Lyon – PSG 4-2, 23/03/08, Ligue 1 07-08

Souza, l'éphémère meneur de jeu parisien...

Dimanche 23.03.2008, Championnat de France, Ligue 1, 30e journée (18e place)
à Lyon, au Stade de Gerland :
OLYMPIQUE LYONNAIS – PARIS ST-GERMAIN F.C.  4:2 (2:1)
– 37 895 spectateurs. Buts : Fred, 8′, Fred, 36′, Zoumana Camara, 45’+2 ; Jérôme Rothen, 52′ sur penalty, Govou, 65′, Juninho, 73′.
L’Équipe du PSG : Mickaël Landreau – Marcos Ceará, Mario Yepes (Mamadou Sakho, 40′), Zoumana Camara, Sylvain Armand – Willamis Souza (Bernard Mendy, 76′), Clément Chantôme, Grégory Bourillon, Jérémy Clément – Amara Diané (Loris Arnaud, 83′), Jérôme Rothen. Entraîneur : Paul Le Guen.


Maillot utilisé :

Maillot domicile 2007-08 (collection http://maillotspsg.wordpress.com)
Maillot domicile 2007-08 (collection MaillotsPSG)

Photos du match :

L'égalisation de Jérôme Rothen sur penalty
L’égalisation de Jérôme Rothen sur penalty
La joie des parisiens, qui sera de courte durée… (Ch. Gavelle)
La joie des parisiens, qui sera de courte durée… (Ch. Gavelle)
Souza, l'éphémère meneur de jeu parisien...
Souza, l’éphémère meneur de jeu parisien…
Les fans parisiens à Gerland
Les fans parisiens à Gerland

Vidéo (les buts lyonnais) :


Compte-rendu (psg.fr) :

Paris n’abdique pas

Relégable au coup d’envoi, après la victoire de Sochaux samedi, le PSG souhaitait réussir un coup face aux invincibles Lyonnais. Rapidement menés à la marque, les Parisiens ont su réagir par l’intermédiaire de Camara (45e), puis l’égalisation de Rothen sur penalty (52e), avant de plier sous la puissance de feu des Gones. Paris a tout donné !

Au coup d’envoi de ce choc face au sextuple Champion de France, Paul Le Guen aligne une formation inédite avec un milieu de terrain à cinq. Derrière un Chantôme meneur de jeu, le coach parisien choisit d’associer Bourillon et Clément à la récupération, appuyés par Souza et Rothen sur les ailes. Amara Diané évoluant seul en pointe. Dans le camp adverse, Alain Perrin conserve le traditionnel 4-3-3 qui a fait ses preuves du côté de Gerland.

Sur leur pelouse, les Lyonnais jouent haut et tentent d’imposer leur jeu aux Parisiens. Une prise de risque vite récompensée avec l’ouverture du score de Fred, qui dévie de la tête un tir anodin de Grosso (1-0, 8e). Et les locaux vont encore créer le danger par l’intermédiaire de Benzema qui ne parvient toutefois pas à accrocher le cadre (14e, 17e, 22e). Paris riposte et Coupet doit intervenir sur ce tir de Chantôme (15e), avant que Rothen, lancé par une talonnade de Diané, ne bute sur le portier lyonnais. A l’affût, Chantôme et Bourillon sont également tout prêts d’égaliser (32e).

Finalement, Lyon va parvenir à creuser l’écart sur cette offrande de Bodmer, qui permet à Fred de réaliser le doublé (2-0, 37e). Le PSG souffre, mais ne panique pas. Et dans le temps additionnel, Camara se jette au premier poteau pour reprendre de la tête un corner rentrant de Souza et réduit le score avant la pause (2-1, 45+2). Au retour des vestiaires, les Parisiens récupèrent le ballon plus haut et inquiètent la défense lyonnaise. Sous la pression de Diané, Toulalan tente de dégager le corner de Souza, mais dévie le cuir de la main : penalty ! Rothen s’élance et trompe Coupet pourtant parti du bon côté (2-2, 52e).

Les hommes de Paul Le Guen continuent de pousser, à l’image de Diané qui provoque Cris et obtient un bon coup franc (63e). Une faute qui aurait pu mériter le carton rouge… Paris va de l’avant mais s’expose aux contres. Si Keita perd son duel face à Landreau (64e), Govou ne laisse pas passer sa chance et redonne l’avantage à l’OL (3-2, 65e). Dans la foulée, Réveillère déborde et sert au point de penalty Juninho qui inscrit le but du K.-O. (4-2, 72e). Paris a fait front et démontré ses qualités, mais doit s’incliner face à la machine à gagner lyonnaise. Place désormais à la finale de la Coupe de la Ligue, samedi soir au Stade de France.

Réactions :

Paul Le Guen (Entraîneur du PSG)
« Lyon est supérieur. Le score reflète assez bien la physionomie du match. A 2-2 nous n’étions pas loin de faire douter l’OL. Et nous avons eu une opportunité avec Amara, stoppé irrégulièrement par Cris qui ne prend que le carton jaune. On n’a pas lâché. On s’est bagarrés. Je suis évidemment très déçu par le résultat, mais je pense que nous avons essayé de faire face à la valeur de l’adversaire. »

Alain Perrin (Entraîneur de Lyon)
« Ce match était prévisible face à une équipe de Paris qui ne veux pas mourir. Ils ne lâcheront pas sans combattre. Même à 2-0, ils ont démontré de bonnes dispositions. Ils ont été récompensés en revenant au score, mais ils ont peut-être payé en fin de match ce surcroît d’énergie. »

Alain Cayzac (Président du PSG)
« Nous avons demontré aujourd’hui que l’on pouvait être performant à l’extérieur. Il nous reste 8 matches au couteau. Nous allons les jouer avec détermination et envie, Nous avons montré ce soir que nous avions du talent, même si nous sommes tombés sur une équipe de Lyon supérieure. Je regrette également cette faute d’arbitrage, puisque Cris méritait le carton rouge (intervention irrégulière sur Diané). La révolte n’est pas nouvelle. Contre Valenciennes, c’était déjà le cas. »

Jérôme Rothen (Milieu de terrain du PSG)
« Les deux premiers buts sont évitables et, même menés 1-0, nous avions la maîtrise sur le match. Nous avons fait déjouer Lyon, malheureusement nous encaissons un deuxième but qui nous fait mal. Nous avons fait preuve d’un gros mental pour revenir à 2-2. Au final, C’est frustrant de perdre 4-2. On a pourtant l’impression d’avoir fait douter cette équipe, notamment sur cette faute de Cris sur Diané, qui aurait mérité le rouge. C’est le tournant du match, car derrière on prend un contre. Il y avait la place pour prendre un point. Il nous reste maintenant deux finales à jouer : une samedi face à Lens en Coupe de la Ligue et l’autre mercredi en championnat contre Strasbourg. »

Mickaël Landreau (Gardien de but du PSG)
« On sait très bien que dans notre situation nous avons besoin de points. Pour nous le match le plus important sera donc la réception de Strasbourg dans dix jours, car en cas de victoire nous ne serions plus relégables. Ce sera un match au couteau. Ce soir, nous avons montré des choses intéressantes dans le jeu. On les a bougés, mais cela n’a pas suffit face à l’armada lyonnaise. Ils ont mis à profit leurs qualités offensives. »


Le stade :

Le stade de Gerland
Le stade de Gerland

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s