Tavria Simferopol – PSG 0-1, 15/07/01, Coupe Intertoto 01-02

Aloisio à la lutte...

Dimanche 15.07.2001, Coupe Intertoto, 3e tour, match aller, à Simferopol, au Stade Lokomotiv :
S.C. TAVRIA SIMFEROPOL (Ukr.) – PARIS SAINT-GERMAIN F.C.  0:1 (0:0)
– 18 000 spectateurs environ. But : Gabriel Heinze, 56′.
L’Équipe du PSG : Lionel Letizi – Cristóbal Parralo, Talal El-Karkouri, Gabriel Heinze, Lionel Potillon – Ali Benarbia (Édouard Cissé, 75′), Frédéric Déhu, Pierre Ducrocq, Laurent Robert (Bernard Mendy, 72′) – Gaёl Hiroux (José Aloísio, 50′), Augustine Okocha. Entraîneur : Luis Fernandez.


Maillot utilisé (en version Coupe d’Europe, sans logo sur la manche) :

Maillot domicile 01-02 (collection MaillotsPSG)
Maillot domicile 01-02 (collection MaillotsPSG)

Billet :

(collection La Mémoire du PSG)
(collection La Mémoire du PSG)

Programme :

(collection La Mémoire du PSG)
(collection La Mémoire du PSG)

Photos du match :

Aloisio à la lutte...
Aloisio à la lutte…

Compte-rendu (psg.fr) :

Signé Heinze

Gabriel Heinze, dit « Gabi », un goleador argentin qui a fait l’essentiel de ses classes en Espagne. Pour sa première apparition sous le maillot du PSG, il a offert à Paris une précieuse victoire contre les Ukrainiens du FC Tavriya Simferopol (0-1). Un but venu d’une autre planète pour un joueur qui a les pieds bien sur terre. Sans être exceptionnel, le PSG a donc pris une option pour les demi-finales de la coupe Intertoto. Et c’est bien là l’essentiel.

Qu’on se le dise, ce PSG là sait voyager. Après une victoire 3-1 à Pori (Finlande) la semaine dernière, les coéquipiers de Frédéric Déhu se sont une nouvelle fois imposés loin de leur base. Et l’adversaire du soir était d’un tout autre calibre. Car si le FC Tavriya Simferopol vit dans l’ombre du Dinamo Kiev, il n’en reste pas moins un club de qualité.

Face à une équipe décidée à jouer et poussée par plus de 17 000 supporters, la meilleure chose pour le PSG serait d’inscrire un but rapidement. Et effectivement d’entrée de match le PSG va de l’avant à l’image de cette frappe enroulée d’Okocha qui termine sa course dans les bras du gardien (5e). Ce même Okocha enfile le costume du passeur la minute suivante et lance Ducrocq dans le dos de la défense. La première frappe du milieu de terrain parisien est repoussée par le gardien et la seconde flirte avec le haut de la transversale (6e). Ça se rapproche.

Le PSG s’installe progressivement dans la moitié de terrain adverse. Mais par précipitation – Robert et Ducrocq se gênent sur un centre de Benarbia (12e) – ou par manque de réussite – Benarbia, seul au second poteau, pique sa tête dans les pieds du gardien (14e) – le PSG ne parvient pas à ouvrir le score. De leur côté, les Ukrainiens attendent les Parisiens dans leur camp et remontent ensuite le ballon le plus vite possible en direction des buts de Letizi.

La « ola »

A la moindre chevauchée de leurs favoris, les plus jeunes supporters, revêtus pour la plupart du maillot des grands clubs italiens, frappent des mains pour accompagner les leurs vers le but adverse. Une communion qui s’avère payante puisque Tropaidze affole la ligne de touche et centre au deuxième poteau… pour Letizi qui avait bien anticipé (30e).

Le PSG réagit et lance alors une offensive tout près de porter l’estocade. Mais Hiroux, seul face à Velichko, manque son face à face (33e). Le but n’est plus très loin, c’est sûr ! Un nouveau rush d’Hiroux et un coup-franc de Robert (35e) manquent effectivement d’illuminer l’immense tableau électronique du stade. Mais, à deux reprises, Velichko stoppe les velléités parisiennes et a le droit à son ovation. Enfin on imagine !

C’est désormais à Letizi de s’illustrer. Mochulyak, au point de penalty, oblige le portier du PSG à s’étendre de tout son corps pour claquer le ballon en corner (36e). Le mini kop local peut alors s’essayer à une « ola ». Et ça marche : un tour, deux tours, trois puis quatre tours. Cela ne fait pas pour autant tourner la tête aux Parisiens qui monopolisent toujours le ballon.

La mi-temps arrive à point pour les vingt-deux acteurs. Quinze minutes pour se rafraîchir et trouver la solution afin de percer cette muraille de Crimée. Dans le rôle du détonateur je demande « el señor » Heinze. Un but acrobatique qui aurait certainement mérité mieux que l’anonymat du canal 7 ukrainien. L’Italo-argentin, à l’entrée de la surface adverse, contrôle du droit le centre de Robert, et afin de reprendre le ballon avant son adversaire réalise un ciseaux de toute beauté. Le gardien ne peut qu’effleurer le ballon qui termine sa course sous la transversale (52e).

Trois supporters du PSG

Simferopol accuse le coup pendant dix minutes et se rue ensuite à l’assaut des buts de Letizi. Emmenés par leur stratège Tropaidze, sorte de Shevchenko local, les joueurs du FC Tavriya font passer à deux reprises des sueurs froides dans le dos des trois supporters du PSG présents. C’est tout d’abord Gigiadze qui voit sa frappe passer entre Letizi et sa ligne de but (60e), puis Boitsan qui oublie de mettre sa tête sur un centre de Tropaidze (71e).

Luis Fernandez fait alors sortir Robert et lance Mendy tout juste rentré de vacances. La bonne période ukrainienne n’est pas pour autant stoppée à l’image de cette frappe contrée par Heinze suite à un corner rapidement joué (74e). Ça chauffe, ça brûle, oui mais ça ne rentre toujours pas. Le PSG fait le dos rond pendant les quinze dernières minutes, exploitant le moindre ballon de contre.

Une ultime frappe d’Edouard Cissé, bien décalé par Aloisio, vient clôturer ce match. Les Parisiens peuvent maintenant aller saluer les trois Boulogne Boys présents, qui rejoindront la France avec les maillots de Letizi, Ducrocq et Déhu. Fernandez a le sourire, Jay-Jay semble renaître, Paris doit maintenant confirmer ce bon résultat le week-end prochain à Toulouse.

Quant aux nouveaux, ils ont passé ce soir un test probant. Cristobal s’est montré rigoureux derrière et n’a pas hésité à venir aider ses attaquants. Heinze est pour sa part de la race des battants, de ceux qui ne lâchent rien. Et comme en plus il a marqué un splendide but… Le PSG poursuit donc sa série avec trois victoires en trois matches joués.

Réactions :

Gabriel Heinze : « Mon but est surtout important pour le PSG. […] Moi, ce que je veux, c’est gagner tous les matches. Il faut toujours donner le maximum sur le terrain et c’est ce que je fais. »


Le stade :

Le stade Lokomotiv
Le stade Lokomotiv

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s