PSG – Le Havre 2-1, 12/03/85, Coupe de France 84-85

Safet Susic devance un Havrais (HAC Foot Archives)

Mardi 12.03.1985, Coupe de France, 1/16 de finale, match retour à Paris, au Parc des Princes :
PARIS ST-GERMAIN F.C. – LE HAVRE A.C.  2:1 (1:0)
– 10 000 spectateurs environ. Buts : Dominique Rocheteau, 29′ ; Miloszewicz, 55′ sur penalty, Safet Sušić, 72′.
L’Équipe du PSG : Jean-Michel Moutier – Yannick Guillochon, Thierry Tinmar, Dominique Bathenay, Franck Tanasi – Jean-Claude Lemoult, Luis Fernandez, Philippe Jeannol, Safet Sušić – Nambatingue Toko, Dominique Rocheteau. Entraîneur : Georges Peyroche.
Avertissement à Nambatingue Toko.


Maillot sans doute utilisé :

Maillot domicile 1984-86 (collection MaillotsPSG)
Maillot domicile 1984-85 (collection MaillotsPSG)

Programme :

(collection La Mémoire du PSG)
(collection La Mémoire du PSG)

Photos du match :

Luis Fernandez à la lutte (HAC Foot Archives)
Luis Fernandez à la lutte (HAC Foot Archives)
Le Havrais Llorens
Le Havrais Llorens
Safet Susic devance un Havrais (HAC Foot Archives)
Safet Susic devance un Havrais (HAC Foot Archives)

Compte-rendu (presse havraise, via HAC Foot Archives) :

Le HAC frôle de nouveau l’exploit

Le Parc des Princes était loin d’être archi comble hier soir pour ces seizième de finale retour de Coupe de France, opposant le P.S.G. au HAC. Sans doute que dans l’esprit du public parisien, les deux buts de Jeannol et Susic inscrits au match aller avaient tué tout suspens. Tel n’était pas l’avis des supporters havrais qui étaient venus en nombre et donnèrent de la voix dès leur entrée dans le stade.

Farrouche résistance

Bien évidemment, dès le début de rencontre, on se rendit compte que ça ne serait pas la même musique qu’au match aller. Les Parisiens étaient beaucoup plus présents à l’image de Susic (2′) qui tenta en vain centrer en retrait. Puis, sur un corner, on nota une belle tête de Fernandez (5′) que Casanova put cependant capter facilement. Bien organisés, les Havrais, dans les premières minutes, s’attachèrent à faire circuler le ballon, à le garder le plus longtemps possible. Mais le H.A.C. connut une première chaude alerte sur une montée de Bathenay, ponctuée d’un centre et d’une petite talonnade de Rocheteau qui faillit bien surprendre le portier havrais, lequel fut sauvé par son poteau (7.’).

A l l’inverse. une belle percée de Bensaoula aboutit sur Prieur qui, malheureusement, hésita à tenter sa chance. Dans l’ensemble, toutefois, le Parisiens se révélèrent les plus dangereux, comme en témoigne ce beau tir de Fernandez (9′) mis en corner quelques secondes plus tard. Il fallut un réflexe étonnant de Casanova sur une tête à bout portant de Lemoult à la suite d’un corner de Susic (11′) pour éviter le pire. Le pressing parisien n’était pas surprenant en soi, dans la mesure où Georges Peyroche, l’entraîneur avait annoncé la couleur en disant que son équipe devait se mettre à l’abri le plus rapidement possible. Ceci étant, le HAC fit front avec vaillance et se créa même une superbe occasion (20′) d’un coup franc de Milosewicz remis à la suite en retrait par Bensaoula, trop faiblement repoussé par la défense parisienne et repris de volée par Florès. Mais le ballon passa au ras de la transversale.

A peine la trotteuse avait-elle fait un tour de cadran que les Parisiens, à leur tour, s’illustrèrent par un tir de Bathenay que Casanova ne put que repousser puis sauver miraculeusement devant Jeannol qui avait suivi.

But de Rocheteau

La rencontre était agréable à suivre, les deux équipes se donnant beaucoup. Sans doute était-ce moins intense qu’à Deschaseaux, mais pas moins intéressant, tout étant encore possible. Bien que dominés, les Havrais ne s’affolèrent pas, mais, hélas, sur un ballon stupidement perdu au milieu du terrain, Toko plaça un démarrage foudroyant, se présenta seul devant Casanova et glissa tranquillement à Rocheteau qui n’eut aucun mal à ouvrir le score (30′). La tâche du H.A.C., dès lors, devenait quasiment insurmontable, car il leur fallait inscrire deux buts aux Parisiens pour se qualifier.

Certes, il restait une heure à jouer, mais on ne voyait pas tellement bien comment les « Ciel et Marine » allaient s’y prendre tant la maîtrise parisienne était impressionnante. Mais, de ci, de là, on pouvait espérer une possible égalisation comme ce fut le cas à la 35′ de jeu lorsque Llorens ouvrit pour Drieu qui, malheureusement, ne pu contrôler parfaitement le ballon. Les Parisiens, eux, évidemment, jouèrent beaucoup plus facilement. Ils se contentèrent de placer quelques bonnes accélérations par Toko notamment, très bon hier soir, et en défense, ils contrôlèrent sereinement les débats. Toutefois, à la 43′ minute le H.A.C. bénéficia d’un coup franc à la limite de la surface, que Milosewicz, avec la complicité d’un défenseur, tira sur l’extérieur du poteau alors que cette fois, Moutier était battu. Et, sur le corner qui suivit, Bathenay dut dégager en catastrophe sur la ligne. 1-0 à la mi-temps en faveur du P.S.G., on retrouvait la même situation inversée qu’à Deschaseaux. Alors, la question que l’on pouvait se poser : les Havrais seraient-ils capables de refaire le coup du P.S.G. du match aller ?

Egalisation havraise

A la reprise, les Parisiens, de nouveau, appuyèrent sur l’accélérateur et Casanova fut contraint de plonger dans les pieds de Toko. Malgré quelques bonnes réactions, les locaux dominèrent encore la situation. Cependant, le HAC se créa une nouvelle occasion sur un centre de Carpentier que Moutier relâcha, mais Milosewicz arriva un poil trop tard (49′). A l’inverse, on crut bien que le HAC allait encaisser un second but lorsque Batenay s’appuyant sur Susic partit seul du milieu du terrain, loba Casanova, mais, heureusement, rata complètement son tir.

Alors que l’on approchait de la demi-heure de jeu, Didier Notheaux fit entrer un attaquant supplémentaire : Pain, au détriment d’un milieu de terrain : Vidot (54′). La surprise générale, alors que rien ne le laissait présager, deux minutes plus tard, le HAC était remis en selle à la suite d’une superbe action. Llorens lança Drieu qui, dans la surface, se fit faucher par Tinmar. C’était le penalty indiscutable que transforma Milosewicz (56′).

Surpris, les Parisiens commencèrent à bafouiller. Susic, dans une action lumineuse servit sur un plateau Lemoult qui rata complétement son tir. Deux minutes plus tard, c’était au tour de Rocheteau, pourtant bien alerté par Toko, d’envoyer le ballon dans les nuages. Mais, cette période de doute ne dura pas très longtemps, et rapidement les hommes de Peyroche reprirent leurs esprits et dominèrent de nouveau la situation.

A la 67′ minute de jeu Susic bénéficia d’un coup franc idéalement placé qu’il expédia dans le mur, mais la situation n’en fut pas moins dangereuse pour le H.A.C. car les Havrais tardèrent à dégager ce ballon, cependant, cela fut sans dégâts.

But de Susic

Les locaux repartirent de plus belle à l’image de Susic qui, après avoir évité deux défenseurs, expédia un magnifique tir que Casanova arrêta avec brio (68′). Bien que dominés les Havrais n’en continuèrent pas moins à être dangereux comme à la 70′ minute lorsque Prieur se retrouva idéalement placé à la suite d’un centre de Carpentier, mais, il n’appuya pas assez son tir.

Mais, comme nous le disions, les Parisiens, sous l’impulsion d’un Susic retrouvé, et d’ailleurs, l’international yougoslave inscrivit le second but de toute beauté (72′). Après avoir éliminé d’un petit crochet un défenseur havrais et trompé d’un tir à ras de terre Casanova. Les Havrais avaient un quart d’heure pour marquer ce fameux second but qui aurait rétabli l’équilibre sur l’ensemble de deux matches.

Les Havrais se lancèrent à corps perdu dans la bataille, et se ruèrent à l’attaque. Un corner de Milo (84′) donnait des sueurs froides aux défenseurs parisiens. Pain, sur un débordement mit à contribution Moutier (86′), mais, sur ce coup-là, il aurait été préférable de centrer au deuxième poteau où Milo était démarqué. Dans les toutes dernières minutes, les hommes de Didier Notheaux se jetèrent à l’assaut du but parisien, mais ne purent prendre en défaut l’expérimenté réseau défensif local.

Les Havrais ont donc été éliminés de la Coupe de France, mais ils ont prouvé tout au long de cette double confrontation avec le PSG, qu’ils avaient les moyens d’accéder à la Première Division, ce qui est le but recherché. Aussi, dès samedi prochain, à Caen, Bernard Romby et ses partenaires devront manifester le même brio et le même enthousiasme pour continuer à lutter pour la première place en championnat.


Le stade :

Le Parc des Princes
Le Parc des Princes

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s