Real Madrid – PSG 1-0, 03/11/15, Ligue des Champions 15-16

Photo M. de Martignac, Le Parisien (image en taille et qualité d'origine: http://www.leparisien.fr/psg-foot-paris-saint-germain/en-images-real-madrid-psg-1-0-le-pire-scenario-possible-03-11-2015-5244535.php)

Mardi 03.11.2015, Ligue des Champions, Groupe A, 4e journée (2e place), à Madrid, au Stade Santiago-Bernabéu :
C.F. RÉAL MADRID (Esp.) – PARIS SAINT-GERMAIN F.C.  1:0 (1:0)
– 78 300 spectateurs. But : Nacho Fernandez, 35′.
L’Équipe du PSG : Kevin Trapp – Serge Aurier, Thiago Silva, David Luiz, Maxwell Scherrer – Marco Verratti (Ezequiel Lavezzi, 17′), Thiago Motta, Blaise Matuidi (Lucas Moura, 75′) – Ángel Di María, Zlatan Ibrahimović, Edinson Cavani. Entraîneur : Laurent Blanc.
Avertissements à Serge Aurier et David Luiz.


Maillot utilisé :

Troisième maillot 2015-16
Troisième maillot 2015-16

Photos du match :

Photo Ch. Gavelle, psg.fr (image en taille et qualité d'origine: http://www.psg.fr/fr/Actus/105003/Galeries-Photos#!/fr/2015/3392/54886/match/Real-Madrid-Paris-1-0/Real-Madrid-Paris-1-0)
Blaise Matuidi à la lutte (Ch. Gavelle)
Photo Ch. Gavelle, psg.fr (image en taille et qualité d'origine: http://www.psg.fr/fr/Actus/105003/Galeries-Photos#!/fr/2015/3392/54886/match/Real-Madrid-Paris-1-0/Real-Madrid-Paris-1-0)
Une des nombreuses occasions d’Edinson Cavani (Ch. Gavelle)
Photo M. de Martignac, Le Parisien (image en taille et qualité d'origine: http://www.leparisien.fr/psg-foot-paris-saint-germain/en-images-real-madrid-psg-1-0-le-pire-scenario-possible-03-11-2015-5244535.php)
L’impuissance des attaquants parisiens en une image… (M. de Martignac)
Photo Ch. Gavelle, psg.fr (image en taille et qualité d'origine: http://www.psg.fr/fr/Actus/105003/Galeries-Photos#!/fr/2015/3392/54886/match/Real-Madrid-Paris-1-0/Real-Madrid-Paris-1-0)
Zlatan Ibrahimovic devant un Ronaldo qui aura été transparent (Ch. Gavelle)
Photo M. de Martignac, Le Parisien (image en taille et qualité d'origine: http://www.leparisien.fr/psg-foot-paris-saint-germain/en-images-real-madrid-psg-1-0-le-pire-scenario-possible-03-11-2015-5244535.php)
L’image cruelle de la joie madrilène (M. de Martignac)
Photo M. de Martignac, Le Parisien (image en taille et qualité d'origine: http://www.leparisien.fr/psg-foot-paris-saint-germain/en-images-real-madrid-psg-1-0-le-pire-scenario-possible-03-11-2015-5244535.php)
Entré à la place de Verratti, blessé, Adrien Rabiot aura réalisé une performance de tout premier ordre (M. de Martignac)

Vidéo :


Compte-rendu (CulturePSG) :

Une très cruelle défaite

Le PSG s’est incliné 1-0 à Madrid en ayant livré un match énorme et eu un nombre incroyable d’occasions. Le Real Madrid a marqué sur une boulette de Trapp mais eu très chaud et s’en sort bien.

Le match :

Dans un stade archi comble, le PSG commence très fort et Cavani s’offre un premier raid dans la surface au bout de 3 minutes, bien servi par Ibra, mais la défense le reprend et, à peine a-t-elle dégagé, que c’est cette fois Di Maria qui s’infiltre et est repris de façon douteuse. Ce temps fort réveille le Real Madrid et Serge Aurier va au duel avec Isco dans les airs. Le contact est impressionnant et l’Espagnol doit sortir pour se faire soigner car il est ouvert. Il revient finalement cinq minutes plus tard, au moment où Verratti doit quitter ses partenaires après s’être blessé tout seul à la cheville sur un tacle…

Le rythme du match s’écroule après ces deux blessures mais repart d’un coup quand le PSG se procure une énorme occasion à la 21ème : Di Maria sert Aurier qui centre en retrait pour Matuidi mais la reprise du droit ne trompe pas Navas. Dans la minute, Maxwell sert Ibra dans la surface et la frappe enroulée du Suédois n’attrape pas le cadre d’un souffle. Le temps fort parisien continue avec des alertes sur le but de Navas mais les frappes ou centres n’inquiètent pas réellement le gardien madrilène et le Real se signale seulement par un coup-franc de Ronaldo dévié que Trapp capte en deux temps. Ibra répond sur un coup-franc de 31m qui passe juste à côté et le PSG domine complètement. Le Real semble même au fond du trou, particulièrement quand Marcelo doit sortir sur blessure musculaire à la demi-heure de jeu au profit de Nacho, mais c’est pourtant à ce moment que les Madrilènes ouvrent le score : Kroos frappe des 20m, c’est contré mais le ballon retombe sur Nacho, très excentré, qui reprend et trompe un Trapp très mal sorti (1-0, 35e).

C’est très dur pour le PSG, largement meilleur jusque là, mais il ne s’effondre pas et Rabiot offre même deux énormes occasions de revenir à Paris : il enchaîne contrôle du gauche et frappe terrible du droit que le poteau repousse à la 38ème puis une reprise, toujours du droit à 20m, sur un coup-franc repoussé et le cadre s’échappe de peu. Dans la foulée, Maxwell envoie un centre parfait suite à une action limpide mais ni Cavani ni Ibra ne parviennent à reprendre en excellente position. Le PSG accule le Real sur son but de façon incroyable et les arrêts de jeu de la mi-temps sont aussi incroyables que le reste de la période avec Trapp qui sort une grosse parade sur une frappe d’Isco qui s’était bien infiltré puis Di Maria qui envoie Cavani au but mais l’Uruguayen se loupe dans son duel face à Navas de façon improbable. A la pause, le PSG est mené au score en ayant pourtant piétiné le Real Madrid de façon incroyable après avoir perdu son meilleur joueur au bout de 5 minutes.

Après la pause, il ne faut pas beaucoup de temps pour revoir un remake de la première période : boulette de Trapp, cette fois sur une relance et sans conséquence, puis Di Maria qui vendange une grosse occasion en tirant sur Navas depuis les 16m suite à un duel. Paris est un peu moins pressant que durant la première période et le Real se montre parfois dangereux, notamment quand David Luiz dévie une frappe que Trapp claque bien en corner. Le rythme est bien retombé et les Parisiens parviennent moins à être dominants même s’ils arrivent parfois à accélérer et forcent le Real Madrid a défendre. Sur certains contres, Madrid est dangereux, et on voit par exemple Trapp s’employer sur une frappe d’Isco à l’entrée du dernier quart d’heure.

Le PSG continue toutefois son travail de sape, appuyé sur sa position, et c’est le poteau qui repousse un corner direct de Di Maria. La Maison Blanche tient tant bien que mal mais se crée toutefois de plus en plus d’occasions et c’est encore Isco qui sollicite Trapp. Paris est dans le dur physiquement mais continue de tenter de revenir, Lucas s’arrache et obtient un coup-franc aux 20m. Di Maria s’élance et c’est encore la barre transversale qui repousse la tentative enroulée de l’Argentin. Ce sera finalement la dernière occasion du match.

Le PSG s’incline finalement 1-0 en ayant eu un nombre à peine croyable d’occasions et dominé le Real Madrid chez lui. Au classement, le Real s’envole et a désormais trois points de plus que le PSG (10 contre 7).

Réactions :

Laurent Blanc :

Le match :
« J’avais dit à la mi-temps, et je me suis trompé, que si on était capables de faire la deuxième mi-temps comme la première, il était fort probables qu’on arrive à avoir un résultat positif. On l’a fait pratiquement, même si cela a été un peu moins bon. J’avais aussi averti les joueurs qu’il y avait une grande équipe en face et que les joueurs allaient avoir une réaction d’orgueil, ce qu’ils ont eu, mais on les a bien bousculés malgré cela. Malheureusement, on n’a pas réussi à remonter ce but-là. Donc, je suis fier des joueurs et du jeu produit mais frustré parce que, quand on a autant d’occasions et de poteaux sur un match, on doit pouvoir mettre un petit but pour faire 1-1 ce qui aurait été un résultat très positif et très logique aussi. Il va falloir se servir de ce match-là. On s’est prouvés que l’on pouvait augmenter de niveau, individuellement et collectivement. J’ai beaucoup entendu après le match aller qu’on n’était pas capables de monter notre intensité et d’aller plus vite, on est allés aujourd’hui beaucoup plus vite et beaucoup plus fort que les joueurs du Real Madrid. »

Kevin Trapp :

Le match :
« On était la meilleure équipe et on a eu beaucoup d’occasions pour marquer un but. A la fin, on perd ce match 1-0 et c’est nul. Tout le monde est déçu, bien sûr, parce que tu dois gagner ce match normalement. On a eu des occasions et perdre le match comme ça, c’est bizarre.

Le but du Real :
« Je pense que vous avez vu… Je n’ai pas l’air très bien, c’est clair. Je n’ai pas vu le joueur du Real Madrid au début. Quand je l’ai vu, c’était trop tard. C’est grave et on a perdu notre premier match 1-0, dans une rencontre que tu dois normalement gagner… On ne peut pas toujours parler quand quelqu’un fait une erreur, cela fait partie du foot. On avait encore 45 minutes pour marquer un but et on n’y est pas arrivés. On est déçus à cause de ça. »

Impliqué sur le but :
«Bien sûr que je suis en colère contre moi-même […] Je veux toujours être à 100%, je veux aider l’équipe, et là, je fais une erreur, c’est grave pour moi. »

Blaise Matuidi :

Fier du match ?
« Oui mais quand on est joueur, on a envie de gagner. Ce soir, on a fait un grand [il se reprend] un bon match. Un grand match, il faut gagner à l’arrivée et ce qui nous a manqué, c’est la réussite. On touche deux fois les montants, on se crée des occasions mais on n’a malheureusement pas cette réussite qui nous permet de marquer. Eux marquent sur une action bizarre. C’est frustrant mais positif pour la suite. On a joué le Real Madrid chez elle, c’est une équipe qui, je pense, n’a pas souvent été bousculée comme cela. C’est de bon augure et on espère que l’on va rééditer ce genre de performances dans l’avenir, mais avec des buts cette fois-ci. »

Comment provoquer la chance ?
« On va travailler et continuer dans ce sens-là. On a été meilleurs qu’au match aller offensivement mais il nous a manqué ce petit plus devant le but pour faire la différence. »

Le sentiment d’avoir atteint le top européen ?
« On est vraiment satisfaits. On a aussi fait par le passé des gros matches. Là, c’était un très bon match et on est satisfaits de la performance mais on joue un match pour le gagner donc la frustration reste là. On va tout faire pour gagner les deux derniers matches et se qualifier. Après, on verra. Au mois de février, cela sera encore autre chose mais on se doit de rééditer ce genre de performance. »

L’ambiance dans le vestiaire avec Trapp :
« Je pense qu’il ne voit pas le joueur arriver. C’est assez bizarre, il y a beaucoup de réussite pour eux. Il n’y a aucun problème et tout le monde a fait un bon match dans l’ensemble, Kevin Trapp y compris. Il nous sauve aussi sur deux ou trois actions après, il n’y a aucun souci. On est frustrés mais quand on perd, on perd tous et quand on gagne, on gagne tous ensemble. Ce soir, on est déçus de la défaite mais pas de la performance, et de toute l’équipe. »


Le stade :

Le stade Santiago-Bernabeu
Le stade Santiago-Bernabeu

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s