Rennes – PSG 0-1, 30/10/15, Ligue 1 15-16

Photo Ch. Gavelle, psg.fr (image en taille et qualité d'origine: http://www.psg.fr/fr/Actus/105003/Galeries-Photos#!/fr/2015/3153/54731/match/Rennes-Paris-0-1/Rennes-Paris-0-1)

Vendredi 30.10.2015, Championnat de France, Ligue 1, 12e journée (1re place), à Rennes, au Roazhon Park :
STADE RENNAIS F.C. – PARIS SAINT-GERMAIN F.C.  0:1 (0:0)
– 28 844 spectateurs. But : Ángel Di María, 75′
L’Équipe du PSG : Kevin Trapp – Grégory Van der Wiel, Serge Aurier, Thiago Silva, Maxwell Scherrer – Adrien Rabiot, Benjamin Stambouli (Marco Verratti, 66′), Blaise Matuidi (Thiago Motta, 66′) – Ángel Di María (Jean-Kévin Augustin, 79′), Ezequiel Lavezzi, Lucas Moura. Entraîneur : Laurent Blanc.


Maillot utilisé :

Maillot extérieur 2015-16
Maillot extérieur 2015-16

Photos du match :

Photo Y. Foreix, Le Parisien (image en taille et qualité d'origine: http://www.leparisien.fr/psg-diaporama/en-images-ligue-1-le-psg-fait-le-metier-a-rennes-0-1-30-10-2015-5233461.php)
Ezequiel Lavezzi, titulaire à la pointe de l’attaque (Y. Foreix)
Photo Ch. Gavelle, psg.fr (image en taille et qualité d'origine: http://www.psg.fr/fr/Actus/105003/Galeries-Photos#!/fr/2015/3153/54731/match/Rennes-Paris-0-1/Rennes-Paris-0-1)
Blaise Matuidi (Ch. Gavelle)
Photo Y. Foreix, Le Parisien (image en taille et qualité d'origine: http://www.leparisien.fr/psg-diaporama/en-images-ligue-1-le-psg-fait-le-metier-a-rennes-0-1-30-10-2015-5233461.php)
Adrien Rabiot domine les débâts (Y. Foreix)
Photo Ch. Gavelle, psg.fr (image en taille et qualité d'origine: http://www.psg.fr/fr/Actus/105003/Galeries-Photos#!/fr/2015/3153/54731/match/Rennes-Paris-0-1/Rennes-Paris-0-1)
La joie d’Angel Di Maria après son but (Ch. Gavelle)
Les supporters contestataires ont pour une fois été regroupés dans un "contre-parcage officiel"
Les supporters contestataires ont, pour une fois, été regroupés dans un « contre-parcage officiel »

Vidéo (cliquez sur le lien dans la vidéo) :


Compte-rendu (Philippe Goguet, CulturePSG) :

Paris dans son style habituel

En déplacement à Rennes, le PSG a livré son match typique de L1 à l’extérieur avec une victoire sans trop forcer grâce à un but en fin de match de Di Maria. Le PSG a ronronné une mi-temps puis a fait la différence avec les entrées de Verratti et Motta à l’heure de jeu. Au classement, le PSG est plus que jamais leader après 12 matches avec 32 points.

Le match :

Malgré une composition d’équipe très remaniée, le PSG attaque très fort le match puisque, après 40 secondes de jeu, un premier centre de Di Maria depuis la gauche est dévié par Mendes vers son but et Costil s’offre un arrêt réflexe du pied pour son retour. Di Maria est intenable en ce début de match et se fait faucher aux 25m après un gros raid mais Lavezzi ne cadre pas ce bon coup-franc axial. Di Maria est encore présent sur quelques passes et le PSG joue haut et domine, même s’il ne se crée pas beaucoup d’occcasions franches au final. La plus grosse arrive après 17 minutes de jeu quand Di Maria sert Lavezzi dans la surface. Dos au but, et avec un poil de chance puisqu’il marche sur le ballon, l’Argentin parvient à se retourner et frappe mais Costil repousse d’une belle manchette en corner.

Cela marque finalement la fin du temps fort parisien et le match s’équilibre petit à petit. Rennes parvient même à solliciter Trapp juste avant la demi-heure de jeu par Sylla d’une frappe aux 20m après que la défense ait repoussé Quintero, de plus en plus en vue dans le jeu. La rencontre baisse en intensité, en qualité technique, et s’endort même petit à petit avec des Parisiens qui n’arrivent plus à jouer ensemble vers l’avant et des Rennais qui peinent à construire. Les locaux ont tout juste une frappe de Doucouré après un bon une-deux avec Quintero à se mettre sous la dent tandis que les Parisiens sollicitent Costil sur un contre juste avant la pause. Di Maria accélère depuis le côté droit vers l’axe et sert Lucas côté gauche. Le Brésilien fixe plus ou moins Mendes et tire mais Costil repousse en corner et, sur celui-ci, Stambouli est trop court pour reprendre. A la pause, le score nul et vierge est décevant vu les bases initiales du match mais logique vu le nombre restreint d’occasions franches.

Le début de seconde période est bien plus à l’avantage des Parisiens qui montent en puissance et multiplient les centres depuis les abords de la surface mais il manque à chaque fois quelque chose : soit un joueur à la réception, soit de la justesse technique sur la reprise. Di Maria se loupe ainsi par deux fois en bonne position tandis que Maxwell, Matuidi et Rabiot envoient les munitions à tour de bras. A l’heure de jeu, cela n’a toutefois apporté aucune occasion franche, tout juste quelques sueurs froides au public breton.

Peu après l’heure de jeu, c’en est trop pour Blanc qui sort Stambouli et Matuidi pour Motta et Verratti, Rabiot passant alors sur le côté gauche du milieu. L’effet n’est pas immédiat puisque c’est à ce moment que le Stade Rennais se procure son premier corner, une bonne mesure de la dangerosité rennaise du soir… L’entrée de Verratti se fait finalement sentir à quinze minutes de la fin avec un festival dans sa moitié de terrain suivie d’une ouverture superbe pour Lucas côté gauche. Le Brésilien acccélère côté gauche et sert en retrait Di Maria qui réussit une reprise impeccable. L’action est superbe de bout en bout et Paris ouvre le score (0-1, 75e).

En une action, sublime, la partie a basculé et le PSG est désormais dans la situation qu’il préfère : devant au score, avec ses deux Italiens au coeur du jeu et face à un adversaire qui doit désormais se livrer. Une glissade d’Aurier laisse espérer un retour rapide au Stade Rennais mais le roc ivoirien, impeccable dans l’axe ce vendredi, se relève immédiatement et casse le contre. Rennes espère quand Pedro Henrique enchaîne percée et frappe à la 84ème minute mais le cadre se dérobe sur la frappe du Brésilien. La fin de match voit un PSG tout en gestion tenir en respect des Rennais très timides. Trapp est tout juste sollicité sur une frappe exentrée de Pedro Henrique mais il capte tranquillement.

Le PSG s’impose finalement 1-0 dans son style habituel à l’extérieur : une mi-temps sans trop faire de différences avec une équipe remaniée puis une accélération progressive de la domination encore renforcée par l’entrée du duo d’Italiens Verratti/Motta. Paris repart de Bretagne avec les trois points et en ayant fait tourner bon nombre de titulaires à quatre jours de son match à Madrid, une échéance bien plus importante et motivante.

L’impact au classement :

Suite à cette victoire, le PSG a désormais 32 points (+20) et il sera forcément leader dimanche soir à l’issue de la 12ème journée, son dauphin Angers ayant 22 points avant de jouer dimanche à Monaco.

Réactions :

Laurent Blanc :

Un match sans souci avant Madrid ?
« On était venus chercher une victoire donc mission accomplie puisqu’on gagne. On cherchait à éviter les blessures en essayant de préserver certains et en donnant un peu moins de temps de jeu à d’autres. Ce n’est pas facile à faire mais on y est arrivés puisqu’on n’a pas relevé de blessures ce soir. Il y avait des joueurs un petit peu en méforme, touchés par certaines maladies. On peut être satisfait du déroulement du match, du résultat, même si on aurait aimé être meilleurs. Vu la composition d’équipe, vu le remaniement assez important de l’équipe, il est normal à un moment donné qu’on perde un petit peu d’efficacité et de liant entre les lignes. Le principal est fait, passons à autre chose et passons dès demain matin à une préparation d’un match que tout le monde a dans la tête, que cela soit vous ou nous. Il fallait juste faire abstraction du Real Madrid pendant une heure et demie, c’est ce qu’on a fait, et plutôt bien fait ce soir. »

Le match de Di Maria, plus dans l’axe :
« C’était une volonté de notre part parce qu’il y a des absences comme vous l’avez vu. Angel nous offre des possibilités énormes, il peut jouer dans l’axe ou sur les côtés, il peut jouer en rupture ou dans les pieds car c’est un garçon qui est pétri de qualités. On sait qu’on est capable avec de lui de changer de poste, même de système, et cela offre une palette intéressante pour l’entraîneur et pour l’équipe. Je suis content qu’il ait été décisif parce que, comme je le dis souvent, c’est quelqu’un d’adroit devant le but et j’espère qu’il va le démontrer dans les semaines à venir. »

Les critiques que Di Maria a subies :
« Si les médias le critiquent et que vous me demandez après ce que j’en pense, il faudrait que vous posiez la question aux médias. Je ne le critique pas, j’ai même insisté pour le faire venir à Paris. Ce n’est pas moi qui vais le critiquer, je vais même au contraire l’encourager, ce que je vous invite à faire. »

Blaise Matuidi :

Le match :
« C’est bien. On a fait ce qu’il fallait, on a fait le boulot, on est vraiment bien. Il y a de la confiance et il fallait gagner ici pour avoir de la confiance avant Madrid, même si l’équipe était différente. On a démontré qu’on peut compter sur tout le monde. Il y a eu du sérieux. C’est vrai qu’en première mi-temps, on a bien commencé puis on s’est un peu éteint et on a donné confiance à cette équipe de Rennes. En deuxième mi-temps, il n’y avait pas photo, on est revenus avec de meilleures intentions et c’est une victoire méritée.

Di Maria, un but qui tombe bien :
« Cela va lui faire du bien, c’est un grand joueur et il le démontre au quotidien. Il faut qu’il s’adapte au championnat et il le fait très bien. Je pense que mardi, il fera un grand match pour son retour à Bernabeu. »


Le stade :

Le Roazhon Park
Le Roazhon Park

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s