PSG – Lens 0-0, 12/02/11, Ligue 1 10-11

Photo Ch. Gavelle, psg.fr (image en taille et qualité d'origine: http://www.psg.fr/fr/Actus/105003/Galeries-Photos#!/fr/2010/2052/24950/match/PSG-Lens/PSG-Lens-0-0)

Samedi 12.02.2011, Championnat de France, Ligue 1, 23e journée (4e place)
à Paris, au Parc des Princes :
PARIS ST-GERMAIN F.C. – R.C. LENS  0:0 (0:0)
– 32 919 spectateurs.
L’Équipe du PSG : Apoula Edel – Christophe Jallet, Sylvain Armand (Zoumana Camara, 46′), Mamadou Sakho, Siaka Tiéné – Clément Chantôme, Claude Makélélé, Mathieu Bodmer (Péguy Luyindula, 66′), Nenê Carvalho – Mevlüt Erding (Jean-Eudes Maurice, 83′), Guillaume Hoarau. Entraîneur : Antoine Kombouaré.
Avertissement à Clément Chantôme.


Maillot utilisé (à manches longues) :

(collection MaillotsPSG)
Maillot domicile 2010-11 (collection MaillotsPSG)

Billet :

1011_PSG_Lens_billet


Photos du match :

Photo Ch. Gavelle, psg.fr (image en taille et qualité d'origine: http://www.psg.fr/fr/Actus/105003/Galeries-Photos#!/fr/2010/2052/24950/match/PSG-Lens/PSG-Lens-0-0)
Péguy Luyindula tente de semer le futur parisien Aurier (Ch. Gavelle)
Photo Ch. Gavelle, psg.fr (image en taille et qualité d'origine: http://www.psg.fr/fr/Actus/105003/Galeries-Photos#!/fr/2010/2052/24950/match/PSG-Lens/PSG-Lens-0-0)
Chritophe Jallet prend le dessus sur Bedimo (Ch. Gavelle)
Photo Ch. Gavelle, psg.fr (image en taille et qualité d'origine: http://www.psg.fr/fr/Actus/105003/Galeries-Photos#!/fr/2010/2052/24950/match/PSG-Lens/PSG-Lens-0-0)
Tentative de Mathieu Bodmer (Ch. Gavelle)
Photo Ch. Gavelle, psg.fr (image en taille et qualité d'origine: http://www.psg.fr/fr/Actus/105003/Galeries-Photos#!/fr/2010/2052/24950/match/PSG-Lens/PSG-Lens-0-0)
Mevlut Erding échoue sur Runje (Ch. Gavelle)
Photo Ch. Gavelle, psg.fr (image en taille et qualité d'origine: http://www.psg.fr/fr/Actus/105003/Galeries-Photos#!/fr/2010/2052/24950/match/PSG-Lens/PSG-Lens-0-0)
Intervention de Mamadou Sakho sur Jemaa (Ch. Gavelle)

Compte-rendu (Gauthier B., psgmag)

Après une semaine de pause internationale, Paris reprend le chemin du championnat avec la réception du RC Lens. S’il avait été étrillé par Paris il y a un mois et demi en coupe de France, le club nordiste s’est plutôt bien repris depuis. Antoine Kombouaré pouvait compter sur l’intégralité de son effectif, à l’exception de Giuly suspendu. Pour le suppléer, l’entraîneur parisien a choisi de décaler Chantôme sur le côté droit, de faire reculer Bodmer à la récupération, et de titulariser Erding en attaque.
Le match en bref

La rencontre commence par une nette domination territoriale du PSG. Le ballon circule très bien, et les combinaisons judicieuses des milieux parisiens mettent les Lensois constamment sous pression. Erding est l’auteur de la première frappe de la rencontre, du gauche, mais cela passe au-dessus. Puis, sur un coup franc repoussé, Claude Makelele reprend le ballon de volée, et Runje se détend pour repousser la tentative parisienne.

Paris continue à dominer, et après un centre contré de Bodmer, Hoarau reprend de volée, sans toutefois trouver le cadre. La rencontre baisse ensuite un peu d’intensité pendant quelques minutes… pour mieux repartir quand Siaka Tiéné, lancé par son capitaine, centre dans la surface. Hoarau se détend et reprend lancé de la tête : c’est le montant qui sauve les Lensois. En fin de première période, Paris se distingue par deux frappes hors-cadre : l’une de Bodmer, l’autre de Nenê sur coup franc.

Paris repart donc aux vestiaires sans avoir pu faire la différence, malgré une emprise sur la rencontre indiscutable. Armand, blessé dans un choc avec Edel, est contraint de laisser sa place à Camara au coup d’envoi de la seconde période. Les Parisiens tentent de faire la différence de suite. Sur un centre anodin de Jallet, l’arrière gauche nordiste Queudrue manque son dégagement, Erding se jette, mais Runje est bien sorti et repousse le tir du Turc. Dans la foulée, un centre revient de la gauche, Hoarau dévie au second poteau, pour Erding qui tire au-dessus.

Les Lensois sont venus pour chercher le point du match nul et ne s’en cachent pas. Aussi usent-ils de ficelles plus grosses les unes que les autres pour gagner du temps, ce qui a tendance à faire baisser le rythme de la rencontre. Les Parisiens n’arrivent plus à mettre en danger la défense adverse, très regroupée, et sur la seule situation offensive dangereuse des Lensois, Sertic adresse une frappe du droit qui passe de peu à côté des cages d’Edel.

À un quart d’heure de la fin, Paris se crée sa dernière occasion : un corner de Nenê, repris par Sakho, est stoppé par Runje. Les rentrées de Luyindula et Maurice n’arriveront pas à redynamiser le PSG. La fin de match sera un sketch voyant les hommes de Böloni se jeter par terre, simuler des blessures, râler systématiquement, et gagner du temps sur chaque coup franc ou six mètres… le tout avec le consentement de l’arbitre, qui n’accordera que trois minutes de temps additionnel en fin de rencontre.

Paris effectue donc une mauvaise opération au classement avec ce nul à domicile, face à une équipe qui n’était pas venue prendre autre chose. Si la domination était pour les hommes de Kombouaré, le manque d’inventivité dans les derniers mètres adverses a empêché Paris d’emporter les trois points.

Réactions :

– Antoine Kombouaré : « Ce qu’il manque c’est un but, tout simplement. Il faut garder confiance en soi. Lens est venu avec des arguments ultra-défensifs, et on a voulu marquer trop vite. Il ne faut pas avoir une multitude de situations mais il y avait la place pour marquer un but. On a des occasions, quatre très belles. L’adversaire s’en est créé zéro. Dans les prochaines confrontations, on va se retrouver face à ce type d’adversaire. À nous de faire en sorte de jouer, de faire ce qu’il faut pour gagner. Cette réussite, il faut la provoquer. On perd deux points. La satisfaction, c’est que cela faisait longtemps que l’on n’avait pas pris de but. Enfin, la défense est hermétique. […] Il faut croire au jeu que l’on pratique. Il faut mieux préparer, écarter et insister beaucoup. On a peut-être aussi manqué d’agressivité offensive. […] Quand je parlais de précipitation, je parlais de Nenê, de ces joueurs-là. Il a envie de faire la différence trop vite. Il ne faut pas forcer les choses. J’avais demandé à Chantôme de rentrer pour que Jallet ait de la place. Avec Makelele, un seul récupérateur suffisait largement. Et avec pratiquement trois meneurs de jeu et deux attaquants, ça pouvait le faire. Mais il fallait faire attention aussi aux contre-attaques. On savait qu’ils seraient arc-boutés en défense. On a beaucoup usé de longs ballons. […] Il y a encore 45 points à prendre. On n’est pas largué. On a encore notre carte à jouer. » (source : AFP)

– Zoumana Camara : « Il faut changer cet état d’esprit, être plus fort mentalement et ne pas se contenter de ce que l’on a. À un moment, il faut forcer le destin, ne pas être fataliste et y croire jusqu’au bout. En fait, il faut se comporter comme une équipe du haut de classement, ce que faisait Lyon à la grande époque. Dans le jeu, ça va, les occasions sont là, il fallait juste être plus réaliste. Un point en deux matches, c’est peu, mais on va s’en contenter. On est là, on bosse bien. Il va falloir réagir au plus vite après ce petit coup d’arrêt. » (source : AFP)

– Nenê : « Je sais que je suis moins bien en ce moment mais je ne me cache pas. […] Le traitement particulier dont je fais l’objet ? C’est de plus en plus comme ça, des fois ce n’est pas un mais deux joueurs qui sont sur moi. Ce n’est pas un problème, il faut rester tranquille et essayer d’en profiter. Même si je touche moins de ballons, cela va forcément libérer des espaces pour mes partenaires. » (source : AFP)

– Clément Chantôme : « On ne sait pas tuer les matches, c’est notre problème. On ne peut pas se permettre de rater autant d’occasions. On va essayer d’y remédier, à nous de rebondir. On doit avoir l’instinct de tueur pour gagner ce genre de rencontres. Ce n’est pas le cas en ce moment. […] C’est un mélange de manque de confiance et de réussite. On sait que l’on est attendu de plus en plus souvent. Si on ne marque pas sur nos occasions, l’adversaire prend confiance, s’accroche et ça rend l’opposition encore plus difficile. Malgré la déception, il y a quand même des choses positives à retenir. » (source : le Parisien)


Le stade :

Le Parc des Princes
Le Parc des Princes

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s