Montpellier – PSG 1-2, 16/05/15, Ligue 1 14-15

Photo Ch. Gavelle, psg.fr (image en taille at qualité d'origine: http://www.psg.fr/fr/Actus/105003/Galeries-Photos#!/fr/2014/2920/46727/match/Montpellier-Paris-1-2/Montpellier-Paris-1-2)

Samedi 16.05.2015, Championnat de France, Ligue 1, 37e journée (1re place) à Montpellier, au Stade de la Mosson :
MONTPELLIER H.S.C. – PARIS SAINT-GERMAIN F.C.  1:2 (1:2)
– 27 930 spectateurs. Buts : Blaise Matuidi, 17′, Ezequiel Lavezzi, 25′, A.Mounier, 40′.
L’Équipe du PSG : Salvatore Sirigu – Serge Aurier, Thiago Silva, David Luiz, Maxwell Scherrer – Yoan Cabaye (Marcos Marquinhos, 78′), Adrien Rabiot, Blaise Matuidi – Javier Pastore, Edinson Cavani, Ezequiel Lavezzi (Lucas Moura, 69′). Entraîneur : Laurent Blanc.
Avertissements à Serge Aurier, Yoan Cabaye, Marcos Marquinhos, Javier Pastore et Adrien Rabiot.


Maillot utilisé :

Le maillot extérieur 2014-15
Le maillot extérieur 2014-15

Photos du match :

Photo Ch. Gavelle, psg.fr (image en taille at qualité d'origine: http://www.psg.fr/fr/Actus/105003/Galeries-Photos#!/fr/2014/2920/46727/match/Montpellier-Paris-1-2/Montpellier-Paris-1-2)
Maxwell balle au pied (Ch. Gavelle)
Photo Ch. Gavelle, psg.fr (image en taille at qualité d'origine: http://www.psg.fr/fr/Actus/105003/Galeries-Photos#!/fr/2014/2920/46727/match/Montpellier-Paris-1-2/Montpellier-Paris-1-2)
Javier Pastore dans ses oeuvres (Ch. Gavelle)
Photo Ch. Gavelle, psg.fr (image en taille at qualité d'origine: http://www.psg.fr/fr/Actus/105003/Galeries-Photos#!/fr/2014/2920/46727/match/Montpellier-Paris-1-2/Montpellier-Paris-1-2)
La joie d’Ezequiel Lavezzi après son but: 0-2 (Ch. Gavelle)
Photo Ch. Gavelle, psg.fr (image en taille at qualité d'origine: http://www.psg.fr/fr/Actus/105003/Galeries-Photos#!/fr/2014/2920/46727/match/Montpellier-Paris-1-2/Montpellier-Paris-1-2)
Blaise Matuidi, à nouveau buteur (Ch. Gavelle)
Photo Ch. Gavelle, psg.fr (image en taille at qualité d'origine: http://www.psg.fr/fr/Actus/105003/Galeries-Photos#!/fr/2014/2920/46727/match/Montpellier-Paris-1-2/Montpellier-Paris-1-2)
Avec cette victoire, le PSG est officiellement champion de France 2014-2015! (Ch. Gavelle)
Photo Ch. Gavelle, psg.fr (image en taille at qualité d'origine: http://www.psg.fr/fr/Actus/105003/Galeries-Photos#!/fr/2014/2920/46727/match/Montpellier-Paris-1-2/Montpellier-Paris-1-2)
Les joueurs fêtant le titre (Ch. Gavelle)

Vidéo (résumé officiel, cliquer sur le lien dans la vidéo) :


Compte-rendu (revue de presse Canal Supporters) :

CS lequipe

« Pour l’heure, Paris savoure, s’amuse, célèbre ce troisième titre, mais n’oublie pas les critiques dont il fut l’objet lors de la première partie de saison. Pendant cinq mois, la qualité de ses individualités l’a maintenu à portée de fusil de l’OM, champion d’automne, et de ces fougueux et talentueux Lyonnais, mais il y avait comme un malaise dans les rangs parisiens, écrit L’Equipe. Il est redevenu une véritable équipe au sein de laquelle les intérêts individuels se sont effacés derrière une même quête. Peut-être, d’ailleurs, que Paris n’a jamais été aussi fort, ni aussi spectaculaire de toute son histoire que dans la seconde partie de ce Championnat. (…) Ce troisième titre est ainsi escorté d’une forme de paradoxe. Le PSG n’a jamais eu autant ni aussi peu de marge à la fois. Lorsqu’ils ont décidé d’accélérer, les Parisiens sont devenus irrésistibles et ils ont tout renversé. (…) Et s’il est toujours ingrat de séparer les lauriers, il serait injuste de ne pas souligner la dimension prise par Marco Verratti, cette saison. Le jeune international italien, bien aidé par Javier Pastore, a souvent donné du volume au jeu en même temps qu’il enchantait le public par ses dribbles courts incroyables. Son ascension générera-t-elle un souffle suffisamment puissant pour propulser Paris dans le dernier carré de la Ligue des champions, la saison prochaine ? L’arrivée d’un ou de deux autres joueurs d’envergure internationale (Pogba, Di Maria) ne serait pas superflu pour régénérer un effectif qui a atteint ses limites sur la scène continentale. Conserver Edinson Cavani, dont les velléités de départ l’été dernier sont devenues de véritables intentions cette fois, non plus. Il s’agira aussi de corriger les erreurs dans la préparation d’un rendez-vous comme celui de Barcelone, face à qui le PSG s’est présenté privé de trop de joueurs. Parce que si Paris compte trois couronnes, il déplore trois éliminations de suite en quarts de finale de la Ligue des champions, LA compétition que l’actionnaire qatarien veut gagner. »

Les notes de L’Equipe : Sirigu 4 /Aurier 6 / Silva 7 / Luiz 5 / Maxwell 5 / Cabaye 5 / Rabiot 7 / Matuidi 8 / Pastore 4 / Lavezzi 6 / Cavani 5.

mini« Et à la fin, c’est Paris qui gagne ! Vous en doutiez ? La puissance collective et financière du PSG a bien sûr fini par éliminer la concurrence pour lui offrir ce matin son troisième titre de champion de France d’affilée. Le cinquième dans l’histoire du club de la capitale. Voilà le PSG nanti d’un doublé comme l’année dernière et une Coupe de France arrachée à Auxerre le 30 mai embellira encore plus une saison qui, dans sa moitié 2015, se donne en spectacle, résume Le Parisien. Paris aura trop tardé à exposer son panache mais quand il a enfilé ses habits de gala, on a bien vu les flashs crépiter. Depuis deux mois, c’est vraiment tapis rouge et montée des marches. »

« Le verdict ne devrait plus tarder d’ici à la fin mai. Il n’y a plus une semaine sans qu’un assouplissement du fair-play financier (FPF) ne soit évoqué ici ou là, lit-on également dans le quotidien francilien. L’UEFA pourrait autoriser les nouveaux propriétaires de club à réaliser des dépenses supplémentaires dans ce secteur, moyennant certaines garanties que devront fournir les actionnaires. Par ailleurs, l’UEFA envisagerait, dans le calcul des déficits autorisés des clubs, de tenir compte de la fiscalité propre de chaque pays. En France, par exemple, elle est plus forte qu’en Allemagne : les charges patronales sont moindres pour le Bayern que pour le PSG. »

Les notes du Parisien : Sirigu 4.5 /Aurier 6 / Silva 6.5 / Luiz 5.5 / Maxwell 6 / Cabaye 5.5 / Rabiot 6 / Matuidi 6.5 / Pastore 5 / Lavezzi 6 / Cavani 5.5.

« Le Paris SG a maintenu son insolente domination sur le football français en obtenant samedi son 3e titre d’affilée en L1, le 5e de son histoire, et peut désormais rêver d’un triplé national inédit en cas de succès en Coupe de France, publie l’AFP. Le Qatar, propriétaire du PSG depuis 2011, a fait de la C1 son Graal. Or le 3e échec consécutif aux portes des demi-finales n’a fait paradoxalement que renforcer la détermination des vedettes parisiennes à ne pas se faire devancer par l’un des deux rivaux en France. Ce qui aurait constitué un véritable affront pour un club nanti d’un budget de 480 millions d’euros. La perspective de devenir la première formation à soulever les trois trophées nationaux en une saison (L1, Coupe de France, Coupe de la Ligue) a été plus forte que tout autre considération. (…) De quoi autoriser Laurent Blanc, sous contrat jusqu’en 2016, à rester aux commandes de l’équipe. Pour la saison prochaine, les objectifs ne varieront pas: poursuivre l’hégémonie en France et tutoyer enfin les sommets en C1, tout en préparant l’après-Ibrahimovic, en fin de contrat en juin 2016. »

« Il y a eu des cris, des sourires et des accolades, mais le sentiment du devoir accompli n’a pas donné lieu à d’incroyables scènes de liesse au soir du troisième titre consécutif du PSG. Après avoir apprécié son sacre sur la pelouse montpelliéraine, la délégation ne s’est pas attardée car un avion attendait pour amener les champions de France dans le restaurant parisien, resté secret, réservé pour déguster une coupe de champagne en petit comité, rapporte le JDD. Pour les grandes effusions, rendez-vous dans quinze jours, après la finale de la Coupe de France contre Auxerre, qui peut parachever un triplé inédit, voire quadruplé si l’on tient compte de cet amical amélioré qu’est le Trophée des champions. »

Réactions (lequipe.fr) :

Laurent Blanc (entraîneur du Paris-SG) : «On imagine qu’une grande joie doit vous animer…
C’est une belle et grande joie d’obtenir un troisième titre consécutif qui a été difficile à obtenir. Beaucoup d’entre vous ont été négatifs mais malgré cela, on a quand même pris des points en début de saison et cela a fait la différence. Il y a huit journées, j’avais dit que l’équipe qui ferait le plein de points serait championne. J’espérais que ce soit le PSG et cela a été le cas.

Ce titre est-il plus savoureux en raison des critiques?
Non, un titre est toujours savoureux, mais la façon dont vous l’obtenez peut amener une satisfaction supplémentaire. On a été dans l’adversité en première partie de saison pour diverses raisons. On s’est rabattu sur nous-mêmes. J’ai surtout gardé confiance dans le groupe qu’on avait et j’ai bien fait parce que les joueurs m’ont rendu cette confiance. Merci aussi à mon staff, ils ont bien fait le job, ils sont peu en lumière mais ils travaillent beaucoup et je me rends compte que j’ai bien fait de les choisir parce que sans leur travail au quotidien, on n’aurait pas eu ce titre.

Est-ce le début d’une dynastie du PSG comme celle de Lyon dans les années 2000?
Je ne peux pas vous le dire, mais Paris ne veut pas s’arrêter là, veut continuer à progresser, à s’améliorer, que ce soit les joueurs, le staff, les dirigeants. J’espère qu’on y arrivera. On va d’abord apprécier ce titre, la saison n’est pas terminée, il y a encore une finale de Coupe de France contre Auxerre. On fera le bilan après ce match.

Il n’y a jamais eu de coup dur cette saison finalement…
Le staff et les dirigeants ont gardé confiance. Malgré notre jeu qui n’était pas bon, on perdait peu de points et ça a été très important et cela nous a permis de ne pas être décrochés. Le début de l’année 2015 a été important avec le stage de Marrakech. Pour être bon techniquement, il faut être au top physiquement. Ce stage avait été fédérateur avec un travail physique important. On essaiera de faire mieux l’année prochaine, voir ce qui peut être amélioré et aller encore plus loin l’année prochaine.

Avez-vous appris des choses cette saison?
Oui. J’apprends tout le temps. Ce n’est pas en fonction de l’âge, des entraîneurs plus âgés apprennent aussi. On est confronté à des situations qui sont différentes. Le plus haut niveau, il faut bien l’analyser pour faire mieux. Cette année nous a donné des réflexions à avoir pour faire ce petit pas qui nous permettra d’aller plus loin en Europe.

Donc vous serez encore là la saison prochaine…
Vous annoncez des choses… Je parle de ce que je vis avec mes dirigeants. On parle de la saison prochaine, parce que j’ai un contrat jusqu’à la saison prochaine. Si vous n’êtes pas convaincus que je serai là la saison prochaine, je n’ai rien à ajouter, c’est votre avis.»


Le stade :

Le stade de La Mosson-Mondial 98
Le stade de La Mosson-Mondial 98

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s