PSG – Istres 2-2, 26/01/05, Ligue 1 04-05

Mario Yepes poursuivi par Bakayoko (Ch. Gavelle)

Mercredi 26.01.2005, Championnat de France, Ligue 1, 23e journée (10e place)
à Paris, au Parc des Princes :
PARIS ST-GERMAIN F.C. – F.C. ISTRES  2:2 (1:0)
– 29 445 spectateurs. Buts : Hélder Cristóvão, 29′ ; Pedro Pauleta, 52′, I.Bakayoko, 61′ sur penalty, S.R.Pelé, 82′.
L’Équipe du PSG : Lionel Letizi – Stéphane Pichot, José-Karl Pierre-Fanfan, Mario Yepes, Sylvain Armand – Charles-Édouard Coridon (Fabrice Pancrate, 84′), Hélder Cristóvão, Branko Bošković (Felipe Teixeira, 72′) – Reinaldo da Cruz, Pedro Pauleta, Daniel Ljuboja. Entraîneur : Vahid Halilhodžić.
Avertissement à Daniel Ljuboja.


Maillot utilisé  :

Maillot domicile 2004-05 (collection http://maillotspsg.wordpress.com)
Maillot domicile 2004-05 (collection MaillotsPSG)

Billet :

(collection La Mémoire du PSG)
(collection La Mémoire du PSG)

Programme :

(collection La Mémoire du PSG)
(collection La Mémoire du PSG)

Photos du match :

Branko Boskovic (Ch. Gavelle)
Branko Boskovic (Ch. Gavelle)
Sylvain Armand devance N'Diaye (Ch. Gavelle)
Sylvain Armand devance N’Diaye (Ch. Gavelle)
Reinaldo dans la défense provençale (Ch. Gavelle)
Reinaldo dans la défense provençale (Ch. Gavelle)
La joie des parisiens après le but d'Helder (Ch. Gavelle)
La joie des parisiens après le but d’Helder (Ch. Gavelle)
Mario Yepes poursuivi par Bakayoko (Ch. Gavelle)
Mario Yepes poursuivi par Bakayoko (Ch. Gavelle)
Le virage Auteuil en grève
Le virage Auteuil en grève

Compte-rendu (PSG.fr) :

Des promus malvenus

Décidément les promus ne réussissent pas au PSG. Après Caen et Saint-Etienne, Istres prive les Parisiens de deux points dans leur jardin. Helder puis Pauleta avaient pourtant placé le PSG sur les bons rails, mais les Provençaux inversèrent la tendance en trente minutes.

En alignant un onze de départ résolument offensif, emmené par un trident Ljuboja-Pauleta-Reinaldo, Vahid Halilhodzic avait pourtant annoncé d’entrée la couleur : la victoire ! Et au moment ou l’écran géant indiquait l’heure de jeu, le pari semblait tenu. Mais voilà un penalty inexistant (61e) et un coup de boule de Pelé (81e) annihileront les efforts des Rouge et Bleu.

Dès l’échauffement le ton est donné. Paris devra faire sans ses supporters. Une fois de plus. Pas franchement facile donc de disputer une rencontre de football dans une telle ambiance… Les Parisiens se créent pourtant les occasions les plus nettes de ce premier quart d’heure.

Après un bon travail défensif de Coridon, Pauleta hérite du ballon et cherche à tromper Riou sur une petite balle piquée (9e). Si le cadre se défile, cette première banderille Rouge et Bleu marque le début d’une large domination parisienne. S’en suivent en effet une frappe contrée de Boskovic (15e), mais surtout un face à face Reinaldo-Riou, remporté par le portier istréen (17e). Malgré les quolibets, les Parisiens assurent le jeu.

Sevrés de but en championnat depuis le début de l’année, les Parisiens renouent finalement avec la joie collective par l’intermédiaire d’Helder. Sans se poser de question, le Portugais reprend du droit un corner dégagé par la défense istréenne (1-0, 29e). Après la patate de Pencran il y a quelques années, le Parc a donc fait connaissance avec le missile de Luanda. Pas mal non plus !

Une splendide réalisation qui marque la rupture entre les deux virages et le reste du public. Paris gère alors tranquillement ce petit but d’avance, rarement inquiété par les attaques adverses. Au contraire même, puisqu’un nouveau déboulé de Reinaldo plein axe place Boskovic dans une situation idéale (39e). Le K.-O. n’était pas loin, mais Riou catapulte en corner la frappe en rupture du Parisien.

Un penalty imaginaire

La pelouse du Parc, protégée par un dôme gonflé à l’air chaud depuis lundi, permet aux 22 acteurs de se livrer sans retenue. Helder ose ainsi une talonnade pour Coridon qui enchaîne par une frappe de l’extérieur qui flirte avec la transversale de Riou (47e). Paris réalise le siège du but provençal et entend marquer au plus vite ce deuxième but. Pauleta (50e) puis Ljuboba dans la foulée (51e), sont ainsi à deux crampons de doubler la mise.

Les Istréens vont cependant rapidement céder face aux assauts parisiens. Armand déborde côté gauche et adresse un centre au deuxième poteau que Pauleta prolonge au fond des filets de Riou (2-0, 52e). Comme annoncé, l’Aigle des Açores ne prend pas son envol et embrasse sobrement son alliance. La réconciliation entre Paris et son public n’est pas pour tout de suite.

En attendant, les visiteurs du soir ne baissent pas les bras et obtiennent même de la part de monsieur Fraise un penalty bien généreux consécutif à une main involontaire de Pichot. Bakayako ne se fait cependant pas prier et offre un peu d’espoir aux siens (2-1, 61e). Quant au PSG, il devra se méfier jusqu’au bout !

Paris obtient alors un corner que joue rapidement Helder, mais Teixeira se heurte à Riou au moment d’armer sa frappe (75e). Les Parisiens récupèrent aussitôt le ballon et Armand sert Reinaldo dont la frappe est une nouvelle fois repoussée par Riou, omniprésent sur sa ligne de but (76e).

Refroidis par un thermomètre qui affiche une température négative, mais surtout par le premier but istréen, les Parisiens vont vivre une fin de match difficile. Delaye adresse ainsi un long centre au second poteau pour Pelé qui ajuste Letizi de la tête (2-2, 81e).

Une ultime frappe de Pauleta dans le petit filet n’y changera rien, le PSG concède donc deux nouveaux points dans ce championnat qui sera délicat jusqu’à son terme. Malmené par les promus, Paris doit maintenant réaliser le casse du siècle en Principauté. Déjà dos au mur avant de se rendre à Sochaux en décembre, les Parisiens avaient trouvé la force nécessaire pour réagir. Ainsi va le PSG.

Réactions :

Vahid Halihodzic (Entraîneur du PSG)
« Si Istres égalise, c’est à cause de deux grosses erreurs d’arbitrage. Le penalty est inexistant et sur le second but, les Istréens ont profité que mes joueurs discutaient le coup-franc pour jouer vite. Après le centre est parfait, le joueur est tout seul au deuxième poteau et on ne peut plus rien faire. Qu’est ce que je peux reprocher à mes joueurs ? Nous avons un nombre incalculable d’occasions et nous menons 2-0… Malheureusement, l’équipe a été déstabilisée par le penalty et la réaction du public n’a pas non plus mis les joueurs dans les meilleures conditions. Au final, je retiens que nous réalisons un quatrième match nul de suite. Je suis toutefois content du match d’Helder, qui a joué son rôle. Maintenant, il faut se reconcentrer et se préparer pour le déplacement à Monaco. »

Xavier Gravelaine (Entraîneur d’Istres)
« Ce résultat est un peu inespéré, car en première période, j’ai eu peur que l’on soit venu faire du tourisme dans la capitale. Mais dans la difficulté il faut savoir s’arracher, et c’est ce qu’ils ont fait. Je veux des joueurs qui se battent, et là ils ont montrés qu’ils avaient du cœur. Nous avons tenter notre va-tout, car quitte à tomber autant tomber la tête haute ! »

Pedro Pauleta (Attaquant du PSG)
« Encore une fois, nous ne gagnons pas au Parc des Princes contre un promu. Qui plus est le dernier de Ligue 1 ! Cette année s’annonce décidément très difficile, mais nous allons nous accrocher. Nous sommes les premiers fautifs et c’est tout à fait normal que le public nous siffle à la fin du match. Mais se faire siffler dès l’échauffement, c’est fou… Jouer à Paris, c’est déjà très difficile, là ça devient impossible. » (Au micro de Canal+)

José Pierre-Fanfan (Défenseur et capitaine du PSG)
« Ce match nul est une très grosse désillusion. Face à une équipe comme Istres, c’est dur de se voir rattraper au score, d’autant qu’il n’y avait pas vraiment de danger. A 2-0, on pensait que le plus dur était fait. Même après le penalty, nous avons eu l’occasion de conforter notre avance. L’Europe s’éloigne de plus en plus, alors il va falloir commencer par assurer le maintien. Nous avons essayé de réagir, mais quand ça ne tourne pas, ça ne tourne pas. On sait maintenant que la saison va être difficile jusqu’au bout ! »

Ibrahima Bakayoko (Attaquant d’Istres)
« Bien sûr, je suis heureux de ce premier but avec Istres, mais je suis surtout content de la réaction de l’équipe, alors que nous étions menés 2 à 0. Pour moi le plus important ici, c’est le challenge qui m’est offert de m’intégrer à cette équipe et de réussir une bonne fin de saison. Je suis motivé et je veux prendre du plaisir sur le terrain. »


Le stade :

Le Parc des Princes
Le Parc des Princes

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s