon cardio et, après, quand on a le ballon, on sait jouer, on l’a vu les saisons passées. C’est surtout à la perte, il faut être agressifs quand eux ressortent le ballon. Parfois, on le fait bien, parfois un peu moins, on l’a bien fait ce soir. Quand tout le monde est concentré, ça marche bien.»

Un match déclic ?
«Dans la continuité du match d’Arsenal, c’était déjà un déclic. Là, on n’a pas pris de buts, on a été solides et on en a marqué six, c’est de bon augure. »

L’absence de Ben Arfa :
«Hatem sait ce qu’on pense de lui. Je pense qu’il nous a regardés ce soir et il fait partie de l’équipe, comme tout le monde. Après, on ne discute pas les choix du coach. Il fait des choix et il faut les respecter. Hatem est avec nous, il bosse, dur, et cela va venir, je ne me fais pas de soucis. »


Le stade :

Le stade Michel-d'Ornano
Le stade Michel-d’Ornano

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s