Bastia – PSG 4-2, 10/01/15, Ligue 1 14-15

Photo Ch. Gavele, psg.fr (image en taille et qualité d'origine: http://www.psg.fr/fr/Actus/105003/Galeries-Photos#!/fr/2014/2903/44330/match/Bastia-Paris-4-2/Bastia-Paris-4-2)

Samedi 10.01.2015, Championnat de France, Ligue 1, 20e journée (4e place)
à Bastia, au Stade Armand-Césari (Furiani) :
S.C. BASTIA – PARIS SAINT-GERMAIN F.C.  4:2 (2:2)
– 13 028 spectateurs. Buts : Lucas Moura, 10′, Adrien Rabiot, 20′, Boudebouz, 32′ sur penalty, Modesto, 45′ ; Palmieri, 56′, Palmieri, 90′.
L’Équipe du PSG : Nicolas Douchez – Grégory Van der Wiel, Thiago Silva, David Luiz, Maxwell Scherrer – Adrien Rabiot, Yohan Cabaye (Marco Verratti, 54′), Blaise Matuidi (Jean-Christophe Bahebeck, 69′) – Lucas Moura, Zlatan Ibrahimović, Javier Pastore. Entraîneur : Laurent Blanc.
Avertissement à David Luiz.


Maillot utilisé :

Le maillot extérieur 2014-15
Le maillot extérieur 2014-15

Photos du match :

Photo Ch. Gavele, psg.fr (image en taille et qualité d'origine: http://www.psg.fr/fr/Actus/105003/Galeries-Photos#!/fr/2014/2903/44330/match/Bastia-Paris-4-2/Bastia-Paris-4-2)
Les joueurs parisiens pendant la minute de silence à la mémoire des victimes des attentats (Ch. Gavelle)
Photo Ch. Gavele, psg.fr (image en taille et qualité d'origine: http://www.psg.fr/fr/Actus/105003/Galeries-Photos#!/fr/2014/2903/44330/match/Bastia-Paris-4-2/Bastia-Paris-4-2)
Adrien Rabiot devant Cahuzac (Ch. Gavelle)
Photo Ch. Gavele, psg.fr (image en taille et qualité d'origine: http://www.psg.fr/fr/Actus/105003/Galeries-Photos#!/fr/2014/2903/44330/match/Bastia-Paris-4-2/Bastia-Paris-4-2)
Javier Pastore à la lutte avec Cioni et Modesto (Ch. Gavelle)
Photo Ch. Gavele, psg.fr (image en taille et qualité d'origine: http://www.psg.fr/fr/Actus/105003/Galeries-Photos#!/fr/2014/2903/44330/match/Bastia-Paris-4-2/Bastia-Paris-4-2)
Yohan Cabaye poursuivi par Gillet (Ch. Gavelle)
Photo Ch. Gavele, psg.fr (image en taille et qualité d'origine: http://www.psg.fr/fr/Actus/105003/Galeries-Photos#!/fr/2014/2903/44330/match/Bastia-Paris-4-2/Bastia-Paris-4-2)
Le capitaine Thiago Silva (Ch. Gavelle)

Vidéo (résumé officiel, cliquer sur le lien dans la vidéo) :


Compte-rendu (lequipe.fr) :

Le PSG prend une claque

Alors qu’il était virtuellement leader, au lendemain de la défaite de l’OM à Montpellier (2-1), grâce à une avance de deux buts, le PSG s’est finalement incliné à Bastia (4-2), samedi, et reste 3e du Championnat. Lyon pourrait passer en tête.

Le match : 4-2

A ceux qui se demandaient si le durcissement du management de Laurent Blanc, conjugué au succès enregistré face à Montpellier (3-0) en Coupe de France, esquissaient les prémices d’un nouvel élan, la réponse est non. En déplacement à Bastia (4-2), samedi, le PSG a trouvé le moyen perdre un match qu’il menait pourtant 2-0, après seulement vingt minutes de jeu. Sa deuxième défaite de la saison en L1 a sanctionné sa fébrilité défensive, son manque de maîtrise et son incapacité à se révolter lorsque les évènements lui sont contraires.

Dans ce domaine, les joueurs de Laurent Blanc feraient bien, à l’avenir, de s’inspirer de leurs adversaires du jour. A côté de la plaque pendant une demi-heure, ce dont ont profité Lucas (9e) et Rabiot (20e) pour éteindre le stade Armand-Cesari, Boudebouz et ses équipiers ont profité d’un penalty généreux transformé par l’international algérien (32e) pour revenir dans le match. La suite? Un maximum de réussite, à l’image d’une tête gagnante de Modesto (45e), d’une reprise de volée incroyable de Palmieri (56e) ou encore d’une tentative de Thiago Silva sur la barre d’Aréola (71e). Trop timides offensivement, incapables de poser leur emprise sur le match, Ibra et ses équipiers manquent l’occasion de ravir provisoirement à l’OM la première place du Championnat. Alors qu’ils poussaient pour égaliser, ils ont même encaissé un quatrième but signé Palmieri, encore, en fin de match (90e).

Le joueur : Julian Palmieri

Jusqu’à la réception du PSG, Julian Palmieri n’avait inscrit qu’un but en L1 (face à Valenciennes le 10 novembre 2012), et il n’avait même pas empêché les Corses de s’incliner (2-3). Cette fois, le défenseur ne s’est pas fait avoir. Après avoir inscrit un but magnifique suite à un ballon renvoyé de la tête par Pastore (une reprise de volée dans la lucarne de Douchez), il a définitivement écarté l’hypothèse d’un retour parisien en se jetant sur un centre de Keita, tel un avant-centre. «C’est beau, c’est magnifique, je ne vais pas l’oublier, a-t-il souligné au micro de Canal +. C’est bien aussi pour le club. On s’est battu, le Sporting n’a rien à faire là. Je vais en profiter.» Bastia aussi. Les Corses sont provisoirement hors de la zone rouge.
Le tournant : La main de Van der Wiel

Laurent Blanc et ses joueurs ne le savaient pas encore à ce moment-là, mais il n’a suffi que d’une main, celle de Gregory Van der Wiel, pour enrayer la machine. Alors que le scénario du match – 2-0 au bout de 20 minutes de jeu – avait donné à son déplacement en Corse des allures de promenade, le PSG a relancé Bastia avec la complicité involontaire de son international néerlandais. Sur un ballon a priori anodin – un centre flottant de Cioni pour Maboulou -, l’ancien défenseur de l’Ajax a été sanctionné d’une main que Laurent Blanc et Olivier Létang ont trouvée suffisamment sévère pour s’en émouvoir auprès de M. Fautrel à la mi-temps. Van der Wiel avait déjà concédé un penalty pour un geste similaire face à Metz (2-3), le 21 novembre dernier. Avec des conséquences bien moindres pour le PSG, alors sorti victorieux.

Réactions :

« Laurent Blanc, comment expliquez-vous la défaite de votre équipe contre Bastia ?
L’équipe a oublié certaines choses, abandonné certaines choses dans les cinq dernières minutes de la première période. Bastia était en difficulté en début de partie, mais on a oublié certains fondamentaux du football, comme de ne pas lâcher un adversaire. Au niveau du jeu, au niveau de la considération de l’adversaire… Vu la facilité dans les cinq dernières minutes de la première période, je pense que quelques joueurs ont fait preuve de suffisance. On s’est peut-être dit que le match était facile, qu’on allait s’imposer facilement. Après le public se réveille et vous connaissez la suite.

Est-ce que vous pensiez être autant en difficulté face à Bastia?

Ce n’est pas facile de gagner à Bastia, ça n’est pas facile de gagner à Guingamp, et ça n’est pas non plus facile de gagner à Montpellier, on l’a vu hier (vendredi, date de la défaite du leader marseillais 2-1, ndlr). Il faut respecter ces équipes. Je pense que c’est un manque de respect qu’on a eu par rapport à cette équipe de Bastia après les 35 premières minutes, et elle nous l’a fait payer.

Paris a pris trois des quatre buts sur coup de pied arrêté ce samedi soir, est-ce que c’est un motif d’inquiétude pour vous?

Prendre des buts c’est déjà un souci, prendre des buts sur coup de pied arrêté c’est aussi un souci, mais ce qui m’inquiète le plus, c’est que nous on n’est pas en réussite sur coups de pied arrêtés. Il y a toujours un gardien ou un adversaire pour nous empêcher de marquer.»


Le stade :

Le stade Armand-Cesari de Furiani
Le stade Armand-Cesari de Furiani

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s