Glasgow Rangers – PSG 0-0, 22/11/01, Coupe de l’UEFA 01-02

Ogbeche slalomme dans la défense glasgovienne

Jeudi 22.11.2001, Coupe de l’UEFA, 1/16 de finale, match aller à Glasgow, au Ibrox Park :
GLASGOW RANGERS F.C. (Éco.) – PARIS ST-GERMAIN F.C.  0:0 (0:0)
– 48 000 spectateurs environ.
L’Équipe du PSG : Lionel Letizi – Cristóbal Parralo (Francis Llacer, 46′), Mauricio Pochettino, Gabriel Heinze, Lionel Potillon – Hugo Leal, Frédéric Déhu, Mikel Arteta – Bartholomew Ogbeche (Alex Dias, 81′), Ronaldinho Gaùcho, Laurent Leroy (Édouard Cissé, 67′). Entraîneur : Luis Fernandez.
Avertissements à Hugo Leal, Francis Llacer, Bartholomew Ogbeche et Ronaldinho Gaùcho.
Expulsion : Ricksen, 80′.


Maillot utilisé (en version Coupe d’Europe, sans les logos sur la manche, à manches longues) :

Maillot extérieur 2001-02 (collection MaillotsPSG)
Maillot extérieur 2001-02 (collection MaillotsPSG)

Billet :

(collection La Mémoire du PSG)
(collection La Mémoire du PSG)

Programme :

(collection La Mémoire du PSG)
(collection La Mémoire du PSG)

Fanion :

(collection La Mémoire du PSG)
(collection La Mémoire du PSG)

Photos du match :

Les Parisiens avant le coup d'envoi
Les Parisiens avant le coup d’envoi
Laurent Leroy au duel
Laurent Leroy au duel
Ronaldinho dans une forêt de joueurs
Ronaldinho dans une forêt de joueurs
Gabriel Heinze
Gabriel Heinze
Jeu de main...
Jeu de main…
Bartholomew Ogbeche balle au pied
Bartholomew Ogbeche balle au pied
Mickel Arteta taclé
Mickel Arteta taclé
Ogbeche slalomme dans la défense glasgovienne
Ogbeche slalomme dans la défense glasgovienne
Le parcage parisien
Le parcage parisien

Compte-rendu (psgmag) :

Ce n’est pas un hasard si l’entraîneur parisien aligne une défense à quatre devant autant de milieux de terrain. Pour bloquer les couloirs, il a même demandé à Heinze de jouer excentré et plus haut qu’à l’accoutumée. Une idée lumineuse. Heinze va certainement réaliser l’un de ses meilleurs performances depuis le début de saison. Et quand on sait ce qu’il a déjà montré, c’est peu dire… Tous ces choix vont donc pleinement contrarier les Rangers, même si comme on l’aurait imaginé, ce sont eux qui enflamment Ibrox Park durant le premier quart d’heure. Les ténors de l’attaque (Caniggia, Flo et de Boer) s’intéressent rapidement aux gants de Letizi. C’est ainsi que Caniggia s’échappe et sert Flo dans les six mètres. Le Norvégien trouve Letizi venu s’interposer, mais le ballon revient dans les pieds de Caniggia qui tire dans un but vide, avant que la tête de Déhu ne repousse le danger (6ème). Pour autant, le pressing imposé par les Rangers n’empêche pas Arteta (contré), puis Ogbèche de signifier que Paris relève (8ème).
Reste que les Rangers reprennent les choses en main sur une faute peu évidente de Déhu sur Ball à vingt mètres de ses buts. De Boer s’en charge, mais l’histoire finit dans les nuages (11ème). Et ce n’est pas fini, puisque l’ancien barcelonais va manquer une occasion beaucoup plus nette quelques minutes plus tard. A l’origine, Flo fixe Déhu et Pochettino et sert à droite dans la surface Caniggia. L’Argentin fait la nique à son compatriote Heinze, et sert au premier poteau le Batave qui manque l’immanquable à cinq mètres des buts de Letizi (17ème). Mais Paris oppose une fin de non recevoir. Ses quatre milieux font du bon boulot pour freiner les ardeurs locales. Heinze qui évolue dans un rôle inhabituel de milieu gauche se livre à une lutte acharnée avec Ricksen. A ses côtés, Ronaldinho veut souvent trop en faire, et en plus de s’être mis dans le collimateur de M. Nilsson (il a écopé d’un avertissement après avoir refusé de se mettre à distance sur un coup-franc, 13ème), il ne fait pas les choix les plus judicieux. Alors, c’est un autre jeune homme (17 ans), Ogbèche, qui brille.

Perdu pour ses premiers pas de titulaire à ce niveau, il trouve plus facilement son placement, passé la demi-heure de jeu. Comme sur ce centre arraché devant Numan (28ème), où il devance le Batave au prix d’un bel effort physique. Car il a les crocs le môme, et comment pourrait-il en être autrement ? Bref, tout est bien en place, le premier quart d’heure passé, les Rangers ne se retrouvent face à Letizi qu’épisodiquement. Flo et Caniggia faiblissent dans la finition, ce qui permet à la défense parisienne de ne pas avoir trop de mouron à se faire. Une hésitation de Flo à trois minutes de la pause permet à Paris de ne pas rentrer au vestiaire déçu par sa bonne première période. A la pause, Luis ne change rien à sa mise en place. Seul Llacer remplace poste pour poste Cristobal. Alors Paris repart armé des mêmes bonnes intentions. Une une-deux entre Arteta et Ogbèche permet à l’international espagnol d’offrir au millier de supporters parisiens, le premier tir de cette nouvelle période (49ème).

La riposte écossaise tarde à venir mais est plutôt dangereuse. Caniggia se glisse entre Arteta et Potillon et sert dans l’axe à l’entrée de la surface Reyna, qui croise trop son tir du gauche (54ème). Puis c’est au tour de Lovenkrands de décocher une bonne volée après un dégagement de la tête de Pochettino (60ème). Comme le spectacle est toujours aussi relevé et que Paris ne veut pas être en reste – il faut deux bonnes équipes pour un faire un bon spectacle – c’est un nouvel une-deux entre Ogbèche et Leal cette fois, qui met Klos à contribution. Sur ce tir, le portier allemand des Rangers relâche le ballon, mais pas de parisien pour reprendre l’offrande (64ème). Le milieu parisien est toujours aussi bien regroupé, ce qui continue de compliquer la tâche des hommes d’Advocaat. Mais plus la rencontre avance, et plus on se dit que tout peut se jouer sur un coup de dés. D’ailleurs il s’en faut de peu pour que l’arbitre n’accorde un penalty à cause d’un ceinturage de Llacer sur De Boer (72ème). Le stade s’insurge, le Batave lève les yeux au ciel, mais Paris ne l’aurait franchement pas mérité. Car son action sur le jeu, aussi bien défensivement qu’offensivement fait plaisir à voir.

Pendant ce temps, Heinze n’a pas relâché ses efforts d’un iota. Sa volonté va même être récompensée d’un façon un peu particulière. Son duel avec Ricksen va tourner court pour le néo-écossais qui reçoit un second avertissement pour son comportement (79ème). Les Rangers doivent terminer la rencontre à dix, et Heinze est plus que jamais la cible des sifflets et quolibets de tout type. Mais de tout cela, l’Italo-argentin n’en a cure. Ce soir, il est dans un grand soir, et il aurait pu vivre une soirée de rêve si son but inscrit sur hors-jeu ne lui avait logiquement refusé (81ème). Quoi qu’il en soit, les Rangers ont bien été pris à la gorge. En les privant de remonter rapidement les ballons sur leur attaque de feu, Paris a fait le bon choix tactique. Et ce n’est pas le seul. En plus d’une bonne entrée en jeu de Leroy – encore court physiquement – la prestation de Heinze laisse rêveur. Ce soir, on est bien loin de la pâle copie rendue face à Guingamp. Luis avait demandé des guerriers, il les a eus. Avant Nantes, mais surtout Marseille, on en demandait pas plus.

Réactions :

Luis Fernandez : « Je suis content. Après le nul concédé au Parc des Princes face à Guingamp (1-1), les joueurs voulaient montrer certaines choses. Il y avait beaucoup d’envie et on a été très solide. Maintenant, ce 0-0 est un résultat délicat à gérer, aussi bien pour l’équipe qui va recevoir que pour celle qui va se déplacer. Mais, dans la période actuelle que nous traversons, c’est une bonne performance. Il y a eu la réaction espérée. Dans ce contexte, face à un adversaire difficile, on a produit un match de qualité. On a également montré du jeu en certaines occasions. Et ça, c’est important. »


Le stade :

Ibrox Park
Ibrox Park

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s