PSG – Tours 4-0, 27/05/83, Coupe de France 82-83

Dominique Rocheteau (toursfc.over-blog.com)

Vendredi 27.05.1983, Coupe de France, demi-finale, match aller
à Paris, au Parc des Princes :
PARIS SAINT-GERMAIN F.C. – F.C. TOURS  4:0 (3:0)
– 22 000 spectateurs environ. Buts : Luis Fernandez, 5′, Safet Sušić, 9′, Jean-Marc Pilorget, 33′ ; Safet Sušić, 84′.
L’Équipe du PSG : Dominique Baratelli – Franck Tanasi, Jean-Marc Pilorget, Dominique Bathenay, Jean-Claude Lemoult – Luis Fernandez (Saar Boubacar, 85′), Pascal Zaremba, Safet Sušić – Nambatingue Toko, Dominique Rocheteau, Michel N’Gom. Entraîneur : Georges Peyroche.
Avertissements à Nambatingue Toko.
Expulsion : Devillechabrolle, 49′.


Maillot utilisé :

Maillot domicile 1982-83 (collection MaillotsPSG)
Maillot domicile 1982-83 (collection MaillotsPSG)

Billet :

(collection La Mémoire du PSG)
(collection La Mémoire du PSG)

Photos du match :

Luis Fernandez pousuivi par Devillechabrolle
Luis Fernandez pousuivi par Devillechabrolle
Dominique Rocheteau (toursfc.over-blog.com)
Dominique Rocheteau (toursfc.over-blog.com)

Vidéo :


Compte-rendu (toursfc.over-blog.com) :

En cette fin de saison 1982-1983, la formation du FC Tours, Division 1, est à bout de souffle. Physiquement et psychologiquement. Dire que l’ambiance dans le groupe n’est pas bonne relève de l’euphémisme. Le groupe est divisé en trois clans qui se sont peut-être formés suite à la mésentente persistante entre l’entraîneur, le néerlandais Hendrikus Hollink et le buteur Delio Onnis qui en est à sa troisième saison au club. Trois clans, donc : trois joueurs pro-Hollink, deux autres qui ne prennent pas partie et une quinzaine de joueurs qui s’opposent aux méthodes de l’entraîneur … Cette absence de solidarité collective ne permettra pas au club d’éviter de terminer à la 18ème place du classement, celle de barragiste contre une formation de Division 2.

C’est dans ce contexte éprouvant que le FC Tours dispute sa demi-finale de Coupe de France pour la deuxième année consécutive. Si l’adversaire est le même que la fois précédente, le Paris Saint-Germain, les autres données ont bien changé. Les bleus ne semblent pas vraiment croire en leurs chances de succès. Ne viennent-ils pas de s’incliner nettement face aux parisiens en championnat (4-2 au Parc des Princes) ? Plus préoccupant, il paraît évident qu’ils sont plus préoccupés par la lutte pour le maintien que par cette Coupe de France dévoreuse d’énergie. Dans ces circonstances, la nouvelle formule de l’épreuve constitue le dernier clou qui scelle le cercueil d’espoirs déjà fragiles.

« L’occasion de revenir une nouvelle fois sur le non-sens de ces rencontres de Coupe disputées par matches aller et retour. Prenons le cas de Tours … On ne nous enlèvera pas de l’idée que sur quatre-vingt dix minutes, sans retour, les Tourangeaux auraient pu oublier leurs préoccupations du moment, et d’un, et surtout qu’ils auraient pu jouer le coup avec crânerie, et de deux. » (France Football)

Ces lignes, rédigées après le match aller joué en terre parisienne, traduisent l’impression générale laissée sur le terrain par la formation d’Indre et Loire. Celle-ci s’incline lourdement 4-0 sans avoir démérité sur des buts de Fernandez (5e), Susic (9e et 84e) et Pilorget (33e). L’entraîneur fait preuve de réalisme : « Bien évidemment, nous ne pensons plus maintenant qu’au maintien. La Coupe est terminée pour nous. » Terminée sans avoir été jouée, serait-on tenté d’ajouter …


Le stade :

Le Parc des Princes
Le Parc des Princes

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s