PSG – Brescia 0-0, 07/08/01, Coupe Intertoto 01-02

Didier Domi poursuivi par des italiens

Mardi 07.08.2001, Coupe Intertoto, finale, match aller, à Paris, au Parc des Princes :
PARIS SAINT-GERMAIN F.C. – F.C. BRESCIA CALCIO (Ita.)  0:0 (0:0)
– 40 000 spectateurs environ.
L’Équipe du PSG : Lionel Letizi – Talal El-Karkouri (Cristóbal Parralo, 65′), Mauricio Pochettino, Gabriel Heinze – Bernard Mendy, Mikel Arteta (Édouard Cissé, 60′), Frédéric Déhu, Didier Domi, Lionel Potillon (José Aloísio, 29′) – Nicolas Anelka, Augustine Okocha. Entraîneur : Luis Fernandez.
Avertissements à Frédéric Déhu, Gabriel Heinze et Bernard Mendy.


Maillot utilisé (en version Coupe d’Europe, sans logo sur la manche) :

Maillot domicile 01-02 (collection MaillotsPSG)
Maillot domicile 01-02 (collection MaillotsPSG)

Billet :

(collection La Mémoire du PSG)
(collection La Mémoire du PSG)

Fanion :

(collection La Mémoire du PSG)
(collection La Mémoire du PSG)

Photos du match :

Didier Domi à la lutte (Ch. Gavelle)
Didier Domi à la lutte (Ch. Gavelle)
Augustine Okocha balle au pied
Augustine Okocha balle au pied
Frédéric Dehu face à Baggio
Frédéric Dehu face à Baggio
Okocha à la lutte (Ch. Gavelle)
Okocha à la lutte (Ch. Gavelle)
Didier Domi poursuivi par des italiens
Didier Domi poursuivi par des italiens
Le Virage Auteuil, comble, comme le Parc... (Ch. Gavelle)
Le Virage Auteuil, comble, comme le Parc… (Ch. Gavelle)

Compte-rendu (psgmag) :

DÉBUTS EN FANFARE DU PSG, PUIS LE MATCH S’ÉQUILIBRE

Pour son dernier match de la Coupe Intertoto au Parc, Luis Fernandez n’a apporté aucun changement révolutionnaire dans son groupe. Habitué aux sorties européennes, Talal El Karkouri est fidèle au poste. Didier Domi aussi. Devant, Nicolas Anelka et Jay – Jay Okocha sont chargés d’assurer le spectacle et la récolte. Non qualifié, Ronaldinho n’a toujours pas foulé officiellement la pelouse de la Porte d’Auteuil. Après la balade belge, Paris se méfie d’une équipe lombarde où seule la présence du vétéran Roberto Baggio suffit à faire trembler les filets. Un départ en fanfare des hommes de la Capitale pendant les cinq premières minutes et Brescia rétablit peu à peu l’équilibre. Contraint à la faute sur l’athlétique Luca Toni, à 25 mètres de la surface, Gabriel Heinze offre une occasion dangereuse au maître en la matière (9ème). Le ballon de Baggio flirte avec la lucarne de Lionel Letizi. Faible réplique parisienne : El Karkouri vendange son centre, le Parc siffle (12ème), la frappe d’Okocha termine dans les bras de Luca Castellazzi, le gardien remplaçant de Brescia (15ème), la tête d’Anelka est repoussée par celle de Fabio Petruzzi (19ème). Les Lombards croient alors à la chance. Le tir d’Aimo Diana est repoussé par la main de Lionel Potillon dans la surface, mais l’arbitre laisse logiquement jouer (23ème). Sur chaque geste litigieux les esprits s’échauffent. M. Mc Cury distribue ses cartons pour calmer tout le monde. Devant les difficultés de ses attaquants, Fernandez lance Aloisio sous la pluie battante (29ème). L’entrée du Brésilien se fait aussitôt ressentir : les ballons parviennent plus précis devant la cage de Castellazzi. Mais l’unique tentative de l’ancien Stéphanois est boxée des deux poings par le gardien italien (44ème).

EN FIN DE MATCH, PARIS POUSSE… MAIS EN VAIN

Mi – temps. Mêmes joueurs, même temps exécrable pour le début de la seconde période. Paris retrouve néanmoins ses velléités offensives, sans trop de réussite. La tentative de une – deux entre Aloisio et Anelka est trop longue. Le duo manque encore d’automatismes (49ème). A l’instar du début du match, les occasions ne sont pas nombreuses. Bien regroupées en défenses, les deux formations limitent les dégâts. La plus belle occasion est l’œuvre d’Aloisio dont la frappe bute sur le gardien lombard. Okocha, Déhu, Anelka pour le Brésilien, le ballon avait pourtant bien circulé (61ème). Les arrêts de jeu se multiplient pour causes d’accrochages, les entraîneurs effectuent leurs remplacements mais rien n’y fait. Toujours pas le moindre but. Baggio ne trouve pas non plus l’ouverture sur une beau coup franc renvoyé par le mur (72ème). Devant le chronomètre qui défile supporters italiens et parisiens redoublent de volume. Paris campe dans la surface de Castellazzi : centre de Bernard Mendy devant le but (74ème), frappes d’Okocha (75ème puis 78ème), tête d’Aloisio au – dessus (81ème). Au coup de sifflet final, les tifosi de Brescia exultent. Le PSG peut nourrir des regrets. Il est passé tout près d’un bon résultat.

Réactions :

Luis Fernandez : « 0-0 en coupe d’Europe à la maison, ce n’est pas un mauvais résultat. Sur le terrain, j’ai vu de la disponibilité, du jeu et de la qualité. Il manque juste la concrétisation. Au match retour ce sera à Brescia de se découvrir et de prendre des risques. A nous de savoir en profiter. L’équipe me plaît, elle tente beaucoup. Nous avons eu des possibilités de marquer, eux pas beaucoup. C’est une équipe italienne difficile à jouer qui reste bien groupée derrière. J’ai remplacé Potillon car il était blessé et a demandé à sortir (contracture musculaire à la fesse droite). »

Luigi Corioni (président de Brescia) : « Je suis satisfait de ce résultat. Je félicite le PSG qui est une très bonne équipe. Compte tenu du fait que Brescia n’a repris l’entraînement il n’y a que quinze jours, je suis satisfait. On s’attendait à un PSG bien moins fort, mais nous restons confiants. Nous ferons tout pour passer dans quinze jours en Italie. Beaucoup de supporters italiens se sont déplacés, mais beaucoup, restés en Italie, n’ont pas pu voir le match. C’est un scandale qu’un match si important ne soit pas télévisé. »

Frédéric Déhu : « Il faut marquer là – bas et on partira avec l’objectif de gagner ce match retour. La défense a une nouvelle fois été très performante. Toute l’équipe participe au replacement défensif. Il faut profiter de cette bonne assise défensive pour aller de l’avant. Il nous faut maintenant bien récupérer pour samedi. Si nous continuons sur la même voix, nous finirons par être récompensés de nos efforts. »

José Aloisio : « Quand je suis entré en jeu, j’ai essayé de mettre en pratique les consignes du coach : déstabiliser la défense adverse. Nous n’y sommes pas parvenus, mais ce n’est pas grave, il y a le match retour. Nous pensons maintenant au match de samedi contre Sochaux. L’essentiel est d’avoir produit du beau jeu. Je reste confiant pour la qualification. »

Jay – Jay Okocha : « La pelouse était glissante mais ce n’est pas une excuse. On a eu des bonnes occasions, mais on n’a pas réussi à marquer. Le match retour reste ouvert, on peut se qualifier là – bas à condition de marquer un but. On essaye de faire le jeu, mais on doit être plus réalistes. »

Carlo Mazzone (entraîneur de Brescia) : « Si les Italiens pensaient que le PSG n’est pas une grande équipe, ce soir ils seront convaincus du contraire, lance l’entraîneur de Brescia. Nous étions venus ici pour jouer et nous avons dû subir. Pourtant, que ce soit face à la Juve ou au Milan, dans le Calcio, nous ne refusons jamais le jeu. »


Le stade :

Le Parc des Princes
Le Parc des Princes

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s