Montpellier – PSG 1-1, 28/09/02, Ligue 1 02-03

Frédéric dehu devance deux montpelliérains (Ch. Gavelle)

Samedi 28.09.2002, Championnat de France, Ligue 1, 9e journée (6e place)
à Montpellier, au Stade de la Mosson :
MONTPELLIER H.S.C. – PARIS ST-GERMAIN F.C.  1:1 (1:0)
– 18 456 spectateurs. Buts : Bamogo, 13′ ; Paulo César, 65′.
L’Équipe du PSG : Lionel Letizi – Cristóbal Parralo, Frédéric Déhu, Mauricio Pochettino, Gabriel Heinze – Paulo César, André Luiz – Fabrice Fiorèse (Bartholomew Ogbeche, 75′), Ronaldinho Gaùcho, Jérôme Leroy – Martin Cardetti (José Aloísio, 60′). Entraîneur : Luis Fernandez.
Avertissements à André Luiz, Gabriel Heinze et Jérôme Leroy.


Maillot utilisé :

Maillot extérieur 2002-03 (collection http://maillotspsg.wordpress.com)
Maillot extérieur 2002-03 (collection MaillotsPSG)

Billet :

(collection La Mémoire du PSG)
(collection La Mémoire du PSG)

Photos du match :

Cristobal (Ch. Gavelle)
Cristobal poursuivi par Mansaré (Ch. Gavelle)
Ronaldinho semble expliquer à l'arbitre ce qui c'est passé… (Ch. Gavelle)
Ronaldinho semble expliquer à ‘arbitre ce qui c’est passé… (Ch. Gavelle)
Paulo Cesar félicité par ses coéquipiers (Ch. Gavelle)
Paulo Cesar félicité par ses coéquipiers (Ch. Gavelle)
Ronaldinho balle au pied
Frédéric dehu devance deux montpelliérains (Ch. Gavelle)
Frédéric Dehu devance deux montpelliérains (Ch. Gavelle)
Le parcage parisien (Ch. Gavelle)
Le parcage parisien (Ch. Gavelle)

Vidéo :


Compte-rendu (psgmag) :

Un but de Bamogo en tout début de rencontre a fait craindre le pire pour Pochettino et les siens. Mais c’était sans compter sur le gentleman-buteur Paulo Cesar, qui d’un magistral coup-franc remît le PSG sur les bons rails. Les Parisiens étaient venus dans l’Hérault afin de décrocher une victoire, mais au vu de la rencontre, ce partage des points est plutôt équitable.
Toujours privé de Nyarko et Hugo Leal (blessés), Luis Fernandez pouvait en revanche compter sur Ogbeche. Et avec la série de matches qui s’annonce ce renfort offensif n’est certainement pas pour déplaire au coach du PSG. En début de rencontre Ogbeche prend donc place sur le banc et l’attaque Rouge et Bleu est confiée au duo Cardetti-Fiorèse. C’est pourtant Montpellier qui met la pression d’entrée sur des Parisien plutôt fébriles en ce début de rencontre, à l’image de ce ballon perdu par Cristobal et aussitôt exploité par Mansare (4e). Dans la foulée Mezague percute côté droit et centre pour ce même Mansare bien gêné par Pochettino (5e). Acculé dans sa moitié de terrain depuis dix minutes, le PSG n’allait pas tarder à céder.

Un une-deux entre Doumeng et Bamogo déstabilise l’arrière garde Rouge et Bleu et laisse le seul Letizi face au virevoltant Bamogo. L’attaquant montpelliérain ne se fait pas prier pour ouvrir le score en glissant le cuir sous le ventre du portier parisien (13e). Les coups comme les avertissements tombent sur cette rencontre. Quatre cartons jaunes (deux de chaque côté) en autant de minutes. Mansare n’hésite d’ailleurs pas à s’essuyer les crampons sur la cuisse de Heinze (23e). Mais il en faut plus pour effrayer l’Argentin. Après avoir digéré ce but et les cartons qui ont suivi, les Parisiens sont maintenant maîtres du ballon et arrivent tout doucement à se rapprocher du but gardé par Riou.

C’est tout d’abord Cristobal qui tente sa chance de loin, imité quelques minutes plus tard par Andre Luiz (35e). Paris a enfin trouvé le sens du but à la grande satisfaction de ses 600 supporters présents à la Mosson, qui agitent de plus belle leurs étendards. Le PSG pousse, monopolise même par moment le ballon, mais n’arrive pas à se rapprocher du but de Riou. Et comme les tentatives lointaines ne sont pas cadrées, le portier de la Paillade n’a pas encore pu tester l’adhérence de ses gants. Ce qui n’est pas le cas pour Letizi. Loin de là même. Mansare pensait bien d’ailleurs avoir gagné son duel face au gardien parisien, mais au moment où il reprend la frappe de Mezague, l’attaquant montpelliérain est hors-jeu. Il faut finalement attendre les dernières minutes de cette première période pour voir un Parisien pénétrer balle au pied dans la surface de Riou. Paulo Cesar manque cependant son contrôle et voit le gardien lui plonger dans les crampons (45e).

Dès la reprise, les Parisiens privent les locaux de ballon et un centre-tir de Fiorèse n’est pas loin de faire mouche (55e). Sous les yeux des quatre remplaçants du PSG qui s’échauffent à hauteur du poteau de corner, Riou est bien plus sollicité qu’en première période. Et l’entrée en jeu d’Aloisio (à la place de Cardetti, 59e) doit accentuer cette pression Rouge et Bleu. C’est fort logiquement que le PSG va alors égaliser. Andre Luis obtient un coup-franc à 30 bons mètres du but de Riou. Trois hommes se positionnent. Tous Brésiliens. Andre Luiz, Ronaldinho et Paulo Cesar. Et alors que le champion du Monde semble amorcer sa course, PC surprend tout le monde et adresse une merveille de frappe enroulée qui vient se loger dans la lucarne droite de Riou (66e). Splendide ! Le PSG peut maintenant se lancer à la conquête des trois points, son objectif initial. Les dernières minutes de ce match sont une succession d’occasions montpelliéraines puis parisiennes. Les deux formations essayant tour à tour d’inscrire le petit but qui ferait définitivement pencher la balance du bon côté. Mais finalement ni Aloisio pour le PSG, ni Mansare pour le Montpellier, ne parviendront à leur fin. Paris souhaitait récupérer les deux points perdus à domicile face à Bastia, mais comme la saison dernière Fernandez et Mezy se quittent sans avoir gagné, ni perdu.

Récations :

Luis Fernandez (entraîneur-manager du PSG) : « Je suis évidemment déçu de notre résultat nul. En seconde période, nous avions la possibilité d’inscrire un deuxième but, mais nous avons manqué de réalisme. Je retiendrais notre volonté de ne  » rien lâcher  » notamment lorsque nous étions menés au score. Une remise en question de l’ensemble du groupe s’impose ! Je déplore notre manque de dynamisme lors de l’entame de match. Nous allons nous reposer puis nous remettre au travail afin de préparer au mieux notre prochain déplacement en Hongrie pour la rencontre retour du premier tour de la coupe UEFA. »
Mauricio Pochettino (défenseur et Capitaine du PSG) : « Je retiendrais seulement notre deuxième période, nettement meilleure que les quarante cinq premières minutes ! Ce soir, nous savions que la tâche serait difficile. Les deux équipes ont eu chacune leur période. Auxerre possède une avance de six points mais il est trop tôt pour spéculer sur l’avenir. »

Paulo Cesar (milieu de terrain du PSG) : « Ce soir mon but n’est pas le plus important événement de la soirée. Nous avons manqué de réalisme, notamment en seconde période. »

Jérôme Leroy (milieu de terrain du PSG) : « Aujourd’hui, il faut être capable de jouer durant quatre vingt dix minutes. Ce soir nous avons bien terminé mais notre entame de match était insuffisante pour espérer un meilleur résultat. Le coach nous a  » bougé  » à la mi-temps et cela s’est vérifié en seconde période. Il faut absolument gagner notre prochaine rencontre de championnat avec la venue de Guingamp (dimanche 6 octobre au Parc des Princes à 20h45). »

Les notes du Parisien :

Letizi (5). Il avait eu la main ferme devant Mansaré (10e) mais la balle du but lui est passée entre les jambes. Une soirée calme par la suite.
Pochettino (5). Sur la droite de la défense, il a régulièrement été mis en difficulté par la vitesse des flèches montpelliéraines. Mal à l’aise dans ses dégagements, il a tardé à bloquer sa zone. Il a ensuite retrouvé ses marques.

Déhu (4). Elément central de la défense parisienne, il a pris l’eau de toutes parts en première période. La situation s’est apaisée par la suite lorsque Montpellier a reculé.

Heinze (6). Le PSG a failli le perdre pour une faute non sanctionnée (24e). Cela aurait été dommageable car il a réalisé un véritable travail de forçat sur la gauche.

Cristobal (5). Sur la droite du milieu de terrain, il devait porter la balle haut et alimenter Fiorèse ou Cardetti en ballons. Il a rapidement dû se recentrer sur des tâches défensives. Son expérience lui a permis de bien gérer quelques situations.

J. Leroy (5). La paire de récupérateurs qu’il formait avec Andre Luiz n’a pas récupéré grand-chose. Il s’est pourtant bien battu et son travail s’est parfois montré précieux au PSG. Davantage de précision dans ses passes aurait été utile.

Andre Luiz (5). Aux côtés de Leroy, il a souffert dans un rôle défensif qu’il n’affectionne guère. Concentré sur cette tâche, il n’a pas apporté autant qu’il l’espérait offensivement, excepté sur deux frappes lointaines.

Paulo Cesar (6,5). C’est l’homme des égalisations parisiennes. Son but sur coup franc récompense un match sérieux : beaucoup de ballons touchés et de bonnes intentions. Mais il a souvent été bien seul dans les phases de construction.

Fiorèse (4,5). Sur la droite de l’attaque parisienne, il a, comme d’habitude, beaucoup couru et touché trop peu de ballons. Ses affaires ne se sont pas arrangées même en montant d’un cran. Remplacé par Ogbeche (76e).

Ronaldinho (5). Dans l’apathie ambiante, il a mis longtemps à sortir du lot. Sa première période est l’une de ses plus mauvaises depuis longtemps. Très énervé devant le silence de l’arbitre sur des fautes adverses, il a perdu beaucoup de balles. Puis sa technique et sa motivation lui ont permis de replacer les siens dans le sens du jeu.

Cardetti (3,5). C’est quand il est sorti qu’on s’est aperçu qu’il avait débuté le match… Privé de ballon, il n’a pas eu une occasion. Remplacé par Aloisio (59e), lui aussi bien discret.


Le stade :

Le stade de la Mosson
Le stade de la Mosson

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s