PSG – Montpellier 0-0, 05/03/16, Ligue 1 15-16

Photo Ch. Gavelle, psg.fr (image en taille et qualité d'origine: http://www.psg.fr/fr/Actus/105003/Galeries-Photos#!/fr/2015/3170/58234/match/Paris-Montpellier-0-0/Paris-Montpellier-0-0)

Samedi 05.03.2016, Championnat de France, Ligue 1, 29e journée (1re place) à Paris, au Parc des Princes :
PARIS SAINT-GERMAIN F.C. – MONTPELLIER H.S.C.  0:0 (0:0)
– 45 173 spectateurs.
L’Équipe du PSG : Kevin Trapp – Grégory Van der Wiel, Marcos Marquinhos, Presnel Kimpembe, Maxwell Scherrer – Christopher Nkunku (Javier Pastore, 61′), Benjamin Stambouli, Adrien Rabiot – Ángel Di María (Zlatan Ibrahimović, 61′), Edinson Cavani, Lucas Moura (Jean-Kévin Augustin, 77′). Entraîneur : Laurent Blanc.


Maillot utilisé :

Maillot domicile 2015-16
Maillot domicile 2015-16

Photos du match :

Photo Ch. Gavelle, psg.fr (image en taille et qualité d'origine: http://www.psg.fr/fr/Actus/105003/Galeries-Photos#!/fr/2015/3170/58234/match/Paris-Montpellier-0-0/Paris-Montpellier-0-0)
Edinson Cavani, qui manquera de réussite en touchant la barre (Ch. Gavelle)
Photo Ch. Gavelle, psg.fr (image en taille et qualité d'origine: http://www.psg.fr/fr/Actus/105003/Galeries-Photos#!/fr/2015/3170/58234/match/Paris-Montpellier-0-0/Paris-Montpellier-0-0)
Angel Di Maria devancé par Pionnier (Ch. Gavelle)
Photo Ch. Gavelle, psg.fr (image en taille et qualité d'origine: http://www.psg.fr/fr/Actus/105003/Galeries-Photos#!/fr/2015/3170/58234/match/Paris-Montpellier-0-0/Paris-Montpellier-0-0)
Maxwell face à Bérigaud (Ch. Gavelle)
Photo Ch. Gavelle, psg.fr (image en taille et qualité d'origine: http://www.psg.fr/fr/Actus/105003/Galeries-Photos#!/fr/2015/3170/58234/match/Paris-Montpellier-0-0/Paris-Montpellier-0-0)
Lucas tente de passer Hilton (Ch. Gavelle)
Photo Ch. Gavelle, psg.fr (image en taille et qualité d'origine: http://www.psg.fr/fr/Actus/105003/Galeries-Photos#!/fr/2015/3170/58234/match/Paris-Montpellier-0-0/Paris-Montpellier-0-0)
Javier Pastore ne parviendra pas non plus à battre l’excellent Pionnier (Ch. Gavelle)

Vidéo (cliquez sur le lien dans la vidéo) :


Compte-rendu (CulturePSG) :

l’habituelle purge pré-Champions League

A quatre jours d’un Chelsea/PSG dans toutes les têtes, Paris n’a pu faire mieux qu’un triste 0-0 face à des Montpelliérains en place mais guère dangereux. Globalement, le PSG a fait le même match qu’il y a 3 semaines contre Lille (0-0).

Le match :

Malgré un onze très remanié, le PSG démarre très fort et il ne faut que 3 minutes à Maxwell pour envoyer un centre parfait à Cavani aux 6m suite à une très belle action collective. Seul, l’Uruguayen fracasse la barre transversale avec sa reprise du gauche (3e). Montpellier montre également les dents sur un ballon long mais Van der Wiel et Trapp s’entendent bien pour dégager devant Ninga (4e). Paris démarre bien et Maxwell, à l’issue d’un une-deux royal avec Di Maria sert encore Cavani parfaitement aux 6m mais c’est cette fois le goal de Montpellier, Pionnier, qui dégage la frappe (6e). Cavani se signale encore juste après quand il est dans la surface pour reprendre un bon pressing de Di Maria mais il loupe son centre du gauche en excellente position (8e).

Peu à peu, Montpellier étouffe le PSG et Paris n’arrive plus à poser son jeu, Rabiot étant trop seul pour construire le jeu parisien et il faut attendre la 20ème minute pour revoir une incursion parisienne avec un centre dangereux de Maxwell encore bien contré. Le reste de la mi-temps appartiendra à Angel Di Maria, l’homme à la base de toutes les occasions. Il tente d’abord un corner direct bien repoussé (24e) puis il sollicite le goal sur un long coup-franc bien détourné en corner (30e). Côté Montpellier, on gêne toujours autant le PSG et on fait mal sur quelques contres mais Maxwell veille (30e).

Di Maria est encore une fois à la base des 4 dernières occasions de la fin de première période : sur un contre éclair suite à une perte de balle de Dabo à 60m de ses buts, l’Argentin remonte tout le terrain mais bute sur Pionnier, bien sorti (35e). Il envoie ensuite d’une passe sublime entre les ligne Maxwell vers le but mais le Brésilien se presse trop pour servir Cavani, hors-jeu (40e). Les actions collectives sont rares mais une s’enclenche peu avant la pause avec Stambouli qui sert Cavani plein axe aux 30m. Il décale Di Maria qui se retrouve en excellente position dans la surface mais l’Argentin rate son centre pour Lucas aux 6m (44e) ! El Fideo se signale encore juste avant la pause sur un centre trop mou dans la surface que Montpellier peut dégager. A la pause, le PSG a rendu une copie collective d’une rare faiblesse mais a réussi à se procurer un nombre très important d’occasions malgré tout. Avec un poil plus de réalisme, il aurait même pu mener de plusieurs buts et ce même si les Montpelliérains ont beaucoup gêné les Parisiens.

Le début de la seconde période est des plus pénibles également pour les Parisiens et ce sont même les Montpelliérains qui se montrent les plus pressants, sans pour autant être réellement dangereux vu que Trapp veille, dans les airs notamment. Sur l’une des rares opportunités parisiennes, Stambouli voit ses jambes être attrapés de façon douteuse dans la surface par Boudebouz mais M. Chapron ne siffle pas le penalty pourtant évident qui s’imposait (57e). Alors que Paris aurait pu ouvrir le score, c’est Montpellier qui frôle cette ouverture sur un centre en retrait que Yatabaré joué mal (61e).

A l’heure de jeu, le match prend une autre tournure quand Ibrahimovic et Pastore remplacent le revenant Di Maria et le jeune Nkunku, bien discret pour sa première en L1. C’est tout du moins ce qu’on croit mais le match est en réalité toujours aussi faible collectivement côté parisien et Bérigaud passe même pas loin d’une énorme occasion au second poteau mais il rate sa reprise, tout seul (69e). Les occasions sont rares, très rares même, et un coup-franc puissant d’Ibra est par exemple largement hors-cadre (80e). Symbole de la disette offensive, c’est la première frappe parisienne de la seconde période. On frôle toutefois l’ouverture du score à la 92e quand Augustin sert Ibra dans la surface mais la frappe croisée du Suédois est repoussée des pieds par Pionnier, encore impeccable.

Le 0-0 final est tout ce qu’il y a de plus logique, le PSG ayant affiché des lacunes collectives rédhibitoires couplées à un réalisme vraiment en berne, particulièrement en première période. Côté Montpelliérain, le plan défensif a été au point mais la tristesse offensive est terrible.

L’impact au classement :

Suite à ce match nul, le PSG a 74 points en 29 journées, soit 22 de plus que l’AS Monaco, son dauphin. Le PSG peut être sacré à Troyes dimanche prochain mais son sort dépendra de Monaco.

Réactions :

Laurent Blanc :

Des enseignements à tirer d’un match pareil ?
«Bien sûr. Je n’ai pas de blessés. Il faut analyser le match, on peut le faire techniquement et on a tout ce qu’il faut. On va voir les stats demain bien sûr. Cela restera un 0-0 mais je peux vous garantir que l’analyse de ne pas avoir de blessés supplémentaires est la chose essentielle ce soir. Le match, si on l’analyse bien, cela n’a bien sûr pas été un grand match du PSG contre une grande équipe de Montpellier. Mais si je regarde les stats, on a les occasions pour gagner le match, même une à la 89ème. On ne l’a pas fait, on a manqué d’efficacité offensive et même un peu de tout mais il faut être indulgent car on avait une équipe qui n’avait pas l’habitude de jouer ensemble, des joueurs qui débutaient, et même un qui débutait sa carrière (Nkunku).»

Des enseignements sur le duel Van der Wiel/Marquinhos ?
«C’est vous qui vous focalisez sur ces deux joueurs. Je n’ai pas regardé le match dans son ensemble, pas juste un ou deux joueurs. On avait prévu certaines choses, elles se sont produites. On avait prévu des changements à la 60ème, on les a faits, on n’a pas eu de mauvaises surprises. Je ne dis pas que la soirée est positive mais, croyez-moi, même 0-0. On prend un point et j’aime mieux cette situation que d’avoir gagné et d’avoir des blessés. »

Paris pas dans sa meilleure période :
« Oui, mais vous vous référez aux résultats (Tallaron avait cité Lyon et Montpellier). On a certainement été mieux mais tous les grands clubs souffrent, il n’y a qu’à voir les résultats en Europe. On sort d’un mois de janvier pénible, d’un mois de février qui est aussi pénible avec un changement climatique… Quand je vois le Bayern perdre 2-1 chez lui contre Mayence, cela arrive. Le parfum de la Coupe d’Europe, c’est autre chose. (On lui dit que Chelsea a fait nul) Vous voyez ! On scrute le PSG, c’est bien, mais j’espère qu’on fera un grand match mercredi.»


Le stade :

Le Parc des Princes
Le Parc des Princes

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s