Cannes – PSG 3-2, 14/10/94, Division 1 94-95

José Cobos à la lutte

Vendredi 14.10.1994, Championnat de France, Division 1, 13e journée (6e place) à Cannes, au Stade Pierre-De-Coubertin :
A.S. CANNES – PARIS ST-GERMAIN F.C.  3:2 (0:0)
– 11 000 spectateurs environ. Buts : David Ginola, 59′ sur penalty, Kozniku, 67′, Micoud, 74′, C.Horlaville, 81′, Valdo Filho, 90′.
L’Équipe du PSG : Bernard Lama – José Cobos, Antoine Kombouaré, Alain Roche, Patrick Colleter – Daniel Bravo, Paul Le Guen, Vincent Guérin, Jean-Philippe Séchet (Valdo Filho, 53′) – George Weah (Raï Oliveira, 68′), David Ginola. Entraîneur : Luis Fernandez.
Avertissements à Vincent Guérin, Antoine Kombouaré, Alain Roche et Jean-Philippe Séchet.
Expulsion : Antoine Kombouaré, 78′.


Maillot utilisé, en version à manches longues :

Maillot domicile 1994-95 (collection MaillotsPSG)
Maillot domicile 1994-95 (collection MaillotsPSG)

Programme :

(collection La Mémoire du PSG)
(collection La Mémoire du PSG)

Photos du match :

Alain Roche devance un Cannois
Alain Roche devance un Cannois
De nouveau Alain Roche, à la lutte sous les yeux de Vincent Guérin
De nouveau Alain Roche, à la lutte sous les yeux de Vincent Guérin
David Ginola met la pression sur Vieira (Souvenirs de 1ère division)
José Cobos à la lutte
José Cobos à la lutte avec le même Vieira
Le parcage parisien
Le parcage parisien

Compte-rendu (Paris Go!) :

Dieu, que cette rencontre était attendue ! D’une part concernant l’importance du match (un point séparait les deux formations), et d’autre part, concernant les retrouvailles entre Luis FERNANDEZ , Safet SUSIC et Francis BORELLI. Oui, l’ombre du PSG Champion de France 86 planait sur la Bocca. L’enfant terrible du PSG rencontrait le magicien du PSG sous les yeux du Président d’Honneur du club parisien.

Le 17 juillet dernier, les deux équipes s’étaient rencontrées en amical et les hommes de Luis s’étaient alors imposés deux buts à zéro. De plus, le PSG restait sur une victoire (1-0) acquise la saison dernière aux dépends des Cannois version FERNANDEZ. Un bon résultat n’était donc pas à exclure.

Environ 11 000 spectateurs sont venus assister à ce choc dont une soixantaine de supporters parisiens. Bravo à eux, faire plus de 1 500 kilomètres pour une heure trente de jeu, cela est à souligner !

Concernant l’équipe, RICARDO encore blessé, vit son poste occupé par Antoine KOMBOUARE, alors que SECHET fut titularisé au profit de VALDO !

Durant 45 minutes, les coéquipiers d’Alain ROCHE vont alors se montrer les plus offensifs. Et même si la première occasion fut à mettre au crédit des Azuréens dès la 3ème minute, les « ROUGE ET BLEU » vont copieusement dominer la première période. Pas moins de six occasions franches s’offriront aux Parisiens. KOMBOUARE sera le premier à se manifester en plaçant sa reprise de la tête sur la transversale (4ème), puis David GINOLA (10ème), Paul LE GUEN (13ème) et Daniel BRAVO (15ème) verront leurs tirs passer de peu à côté des cages de LEMASSON. Ce dernier qui sera le joueur local le plus sollicité, en partie grâce à ses arrêts sur WEAH (25ème), mais surtout à deux minutes de la pause, où le goal cannois sortira le grand jeu en détournant une reprise d’Alain ROCHE à bout portant. Six occasions franches donc, mais zéro à zéro à la mi-temps !

Après que Jean-Philippe SECHET eut laissé sa place au meneur de jeu brésilien, VALDO, et que LAMA eut intercepté le ballon dans les pieds d’un KOZNIKU s’en allant tenter d’ouvrir le score, David GINOLA désiquilibré dans la surface de réparation par LEMASSON à l’heure de jeu, se faisait justice lui-même.

CANNES : 0 – PARIS SG : 1.

On pouvait penser que le PSG allait alors se diriger vers sa troisième victoire à l’extérieur. C’était, malheureusement, sans compter sur le sursaut des coéquipiers de DURIX. En effet, en moins d’un quart L’heure, la défense parisienne allait prendre l’eau sous les coups de butoirs cannois. Sept minutes après le pénalty de GINOLA, l’attaquant croate KOZNIKU trompait LAMA et sonnait la révolte.

CANNES : 1 – PARIS SG : 1.

Luis FERNANDEZ en profita pour remplacer WEAH, peu percutant, par RAI, mais la victoire allait choisir son camp. Comment ? Sur une erreur de LAMA, s’estimant gêné, et permettant à MICOUD de porter la marque à l’avantage des Cannois.

CANNES : 2 – PARIS SG : 1.

La tâche commençait à devenir réellement difficile pour le onze parisien, elle en fut impossible à la 80ème minute, HORLAVILLE, d’une tête croisée, trompait une nouvelle fois le gardien de l’Equipe de France, après que KOMBOUARE fut expulsé pour un second carton jaune.

CANNES : 3 – PARIS SG : 1.

Cela faisait beaucoup, si ce n’est trop, pour le Champion de France en titre et ce n’était pas le but de VALDO à la dernière minute de jeu qui allait empêcher la quatrième défaite du PARIS SAINT-GERMAIN en treize journées !

CANNES : 3 — PARIS SG : 2. Pierre de Courbertin pouvait alors exulter et Francis BORELLI pouvait fêter sa première victoire contre son ancien club. Côté parisien, que penser ? Une fois de plus, le réalisme a fui les joueurs du PSG, une fois de plus Nantes a encore pris de l’avance au classement et une fois de plus, le mécontentement gagne les supporters, des supporters encore ignorés (?) au coup de sifflet final. Comment ne pas les comprendre ?

 

 


Le stade :

Vue aérienne du stade Pierre-de-Coubertin
Vue aérienne du stade Pierre-de-Coubertin

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s