PSG – Saint-Etienne 1-0, 16/12/15, Coupe de la Ligue 15-16

Photo O. Lejeune, Le Parisien (image en taille et qualité d'origine: http://www.leparisien.fr/psg-foot-paris-saint-germain/en-images-coupe-de-la-ligue-le-psg-fait-le-job-contre-saint-etienne-17-12-2015-5380865.php)

Mercredi 16.12.2015, Coupe de la Ligue, 1/8 de finale à Paris, au Parc des Princes :
PARIS SAINT-GERMAIN F.C. – A.S. SAINT-ÉTIENNE  1:0 (0:0)
– 47 346 spectateurs. But : Edinson Cavani, 86′.
L’Équipe du PSG : Salvatore Sirigu – Grégory Van der Wiel, Thiago Silva, Marcos Marquinhos, Layvin Kurzawa – Marco Verratti (Ángel Di María, 62′), Benjamin Stambouli, Adrien Rabiot – Lucas Moura, Zlatan Ibrahimović (Edinson Cavani, 62′), Ezequiel Lavezzi. Entraîneur : Laurent Blanc.
Avertissements à Lucas Moura et Benjamin Stambouli.


Maillot utilisé (avec les sponsors additionnels de la Coupe de la Ligue) :

Maillot domicile 2015-16
Maillot domicile 2015-16

Photos du match :

Photo O. Lejeune, Le Parisien (image en taille et qualité d'origine: http://www.leparisien.fr/psg-foot-paris-saint-germain/en-images-coupe-de-la-ligue-le-psg-fait-le-job-contre-saint-etienne-17-12-2015-5380865.php)
Lucas aura tenté, mais en vain… (O. Lejeune)
Photo Ch. Gavelle, psg.fr (image en taille et qualité d'origine: http://www.psg.fr/fr/Actus/105003/Galeries-Photos#!/fr/2015/3477/55840/match/Paris-Saint-Etienne-1-0/Paris-Saint-Etienne-1-0)
Peut-être la dernière apparition de Salvatore Sirigu sous nos couleurs (Ch. Gavelle)
Photo O. Lejeune, Le Parisien (image en taille et qualité d'origine: http://www.leparisien.fr/psg-foot-paris-saint-germain/en-images-coupe-de-la-ligue-le-psg-fait-le-job-contre-saint-etienne-17-12-2015-5380865.php)
Zlatan Ibrahimovic… aérien (O. Lejeune)
Photo O. Lejeune, Le Parisien (image en taille et qualité d'origine: http://www.leparisien.fr/psg-foot-paris-saint-germain/en-images-coupe-de-la-ligue-le-psg-fait-le-job-contre-saint-etienne-17-12-2015-5380865.php)
Angel Di Maria aura débloqué le match en moins d’une demi-heure (O. Lejeune)
Photo Ch. Gavelle, psg.fr (image en taille et qualité d'origine: http://www.psg.fr/fr/Actus/105003/Galeries-Photos#!/fr/2015/3477/55840/match/Paris-Saint-Etienne-1-0/Paris-Saint-Etienne-1-0)
La joie des parisiens… (Ch. Gavelle)

Vidéo (cliquez sur le lien dans la vidéo) :


Compte-rendu (CulturePSG) :

Qualifiés à l’usure

Le PSG a souffert mais se sera finalement qualifié grâce à un but tardif de Cavani sur une passe fabuleuse de Di Maria, les deux entrants faisant la différence dans un match joué sur un faux rythme. Le PSG est en quart de finale de la Coupe de la Ligue, ce qui semble être la seule leçon du match.

Le match :

Malgré un onze parisien remanié mais talentueux et opposé à des Stéphanois très jeunes, le début de match est très lent et les Verts sont tout de suite bien en place, Paris peinant clairement à enflammer la rencontre. La première opportunité est même pour l’ASSE sur une action confuse mais Sirigu assure sa première prise de balle (7e). Le PSG joue par à-coups et accélère après 10 minutes de jeu avec successivement, le premier corner, la première action construite et un centre dangereux de Kurzawa. Le soufflet retombe toutefois vite et Paris patauge aux 30m adverses face à un bloc vert qui ne se livre pas, à l’exception d’une frappe de Corgnet hors-cadre (16e). L’accélération suivante du PSG intervient à la 25ème et le corner provoqué est joué en deux temps avec Lavezzi qui centre finalement. C’est dévié vers Zlatan au second poteau qui envoie un ciseau fabuleux sur la barre tranversale d’un geste acrobatique dont il a le secret (25e).

Une deuxième frayeur passe dans le dos des Stéphanois quelques instants plus tard quand Polomat balance Lavezzi dans la surface sur un long ballon de Verratti mais l’arbitre ne siffle pas le penalty qui s’imposait, le Stéphanois ne jouant pas du tout le ballon (29e). Paris ronronne, voire même dort, et peine à développer du jeu malgré les efforts de Verratti. Bloqué par la muraille verte, Paris tente sa chance de loin par Rabiot mais Moulin capte en deux temps. Le PSG s’offrira encore vaguement deux opportunités avant la pause, par Lucas qui ne cadre sa reprise au 1er poteau après un bon centre de Van der Wiel puis par Ibra qui envoie un coup-franc lointain puissant qui n’attrape pas plus le cadre. A la pause, le score de 0-0 est pratiquement logique, le PSG n’ayant réellement débuté son match face à des Stéphanois très bien organisés.

Le PSG revient bien mieux dans le match et Ibra voit d’entrée Brison contrer sa reprise au 2ème poteau sur un corner alors que le ballon semblait partir vers les filets (47e). Le match et surtout le rythme de la première période reviennent malheureusement bien vite et seuls un contact douteux dans la surface sur Ibra après un superbe une-deux avec Verratti (52e) ou une tête au-dessus de Lavezzi (53e) animent la rencontre. Paris n’y arrive pas et prend même des cartons maladroits par Stambouli puis Lucas. Ibra claque bien une jolie reprise au second poteau, malheureusement trop enlevée, sur un centre de Rabiot et c’est déjà l’heure du coaching, Verratti et Ibra sortant pour Di Maria et Cavani (62e).

L’effet tarde à venir même si Di Maria prend les choses en main. Il sort notamment une énorme feinte sur Bamba ou une ouverture parfaite en profondeur pour Kurzawa dont le centre n’est pas repris (68e). A la 73ème, il envoie une ouverture en profondeur des plus propres à Cavani mais la reprise de volée sans contrôle de l’Uruguayen, très compliquée techniquement, n’attrape pas le cadre. Paris accélère soudainement et Lucas loupe lui aussi le cadre au second poteau suite à un centre de Lavezzi mais le Brésilien est moins pardonnable vu la situation (74e). Dans la minute qui suit, après un nouveau geste plein de classe de Di Maria, c’est Lavezzi qui sollicite Moulin d’une frappe puissante du gauche mais le goal dévie en corner et celui-ci est encore une fois vite dégagé. Après avoir donné aux autres, Di Maria prend sa chance sur un coup-franc à 24m mais il n’attrape pas plus le cadre que ses partenaires précédemment.

Cela ne dure pas et c’est même Saint-Etienne qui s’offre une occasion avec une frappe du tout jeune Roussey que Sirigu capte bien au sol sur un contre (83e). Le PSG répond par un bon centre dans la surface mais Cavani et Kurzawa se gênent au moment de conclure puis l’arbitre ne dit rien sur une main dans la surface d’un des jeunes Verts (84e). Les Verts s’enhardissent presque et le PSG arrive même à avoir un contre mais Lucas le gâche en s’empâlant sur la défense aux 18m. Alors que l’on commence à penser aux prolongations, Paris trouve finalement la solution par l’inévitable Di Maria d’un bijou de passe, entre le centre et la transversale, que Cavani reprend parfaitement au second poteau d’une reprise croisée du pied droit (1-0, 86e).

Le match était déjà peu passionnant, les dernières minutes ne sont guère plus animées malgré une frappe de Di Maria et l’ASSE, inoffensive, n’égalisera pas. Côté Paris, on continue de faire tourner, comme durant la majeure partie de la rencontre et on se contente de ce 1-0 qui évite au moins 30 minutes supplémentaires. Le match ne restera pas dans les mémoires, loin de là, mais le boulot est fait et le PSG est en quarts de finale de la Coupe de la Ligue.

Réactions :

Laurent Blanc :

Les difficultés du PSG :
« C’est le charme des coupes, que ce soit la coupe de France ou la Coupe de la Ligue. Des matches comme on a fait ce soir, il y en a beaucoup. Quand vous n’arrivez pas à marquer le premier but qui peut un petit peu débloquer l’étreinte défensive de Saint-Etienne, vous êtes en difficulté car la chose la plus difficile en football est de marquer des buts. Et puis vous n’êtes pas à l’abri d’un contre non plus donc ce match avait tout d’un piège, même si je regrette un petit peu le fait que Saint-Etienne n’est venu vraiment que pour défendre. Ils ont joué avec leurs qualités et, défensivement, ils ont été très bons. On a quelques difficultés à justement les mettre en difficulté mais on y est arrivés à la 85ème. L’essentiel en coupes, c’est de gagner et de passer. »

Des joueurs parisiens pas très concentrés ?
« Ne commencez pas à penser que les joueurs ont cette mentalité. On joue tous les trois jours ! La fatigue se fait sentir aussi, la fatigue physique mais aussi psychologique. On ne peut pas. C’est vrai qu’on est exigeants avec les joueurs et je leur ai dit à la mi-temps qu’il fallait faire plus. On est très exigeants mais il faut aussi reconnaître qu’on a un calendrier démentiel. C’est notre 8ème match en 24 jours, il faut en tenir compte. Les joueurs ne sont pas des machines et quand une équipe est venue pour fermer le jeu, cela devient compliqué pour celle qui veut en construire, on l’a encore constaté ce soir. Mes joueurs n’ont rien lâché et ils ont toujours espéré pouvoir marquer ce but. Ils ont été récompensés dans les cinq dernières minutes. On peut voir le match comme ça aussi. »

Layvin Kurzawa :

Un match très compliqué :
« Oui, c’est vrai, cela a été un match compliqué, contre une bonne petite équipe de jeunes qui a fait le boulot. Je voudrais les féliciter parce qu’ils ont fait un bon match. On n’avait pas envie d’aller aux prolongations, il fallait marquer un but et Edi l’a fait. On a gagné et on est contents. »


Le stade :

Le Parc des Princes
Le Parc des Princes

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s