Montpellier – PSG 0-3, 14/04/95, Division 1 94-95

Pascal Nouma, l'un des trois buteurs du soir...

Vendredi 14.04.1995, Championnat de France, Division 1, 33e journée (3e place)
à Montpellier, au Stade de la Mosson :
MONTPELLIER H.S.C. – PARIS ST-GERMAIN F.C.  0:3 (0:0)
– 13 614 spectateurs. Buts : Jean-Philippe Séchet, 48′, Pascal Nouma, 58′, Raï Oliveira, 76′.
L’Équipe du PSG : Bernard Lama – Francis Llacer, Oumar Dieng, Alain Roche, Antoine Kombouaré – José Cobos (Pierre Ducrocq, 73′), Daniel Bravo, Jean-Philippe Séchet, Bernard Allou – Pascal Nouma (Patrick Mboma, 69′), Raï Oliveira. Entraîneur : Luis Fernandez.
Avertissement à Raï Oliveira.
Expulsion : G.Martin, 34′.


Maillot utilisé, en version à manches longues :

Maillot extérieur 1994-95 (collection MaillotsPSG)
Maillot extérieur 1994-95 (collection MaillotsPSG)

Billet :

(collection La Mémoire du PSG)
(collection La Mémoire du PSG)

Photos du match :

José Cobos
José Cobos
Jean-Philippe Sechet
Jean-Philippe Sechet balle au pied
Oumar Dieng dans les airs
Pascal Nouma dans les airs
La joie des parisiens après l'un des trois buts
La joie de Raï, Nouma et Cobos…
Jean-Philippe Séchet
A nouveau Jean-Philippe Séchet
Raï balle au pied
Raï à la baguette
Pascal Nouma, l'un des trois buteurs du soir...
Pascal Nouma, l’un des trois buteurs du soir…

Compte-rendu (Paris Go) :

UN A POUR LES « B »

La polémique concernant la composition du PSG continuant à alimenter les conversations, les onze « B » ont affligé une sévère correction à l’équipe « A » de Montpellier. En quelque sorte car six titulaires héraultais étaient absents. Alors, soyons satisfaits du résultat prometteur de ces « jeunes espoirs » parisiens et souhaitons qu’ils montrent l’exemple à leurs « aînés » un certain 19 Avril à San Siro. Qui a le temps a la vie…

LE MATCH

« Gros Loulou » NICOLLIN n’était pas présent dans l’antre du MHSC et cela lui a finalement évité quelques suées supplémentaires tant son équipe fut laminée par les représentants de la capitale. Cela faisait pourtant belle lurette que Paris ne s’était pas montré à son avantage sur la pelouse de la Mosson et nombreux étaient ceux qui ne voyaient pas comment cela allait pouvoir changer. Pourquoi ? Et bien, vue la « prestation » des champions de France en titre lors de la dernière journée contre le 18ème du classement, défaite 2-3 à domicile, et vue la quasi-reconduction des onze joueurs pour ce déplacement, il y avait de quoi se faire du souci à l’entame de la première période.

Face à une formation montpelliéraine amputée de bon nombre de titulaires, le PSG ne va pourtant pas se lancer à l’abordage des buts de Philippe FUCKLINGER. Le ballon circule assez bien de part et d’autre, mais l’opposition se résume à une bataille au milieu de terrain et il faut attendre la 7ème minute de jeu pour voir un tir. Celui-ci est l’oeuvre de LEFEVRE mais ne trouve pas le cadre. Du côté des visiteurs, on ne s’affole pas, on essaie de passer par les ailes et à la 12ème minute, après un débordement côté droit de Bernard ALLOU, Pascal NOUMA, après avoir jonglé dans la surface, expédie une volée du gauche dans les bras du portier héraultais.

Plus le temps avance, plus la situation se décrispe. Ainsi, quatre minutes plus tard, c’est de nouveau LEFEVRE, bien servi côté gauche par BONISSEL, qui se voit offrir l’occasion d’ouvrir le score, sa frappe passant bien au-dessus du cadre… La réaction francilienne ne tarde pas puisque consécutivement à un corner tiré par Jean-Philippe SECHET, RAI, profitant d’une mauvaise sortie de FLUCKINGER, place sa tête et il faut un sauvetage sur la ligne de REUZEAU pour que la vingtaine de supporters du PSG ne se manifeste. Mais patience…

Le match se déroule donc sur un bon rythme et même si les occasions ne sont tout de même pas légion, elles ont le mérite de faire avancer le schmilblick ! Témoin, ce coup franc de Thierry LAUREY bien stoppé par Bernard LAMA à la 25ème minute et encore cette tête mal cadrée de NOUMA quelques secondes plus tard. A dix minutes de la pause, les Héraultais vont cependant être contraints de revoir leurs objectifs à la baisse. En effet, sur une percée plein chachamp de RAI, l’amateur Gérald MARTIN, alors positionné en dernier défenseur, retient l’attaquant sud-américain par le bras. L’arbitre donne un coup franc, situé à une trentaine de mètres, avant de brandir un carton rouge synonyme d’exclusion. Alain ROCHE se charge de le tirer mais le ballon passe bien au-dessus de la transversale. C’est tout pour ces 45 premières minutes et à onze contre dix, on se dit que les protégés de FERNANDEZ ont un joli coup à jouer en seconde période. Ce qu’ils ne vont pas mettre longtemps à démontrer…

Effectivement, sur la première incursion, il y a le feu dans la surface de FLUCKLINGER et après que le gardien ait repoussé une frappe de RAI, Pascal NOUMA glisse astucieusement en retrait pour Jean-Philippe SECHET qui ouvre le score d’un intérieur du droit. Pour les hommes de MEZY, c’est le début de la fin. Privés de ballon en attaque, pas assez combattifs au milieu et dépassés en défense, les finalistes de la Coupe de France 94 vont purement et simplement prendre l’eau. Illustration dix minutes plus tard où, après un débordement côté droit de Francis LLACER ponctué d’un centre au deuxième poteau, Pascal NOUMA dou-blait la mise d’une reprise de la tête.

Passée l’heure de jeu, l’entraîneur montpelliérain effectuait un premier changement en remplaçant Fabrice DIVERT (sorti sous les sifflets) par ROBERT mais la physionomie n’en fut en aucun cas bouleversée. Au contraire même puisque dans la foulée, Pascal NOUMA se présentait seul face au gardien pour le troisième but synonyme de correction, niais allez savoir comment, l’attaquant parisien loupait la cible. A la 73ème minute, les Héraultais repointèrent le bout de leur nez dans les seize mètres parisiens et manquaient d’un rien de réduire la marque, la tête de SANCHEZ étant détournée sur la ligne par Oumar DIENG. C’en est terminé des espoirs montpelliérains et ce d’autant plus qu’à treize minutes du coup de sifflet final, Jean-Philippe SECHET, décidem-ment en verve, débordait côté gauche et centrait pour RAI qui ne laissait aucune chance à FLUCKLINGER. A 3-0, la cause était entendue et LLACER suivi de ROCHE ne manquaient pas de saluer la poignée de fidèles.

Les notes :

LAMA : 13/20. Match tranquille pour Bernard qui n’aura été que sollicité sur quelques balles. Il n’a pas eu à forcer son talent face aux attaquants montpelliérains. Précieux dans les airs même s’il s’est « déchiré » en fin de match, ne devant son salut qu’à DIENG.
LLACER : 14/20. Bonne présence de Francis tout au long de la partie. Batailleur au milieu de terrain, et en défense, il a de surcroît offert le second but.
COBOS : 13/20. S’est bien occupé du couloir gauche et a bien épaulé son milieu tout en étant dans le sillage de NOUMA. Remplacé par Pierre DUCROCQ.
DIENG : 14/20. L’ancien Lillois s’est bien rattrapé de sa bourde contre Nice en ne laissant que très peu d’espaces aux locaux. Un sauvetage sur sa ligne.
ROCHE : 14/20. Le capitaine du PSG s’est montré une fois de plus intraitable à son poste et s’est permis quelques accélérations. Souverrain quoi !
KOMBOUARE : 13/20. Comme il l’a déclaré après-match, « On a lavé l’affront de Nice », Antoine n’y est pas étranger. Bonne couverture avec les deux autres défenseurs.
BRAVO : 13/20. Le « petit prince » s’est fait plaisir sur la pelouse de la Mosson où il a bien rempli son rôle au milieu de terrain. De bons jaillissements.
SECHET : 15/20. Osons ! Cette fois, Jean-Philippe a osé et cela a payé ! Auteur du premier but (son second de la saison), à l’origine du troisième, l’ancien Messin est dans une pente ascendante.
ALLOU : 13/20. S’il fut « absent » contre I’OGCN, le jeune stagiaire du PSG s’est bien rattrapé à Montpellier. Des bons débordements côté droit surtout en seconde période.
RAI : 13/20. Onzième réalisation du Brésilien cette saison qui aura bien pesé sur ses défenseurs. Un acte d’anti-jeu sur sa personne alors qu’il filait au but a contraint les locaux à jouer à dix.
NOUMA : 14/20. Deux matches, deux buts pour la « doublure » de WEAH. Une maladresse en seconde mi-temps l’a privé d’un doublé.


Stade :

Le stade de la Mosson
Le stade de la Mosson

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s