PSG – Auxerre 1-0, 28/11/09, Ligue 1 09-10

Photo Ch. Gavelle, psg.fr (image en taille et qualité d'origine: http://www.psg.fr/fr/Actus/105003/Galeries-Photos#!/fr/2009/1904/21140/match/PSG-Auxerre/PSG-Auxerre-1-0)

Samedi 28.11.2009, Championnat de France, Ligue 1, 15e journée (10e place)
à Paris, au Parc des Princes :
PARIS ST-GERMAIN F.C. – A.J. AUXERRE  1:0 (0:0)
– 34 849 spectateurs. But : Jérémy Clément, 66′.
L’Équipe du PSG : Grégory Coupet (Apoula Edel, 84′) – Marcos Ceará, Zoumana Camara, Mamadou Sakho, Sylvain Armand – Ludovic Giuly (Jean-Eudes Maurice, 65′), Claude Makélélé, Jérémy Clément, Stéphane Sessègnon – Mevlüt Erding, Péguy Luyindula (Christophe Jallet, 89′). Entraîneur : Antoine Kombouaré.
Avertissements à Marcos Ceará et Mamadou Sakho.


Maillot utilisé :

Maillot domicile 2009-10 (collection MaillotsPSG)
Maillot domicile 2009-10 (collection MaillotsPSG)

Photos du match :

Photo Ch. Gavelle, psg.fr (image en taille et qualité d'origine: http://www.psg.fr/fr/Actus/105003/Galeries-Photos#!/fr/2009/1904/21140/match/PSG-Auxerre/PSG-Auxerre-1-0)
Claude Makélél protège son ballon (Ch. Gavelle)
Photo Ch. Gavelle, psg.fr (image en taille et qualité d'origine: http://www.psg.fr/fr/Actus/105003/Galeries-Photos#!/fr/2009/1904/21140/match/PSG-Auxerre/PSG-Auxerre-1-0)
Ludovic Giuly (Ch. Gavelle)
Photo Ch. Gavelle, psg.fr (image en taille et qualité d'origine: http://www.psg.fr/fr/Actus/105003/Galeries-Photos#!/fr/2009/1904/21140/match/PSG-Auxerre/PSG-Auxerre-1-0)
Le buteur, Jérémy Clément, félicité par Sylvain Armand et Mevlut Erding (Ch. Gavelle)
Photo Ch. Gavelle, psg.fr (image en taille et qualité d'origine: http://www.psg.fr/fr/Actus/105003/Galeries-Photos#!/fr/2009/1904/21140/match/PSG-Auxerre/PSG-Auxerre-1-0)
Mevlut Erding (Ch. Gavelle)
Photo Ch. Gavelle, psg.fr (image en taille et qualité d'origine: http://www.psg.fr/fr/Actus/105003/Galeries-Photos#!/fr/2009/1904/21140/match/PSG-Auxerre/PSG-Auxerre-1-0)
Jérémy Clément face à Pedretti (Ch. Gavelle)
La Tribune G (psgmag)
La Tribune G (psgmag)
Craquage en K (psgmag)
Craquage en K (psgmag)
L'hommage du Kop de Boulogne à Julien (psgmag)
L’hommage du Kop de Boulogne à Julien (psgmag)

Compte-rendu (psgmag)  :

Face au leader auxerrois, le PSG a confirmé sur le terrain les déclarations d’intention faites dans la presse. Mais il faudra désormais faire sans Grégory Coupet…

Le match en bref
Treizième avant la rencontre et restant sur deux défaites consécutives — soit une victoire en huit matches de L1 —, le PSG avait l’occasion de se relancer en accueillant Auxerre, surprenant leader du championnat, et qui était sur une série de sept victoires de rang. Pour ce faire, Kombouaré avait décidé de mettre fin à l’intermède 4-2-3-1 et de revenir à la tactique du début de saison, un 4-4-2 avec Giuly à droite et Sessegnon à gauche. Côté bourguignon, Jean Fernandez devait faire sans son meilleur attaquant, Jelen, et l’avait donc remplacé par l’étonnant Roy Contout.

Le match commence plutôt bien pour les Parisiens, qui monopolisent complètement le ballon durant les dix premières minutes. Le pressing est haut, et toute l’équipe joue vers l’avant. À l’image d’un Claude Makelele omniprésent, qui veut donner l’exemple — et pas seulement par voix de presse. Pourtant, contre le cours du jeu, ce sont les visiteurs qui vont se montrer dangereux en premier, sur un coup-franc… parisien, par le biais d’une action furieusement identique au but encaissé face à Nice : Jérémy Clément tire un coup-franc trop court, les Auxerrois partent en contre et prennent de vitesse une défense qui se replie mal : Niculae se présente alors face à Coupet, mais ce dernier sort bien et dévie le tir adverse en corner.

Requinqués par cette occasion, les Auxerrois se montrent nettement plus audacieux, et il s’en suit dix bonnes minutes durant lesquels les Parisiens n’arrivent plus à attaquer. Le premier tir du PSG intervient finalement à la 21e minute : suite à un centre de Giuly et à plusieurs dégagements de la tête, Sessegnon frappe à l’entrée de la surface, et Coulibaly dévie en corner. Peu de temps après, Cearà joue une longue touche, déviée par Luyindula et reprise de la tête par Sessegnon, mais Olivier Sorin capte bien le ballon.

On se dit que le match des Parisiens est enfin lancé, mais le dénommé Roy Contout, meilleur Auxerrois hier soir, perturbe énormément la défense francilienne. Sur une de ses accélérations, il devance Camara et centre en retrait pour Niculae qui, seul face au but vide, rate la balle, bien gêné par le retour de Sylvain Armand. Quelques minutes plus tard, Contout dribble trois Parisiens et tire à côté. Juste avant la mi-temps, le PSG effectue enfin un beau mouvement : Sessegnon effectue une longue transversale pour Giuly, qui lance Luyindula en pleine course. Celui-ci conclue l’action par une frappe trop molle.

La première mi-temps s’achève donc sur un score vierge, et les meilleures occasions auront été pour les leaders du championnat. La deuxième période reprend, et cette fois, les Parisiens dominent nettement et deviennent de plus en plus dangereux. Coulibaly manque de tromper son propre gardien sur un coup-franc, puis sur un corner de Cearà, Erding expédie une tête qui passe de peu à côté. Makelele sonne également la charge en adressant un centre-tir que Luyindula est tout proche de couper.

À ce moment de la rencontre, Sessegnon commence à agacer. Il vient d’hériter de deux ballons plein axe, dans sa position supposée préférentielle, et il a à chaque fois gâché les opportunités : la première fois sur une passe ratée, la deuxième sur un dribble superflu. Kombouaré décidé alors de changer la donne : il fait rentrer Jean-Eudes Maurice à la place de Ludovic Giuly — pas très en forme —, place le nouvel entrant à gauche, et envoie Sessegnon sur le côté droit. La doublette Cearà-Sessegnon qui marchait si bien l’an dernier est alors reformée, et sur le premier ballon qui suit, le Béninois trouve une solution de passe évidente, et lance Cearà en débordement. Celui-ci centre en bout de course, sur la tête de Jérémy Clément qui ouvre le score (1-0, 66e).

Clément, auteur d’une deuxième période remarquable, marque déjà son troisième but cette saison, et s’empresse d’aller remercier Sessegnon et Cearà. Les Parisiens semblent libérés, deviennent bien plus tranchants dans leurs dribbles et décidés dans leurs prises de balle. Mais deux minutes plus tard, Auxerre — qui aime décidément agir quand on ne s’y attend pas — réagit très vite. L’intenable Roy Contout est lancé en profondeur, il pousse son ballon et Sakho commet l’irréparable en le fauchant en pleine surface. Saïd Ennjimi indique logiquement le point de penalty, mais son assistant l’interpelle et lui certifie que la faute a eu lieu à l’extérieur de la surface. Le coup-franc ne donne rien. Cette erreur d’appréciation sert clairement les intérêts parisiens : difficile de dire quelle aurait été la réaction des joueurs de la capitale après une égalisation si rapide.

Les Auxerrois s’énervent et n’arrivent plus à se mettre en situation, alors que les Parisiens commencent à jouer en contre : Maurice puis Armand réalisent des frappes lointaines intéressantes. Mais le vrai fait marquant de la rencontre intervient à la 82e minute. Voulant sauver un corner, Coupet se précipite pour dégager la balle en touche. Dans son élan, il bloque son pied d’appui, et tout son poids s’exerce alors sur sa cheville qui tourne très violemment. Les Parisiens somment les médecins de venir sur la pelouse, et à la vue de la position du pied de Coupet, tout le monde se rend compte de la gravité de la blessure. Tout le monde sauf Benoît Pedretti, qui invective l’arbitre pour qu’il prenne bien en compte le temps perdu.

Coupet sort sur une civière, acclamé par le Parc des Princes. Le gardien parisien prend le temps d’applaudir le public à son tour, et Edel, qui n’a pas eu le temps de s’échauffer, rentre pour les dernières minutes. Au passage, on peut se féliciter que Kombouaré ne soit pas un adepte des changements réalisés tôt dans le match. Edel est à son tour acclamé par les supporters parisiens, et sur le corner qui suit, il s’impose dans les airs et lance une contre-attaque. La fin de match sera finalement calme, hormis une frappe de Bourgeois à la dernière seconde, stoppée par Edel.

Paris bat donc le leader, dans un match difficile qui aurait pu clairement mal tourner. Les esprits chafouins n’auront de cesse de dire que Paris n’a pas fait un match impérial, qu’il s’en est fallu d’une erreur d’arbitrage et que la crise ne reste pas loin. Certes. Mais après la très mauvaise prestation à Marseille, Paris a eu le mérite de montrer un visage conquérant, surtout en seconde période, de nombreux joueurs ont livré une performance très aboutie, et finalement Paris a battu une équipe en forme. En gagnant mercredi prochain à Boulogne-sur-Mer, Paris reviendrait au pire à 6 points du leader…


Le stade :

Le Parc des Princes
Le Parc des Princes

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s