Bayonne – PSG 0-2, 10/02/04, Coupe de France 03-04

Pedro Pauleta balle au pied (Ch. Gavelle)

Mardi 10.02.2004, Coupe de France, 8e de finale
à Paris, au Parc des Princes :
AVIRON BAYONNAIS F.C. (CFA) – PARIS SAINT-GERMAIN F.C.  0:2 (0:0)
– 27 849 spectateurs. Buts : Fabrice Fiorèse, 69′, Pedro Pauleta, 81′.
L’Équipe du PSG : Lionel Letizi – Éric Cubilier, Frédéric Déhu, José-Karl Pierre-Fanfan, Gabriel Heinze – Fabrice Fiorèse (Alioune Touré, 89′), Hugo Leal, Romain Rocchi (Lorik Cana, 79′), Branko Bošković (Juan Pablo Sorin, 64′) – Reinaldo da Cruz, Pedro Pauleta. Entraîneur : Vahid Halilhodžić.
Avertissements à Branko Bošković, Fabrice Fiorèse et Romain Rocchi.


Maillot utilisé (en manches longues, avec les sponsors de la Coupe de France) :

Maillot domicile Coupe de France 2002-2004 (collection http://maillotspsg.wordpress.com)
Maillot domicile Coupe de France 2002-2004 (collection MaillotsPSG)

Billet :

(collection La Mémoire du PSG)
(collection La Mémoire du PSG)

Programme (non officiel) :

(collection La Mémoire du PSG)
(collection La Mémoire du PSG)

Photos du match :

Les deux équipes avant le coup d'envoi (Ch. Gavelle)
Les deux équipes avant le coup d’envoi, les bayonnais recevant les parisiens… au Parc des Princes! (Ch. Gavelle)
Romain Rocchi (Ch. Gavelle)
Romain Rocchi (Ch. Gavelle)
Reinaldo place une tête (Ch. Gavelle)
Reinaldo place une tête (Ch. Gavelle)
Pedro Pauleta balle au pied (Ch. Gavelle)
Pedro Pauleta balle au pied (Ch. Gavelle)
Bonne sortie de Letizi (Ch. Gavelle)
Bonne sortie de Letizi (Ch. Gavelle)
Eric Cubillier (Ch. Gavelle)
Eric Cubilier (Ch. Gavelle)
Le Virage Auteuil
Le Virage Auteuil

Vidéo :


Compte-rendu (psg.fr) :

L’essentiel est là !

Paris au finish, mais Paris qualifié ! Le PSG a en effet peiné pendant plus d’une heure avant de trouver la faille dans une valeureuse défense bayonnaise. Rarement sollicité, Lionel Letizi a pu contempler depuis sa surface de réparation l’ouverture du score par Fiorèse, puis le nouveau but de Pauleta. Une qualification qui intervient à point nommé trois jours après Montpellier et quatre avant Toulouse.

Qui est le vainqueur ce soir ? Entre des Parisiens qui rejoignent leur vestiaire à vive allure et des Bayonnais qui réalisent une ola devant leur kop, on se pose effectivement la question. Mais pas d’ambiguïté, le PSG a bien décroché ce soir son billet pour les quarts de finale de la coupe de France, là où Auxerre a échoué quelques heures plus tôt face à une formation de division équivalente (Brive-Auxerre : 1-0).

Et dès le coup d’envoi, il flottait comme un accent basque sur le Parc des Princes ! Un accent basque à forte connotation parisienne, puisque si les supporters bayonnais remplissent les tribunes E et F, beaucoup vivent dans la capitale. Parisiens d’adoption, bayonnais de cœur, ou bien l’inverse, cette rencontre fleure en tout cas bon la coupe de France.

La première surprise de la soirée a donc été annoncée par le speaker du Parc aux alentours de 20h30, avec l’élimination d’Auxerre par Brive-la-gaillarde. Voilà les Parisiens prévenus ! En attendant, le Parc des Princes est bien garni. Joueurs comme supporters, personne ici ne prend cette rencontre à la légère. Les premiers contacts entre Heinze et Cassouret (2e) ou Rocchi et Pardeilhan (8e) tendent également à le démontrer…

Les premières minutes de cette rencontre se disputent d’ailleurs sur un rythme soutenu. Pas réellement d’occasion franche, mais le match a le mérite d’être alerte. Face à des Bayonnais qui vendent chèrement leur peau, les Parisiens répondent par un jeu collectif bien huilé qui a récemment fait ses preuves. L’occasion Rouge et Bleu la plus nette arrive cependant sur coup de pied arrêté. Le coup-franc de Boskovic vient s’écraser sur la transversale de Herrard alors que la reprise de la tête de Pierre-Fanfan file en six mètres (30e).

Bayonne craque en dix minutes

Puis, plus grand chose à se mettre sous la dent jusqu’à la 53e minute et ce centre puissant de Heinze qui longe la ligne de but de Herrard. Emoussés physiquement en fin de première période, les Bayonnais semblent avoir repris du poil de la bête durant les quinze minutes de pause. Dans les gradins du Parc, la furia basque tant annoncée tarde à se mettre en route. Des éclats de voix ici ou là, mais pas de quoi mettre à mal le « taureau » parisien !

Sur le rectangle vert, une tête de Déhu suite à un corner de Boskovic est dégagée en catastrophe par Herrard sur sa ligne (56e). Une bonne occasion qui a également le mérite de réveiller le Parc. La délivrance vient finalement de Fabrice Fiorèse, déjà décisif face à Montpellier. L’ailier parisien reprend d’un ciseau acrobatique le centre de Sorin fraîchement intronisé (Boskovic, 64e) et trouve la faille dans la défense basque (69e). Un ouf de soulagement s’empare alors de l’enceinte parisienne.

Des cris de joie qui redoublent d’intensité lorsque Pauleta reprend de la tête un nouveau centre de Sorin (80e). En dix minutes le PSG a fait plier une vaillante défense bayonnaise certainement éreintée par une heure de mise à l’épreuve. Ce n’est qu’à l’amorce du temps additionnel que Bayonne pointera le bout de son nez dans la surface de Letizi. Une frappe de Lalanne qui termine sa course sur le montant droit du gardien parisien (90e). Monsieur Bré peut alors envoyer les joueurs de l’Aviron célébrer leur beau parcours en coupe de France avec leurs supporters.

Les Parisiens s’éclipseront discrètement laissant aux Basques la primeur des caméras, des micros et des flashes. La furia basque tant espérée est enfin en marche ! Fait rarissime dans le football, les vaincus n’ont jamais été aussi heureux. C’est aussi ça la Coupe !

Réactions :

Vahid Halilhodzic (Entraîneur du PSG)
« Je pense que notre qualification est logique. A la pause, j’ai simplement demandé plus de détermination à mes joueurs. Nous avons persévéré et les buts sont arrivés logiquement. Après un match comme celui que nous avons réalisé face à Montpellier, ce n’est jamais facile de refaire le même type de prestation. Mais c’est bien d’avoir gagné dans la difficulté car les joueurs vont comprendre ainsi que pour aller au bout, il leur faudra faire de meilleurs matches que ce soir. La Coupe, c’est une question de volonté et d’état d’esprit. C’est pour cela qu’une équipe comme Brive peut surprendre Auxerre, l’une des meilleures formations du moment. »

Christian Sarramagna (Entraîneur de Bayonne)
« Nous avons vécu une belle aventure, mais ce soir la meilleure équipe a gagné. Nous regretterons peut-être d’avoir pris deux buts sur des erreurs de défense, et nous aurions aimé pousser Paris jusqu’à la prolongation. L’important était surtout de montrer de quoi nous étions capable et ce soir je n’ai rien à reprocher à mes joueurs.»

Frédéric Déhu (Défenseur et capitaine du PSG)
« Trois jours seulement après le match contre Montpellier, il était difficile de dominer la rencontre et de changer de rythme. D’autant plus que nous sommes tombés sur une bonne équipe de Bayonne, qui avait déjà éliminé deux clubs de l’élite. Pour les quarts de finale, je n’ai pas de préférence concernant notre adversaire, parce qu’il y a souvent des matches pièges, comme on a pu le constater avec Brive. Peu importe l’équipe que nous rencontrerons, il faudra de nouveau vaincre ! »

Eric Cubilier (Défenseur du PSG)
« Ce soir je me suis senti bien sur le terrain, d’autant que j’étais titularisé pour la première fois depuis longtemps. Et même si je ne m’attendais pas à jouer, je me prépare toujours de la même manière. Sur un plan plus général, l’équipe était un peu fatiguée, trois jours seulement après le match de championnat face à Montpellier. Evidemment, nous sommes contents du résultat, mais face à un club de CFA nous n’avons réalisé que notre boulot. Maintenant, nous devons nous maintenir à ce niveau, aussi bien en Coupe qu’en championnat. »

Fabrice Fiorèse (Attaquant du PSG)
« Nous avons commencé le match timidement, car nous venions d’apprendre la défaite d’Auxerre face à Brive. Ce soir, Bayonne n’avait rien a perdre, contrairement à nous, et nous avons pris cette rencontre très au sérieux afin de ne pas passer au travers. En deuxième période, nous étions déterminés à l’emporter. Nous devions absolument éviter la prolongation, puisque un match important nous attend à Toulouse samedi prochain. Bien sûr, le but que je marque m’a fait très plaisir, mais c’est surtout le collectif qui a gagné. »

David Lancien (Attaquant et capitaine de Bayonne)
« Nous sortons de la coupe de France la tête haute, après avoir tenu tête à l’une des meilleures équipes de France. Nous sommes forcément déçus d’avoir perdus, mais tout de même heureux d’être là ce soir. Pour nous comme, pour nos supporters, c’est déjà formidable. Si je ne devais conserver qu’un souvenir de cette soirée, ce serait l’ambiance de ce stade grandiose lors de l’entrée des joueurs. »


Le stade:

Le Parc des Princes
Le Parc des Princes

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s