Sporting – PSG 2-2, 20/07/02, match amical 02-03

Alex Nyarko, qui ouvrira le score pour les parisiens

Samedi 20.07.2002, match amical à Lisbonne, au Stade José-Alvalade :
SPORTING C.P. (Por.) – PARIS ST-GERMAIN F.C.  2:2 (0:1)
– 8 255 spectateurs. Buts : Alex Nyarko, 32′ ; André Luiz, 68′ sur penalty, Rui Bento, 73′ sur penalty, Ricardo Fernandes, 80′.
L’Équipe du PSG : Lionel Letizi – Cristóbal Parralo (Mauricio Pochettino, 46′), Talal El-Karkouri, Lionel Potillon (Gabriel Heinze, 46′) – Paulo César, Alex Nyarko (Frédéric Déhu, 46′), Hugo Leal (Romain Rocchi, 69′), André Luiz (Felipe Teixeira, 87′), Didier Domi (Francis Llacer, 87′) – Fabrice Fiorèse (Alioune Touré, 87′), Kaba Diawara (Martin Cardetti, 60′). Entraîneur : Luis Fernandez.
Avertissements : Cesar Prates, Lionel Potillon, Frédéric Déhu, Didier Domi.


Maillot utilisé :

Le maillot de la saison précédente, sans sponsor, utilisé ce jour là (collection West Ham 93)
Maillot domicile 2001-02 , sans sponsor (collection West Ham 93)

Billet :

0203_Sporting_PSG_billet


Photos du match :

Un certain Cristiano Ronaldo fera ses débuts avec le Sporting ce soir là...
Un certain Cristiano Ronaldo, 17 ans, fera ses débuts avec l’équipe première du Sporting ce soir là…
Alex Nyarko, qui ouvrira le score pour les parisiens
Alex Nyarko, qui ouvrira le score pour les parisiens

Vidéo (le match de Cristiano Ronaldo) :


Compte-rendu (psgmag) :

Dominateurs athlétiquement, les Parisiens sont sur la voie de la consolidation. Après avoir mené 2-0 dans une rencontre d’avant saison de bonne qualité, les hommes de Fernandez ont été rejoints à dix minutes de la fin du match. Deux coups de pied arrêtés ont eu raison des efforts parisiens. Un mal qui persiste et qu’il faudra irrémédiablement régler. Paris vient de franchir un nouveau cap dans sa phase de préparation. Confronté à un adversaire plus « étoffé », champion national en titre, ce n’est donc pas une mauvaise affaire que de se quitter sur ce score de parité dans l’antre José-Alvalade de Lisbonne. Certes, on pourra regretter que ce soit encore deux coups de pied arrêtés qui aient empêchés Paris de poursuivre sur une note victorieuse. Mais gardons en mémoire ce qui a pris forme : du liant entre les lignes.

Et c’est d’ailleurs Paris qui s’offre la première véritable occasion de cette rencontre. Domi centre pour Diawara dont la reprise au point de penalty est repoussé par Nelson (13e). Tello ne tarde pas à redonner des couleurs au Sporting. Son débordement trouve la tête de Toñito qui file au-dessus des buts de Letizi. Le tempo est donné. Bien en place, les hommes de Fernandez lancent très vite leurs contre-attaques, et il s’en faut de peu qu’un peu avant la demi-heure de jeu, Fiorèse ne trouve le chemin des filets sur un centre fuyant de Nyarko (21e). Mais ce n’est que reculer pour mieux sauter ; Sur une longue touche de Paulo Cesar, Nyarko ajuste son contrôle et se débarrasse de son garde du corps avant d’armer une frappe qui fait mouche (32e). Juste avant la pause, c’est au tour de Betto de mettre Letizi en alerte, mais sa frappe pleine axe est détournée en corner. Pendant le repos, Luis Fernandez en profite pour effectuer quelques retouches. Nyarko, auteur d’une bonne première période laisse sa place à Dehu, idem pour Potillon et Cristobal qui sont remplacés respectivement par Pochettino et Heinze.

Et Paris repart de plus belle. C’est encore en ailier de débordement que Paulo Cesar donne le tournis à la défense du Sporting. Le Brésilien dépose le ballon sur la tête d’un Diawara maladroit (57e). Il ne manque pas grand chose pour que Paris ne double son capital but. D’autant que le Sporting vient de se créer son action la plus dangereuse depuis le début de la rencontre. Tout va se jouer en l’espace d’une minute. Un coup-franc de Barbosa à l’entrée de la surface trouve Pepe qui touche du bois. Sur le contre qui suit, Cardetti hérite du cuir et file vers le but portugais. Pour le stopper, Nelson est obligé de commettre l’irréparable. Andre Luiz se charge du penalty, Paris mène 2-0 (67e). Laszlo Bolöni tout comme Luis Fernandez en profitent pour effectuer de nouveaux changements. Le premier, pour combler le retard de sa formation, le second, pour le maintenir. Et dans le dernier quart d’heure de jeu de cette rencontre, Paris va saborder son avance. Une première fois c’est Fiorèse qui commet l’irréparable dans sa surface en stoppant de la main un centre portugais. Monsieur Proença indique le point blanc, Rui bento s’en charge sans trembler (73e). Le Sporting soutenu par son public pousse pour sauver ce qui peut encore l’être ; Et sept minutes plus tard, c’est cette fois une faute de Domi à vingt-cinq mètres à droite des buts de Letizi qui remet les Portugais à niveau. Ricardo Fernandez envoie le ballon en pleine lucarne. Le Sporting a eu chaud tandis que Paris vient de montrer que le travail commence à payer. Vivement la suite.


Le stade :

Le stade José-Alvalade
Le stade José-Alvalade

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s