Marseille – PSG 2-3, 05/04/15, Ligue 1 14-15

Photo Ch. Gavelle, psg.fr (image en taille et qualité d'origine: http://www.psg.fr/fr/Actus/105003/Galeries-Photos#!/fr/2014/2914/45956/match/Marseille-Paris-2-3/Marseille-Paris-2-3)

Dimanche 05.04.2015, Championnat de France, Ligue 1, 31e journée (1re place)
à Marseille, au Stade Vélodrome :
OLYMPIQUE DE MARSEILLE – PARIS SAINT-GERMAIN F.C.  2:3 (2:1)
– 65 148 spectateurs. Buts : Gignac, 30′, Blaise Matuidi, 35′, Gignac, 43′ ; Marcos Marquinhos, 49′, J.Morel, 51′ contre son camp.
L’Équipe du PSG : Salvatore Sírigu – Marcos Marquinhos, Thiago Silva, David Luiz (Grégory Van der Wiel, 34′), Maxwell Scherrer – Marco Verratti, Thiago Motta, Blaise Matuidi – Javier Pastore (Adrien Rabiot, 82′), Zlatan Ibrahimović, Edinson Cavani (Ezequiel Lavezzi, 59′). Entraîneur : Laurent Blanc.
Avertissements à Javier Pastore et Marco Verratti.
Expulsion : A.Ayew, 96′.


Maillot utilisé :

Maillot domicile 2014-15
Maillot domicile 2014-15

Photos du match :

Photo Ch. Gavelle, psg.fr (image en taille et qualité d'origine: http://www.psg.fr/fr/Actus/105003/Galeries-Photos#!/fr/2014/2914/45956/match/Marseille-Paris-2-3/Marseille-Paris-2-3)
Blaise Matuidi, l’homme du match (Ch. Gavelle)
Photo Ch. Gavelle, psg.fr (image en taille et qualité d'origine: http://www.psg.fr/fr/Actus/105003/Galeries-Photos#!/fr/2014/2914/45956/match/Marseille-Paris-2-3/Marseille-Paris-2-3)
La joie du même Matuidi après son superbe but qui permet au PSG d’égaliser (Ch. Gavelle)
Photo Ch. Gavelle, psg.fr (image en taille et qualité d'origine: http://www.psg.fr/fr/Actus/105003/Galeries-Photos#!/fr/2014/2914/45956/match/Marseille-Paris-2-3/Marseille-Paris-2-3)
Seul point noir du match, les blessures de Thiago Motta et David Luiz, ici arrêté en pleine course (Ch. Gavelle)
Photo Ch. Gavelle, psg.fr (image en taille et qualité d'origine: http://www.psg.fr/fr/Actus/105003/Galeries-Photos#!/fr/2014/2914/45956/match/Marseille-Paris-2-3/Marseille-Paris-2-3)
La joie des parisiens après le but de Marquinhos: 2-2 (Ch. Gavelle)
Photo Ch. Gavelle, psg.fr (image en taille et qualité d'origine: http://www.psg.fr/fr/Actus/105003/Galeries-Photos#!/fr/2014/2914/45956/match/Marseille-Paris-2-3/Marseille-Paris-2-3)
Et toujours la joie quelques minutes plus tard, après que Morel, pressé par Zlatan Ibrahimovic, eut trompé son gardien (Ch. Gavelle)
Photo Ch. Gavelle, psg.fr (image en taille et qualité d'origine: http://www.psg.fr/fr/Actus/105003/Galeries-Photos#!/fr/2014/2914/45956/match/Marseille-Paris-2-3/Marseille-Paris-2-3)
La joie des parisiens, plus que jamais en course pour battre le record du club de 8 victoires consécutives contre l’OM.  Plus qu’une pour l’égaliser (Ch. Gavelle)
Photo Ch. Gavelle, psg.fr (image en taille et qualité d'origine: http://www.psg.fr/fr/Actus/105003/Galeries-Photos#!/fr/2014/2914/45956/match/Marseille-Paris-2-3/Marseille-Paris-2-3)
On ne se lasse pas de contempler le tableau d’affichage du vélodrome (Ch. Gavelle)
La une de l'Equipe
La une de l’Equipe

Vidéo (résumé officiel, cliquer sur le lien dans la vidéo) :


Compte-rendu (Vincent Garcia, L’Equipe) :

On a l’habitude, en France, de regarder ce qui se fait de mieux ailleurs, chez nos voisins espagnols ou anglais notamment. Alors, pour une fois, arrêtons-nous deux secondes sur ce Classique de la Ligue 1; savourons tout simplement et félicitons aussi les acteurs et les entraîneurs de ce match fou. Cet OM-PSG (2-3), diffusé aux quatre coins du monde, a été magnifique de bout en bout, si l’on excepte le retour tendu au vestiaire des Marseillais. André Ayew, entouré par Alaixys Romao et André-Pierre Gignac, est venu dire tout le mal qu’il pensait de Ruddy Hoquet et il a reçu un rouge stupide. Cet énervement à l’encontre de l’arbitrage, pas vraiment légitime — on y reviendra —, résume à lui seul toute la frustration des joueurs de l’OM, qui ne sont pas passés très loin de faire chuter le champion de France en titre dans un Vélodrome des grands soirs. Mais ce sont les Parisiens qui, grâce à cette victoire sur la terre hostile de leur meilleur ennemi, récupèrent la place de leader de la Ligue 1 au détriment de Lyon. Est-ce que le titre se jouera à deux ? C’est possible : les deux équipes se tiennent aujourd’hui en un point et Marseille, à cinq longueurs de son adversaire du soir et à quatre de l’OL, semble un peu distancé. Même si rien n’est encore irrémédiable, les Marseillais ont encore failli un soir de gala face à un gros et le calendrier qui les attend —Bordeaux, Monaco ou Lille notamment — inspire même un peu d’inquiétude pour leur troisième place.

Pendant une mi-temps, Paris a été baladé, pris à la gorge [note: le PSG baladé? Je ne sais pas quel match il a vu… Bousculé, je veux bien en convenir, mais baladé…] et Zlatan Ibrahimovic a fait son âge (33 ans). La star parisienne n’a pas été le seul attaquant à la peine hier, puisque son compère Edinson Cavani n’a pas fait beaucoup mieux et sa rage contre Laurent Blanc, son entraîneur, lors de son remplacement (59e), est assez gonflée pour être soulignée. Mais on en attendait moins de l’Uruguayen dans ce genre de grand rendez-vous que du géant suédois. Même si Ibra est impliqué sur deux des buts de son équipe, c’est plus par maladresse ou chance — un coup franc manqué (2-2, 49e) et un duel avec Jérémy Morel qu’il pousse au c.s.c. (3-2, 51e) — que grâce à son talent. Mené 1-0 puis 2-1 à la pause, Paris s’en est sorti grâce à ses joueurs à vocation défensive, deux Blaise Matuidi et Marquinhos, buteurs.

Avant cela, Gignac s’est sûrement trouvé un club un peu mieux de un que le Dynamo Moscou. En fin de n’est contrat en juin, l’attaquant marseillais, sous les yeux de l’Europe du foot, a marqué deux buts (1-0, 30e et 2-1, 43e), comme lors du Classique de 2012 (2-2), et fait preuve d’une activité diabolique. Ses coéquipiers aussi d’ailleurs, de Dimitri Payet aux latéraux en passant par Romao, aussi à l’aise en milieu de terrain qu’en troisième défenseur axial. L’OM est passé constamment d’un système en 4-2-3-1 à un 3-3-3-1, mais tout le monde a fini par fatiguer et, au bout d’une heure, tous les joueurs étaient cuits dans les rangs marseillais. Cela n’a pas empêché les hommes de Bielsa de rester à portée d’un retour, même si le PSG a eu les meilleures occasions sur la fin. L’action litigieuse de la soirée est arrivée à la 56e minute. On a sifflé des penalties à Lyon pour moins que ça cette saison mais il ne faut pas voir le mal partout. D’autant que l’arbitre n’est pas intervenu sur une action litigieuse dans la surface marseillaise entre Morel et Ibrahimovic (3e). À la 56e minute, donc, avant de taper la main de Marquinhos, la frappe de Gignac avait atterri sur la cuisse du Brésilien. M. Buquet a décidé de laisser jouer et cela va alimenter encore sûrement le complexe de persécution arbitale marseillais cette saison. Dans son bonheur, le Paris-SG a, lui, perdu deux éléments et pas des moindres (David Luiz et Thiago Motta). En fonction de la gravité de leur blessure à la cuisse, ils pourraient manquer le quart de finale aller de C 1 contre Barcelone, le 15 avril. Et comme toutes les forces ne seront pas de trop ce jour-là, c’est un vrai coup dur pour Paris. Le seul d’une soirée exceptionnelle.

Réactions :

Laurent Blanc (entraîneur du Paris-SG): Quelle analyse faites-vous de cette victoire du PSG contre l’OM ?

Ç’a été un très beau match à suivre, un très beau match à jouer pour les joueurs aussi, je pense, avec deux philosophies offensives. Mais le PSG a eu une maîtrise technique supérieure, même si c’est sur une erreur qu’on a encaissé le deuxième but. Les Marseillais se sont fatigués à essayer de récupérer le ballon. Mais les erreurs techniques ont été plus nombreuses ensuite côté marseillais et elles nous ont permis de revenir très vite dans la rencontre.

Avez-vous lâché l’OM dans la course au titre ?

Je ne m’occupe que de mon équipe. On voulait prendre les trois points surtout en gardant notre philosophie de jeu. Le danger quand on vient ici, c’est de jouer contre leur philosophie à eux. L’OM essaie de jouer très haut pendant les dix premières minutes et de mettre le public dans l’ambiance. Comme l’OM court beaucoup et fait beaucoup de marquage individuel, vous pouvez créer des décalages.

Êtes-vous inquiet pour David Luiz et Thiago Motta ?

Ce sont des problèmes musculaires, et ce n’est pas très bon signe surtout avec notre calendrier surchargé qui ne nous donne pas la possibilité de récupérer. C’est le point négatif de la soirée. »


Le stade :

Le stade Vélodrome
Le stade Vélodrome

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s