Bastia – PSG 0-2, 17/10/15, Ligue 1 15-16

Photo P. Pochard-Casabianca, leparisien.fr (image en taille et qualité d'origine: http://www.leparisien.fr/psg-foot-paris-saint-germain/ligue-1-bastia-psg-0-2-ibra-sauve-encore-paris-17-10-2015-5195163.php)

Samedi 17.10.2015, Championnat de France, Ligue 1, 10e journée (1re place), à Bastia, au Stade Armand-Césari (Furiani) :
S.C. BASTIA – PARIS SAINT-GERMAIN F.C.  0:2 (0:0)
– 13 071 spectateurs. Buts : Zlatan Ibrahimović, 72′, Zlatan Ibrahimović, 83′.
L’Équipe du PSG : Salvatore Sirigu – Serge Aurier, Thiago Silva, Marcos Marquinhos, Maxwell Scherrer (Layvin Kurzawa, 86′) – Adrien Rabiot, Benjamin Stambouli (Thiago Motta, 61′), Javier Pastore – Lucas Moura (Ezequiel Lavezzi, 73′), Zlatan Ibrahimović, Edinson Cavani. Entraîneur : Laurent Blanc.
Avertissement à Marcos Marquinhos.


Maillot utilisé :

Maillot extérieur 2015-16
Maillot extérieur 2015-16

Photos du match :

Photo Ch. Gavelle, psg.fr (image en taille et qualité d'origine: http://www.psg.fr/fr/Saison/204002/Match/1527/Paris-Bastia)
Intervention de Salvatore Sirigu devant Peybernes (Ch. Gavelle)
Photo Ch. Gavelle, psg.fr (image en taille et qualité d'origine: http://www.psg.fr/fr/Saison/204002/Match/1527/Paris-Bastia)
Benjamin Stambouli face à Diallo ( Ch. Gavelle)
Photo Ch. Gavelle, psg.fr (image en taille et qualité d'origine: http://www.psg.fr/fr/Saison/204002/Match/1527/Paris-Bastia)
Serge Aurier, à nouveau excellent (Ch. Gavelle)
Photo Ch. Gavelle, psg.fr (image en taille et qualité d'origine: http://www.psg.fr/fr/Saison/204002/Match/1527/Paris-Bastia)
Thiago Silva fixe Ayité (Ch. Gavelle)
Photo P. Pochard-Casabianca, leparisien.fr (image en taille et qualité d'origine: http://www.leparisien.fr/psg-foot-paris-saint-germain/ligue-1-bastia-psg-0-2-ibra-sauve-encore-paris-17-10-2015-5195163.php)
Deuxième but de Zlatan Ibrahimovic! (P. Pochard-Casabianca)

Vidéo (cliquez sur le lien dans la vidéo) :


Compte-rendu (Philippe Goguet, CulturePSG) :

Paris à l’usure, comme souvent

En déplacement à Bastia à l’occasion de la 10ème journée de L1, le PSG s’est imposé 2-0 grâce à un doublé d’Ibrahimovic dans le dernier quart d’heure. Le PSG a su accélérer en seconde mi-temps pour gagner la rencontre, comme souvent.

Le match :

Comme souvent à l’extérieur, le PSG débute timidement sa rencontre et tarde à mettre en danger des Corses très agressifs en début de match, à l’image des deux grosses charges sur Pastore et Aurier dans les premières minutes. Petit à petit, le PSG perd même le fil et offre des contres à Bastia sur des ballons bêtement perdus au milieu, symbole d’un investissement insuffisant mais il monte d’un cran dans l’intensité après le quart d’heure de jeu. Les Parisiens se créent leur première grosse occasion à la 21ème minute sur une longue ouverture de Thiago Silva que Pastore reprend de la tête dans la surface mais ce n’est pas cadré pour autant.

Ce temps fort ne dure finalement pas et ce sont les Corses qui s’offrent une énorme occasion à la demi-heure de jeu sur une relance au pied de Sirigu que Marquinhos ne voit pas venir. Danic intercepte et va défier le gardien italien mais celui-ci réagit bien et gagne son duel. La fin de la première période est à l’image du reste avec un PSG qui a le ballon mais peine à se montrer dangereux et Paris va s’offrir sa deuxième et seule occasion cinq minutes avant la trêve quand Pastore lance superbement Maxwell sur l’aile gauche. Le Brésilien fait un centre très aérien au second poteau mais Ibra n’est pas bien placé pour reprendre et ne cadre pas sa reprise. A la mi-temps, le score nul et vierge est des plus logiques vu le faible nombre d’occasions même si le match n’est pas spécialement mauvais.

Après la pause, le PSG pense ouvrir le score au bout de de deux minutes quand Pastore tire un coup-franc que Cavani remet par le biais d’une reprise loupée pour Zlatan aux 6m. Le Suédois marque mais il est hors-jeu et le but est logiquement refusé. Nouvelle alerte pour le corps arbitral quelques secondes plus tard quand Aurier est touché dans la surface par Danic mais l’arbitre ne siffle pas en faveur des Parisiens ce léger contact. Petit à petit, le PSG accélère et Lucas offre un bon ballon à Ibra au second poteau sur un centre suite à un débordement. Zlatan tente une tête en cloche mais le cadre se dérobe de peu et le score est toujours de 0-0 alors que l’heure de jeu approche. Juste avant celle-ci, Cavani se signale enfin avec une volée sur un ballon repoussé mais Leca capte bien. Blanc sent qu’il ne manque pas grand chose à son équipe et sort Stambouli pour Motta. L’Italien entre sur le terrain en même temps que son ami Brandao et le PSG continue de pousser. Sur un corner de Lucas, Rabiot envoie un gros coup de tête mais Leca capte sur sa ligne, bien placé.

Le match devient de plus en plus tendu et incertain, un contact Motta/Brandao a lieu de façon involontaire avec l’attaquant qui reste au sol mais l’action se poursuit et Sirigu se couche bien sur la frappe puissante de Fofana qui avait bien suivi. Bastia craque finalement de façon très logique à la 72ème minute sur une action initiée par Pastore. D’une louche, il envoie Cavani au but mais l’Uruguayen est excentré par Leca, bien sorti. Le joueur temporise et sert en retrait Ibrahimovic qui fusille les Bastiais revenus en catastrophe sur la ligne (0-1, 72e). Ce but est malheureusement entaché d’un double hors-jeu des deux attaquants parisiens au départ de l’action. Malgré ce but, la physionomie du match ne change pas et le PSG domine largement le SC Bastia. Paris fait courir les Corses et double même la mise sur une action limpide. Lavezzi décale parfaitement Aurier côté droit et l’infatigable latéral est enfin recompensé de ses montées avec un centre en retrait parfait pour Ibrahimovic aux 6m. A cet endroit, Zlatan ne tremble pas et plie le match (0-2, 83e).

La fin de match est une lente agonie pour les Bastiais qui voient leur public partir avant la fin, conscient que leur équipe ne reviendra pas. Comme souvent, Paris s’impose donc en une mi-temps après avoir longtemps usé les Corses. Le PSG a certes fait la différence sur un but hors-jeu mais il y avait un gouffre en seconde période entre les deux équipes. Et Paris est prêt pour affronter le Real Madrid, plein de confiance.

L’impact au classement :

Suite à cette victoire, le PSG a désormais 26 points et reste largement en tête puisqu’Angers, son dauphin, ne peut revenir qu’à cinq points en cas de victoire. Les autres candidats au titre sont très loin.

Réactions :

Laurent Blanc :

Le PSG habituel en L1 ?
« On s’attendait à un match difficile ici et on l’a eu. C’est toujours compliqué de venir jouer à Bastia, on a vu l’année dernière qu’on n’était pas à l’abri d’une mauvaise performance. J’ai tout simplement dit aux joueurs qu’il fallait être patient, très organisé et surtout insister sur nos valeurs et notre production technique et de jeu. On savait qu’ils allaient être agressifs et très courageux mais il fallait insister dans notre façon de jouer. En deuxième mi-temps, on a été meilleurs dans la transmission de balle mais je pense qu’il y aussi eu de la fatigue de la première mi-temps. Ils avaient fait deux lignes de quatre et deux attaquants qui pressaient mais tenir ça pendant 90 minutes est compliqué aussi. Le match s’est joué en seconde mi-temps mais on a pu bénéficier du travail que l’on a fait en première période. »

Pastore qui débloque la situation en seconde mi-temps :
« Il y avait un petit peu plus d’espace et quand la transmission du ballon est meilleure et plus rapide, quand le joueur se met dans le sens du jeu, quand vous avez des joueurs très techniques comme lui et d’autres, cela peut être plus performant pour votre équipe. »

Une bonne préparation ?
« On n’avait pas le choix ! Le principal est de gagner les matches car le championnat est un marathon de matches et de points. Venir à Bastia prendre trois points, ce n’est pas si facile que ça, on le sait et on l’a vécu l’année dernière. La meilleure manière de se préparer pour ce match contre le Real était de gagner avec une équipe qui a été un petit peu poussive en première mi-temps mais qui ne s’est pas désorganisée. Avec les retours très tardifs des internationaux dans la semaine, ne pas avoir de joueurs blessés, gagner 2-0 et avoir fait une bonne deuxième mi-temps, il y a de quoi être satisfait. »

Ghislain Printant (entraîneur de Bastia) :

Des regrets après le match ?
« Oui, j’ai des regrets, je suis triste pour les garçons qui ont été très généreux. Ils ont répondu et mis en application le travail de 15 jours. Pour eux, perdre 2-0 face au PSG, même si la tâche était compliquée et qu’on savait que Paris allait nous mettre sur le reculoir en 2ème mi-temps, ils ont réussi à poser des problèmes à cette équipe de Paris. Pendant 70 minutes, ils avaient pas mal de difficultés à nous déstabiliser. Après, on a peut-être la meilleure occasion du match et on n’a pas su la concrétiser, c’est le football. Mais ce que je retiens, c’est le contenu. Les garçons ont fait en sorte d’essayer de répondre et ils ne sont pas récompensés en retour. Je les félicite.»

Des Corses pas timides :
« Le PSG a dû se procurer sa première occasion en toute fin de 1ère mi-temps, cela prouve qu’on était dedans mais j’ai aimé le fait que les latéraux n’ont pas hésité à proposer du jeu dans les couloirs et, quand on a eu l’opportunité de jouer, on a joué. On a eu du déchet sur des pertes de balle faciles mais il y avait tellement d’efforts faits à la récupération qu’on peut le concevoir. Il y avait une disponibilité et une animation, on est restés sur notre idée directrice. Mais quand on s’est retrouvés menés au score, c’est devenu compliqué.»

L’arbitrage :
« Je suis allé voir le corps arbitral avec les images à l’appui… C’est un fait de jeu, un énième contre le Sporting de Bastia, mais je préfère m’abstenir et de parler de la prestation de mes garçons que de ce fait de jeu. Cela a fait très mal aux garçons et cela les a pénalisés. »

Comment le PSG a fait la différence :
« Paris a fait en sorte d’accélérer le jeu, d’élargir et de passer par les extérieurs. Ils avaient pas mal de difficultés à pouvoir nous déséquilibrer. Après, c’est le PSG, il y avait énormément de qualité en face. Je ne saurai jamais si le drapeau s’était levé à la 70ème minute et qu’on avait pu ressortir le ballon. Au vue de cette seconde mi-temps, Paris a fait en sorte d’aller chercher ses trois points. Mais j’ai une équipe de Bastia disciplinée et qui a réussi à placer quelques banderilles. On a mis le nez à la fenêtre mais cela n’a pas suffi. »


Le stade :

Le stade Armand-Cesari de Furiani
Le stade Armand-Cesari de Furiani

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s