Sedan – PSG 1-1, 11/03/00, Division 1 99-00

Mickaël Madar

Samedi 11.03.2000, Championnat de France, Division 1, 28e journée (3e place) à Sedan, au Stade Émile-Albeau :
C.S. SEDAN-ARDENNES – PARIS ST-GERMAIN F.C.  1:1 (1:0)
– 17 004 spectateurs. Buts : Mionnet, 44′ ; Christian Corrêa, 60′.
L’Équipe du PSG : Bernard Lama – Godwin Okpara, Éric Rabésandratana, Talal El-Karkouri, Aliou Cissé – Augustine Okocha, Pierre Ducrocq, Igor Yanovski, Laurent Robert (Edwin Murati, 85′) – Mickaёl Madar, Christian Corrêa. Entraîneur : Philippe Bergeroo.
Avertissement à Godwin Okpara.


Maillot utilisé (avec un logo du club sans bord bleu) :

Maillot extérieur 2000-01 (collection MaillotsPSG)
Maillot extérieur 1999-2000 (collection MaillotsPSG)

Billet :

(collection La Mémoire du PSG)
(collection La Mémoire du PSG)

Programme :

(collection La Mémoire du PSG)
(collection La Mémoire du PSG)

Photos du match :

Edwin Murati face à Oliveira
Edwin Murati face à Oliveira
Mickaël Madar
Mickaël Madar

Compte-rendu (sportal) :

D’ailleurs, Sedan n’y va pas par quatre chemins pour afficher ses intentions européennes. Si Robert adresse la première frappe cadrée de la partie (1re), c’est Faure, dans la minute qui suit, puis N’Diefi qui sortent les premiers l’artillerie. Lama est prévenu, la soirée ne sera pas franchement calme. Mais la première action chaude est sedanaise. C’est encore ce diable de N’Diefi qui s’échappe le long du couloir gauche, son centre en retrait trouve Mionnet qui reprend la balle comme elle vient (3e).

Après ces première cartouches, une certaine accalmie s’installe. Mais elle est de courte durée. Quint allume les gants de Lama, qui est obligé de dégager des deux poings, une frappe qui prenait le chemin du but (10e). Sedan met le feu dans la défense parisienne, et en plus les contres sont du côté des plus actifs. En effet, N’Diefi, bénéficie de deux contres favorables, sur Rabesandratana puis sur Okpara, mais son tir est stoppé par Lama (12e).

Sedan a déjà tiré deux corners, lorsque Paris tire son premier. Le corner de Robert en amène un autre de l’autre côté. A gauche, cette fois-ci, c’est Okocha qui pose le ballon sur la tête de Rabesandratana. La tête cadrée du libéro parisien, oblige Sachy à s’envoler (17e). C’est la première véritable occasion dangereuse des Parisiens. Le PSG a semble-t-il laissé passer l’orage. Quatre minutes plus tard, c’est l’ancien sedanais, Aliou Cissé qui adresse un centre précis pour Christian. Malheureusement, la frappe de l’attaquant brésilien est hors cadre.

Sedan est secoué, mais n’attend pas que le PSG se mette bien en place, pour reprendre du poil de la bête. Dans la continuité de l’action, El-Karkouri adresse une passe un peu molle à Lama, N’Diefi en embuscade en profite pour filer au-devant du portier parisien, qui une fois encore sauve les Rouge et Bleu (21e), malgré, derrière, une frappe de Deblock. Okpara de la tête (24e) maintient l’espoir que Paris n’est pas complètement débordé. Une minute plus tard, Verschuere (25e) oblige à son tour Lama à un nouvel exploit. Sedan et son trio offensif (N’Diefi, Mionnet et Quint) mettent Paris sans dessus-dessous.

De son côté, Paris n’arrive pas à trouver le lien entre le milieu et l’attaque, et Christian tout comme Madar paraissent bien esseulés sur le front de l’attaque parisienne. Même le jeune Elzéard, joueur formé au PSG, se sort plus qu’honorablement de son duel direct avec le capitaine Okocha. En fait, c’est une frappe de Robert de 25 mètres qui oblige Sachy à réaliser une claquette, soit la seule action dangereuse du PSG dans le dernier quart d’heure de cette première période.

Et ce qui devait arrivé, arriva. Sedan pousse, et après un joli travail de Verschuere, Mionnet récupère le ballon dans la surface au milieu des parisiens et trompe Lama (44e). Les efforts offensifs des Sedanais viennent de payer.

Christian égalise

La seconde période reprend sur le même rythme. On voit un beau match de football ce soir à Emile-Albeau. Et Sedan dans une arène enfiévrée donne la première passe. Un énième centre de Quint, qui donne le tournis à Okpara, et c’est Deblock qui bute sur l’extraordinaire Lama (50e). Heureusement que le portier international du PSG est là, et bien là. Sedan a le contrôle des opérations mais pas le monopole du réalisme.

Si c’est encore sur un centre de Quint que Mionnet est à deux doigts de doubler la mise (54e), c’est pourtant Paris qui, sur sa première occasion de la période va faire preuve d’un total réalisme. Robert sur son côté gauche centre en direction de Madar, à la lutte avec un défenseur sedanais dans la surface de réparation des locaux. Le ballon revient vers Christian, qui s’engouffre et ouvre la marque (58e). C’est la première occasion dans le jeu des hommes de Philippe Bergeroo, et c’est une réussite totale. Sedan est assommé.

Du coup, la rencontre prend un autre pli. Sedan s’expose moins et se montre beaucoup plus prudent. Le quinzième but du brésilien met un terme à une série de quatre rencontres infructueuses. Petit à petit, le PSG refait surface, et la fougue sedanaise de la première période est quelque peu oubliée. Douze minutes après le but de Christian, Sachy est obligé de sortir dans les pieds de Madar, avant que Robert ne se retrouve en bonne situation, mais encore une fois Sachy détourne en corner (72e). Mais Sedan soutenu par son public rallume la flamme de l’espoir.

Deblock, excellent par ailleurs, voit son tir frôlé le montant droit de Lama (75e). Puis, c’est au tour de Madar de trouver le petit filet (79e) avant que Christian n’a rajoute lui aussi une couche (83e). Robert laisse sa place à Murati, non sans avoir manifesté son mécontentement à Philippe Bergeroo au passage. Une attitude, loin d’être mesurée. Deux coups-francs en fin de rencontre, le premier pour Quint, le second pour Okocha, entretiennent le suspens, mais le plus rien ne bougera au tableau d’affichage. Paris s’en sort très, très bien.

Réactions:

Christian : « Nous avons été surpris par l’engagement sedanais en première période ! Puis Philippe Bergeroo nous a secoués à la pause… Si nous avions joué davantage vers l’avant après avoir égalisé, nous aurions même pu gagner. »


Le stade :

Vue aérienne du Stade Émile-Albeau
Vue aérienne du Stade Émile-Albeau

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s