Cannes – PSG 0-1, 15/09/96, Division 1 96-97

Le Brésilien Raï sera le seul buteur du match

Dimanche 15.09.1996, Championnat de France, Division 1, 7e journée (1re place), à Cannes, au Stade Pierre-De-Coubertin :
A.S. CANNES – PARIS ST-GERMAIN F.C.  0:1 (0:0)
– 10 000 spectateurs environ. But : Raï Oliveira, 72′.
L’Équipe du PSG : Bernard Lama (Vincent Fernandez, 88′) – Laurent Fournier, Alain Roche, Paul Le Guen, Daniel Kenedy – Vincent Guérin (Julio Dely Valdés, 46′), Bruno Ngotty, Benoît Cauet, Léonardo Araújo (José Cobos, 90′) – Raï Oliveira, Patrice Loko. Entraîneurs : Ricardo Gomes et Joёl Bats.
Avertissements à Laurent Fournier, Léonardo Araújo et Alain Roche.


Maillot utilisé :

Maillot domicile 1996-97 (collection http://maillotspsg.wordpress.com)
Maillot domicile 1996-97 (collection MaillotsPSG)

Billet :

(collection La Mémoire du PSG)
(collection La Mémoire du PSG)

Programme :

(collection La Mémoire du PSG)
(collection La Mémoire du PSG)

Photos du match :

Raï à la lutte avec un Cannois
Raï à la lutte avec un Cannois
Léonardo
Léonardo
Contrôle de Patrice Loko (P. Hertzog)
Contrôle de Patrice Loko (P. Hertzog)
Le Brésilien Raï sera le seul buteur du match
Le Brésilien Raï sera le seul buteur du match

Compte-rendu (presse) :

Paris-SG a sauvé sa place de leader en s’imposant hier soir à Cannes grâce à un but de Rai. Il aura fallu un Bernard Lama époustouflant pour éviter aux Parisiens leur première défaite de la saison. Dès vendredi pour la venue de Lens au Parc, le PSG doit monter en puissance pour conserver sa suprématie qui apparaît plus que jamais fragile.

Au coup d’envoi, le PSG sait ce qu’il lui reste à faire pour reprendre à Bordeaux la tête du championnat. Ce sont pourtant les Cannois qui sont les premiers à appuyer sur l’accélérateur. Laurent Charvet marque de la tête (2e minute) mais M. Léon argue d’un hors-jeu pour briser l’euphorie du public. Peu après, c’est Cédric Daury qui tente de forcer le coffre-fort parisien en débordant sur la gauche. Lama est sur la trajectoire de son centre (10′).

Bien campée devant son gardien-capitaine, la défense du PSG ne s’affole pas. Encore heureux ! On attend maintenant du prétendant au titre qu’il affiche son savoir-faire face à cette bande de minots. Or, seul Loko parvient à dérider la cinquantaine de supporters parisiens par deux frappes mal cadrées (11′ et 23′).

Sur son banc, Ricardo en complet cravate, commence à s’impatienter. On voit même le manager général se lever pour recadrer ses troupes ! En pure perte, car ses joueurs perdent la plupart des duels. La défense parisienne n’en finit pas de se dégager. Lama doit s’envoler pour capter une reprise trop écrasée de Daury (27′) et se débrouiller tout seul avec des passes en retrait dangereuses de ses partenaires.

Avec un milieu de terrain à court d’idées et incapable de se dépêtrer du pressing adverse, que peut espérer ce PSG ? Au mieux, un but heureux sur un coup de pied arrêté. Alain Roche le sait bien et son coup de tête sur corner de Guérin est détourné par Lemasson. Le défenseur reprend mais sa frappe est contrée par… Loko (35′).

Un PSG chaotique

A la mi-temps, Ricardo revoit son schéma tactique. Il sort un milieu, Guérin, au profit d’un attaquant; Dely Valdes, ce qui doit ravir Loko, jusqu’ici esseulé aux avant-postes. Le changement ne bouleverse pas les Cannois. Et surtout pas Charvet qui oblige Lama à se détendre pour dévier son tir en corner (46e). Toujours aussi bien organisés, les Azuréens ne cèdent pas un centimètre. Et le PSG continue de produire un football rébarbatif. Le Guen et Roche sont obligés de se multiplier pour calmer les velléités cannoises.

Face à tant de léthargie parisienne, les Azuréens se piquent au jeu et prennent plus de risques. Péché de jeunesse dont va profiter Rai. Le Brésilien convertit en but une ouverture de Le Guen en profitant d’une mauvaise remontée des déféfi-seurs cannois (72′). Inespéré pour ce PSG chaotique dont les errements vont obliger Lama à accumuler les sauvetages. Le gardien intercepte d’abord une tête de Charvet (76′) avant de repousser un penalty du même Charvet (84′).

Sur cette action, l’international se blesse (tête du péroné touchée et genou bloqué) et doit céder sa place à Vincent Fernandez. Ce dernier préserve l’avantage parisien en stop-pant un tir de Luccin (88′). Laurent Leroy se charge de la dernière frayeur pour le PSG. Sa frappe s’envole dans les tribunes. Et avec elle les espoirs d’une bande de gamins dont on reparlera.


Le stade :

Vue aérienne du stade Pierre-de-Coubertin
Vue aérienne du stade Pierre-de-Coubertin

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s