Nantes – PSG 0-2, 03/05/15, Ligue 1 14-15

Photo Ch. Gavelle, psg.fr (image en taille et qualité d'origine: http://www.psg.fr/fr/Actus/105003/Galeries-Photos#!/fr/2014/2918/46545/match/Nantes-Paris-0-2/Nantes-Paris-0-2)

Dimanche 03.05.2015, Championnat de France, Ligue 1, 35e journée (1re place)
à Nantes, au Stade de la Beaujoire (Louis-Fonteneau) :
F.C. NANTES – PARIS SAINT-GERMAIN F.C.  0:2 (0:2)
– 34 088 spectateurs. Buts : Edinson Cavani, 3′, Blaise Matuidi, 31′.
L’Équipe du PSG : Nicolas Douchez – Grégory Van der Wiel, Marcos Marquinhos, Thiago Silva, Maxwell Scherrer – Marco Verratti (Yoan Cabaye, 76′), Thiago Motta, Blaise Matuidi (Adrien Rabiot, 51′) – Edinson Cavani, Zlatan Ibrahimović, Javier Pastore (Ezequiel Lavezzi, 82′). Entraîneur : Laurent Blanc.
Avertissements à Maxwell Scherrer, Thiago Motta et Marco Verratti.


Maillot utilisé :

Maillot domicile 2014-15
Maillot domicile 2014-15

Photos du match :

Photo Ch. Gavelle, psg.fr (image en taille et qualité d'origine: http://www.psg.fr/fr/Actus/105003/Galeries-Photos#!/fr/2014/2918/46545/match/Nantes-Paris-0-2/Nantes-Paris-0-2)
Les parisiens avant le coup d’envoi devant le formidable public nantais (Ch. Gavelle)
Photo Ch. Gavelle, psg.fr (image en taille et qualité d'origine: http://www.psg.fr/fr/Actus/105003/Galeries-Photos#!/fr/2014/2918/46545/match/Nantes-Paris-0-2/Nantes-Paris-0-2)
Deux tireurs pour un but! (Ch. Gavelle)
Photo Ch. Gavelle, psg.fr (image en taille et qualité d'origine: http://www.psg.fr/fr/Actus/105003/Galeries-Photos#!/fr/2014/2918/46545/match/Nantes-Paris-0-2/Nantes-Paris-0-2)
Zlatan Ibrahimovic n’aura pas marqué mais se sera montré au service de l’équipe (Ch. Gavelle)
Photo Ch. Gavelle, psg.fr (image en taille et qualité d'origine: http://www.psg.fr/fr/Actus/105003/Galeries-Photos#!/fr/2014/2918/46545/match/Nantes-Paris-0-2/Nantes-Paris-0-2)
Pour Marco Verratti, un ballon n’est jamais perdu (Ch. Gavelle)
Photo Ch. Gavelle, psg.fr (image en taille et qualité d'origine: http://www.psg.fr/fr/Actus/105003/Galeries-Photos#!/fr/2014/2918/46545/match/Nantes-Paris-0-2/Nantes-Paris-0-2)
La joie de Blaise Matuidi après son but (Ch. Gavelle)

Vidéo (résumé officiel, cliquer sur le lien dans la vidéo) :


Compte-rendu (lequipe.fr) :

CS

Le PSG reprend son bien

En s’imposant 2-0 à Nantes dimanche soir en clôture de la 35e journée, le PSG a repris la tête de la Ligue 1, trois points devant Lyon. Cavani et Matuidi ont été les buteurs de la rencontre.

Le match: 0-2

Le PSG et Zlatan Ibrahimovic ont accompli leur mission sans trembler à La Beaujoire. Vainqueur de Nantes (2-0) au terme d’un match plaisant et ouvert, surtout en première période, la formation de Laurent Blanc a donc repris les rênes de la Ligue 1 au détriment de Lyon, tombeur de l’Évian-TG (2-0) la veille. Le champion de France s’est ouvert la voie du succès dès la 3e minute sur une frappe en pivot de Cavani, qui a heurté le poteau droit de Riou avant de franchir la ligne. Auteur de son 50e but avec Paris, l’Uruguayen a ensuite perdu deux duels face au gardien nantais (12e, 14e). Et si ce dernier s’est encore interposé devant Pastore (21e), il n’a rien pu faire sur la frappe à bout portant de Matuidi, superbement servi par Ibrahimovic (31e).

Positionné dans son 4-4-2 en losange, Nantes, dont la défense a souvent été prise en défaut dans son dos, s’est également montré menaçant à plusieurs reprises. Mais Douchez, titulaire en l’absence de Sirigu, s’est brillamment interposé sur des têtes de Gakpé (19e) puis de Bedoya (41e), tandis que Veretout (22e) et Vizcarrondo (39e) ont manqué de peu le cadre. En seconde période, le PSG a quelque peu relâché la pression et s’est contenté de gérer le score. L’essentiel était déjà fait pour le club parisien, auteur de sa sixième victoire d’affilée.

Le joueur: Ibra était bien là

Sa suspension terminée, Zlatan Ibrahimovic a fait son retour à la pointe de l’attaque parisienne, malgré la polémique lancée par Jean-Michel Aulas. Durant ces trois matches, le PSG avait marqué à 12 reprises, et certains se demandaient si le champion n’était pas plus performant sans lui. Alors Ibra a tenu à faire taire les critiques. Il s’est montré décisif, délivrant une superbe passe décisive pour Matuidi, trouvé après un contrôle du gauche suivi d’un petit pont du droit sur Vizcarrondo. Des stats qui auraient pu « gonfler » si Cavani avait converti l’offrande du Suédois (14e) ou ne l’avait pas oublié juste avant (12e), alors qu’il était totalement démarqué. Également signalé à tort hors-jeu alors qu’il filait seul au but (34e), l’attaquant international aurait pu – dû ? – bénéficier d’un penalty pour une charge de Cissokho (49e). Certes, «Zlatan» n’a pas tout réussi, à l’image de cette frappe repoussée par Riou (44e) ou de cette perte de balle après avoir trop tergiversé dans une situation très favorable (40e). Mais il a montré qu’il restait une pièce essentielle dans la mécanique parisienne.

Les faits: Matuidi touché, Verratti et Thiago Motta suspendus

La victoire parisienne a été entachée par trois mauvaises nouvelles. Touché en première période dans un contact avec Djilobodji (25e), Blaise Matuidi a quitté ses partenaires en grimaçant au retour des vestiaires (51e). Averti pour un tacle dangereux sur Veretout (37e), Marco Verratti sera suspendu pour le déplacement à Montpellier lors de la 37e journée. Il en ira de même pour Thiago Motta, qui s’est également vu infliger un carton jaune pour une faute sur le milieu nantais (79e). Or, le PSG sans Verratti ni Thiago Motta, ce n’est plus vraiment la même chose…

La stat: 11

Nantes n’y arrive décidément plus contre le Paris-SG. Dominé dimanche, le FCN n’a remporté aucune de ses onze dernières confrontations en L1 face au club parisien (2 nuls pour 9 défaites). Pour retrouver trace d’un succès des Canaris, il faut remonter au 16 octobre 2004. Il y a onze ans, les joueurs de Loïc Amisse s’étaient imposés 1-0.

Réactions :

Tiago Silva (Paris-SG) : «Quel est votre sentiment après cette victoire?

On a fait un bon match, une bonne première mi-temps notamment où on a marqué deux buts très rapidement. On a manqué quelques occasions ensuite, mais on a géré. On a eu une très bonne maîtrise du ballon. En seconde période, on a joué avec intelligence et on a su faire un grand résultat ici.

Vous sortez d’un mois d’avril assez intense…

On avait beaucoup de matches à jouer et on a réussi à en gagner six consécutivement. C’est très bien pour la confiance de l’équipe. Maintenant, on a besoin de rester tranquille et de bien terminer les trois derniers matches de la saison.

Rien ne semble pouvoir vous arriver?

C’est difficile de dire ça dans le foot. Evidemment, quand on maîtrise le ballon comme ce soir, c’est difficile pour l’adversaire. On doit garder la même mentalité. Même si on a manqué l’opportunité de marquer un troisième but.

Que pensez-vous des déclarations du président Aulas qui pensait que Zlatan ne devait pas jouer ce soir?

Je ne sais pas ce qu’il a dit, je n’ai pas écouté. On m’a rapporté ses paroles mais ce n’est pas moi qui ai besoin de parler. Peut-être que le club va parler, peut-être que Zlatan va parler (sourire), je ne sais pas… On va attendre. Faisons les trois derniers matches qui manquent pour gagner le Championnat.

Avec un Zlatan de ce niveau-là, vous allez forcément être champion?

Peut-être… Il reste trois rencontres. Lyon gagne tous ses matches aussi. C’est bien pour le Championnat de France, pour tous les joueurs qui y jouent. Chaque saison qui passe, c’est plus difficile pour nous et la saison prochaine ce sera encore plus dur.»

Laurent Blanc (entraîneur du Paris SG): «Ce (dimanche) soir, je suis très satisfait de la production de mon équipe, notamment des 25 premières minutes qui ont été de très bonne facture, où on a mis en grand danger cette équipe de Nantes. Après, Nantes s’est un peu réveillé, nous a mis un peu en difficulté, mais dans l’ensemble je trouve qu’on a eu une grande maîtrise. Il n’est pas illogique que Paris gagne ce match-là 2-0. Félicitations aux joueurs. On était venu chercher trois points, on repart avec trois points, donc on est très satisfaits. Je ne sais pas si on va être champion de France, mais il est évident que depuis 5-6 matches, Paris est redevenu une équipe assez difficile à manoeuvrer, redoutable offensivement. Paradoxalement, ce qui me plaît le plus dans mon équipe durant ces 5-6 derniers matches, c’est la concentration et la détermination de tous les joueurs à récupérer le ballon. L’année dernière, c’était notre principale qualité.»


Le stade :

Le Stade Louis-Fonteneau, dit La Beaujoire
Le Stade Louis-Fonteneau, dit La Beaujoire

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s