Lyon – PSG 2-0, 18/09/94, Division 1 94-95

David Ginola dépose Sassus

Dimanche 18.09.1994, Championnat de France, Division 1, 9e journée (9e place)
à Lyon, au Stade de Gerland :
OLYMPIQUE LYONNAIS – PARIS ST-GERMAIN F.C.  2:0 (0:0)
– 25 000 spectateurs environ. Buts : Debbah, 58′, Paille, 90′.
L’Équipe du PSG : Bernard Lama – José Cobos, Alain Roche, Antoine Kombouaré, Oumar Dieng – Daniel Bravo (Patrick Colleter, 46′), Paul Le Guen, Vincent Guérin, Valdo Filho – George Weah, David Ginola (Pascal Nouma, 78′). Entraîneur : Luis Fernandez.
Avertissements à Oumar Dieng et Alain Roche.
Expulsion : Oumar Dieng, 24′.


Maillot utilisé :

dom9495
Maillot domicile 1994-95 (collection MaillotsPSG)

Billet :

(collection La Mémoire du PSG)
(collection La Mémoire du PSG)

Programme :

(collection La Mémoire du PSG)
(collection La Mémoire du PSG)

Photos du match :

Oumar Dieng face à Maurice devant les yeux de Kombouaré
Oumar Dieng face à Maurice devant les yeux de Kombouaré
Valdo et Paille inséparables…
Patrick Colleter et George Weah
Patrick Colleter et George Weah
« Mister George » à Gerland
David Ginola dépose Sassus
David Ginola dépose Sassus
Le parcage parisien
Le parcage parisien

Vidéo (les deux buts) :


Compte-rendu (Paris Go) :

Quatre jours après sa brillante entrée en matière en coupe d’Europe face au Bayern de Munich, l’équipe du PSG se déplaçait dans le Rhône pour disputer la neuvième journée face à l’Olympique Lyonnais qui effectuait un étonnant début de saison.

Malgré la retransmission de CANAL +, et un temps typiquement hivernal, plus de 32 000 personnes s’étaient rendues au stade Gerland pour assister à ce choc. Parmi elles, 300 supporters parisiens venus en toute indépendance et une centaine venus en toute assistance avec le club. Quelques incidents seront d’ailleurs à signaler avant la rencontre devant le Virage Nord lyonnais. Celui-ci fit une animation colorée (organisée par les BAD GONES) à l’entrée des joueurs à base de cartons blancs et de bandes de plastique rouges et bleues.

Outre le fait que ce match était l’occasion de retrouvailles entre Jean-Luc SASSUS et ses anciens coéquipiers, une victoire permettait aux Parisiens de revenir dans les trois premiers du classement. Hors …

Le début de la rencontre allait cependant mettre plus en évidence l’arbitre M. LAINE que les 22 protagonistes. En effet, dès la troisième minute, Omar DIENG écopait d’un premier avertissement et Alain ROCHE, contestant une décision de l’homme en gris, se voyait lui aussi attribuer un carton jaune. Et le jeu dans tout ça ? Hormis un coup franc d’AMOROS côté lyonnais et d’une percée de George WEAH côté parisien, rien de bien exaltant n’était à retenir, si ce n’est une nouvelle faute de DIENG qui allait laisser ses partenaires évoluer à dix. Que d’expulsés parisiens depuis le début du championnat ! Un record l

La première période n’était donc pas à l’avantage des Franciliens, même si ceux-ci se montrèrent les plus dangereux par l’intermédiaire de WEAH qui buta maladroitement sur Pascal OLMETA juste avant la pause. La faute à « Pas de chance » diront certains.

Toutefois, à l’heure de jeu, c’est bel et bien de maladresse qu’il faut parler lorsque, profitant d’une mésentente entre LAMA et COLLETER, James DEBBAH ouvrait le score pour les GONES

LYON : 1 – PARIS SG : 0

A dix contre onze, la tâche s’avérait difficile et de plus en plus délicate. Attaquer ou défendre ? Et pourtant, les coéquipiers d’Alain ROCHE ne désarmèrentpas et se procurèrent quelques occasions franches de revenir au score; ainsi COBOS, NOUMA rentré à la place de GINOLA, et LE GUEN eurent la balle d’égalisation au bout de leurs crampons, malheureusement sans réussite.

Alors que le match touchait à sa fin et que Pascal OLMETA haranguait ses supporters qui ont soutenu une ambiance vocale remarquable tout au long du match, c’est au contraire Lyon qui allait clôturer le score d’une reprise de la tête fabuleuse de Stéphane PAILLE. Et celà, à la dernière minute …

Conclusion : qu’il est dur de se replonger dans le championnat qui semble bien monotone pour les joueurs parisiens. Les fastes de la coupe d’Europe pèsent-ils dans leurs esprits ou dans leurs jambes ? La réponse ne nous ait toujours pas parvenue.


Le stade :

Le stade de Gerland
Le stade de Gerland

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s