Saint-Etienne – PSG 1-3, 02/03/16, Coupe France 15-16

Photo Ch. Gavelle, psg.fr (image en taille et qualité d'origine: http://www.psg.fr/fr/Actus/105003/Galeries-Photos#!/fr/2015/3565/58186/match/Saint-Etienne-Paris-1-3/Saint-Etienne-Paris-1-3)

Mercredi 02.03.2016, Coupe de France, 1/4 de finale à Saint-Étienne, au Stade Geoffroy-Guichard :
A.S. SAINT-ÉTIENNE – PARIS SAINT-GERMAIN F.C.  1:3 (1:2)
– 36 716 spectateurs. Buts : Edinson Cavani, 12′, Marcos Marquinhos, 35′, Eysseric, 43′ sur penalty ; Lucas Moura, 92′.
L’Équipe du PSG : Salvatore Sirigu – Marcos Marquinhos, Thiago Silva, David Luiz, Layvin Kurzawa – Adrien Rabiot (Maxwell Scherrer, 79′), Thiago Motta, Blaise Matuidi (Benjamin Stambouli, 67′) – Javier Pastore, Zlatan Ibrahimović, Edinson Cavani (Lucas Moura, 87′). Entraîneur : Laurent Blanc.
Avertissements à Adrien Rabiot et Benjamin Stambouli.


Maillot utilisé (avec les sponsors spécifiques de la Coupe de France) :

Maillot domicile 2015-16
Maillot domicile 2015-16

Photos du match :

Photo Ch. Gavelle, psg.fr (image en taille et qualité d'origine: http://www.psg.fr/fr/Actus/105003/Galeries-Photos#!/fr/2015/3565/58186/match/Saint-Etienne-Paris-1-3/Saint-Etienne-Paris-1-3)
Les Parisiens avant le coup d’envoi (Ch. Gavelle)
Photo Ch. Gavelle, psg.fr (image en taille et qualité d'origine: http://www.psg.fr/fr/Actus/105003/Galeries-Photos#!/fr/2015/3565/58186/match/Saint-Etienne-Paris-1-3/Saint-Etienne-Paris-1-3)
L’ouverture du score, signée Edinson Cavani (Ch. Gavelle)
Photo Ch. Gavelle, psg.fr (image en taille et qualité d'origine: http://www.psg.fr/fr/Actus/105003/Galeries-Photos#!/fr/2015/3565/58186/match/Saint-Etienne-Paris-1-3/Saint-Etienne-Paris-1-3)
Salvatore Sirigu, encore auteur d’un bon match (Ch. Gavelle)
Photo Ch. Gavelle, psg.fr (image en taille et qualité d'origine: http://www.psg.fr/fr/Actus/105003/Galeries-Photos#!/fr/2015/3565/58186/match/Saint-Etienne-Paris-1-3/Saint-Etienne-Paris-1-3)
La joie de Marquinhos : 0-2 ! (Ch. Gavelle)
Photo Ch. Gavelle, psg.fr (image en taille et qualité d'origine: http://www.psg.fr/fr/Actus/105003/Galeries-Photos#!/fr/2015/3565/58186/match/Saint-Etienne-Paris-1-3/Saint-Etienne-Paris-1-3)
Javier Pastore balle au pied (Ch. Gavelle)

Vidéo :


Compte-rendu (CulturePSG) :

Du mieux mais pas encore rassurant

Le PSG s’est qualifié pour les demi-finales de la Coupe de France en dominant l’ASSE 3-1 mais les Parisiens ont quand même un peu souffert et pas réellement convaincu dans le jeu malgré deux buts marqués en 1ère mi-temps. Un penalty encaissé avant la pause a laissé planer le doute jusqu’au but de Lucas en toute fin de match.

Le match :

Comme en championnat un mois plus tôt, l’ASSE commence très bien la rencontre avec un fort pressing qui empêche les Parisiens de sortir de leur camp et de défendre. Après 5 minutes, le PSG y parvient enfin et Ibra reprend de près un bon centre de Cavani mais un Stéphanois contre dans les 6m la tête du Suédois sur cette première tentative (6e). Alors que la rencontre s’équilibre et commence à se passer au milieu du terrain, le PSG arrive parfois à gratter des ballons haut sur le terrain. Sur l’un d’entre eux, Zlatan est servi plein axe à 40m et envoie Cavani au but. Le Matador profite de l’alignement catastrophique de Florentin Pogba et va aligner Ruffier du gauche (0-1, 11e).

Les Stéphanois sont un peu KO après ce but et voient surtout leur plan de jeu mis à mal par cette ouverture du score rapide. Sur un nouveau ballon perdu par les Verts, Ibra est envoyé au but mais signalé hors-jeu à tort. A l’exception d’un corner ou d’une frappe de loin de Monnet-Paquet que Sirigu capte bien, les Verts sont spectateurs du match et regardent les Parisiens faire un match sérieux, à défaut d’être génial. Les Verts profitent parfois des erreurs parisiennes, comme sur cette folle tentative de lob d’Eysseric de plus de 30m qui passe à côté (26e) ou sur ce ballon en retrait un peu délicat pour Sirigu (34e) mais c’est finalement le PSG qui double la mise de façon logique : Ibra tente un coup-franc de loin repoussé mais Silva remet dans le paquet et Cavani dévie pour Ibra au second poteau gauche. Le Suédois centre fort au 1er poteau pour l’Uruguayen qui dévie d’une talonnade et Marquinhos pousse la balle au fond de près (0-2, 35e).

Les Verts sont complètement sous l’eau mais vont pourtant être relancés par un gros coup de pouce des Parisisiens. Malcuit perce vaguement côté droit et arrive jusque dans la surface. Kurzawa ne trouve alors rien de mieux à faire que de tacler de façon stupide et il fauche le joueur dans la surface. Le penalty est indiscutable et Eysseric ramène son équipe (1-2, 43e). A la pause, le score de 2-1 est à la fois logique et flatteur pour les Verts, ces derniers n’ayant existé que sur les erreurs parisiennes, dont celle particulièrement stupide de Kurzawa. Côté PSG, on s’est au moins montré réalistes à défaut d’être spécialement inspirés dans le jeu.

La seconde mi-temps commence sur un meilleur rythme et avec un PSG plutôt mordant. Cavani sert bien Pastore aux 18m qui contrôle, s’ouvre le chemin du but mais manque malheureusement sa reprise (49e). Le PSG est bien plus incisif que l’ASSE et fait souffrir les Verts mais peine à chaque fois dans le dernier geste avec des fautes bêtes en bonne position (Matuidi 54e) ou des hors-jeu évitables (Pastore, 55e). Forcément, sans marquer, le PSG reste à la portée des Verts et ceux-ci se réveillent peu avant l’heure de jeu avec notamment une frappe d’Eysseric en angle fermé repoussée par Sirigu (59e). Les hommes de Galtier n’ont pas vraiment d’occasions dangereuses mais acculent les Parisiens pendant un certain temps.

Cela ne dure psa et une belle action initiée par Ibrahimovic, Cavani et Matuidi permet à Pastore d’être servi aux 18m légèrement côté droit. Il envoie une frappe d’une violence rare, surtout pour lui, sur le poteau opposé et voit sa tentative ainsi être repoussée (65e). Le PSG subit toutefois un coup dur juste après cette superbe action quand Matuidi doit sortir, touché et remplacé par Stambouli (67e). La rencontre s’est rééquilibrée mais voit quand même Ibra être lancé au but par l’entrant mais le Suédois, dans un angle très fermé et bien gêné, tire au-dessus (72e). Peu après, Ibra s’arrache après un contrôle aérien incroyable et sert parfaitement Pastore aux 18m mais celui-ci est contré (73e). Le temps passe dans cette seconde période, Paris continue de tenir plus ou moins le score et le ballon mais les occasions franches restent rares, heureusement dans les deux sens.

La rencontre s’enflamme soudainement à la 87ème minute avec tout d’abord Solnaes servi en pleine surface qui tente de dribbler Thiago Silva plutôt que de frapper vite ! Enorme erreur et Paris est proche de boucler l’affaire sur le contre. Lucas accélère côté gauche, sert Maxwell aux 20m et Ibra est trouvé côté droit de la surface. Il tire fort mais Ruffier repousse des pieds le tir très puissant du Suédois. Le PSG peine notamment physiquement en cette fin de match et une tête de Saint-Etienne en pleine surface passe de peu au-dessus (91e). C’est finalement Lucas d’un fabuleux slalom qui clot le match juste après cette dernière occasion stéphanoise. Il part des 30m, dribble toute la défense et marque avec finesse (1-3, 91e).

Le PSG s’impose finalement 3-1 dans un match qu’il aura géré à défaut d’avoir su le tuer rapidement. Les Parisiens ont eu tout de même un nombre important d’occasions mais sont longtemps restés sous la menace.

Réactions :

Laurent Blanc :

Un match plus compliqué qu’imaginé :
« Ce n’est jamais le cas à Saint-Etienne, que ce soit en coupe ou en championnat. C’est un endroit difficile pour jouer et pour gagner. On le fait quand même régulièrement mais c’est toujours dans la difficulté. Sincèrement,je ne vois pas beaucoup d’équipes qui s’imposent facilement ici. D’abord en raison de la valeur de l’équipe de Saint-Etienne puis à cause de ce stade, ce public, cette ambiance. 2-0, c’était quand même bien engagé, on a à mon avis fait une erreur à la 43ème minute qui nous a coûté un penalty et a remis Saint-Etienne dans le match. On aurait pu s’éviter une deuxième mi-temps qui a effectivement été difficile mais je pense que dans l’ensemble, le PSG a mérité sa victoire.»

Satisfait de la réaction de ses joueurs après la défaite à Lyon?
«Avec une équipe qui ne perd pas depuis un certain temps et qui subit sa première défaite, logiquement d’ailleurs… La valeur de l’équipe de Lyon a été courronnée de succès, sur ce match-là, mais on oublie un peu trop souvent les joueurs qui composent l’équipe du PSG. Ce sont des joueurs d’expérience qui connaissent cette situation-là et qui peuvent se remettre en question, même en trois jours. La meilleure réponse, comme j’avais dit aux joueurs, c’était de la donner ce soir. Cela va être un match difficile parce que les Stéphanois avaient vu les Lyonnais et ils s’étaient dit que c’était possible de battre cette équipe du PSG. Ils ont essayé ce soir mais on a retrouvé certaines valeurs qui n’avaient pas disparu mais n’ont pas été présentes dimanche soir. A nous de les faire progresser parce que cela sera un autre niveau contre Chelsea la semaine prochaine. »

Salvatore Sirigu :

Que retenir ?
«Une très belle soirée, une très belle victoire, sur un terrain difficile comme Saint-Etienne dont on avait déjà vu en championnat que c’était une équipe compliquée à affronter. On est contents d’avoir gagné, d’être en demi-finale et on est sur tous les objectifs pour le moment. C’est la plus grande satisfaction jusqu’à maintenant.»

Une défense solide côté PSG :
«Après la défaite contre Lyon, on voulait répondre aujourd’hui et prouver à nous-même que c’était un épisode qui pouvait arriver dans le foot. Ce n’est pas dit que le PSG doit gagner tous ses matches, il faut entrer sur le terrain et les gagner. DImanche, on a perdu et tant pis, on continue sur notre chemin. Il fallait répondre à nous-mêmes et être présent. »

Le rebond après dimanche :
«Quand tu perds un match, tu penses seulement à gagner et à démontrer que t’avais envie de rebondir après avoir perdu. On l’a très bien fait aujourd’hui et c’est ce qu’il fallait, pour nous surtout. On peut être critiqué ou pas, être content ou ne pas l’être mais l’important, c’est qu’on est un groupe solide et qui continue à regarder devant.»

Un match tranquille pour lui :
«Oui, pas trop sollicité. Des fois, il y a des situations difficiles pour un gardien qui ne sont pas simples à voir de l’extérieur mais il faut être présent. J’ai fait deux sorties qui étaient un peu difficiles sur lesquelles j’ai pris un peu de risque mais bon, c’est la chose la plus difficile pour un gardien. Après, c’est vrai que ce n’était pas un match où j’étais beaucoup sollicité. C’est le problème de ces matches-là où il faut toujours être présent et concentré pendant 90 minutes car le danger peut arriver de n’importe où et surtout de n’importe qui. »


Le stade :

Le Stade Geoffroy-Guichard
Le Stade Geoffroy-Guichard

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s