PSG – Auxerre 0-1, 11/03/07, Ligue 1 06-07

Bonaventure Kalou à la lutte avec Sagna (Ch. Dupont)

Dimanche 11.03.2007, Championnat de France, Ligue 1, 28e journée (19e place) à Paris, au Parc des Princes :
PARIS ST-GERMAIN F.C. – A.J. AUXERRE  0:1 (0:1)
– 33 826 spectateurs. But : Kaboul, 41′.
L’Équipe du PSG : Mickaёl Landreau – Bernard Mendy, Édouard Cissé (Boukhary Dramé, 46′), David Rozehnal, Sylvain Armand – Marcelo Gallardo (Péguy Luyindula, 68′), Clément Chantôme, Jérôme Rothen – Pierre-Alain Frau (Amara Diané, 72′), Bonaventure Kalou, Pedro Pauleta. Entraîneur : Paul Le Guen.
Avertissements à Clément Chantôme et Pedro Pauleta.


Maillot utilisé :

Maillot domicile 2006-07 (collection MaillotsPSG)
Maillot domicile 2006-07 (collection MaillotsPSG)

Billet :

(collection La Mémoire du PSG)
(collection La Mémoire du PSG)

Programme :

(collection La Mémoire du PSG)
(collection La Mémoire du PSG)

Photos du match :

Contrôle de Bonaventure Kalou
Contrôle de Bonaventure Kalou
L'auxerrois Kaboul
L’auxerrois Kaboul
Bonaventure Kalou à la lutte avec Sagna (Ch. Dupont)
Bonaventure Kalou à la lutte avec Sagna (Ch. Dupont)
Péguy Luyindula (Ch. Gavelle)
Péguy Luyindula (Ch. Gavelle)
La déception de Jérôme Rothen
La déception de Jérôme Rothen
Le Kop de Boulogne
Le Kop de Boulogne

Compte-rendu (psg.fr) :

Paris n’y arrive pas

Pour ceux qui en doutaient encore, le PSG joue bien le maintien. Triste réalité, au terme d’une 28e journée qui n’a fait qu’aggraver la situation du club de la capitale. Kaboul, juste avant la pause, a en effet anéanti les espoirs d’un réveil parisien. Les parades de Landreau ont maintenu l’espoir… en vain.

Face à Auxerre, il était question de maintien, d’honneur, de courage, d’union sacrée. De tout cela et de bien plus encore, car c’est de la survie du PSG en Ligue 1 dont il s’agissait. Malgré les mots, malgré les bonnes intentions, le PSG reste scotché à la 19e place, l’avant dernière, à deux points du premier non relégable.

Dos au mur, Paris attaque cette rencontre avec envie et talent. Frau se joue de deux défenseurs et sert Gallardo dans la surface qui ne peut se défaire du marquage très (trop ?) serré de Sagna (4e). Dans la foulée, Pauleta déserte la pointe de l’attaque et endosse le costume du passeur. Son puissant centre passe devant le but de Sorin sans que Frau ni Kalou ne puissent couper la trajectoire du ballon (9e). Deux frappes consécutives de Frau accentuent la domination parisienne (13e et 14e), même si les attaques bourguignonnes paraissent bien huilées.

Jelen, Niculae, Akalé se trouvent les yeux fermés avec un Kahlenberg des grands soirs à la baguette. Auxerre n’entend pas endosser le rôle de la victime sans combattre. Le résultat est plaisant puisque cela offre une rencontre rythmée, avec de nombreuses occasions de but. Après un geste défensif décisif de Mendy face à Akalé (19e), c’est ensuite le poteau qui sauve le PSG sur une reprise de la tête de l’attaquant auxerrois (20e). La bonne période des visiteurs se termine avec un face à face remporté par Landreau devant Sagna (22e).

Buteur contre Benfica jeudi dernier, Pauleta remet le PSG sur les bons rails en osant une reprise de volée, dans un angle fermé, qui flirte avec le poteau de Sorin (30e). Alors que Grichting quitte la pelouse la pommette droite enfoncée par un coup de tête de Sagna, Kaboul profite d’une partie de billard dans la surface parisienne pour ajuster Landreau (0-1, 41e). L’égalisation de Lens face à Sedan (1-1), évite au PSG d’occuper une dramatique 20e place de L1.

Les parades de l’espoir !

Si rien n’est acquis sur le rectangle vert, le PSG sait qu’il pourra compter pendant les 45 dernières minutes de ce match et jusqu’à la fin de la saison, sur son formidable public. Comme une réponse aux encouragements du Parc, le premier ballon de Dramé (Cissé, 46e) vient s’écraser sur la transversale de Sorin (47e).

C’est ensuite sur coup de pied arrêté que le PSG inquiète les hommes de Jean Fernandez. Rozehnal prolonge la frappe de Rothen, mais la reprise de Pauleta au second poteau est déviée en corner par la main ferme de Sorin (57e). Il faudra ensuite un Landreau de gala pour éviter au PSG de sombrer. Le dernier rempart parisien réalise en effet deux parades décisives, face au Roumain Niculae (58e), puis devant le Polonais Jelen (62e). Les parades de l’espoir !

Le Parc ne lâche pas son équipe et continue donc de pousser : « Paris, Paris, Paris ! » Alors que Paul le Guen lance deux attaquants dans la rencontre (Luyindula, 68e puis Diané, 72e), Jean Fernandez opte pour une solution plus défensive puisque Ba remplace Niculae (74e). Logique après tout. Un nouvel arrêt de Landreau face à Jelen (80e), maintient l’espoir dans cette fin de match crispante. Luyindula a bien la balle de l’égalisation au bout de sa reprise de volée, mais celle-ci fuit le cadre au dernier moment (85e). Crispant on vous dit !

Impuissant, Paris vient inlassablement buter sur le mur bourguignon. Les 4 minutes de temps additionnel n’y changeront rien. Le 8e de finale retour de la Coupe UEFA, ce jeudi à Lisbonne, devra permettre au PSG de préparer son prochain déplacement à Rennes. Triste réalité, d’une équipe qui devra lutter, avec l’aide de son public, pour rester parmi l’élite la saison prochaine. L’union sacrée reste plus que jamais d’actualité.

Réactions :

Paul Le Guen (Entraîneur du PSG)
« La situation est grave et préoccupante. Nous en avons tous conscience. Le but des Auxerrois leur a donné confiance et nous n’avons pas su inverser la tendance. En début de match, nous nous sommes procurés pas mal de bonnes situations, mais cette combativité s’est effilochée après l’ouverture du score. Bien sûr, on peut être déçu de voir certaines erreurs, mais je me mets à la place des joueurs. Je suis derrière eux. C’est dur, mais je veux me battre jusqu’à la dernière journée. Je suis prêt à me bagarrer. Il faut arriver à sortir de ce cycle de défaites. Le public a été formidable et nous aurions aimé le remercier. »

Jean Fernandez (Entraîneur d’Auxerre)
« Cela fait plaisir d’enchaîner deux victoires de suite. Ce n’est que la deuxième fois que ça arrive cette saison. La rencontre s’est avérée difficile durant les 20 premières minutes, mais nous avons réussi à sortir après cela et à marquer avant la pause. Ce soir le PSG avait l’avantage du public, mais leur belle prestation contre Benfica a laissé des traces. Je pense que dans leur situation la Coupe d’Europe est de trop. Je le sais, car en début de saison nous avons payé cash notre participation à l’Intertoto. Paris a maintenant deux matches compliqués à jouer à Rennes et à Lens. Je souhaite de tout cœur que le PSG reste en Ligue 1. Pour le football français et parce que j’apprécie Paul Le Guen et le Président Alain Cayzac. »

Mickaël Landreau (Gardien de but du PSG)
« Nous sommes déçus et abattus, mais il reste dix matches à jouer. C’est dur, mais nous sommes bel et bien relégables. Il ne faut rien lâcher. C’est l’avenir du club qui se joue. On s’en sortira si nous sommes tous concernés en même temps. Tout le monde doit aller dans le même sens. Ce soir nous avons été soutenus par un public exceptionnel. Nous aurons besoin des supporters pour nous maintenir. »

Pierre-Alain Frau (Attaquant du PSG)
« C’est difficile de s’exprimer ce soir. On a l’impression de vivre un cauchemar. Nous sommes déçus, car nous avions la possibilité de sortir de la zone rouge. Il faut désormais regarder devant. Nous avons encore dix matches pour nous maintenir. On a eu des occasions, mais nous ne sommes pas parvenus à les mettre au fond. Après le but, on s’est écroulé. Il faudra se battre comme des chiens jusqu’à la fin. On avait vraiment envie d’offrir une victoire à nos supporters, qui nous ont soutenus jusqu’au bout. »

Benoît Pedretti (Milieu de terrain d’Auxerre)
« Nous sommes contents de notre prestation. On savait que le début de match était important, d’autant que le PSG était plus en confiance après sa victoire contre Benfica. Nous avons réussi à placer quelques contres, puis on marque sur corner, ce qui est toujours intéressant dans ce type de rencontre. On a senti les Parisiens conquérants au départ. Le public était derrière eux durant tout le match. C’était une ambiance assez extraordinaire. Cela me fait de la peine pour Paris, car j’ai beaucoup d’amis dans cette équipe. J’espère qu’ils vont se sauver. Je suis de tout cœur avec eux. »


Le stade :

Le Parc des Princes
Le Parc des Princes

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s