Arras – PSG 3-4, 06/01/13, Coupe de France 12-13

Photo Ch. Gavelle, psg.fr (image en taille et qualité d'origine: http://www.psg.fr/fr/Actus/105003/Galeries-Photos#!/fr/2012/2539/32627/match/Arras-Paris-3-4/Arras-Paris-3-4)

Dimanche 06.01.2013, Coupe de France, 1/32 de finale
à Calais, au Stade de l’Épopée :
ARRAS F.A. (CFA 2) – PARIS ST-GERMAIN F.C.  3:4 (1:3)
– 12 000 spectateurs environ. Buts : Ezequiel Lavezzi, 7′, Blaise Matuidi, 10′, Aït-Bouhou, 26′, Zoumana Camara, 39′ ; Desprès, 52′, Ezequiel Lavezzi, 68′, S.Bernard, 83′.
L’Équipe du PSG : Nicolas Douchez – Christophe Jallet, Zoumana Camara, Mamadou Sakho, Maxwell Scherrer (Adrien Rabiot, 72′) – Clément Chantôme, Marco Verratti, Blaise Matuidi (Mathieu Bodmer, 24′), Ezequiel Lavezzi (Hervin Ongenda, 82′) – Kévin Gameiro, Javier Pastore. Entraîneur : Carlo Ancelotti.


Maillot utilisé (avec les sponsors spécifiques de la Coupe de France) :

Maillot extérieur 2012-13 (collection MaillotsPSG)
Maillot extérieur 2012-13 (collection MaillotsPSG)

Photos :

Photo Ch. Gavelle, psg.fr (image en taille et qualité d'origine: http://www.psg.fr/fr/Actus/105003/Galeries-Photos#!/fr/2012/2539/32627/match/Arras-Paris-3-4/Arras-Paris-3-4)
Marco Verratti échappe à Forestier (Ch. Gavelle)
Photo Ch. Gavelle, psg.fr (image en taille et qualité d'origine: http://www.psg.fr/fr/Actus/105003/Galeries-Photos#!/fr/2012/2539/32627/match/Arras-Paris-3-4/Arras-Paris-3-4)
L’ouverture du score d’Ezquiel Lavezzi (Ch. Gavelle)
Photo Ch. Gavelle, psg.fr (image en taille et qualité d'origine: http://www.psg.fr/fr/Actus/105003/Galeries-Photos#!/fr/2012/2539/32627/match/Arras-Paris-3-4/Arras-Paris-3-4)
Kevin Gameiro à la lutte avec Forestier (Ch. Gavelle)
Photo Ch. Gavelle, psg.fr (image en taille et qualité d'origine: http://www.psg.fr/fr/Actus/105003/Galeries-Photos#!/fr/2012/2539/32627/match/Arras-Paris-3-4/Arras-Paris-3-4)
Nicolas Douchez aura été à l’ouvrage (Ch. Gavelle)
Photo Ch. Gavelle, psg.fr (image en taille et qualité d'origine: http://www.psg.fr/fr/Actus/105003/Galeries-Photos#!/fr/2012/2539/32627/match/Arras-Paris-3-4/Arras-Paris-3-4)
Le but de « Papus » Camara, qui donne deux buts d’avance aux siens (Ch. Gavelle)
Photo Ch. Gavelle, psg.fr (image en taille et qualité d'origine: http://www.psg.fr/fr/Actus/105003/Galeries-Photos#!/fr/2012/2539/32627/match/Arras-Paris-3-4/Arras-Paris-3-4)
La joie de Lavezzi et Gameiro, respectivement buteur et passeur décisif sur le 4ème but (Ch. Gavelle)

Vidéos (le premier but et le résumé) :


Compte-rendu (lequipe.fr) :

Paris peut souffler

Le Paris-SG s’est qualifié (4-3) dimanche soir pour les 16es de finale de la Coupe de France où il retrouvera Toulouse. Mais Arras, club de CFA 2, lui a mené la vie dure.

Ni la trêve hivernale ni l’absence de plusieurs joueurs cadres n’ont enrayé la dynamique parisienne. Sans Sirigu, Thiago Silva, Ibra ou encore sa dernière recrue Lucas, le Paris-SG s’est logiquement qualifié pour les 16es de de finale de la Coupe de France aux dépens d’Arras (4-3), dimanche soir. Mais s’ils n’ont jamais été en position d’être éliminés, les joueurs de Carlo Ancelotti n’ont pas autant maîtrisé leur sujet que pouvait le laissaient suggérer les quatre divisions qui séparent les deux équipes. A trois reprises, la formation de CFA 2 est revenue à une longueur du club de la capitale. C’est la première fois que Paris encaisse trois buts cette saison. Il a fallu une dernière intervention de Zoumana Camara (90e+4) pour ne pas étirer la soirée.

Avec deux buts inscrits par Lavezzi (6e) et Matuidi (10e) lors des 10 premières minutes, Paris semblait pourtant à l’abri d’un tel scénario. Il s’était montré aussi rapide que son site officiel qui, sitôt le tirage au sort des 16es de finales terminé, avait officialisé le choc contre Toulouse au prochain tour alors que le club de la capitale n’avait même pas encore joué les 32es… A l’image de leur webmaster, sans doute Sakho et ses équipiers se sont-ils crus arrivés trop vite. Sur un coup franc de Desprès mal dégagé par Pastore, Mustapha Aït-Bouhou a réveillé une première fois le stade de l’Epopée (26e). Et si Camara a permis au PSG de refaire le break juste avant la pause (40e), un contre mené par Bernard et conclu par Desprès a redonné espoirs aux amateurs dès la reprise (52e).

Avec quatre buts marqués, c’est paradoxale à écrire, mais il a manqué à Paris tout ce qui a fait la force des Arrageois : le réalisme. Alors que Gameiro, Pastore et consorts se sont procurés une bonne douzaine d’occasions franches, les joueurs de Reynald Dabrowski n’en ont eues que quatre. Mais ils marqué trois fois. Le dernier but ? Une frappe somptueuse de Sébastien Bernard dans la lucarne de Nicolas Douchez (83e). Problème : quinze minutes avant, Lavezzi avait profité d’un lob de Gameiro sur Crombez pour s’offrir un doublé et redonner au PSG ses deux buts d’écart. «Mettre trois buts au PSG, pour nous, c’était impensable, a commenté après le match Bernard au micro d’Eurosport. On peut sortir la tête haute». Et sous une haie d’honneur que leur ont réservé les Parisiens au coup de sifflet final.

Réactions:

Carlo Ancelotti (entraîneur du Paris SG) : «On prend trois buts ce soir, mais on gagne. Défensivement, on a été suffisants, pas concentrés. Je ne suis pas inquiet, on a gagné, on est toujours en Coupe de France et le prochain match sera différent. Je ne suis pas surpris par ce match, je connais la Coupe de France. Quand il y a moins de qualité, l’adversaire met le match sur l’intensité et l’agressivité. Arras a fait un grand match. A 2-0 après dix minutes, tu penses que le match sera facile. Et là, l’équipe n’a pas été concentrée sur le travail défensif. C’était un match bizarre. On vient de faire quatre matches sans prendre de but, parce que l’attitude de toute l’équipe était bonne. Ce soir, tous les joueurs voulaient attaquer, il n’y avait pas d’équilibre. Jallet et Pastore n’ont pas fait un bon travail défensif. Verratti a été trop lent. Il faut qu’il soit plus agressif, plus en place sur le terrain. Ce soir, ce ne sont pas les joueurs absents qui nous ont manqués.»

Reynald Dabroswski (entraîneur d’Arras) : «On a fait douter Paris. A 3-4, ils ont eu 5-6 minutes où ils ont joué plus bas. Au début, il y avait trop de stress, trop de pression chez certains joueurs. A 2-0 après dix minutes, c’était presque mission impossible. On peut avoir des regrets sur le résultat et l’élimination, mais pas sur la performance des joueurs. Le PSG nous a respectés. Quand on voit la qualité de Lavezzi, les appels de Gameiro… Quand Bodmer est rentré, il lui a fallu du temps pour rentrer dans son match, et c’est là qu’on marque le premier but. On est la première équipe à leur mettre trois buts ? Cela veut dire qu’on a de la qualité offensive, qu’on peut faire de belles choses. Je suis fier de mes joueurs, ce sont des pères de famille, pour la plupart, qui font quatre entraînements par semaine après le boulot. Maintenant, on sera les premiers supporters du PSG en Ligue des champions. C’était un honneur pour moi de rencontrer un entraîneur aussi capé que Carlo Ancelotti.»


Le stade :

Le stade de l'Epopée
Le stade de l’Epopée

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s