Saint-Etienne – PSG 1-0, 13/01/01, Division 1 00-01

Nicolas Anelka balle au pied, sous le regard d'Edouard Cissé

Samedi 13.01.2001, Championnat de France, Division 1, 23e journée (12e place)
à Saint-Étienne, au Stade Geoffroy-Guichard :
A.S. SAINT-ÉTIENNE – PARIS ST-GERMAIN F.C.  1:0 (0:0)
– 29 019 spectateurs. But : C.Sanchez, 51′ sur penalty.
L’Équipe du PSG : Lionel Letizi – Jimmy Algérino, Éric Rabésandratana (Bernard Mendy, 77′), Sylvain Distin, Grégory Paisley (Igor Yanovski, 80′) – Pierre Ducrocq (Laurent Leroy, 55′), Frédéric Déhu, Peter Luccin, Édouard Cissé – Nicolas Anelka, Laurent Robert. Entraîneur : Luis Fernandez.
Avertissements à Jimmy Algérino et Bernard Mendy.


Maillot utilisé (à manches longues) :

Maillot domicile 2000-01 (collection http://maillotspsg.wordpress.com)
Maillot domicile 2000-01 (collection MaillotsPSG)

Billet :

(collection ArnASSE)
(collection ArnASSE)

Programme :

(collection La Mémoire du PSG)
(collection La Mémoire du PSG)

Photos du match :

Nicolas Anelka balle au pied, sous le regard d'Edouard Cissé
Nicolas Anelka balle au pied, sous le regard d’Edouard Cissé (O. Lejeune)
Le parcage (Seulement Paris)

Compte-rendu (psgmag) :

Grosse pression pour ce match de reprise entre deux équipes actuellement en plein doute : le PSG de Luis Fernandez reste sur une inquiétante défaite à Nancy en Coupe de la Ligue (1-3) et pointe à la onzième place du Championnat. Quant à l’ASSE, entraînée pour la première fois ce soir par le duo Rudy Garcia / Jean – Guy Wallemme, elle est affaiblie par l’affaire des faux – passeports qui alimente la chronique extrasportive de ces dernières semaines. A noter, côté mercato, les absences de Mickaël Madar pour Paris et d’Alex Di Rocco, ex – Sedannais, pour Saint – Étienne. Aucun des deux n’est qualifié pour cette première rencontre de l’année. A Saint – Étienne, où l’on ne fait jamais l’économie d’un hiver, la partie débute dans le froid et sous la neige. Chaud – bouillant, le Chaudron se met donc à frémir pour porter les Verts vers l’avant. Les joueurs du capitaine et co – entraîneur Wallemme sont les premiers à mettre le feu aux poudres, en imposant un pressing permanent au milieu du terrain. En face, l’équipe parisienne compte beaucoup sur la vitesse d’exécution de son duo d’attaque de classe internationale, Nicolas Anelka et Laurent Robert, pour perforer la défense stéphanoise.

PREMIÈRE PÉRIODE MORNE, PENALTY LITIGIEUX A LA REPRISE

L’importance de l’enjeu tétanise les deux équipes dans une partie tactique et bridée, voire verrouillée. Résultat : aucun tir cadré au cours de la première demi – heure de jeu. Pas de quoi réchauffer les deux gardiens, Jérémie Janot et Lionel Letizi. Sanchez a beau se démener sur le front de l’attaque forézienne, rien n’y fait. L’attaquant stéphanois est d’ailleurs à créditer de la seule action véritablement dangereuse de cette première période. Sa frappe aux six mètres est bien détournée par un Letizi vigilant (45ème). L’acte II reprenant sur les mêmes bases, les kops des deux équipes en profitent pour se bombarder à coups de fumigènes. C’est dire si la partie est passionnante ! Les joueurs réagissent, bien aidés par M. Duhamel, qui siffle un penalty sévère pour une faute peu évidente d’Éric Rabesandratana sur Tchiressoua Guel. Sanchez le transforme, en plaçant le ballon dans le petit filet de Letizi, pourtant parti du bon côté (1-0, 51ème).

PARIS PREND LE MATCH A SON COMPTE, MAIS L’ASSE TIENT

Le PSG se rue à l’attaque et Anelka, sur un bon service de Robert, a l’occasion de faire revenir le club de la Capitale à hauteur des Verts… Mais Wallemme détourne sur sa ligne la tête de l’attaquant parisien (53ème). Puis, c’est Peter Luccin qui voit sa frappe bien bloquée par Janot (56ème). Paris prend entièrement le match à son compte, tandis que les Stéphanois se recroquevillent et procèdent par contres ultra – rapides avec Sanchez comme appui, pivot et rampe de lancement. Les Verts peuvent aussi compter sur un gardien aussi brillant qu’efficace : sur un coup franc bien frappé par Robert et détourné par sa défense, Janot sauve les siens d’une manchette très ferme (74ème). Saint – Étienne tient et ne cède rien face aux derniers coups de boutoir des visiteurs. Les Parisiens s’en reviennent une nouvelle fois bredouilles. Ils devront impérativement l’emporter contre Thouars, samedi prochain !

Réactions :

Jean – Guy Wallemme : « Le PSG est dans une période difficile, mais c’est toujours l’un des favoris du championnat. Prendre trois points contre eux c’est intéressant pour notre tableau de marche. Notre objectif est de terminer la saison la tête haute pour ne rien regretter. »

Éric Rabesandratana : « Guel se jette dans mes jambes. En fait, il y a faute sur moi, et puis je n’ai pas compris, M. Duhamel a sifflé contre moi. Du coup, on perd sur cette décision et c’est d’autant plus rageant qu’on fait un match sérieux. On avait montré des bons enchaînements, qu’on n’avait pas vus depuis longtemps. »
Frédéric Déhu : « C’est frustrant car je pense qu’il y avait de l’amélioration dans notre jeu. On a dit que c’est par notre travail qu’on s’en sortirait et c’est le destin qui s’acharne contre nous. On avait pourtant réalisé une prestation à la hauteur de ce que l’on attendait. C’est un coup du sort illogique, dur à encaisser. Luis n’en a pas trop parlé dans le vestiaire, il a le même sentiment que nous. Nous sommes donc un peu mitigés par ce résultat. C’est dur de perdre avec ce penalty litigieux, surtout dans cette période. On a du mal à accepter. »

Luis Fernandez : « Il n’y a pas penalty, je suis allé le dire à M. Duhamel. C’est dommage parce que j’ai vu beaucoup de progression dans le jeu ce soir. Je suis déçu pour les garçons. Ils ont tout tenté et se sont crées plusieurs occasions. Même après le but encaissé, l’équipe est repartie avec de la qualité par moments, mais avec un manque de réussite. On y arrivera bien un jour. Il ne manque pourtant pas grand – chose… »

Laurent Robert : « Il n’y a pas penalty, pour moi. En plus, ce sont eux qui font une faute. On n’a vraiment pas besoin de ça en ce moment. »

Grégory Paisley : « C’est un sentiment d’amertume qui domine après un tel match. On était bien, mais le sort s’est acharné sur nous. Nous sommes dans une mauvaise passe et nous n’avions pas besoin de ça. C’est dommage, nous étions bien en place et après le penalty, nous avons eu une bonne réaction d’orgueil. Mais ne vous inquiétez pas, on va lever la tête et s’en sortir. »

Laurent Leroy : « On n’a pas été mal, globalement. On a peut – être un peu manqué de hargne par moment, et de précision surtout. Vraiment, on n’a pas de chance. Vu ce qu’on vit en ce moment, on n’avait pas besoin d’un penalty comme ça. On va continuer à travailler dur pour revenir dans le haut du tableau. Dans le vestiaire, l’ambiance est bonne, même si on a pris un coup, là. On encaisse un peu pour le moment. Je reste confiant : on va remonter. Une fois de plus, il y a eu du mieux dans le jeu, tourné vers l’avant. Luis nous apporte beaucoup dans ce sens. Maintenant, au travail, encore, en espérant que la malchance ne nous poursuive pas trop longtemps quand même ! »


Le stade :

Le stade Geoffroy-Guichard
Le stade Geoffroy-Guichard

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s