Thouars – PSG 0-2 ap, 20/01/01, Coupe de France 00-01

Mickaël Madar, qui aura marqué les deux buts parisiens (F. Prat)

Samedi 20.01.2001, Coupe de France, 1/32 de finale
à Poitiers, au Stade de la Pépinière :
C.S.C. THOUARS (National) – PARIS ST-GERMAIN F.C.  0:2  après prolongations (0:0, 0:0)
– 9 000 spectateurs environ. Buts : Mickaёl Madar, 106′, Mickaёl Madar, 117′.
L’Équipe du PSG : Dominique Casagrande – Aliou Cissé (Jimmy Algérino, 80′), Talal El-Karkouri, Frédéric Déhu, Grégory Paisley – Édouard Cissé, Peter Luccin, Augustine Okocha, Igor Yanovski (Pierre Ducrocq, 91′) – Mickaёl Madar, Laurent Leroy (Laurent Robert, 64′). Entraîneur : Luis Fernandez.
Avertissements à Aliou Cissé, Talal El-Karkouri et Igor Yanovski.


Maillot utilisé :

Maillot Adidas blanc et bleu
Maillot Adidas blanc et bleu

Programme :

(collection MK)
(collection MK)

 


Photos du match :

Augustine Okocha (F. Prat)
Augustine Okocha (F. Prat)
Mickaël Madar, qui aura marqué les deux buts parisiens (F. Prat)
Mickaël Madar, qui aura marqué les deux buts parisiens (F. Prat)
Laurent Leroy (F. Prat)
Laurent Leroy (F. Prat)
De nouveau Mickaël Madar (F. Prat)
De nouveau Mickaël Madar (F. Prat)

Compte-rendu (V. Brunel, PSGMAG.net) :

Au stade de la Pépinière de Buxerolles (dans la banlieue Nord de Poitiers), Thouars recevait le PSG pour la troisième fois en quatre saisons (lire l’historique et la présentation de Thouars dans l’avant – match). Le stade du grand Bournais ne faisant que 3 500 places, c’est donc près de Poitiers que se déplaçaient les deux équipes pour un 32ème de Finale de Coupe de France entre le dernier de National et le plus gros budget de France… Ce sont les Parisiens qui plantent les premières banderilles de la rencontre, grâce notamment à Okocha, dont le tir lointain n’inquiétait toutefois pas le portier thouarsais (10ème). Puis, Déhu, sur coup – franc, donnait quelques frissons à la formation des Deux – Sèvres (28ème). Cependant, les partenaires d’Astier réagissaient également sur un coup de pied arrêté, mais la tentative de Denuault ne faisait que frôler la lucarne du but de Casagrande, titularisé pour l’occasion (35ème).

BEAUCOUP D’OCCASIONS, PAS DE BUT | THOUARS 0-2 MADAR

De retour sur le terrain, les troupes de Luis Fernandez reprenaient leur domination. Et Madar démontrait que le jeu de tête était l’une de ses spécialités. Sans pour autant tromper la vigilance d’Astier (54ème). Ensuite, c’est Édouard Cissé qui tentait sa chance, mais le cadre se dérobait (59ème). Malgré un coup – franc de Robert (66ème) et une nouvelle tentative de Cissé (83ème) côté parisien, ainsi qu’un coup – franc d’Oyaga (89ème) pour Thouars, les deux équipes se dirigeaient vers les prolongations. C’est justement dans les 30 minutes supplémentaires que le PSG allait faire la différence. Sur un centre de la gauche de Laurent Robert, Madar, au second poteau, catapultait de la tête le ballon au fond des filets thouarsais (106ème). Puis, quelques minutes avant le coup de sifflet final, un nouveau centre venu de la droite arrivait à destination de Madar, en pleine surface. L’ancien Parisien reprend de volée du gauche et prend à contre – pied Astier, le gardien adverse (117ème).

Réactions:

Mickaël Madar : « C’est un retour assez réussi pour moi. Je pense tout de même que nous aurions dû plier ce match plus tôt, avant la prolongation, cela nous aurait évité de souffrir. Le principal, c’est que Paris se soit qualifié et se retrouve un peu, même si c’est contre Thouars. Mais il ne faut jamais mésestimer un adversaire présumé plus faible que vous. Lorsque vous restez sept mois sans jouer, revenir comme cela en marquant deux buts fait vraiment très chaud au cœur. D’ailleurs, un but m’aurait suffi ! Après mon premier but, je suis allé embrasser Luis Fernandez, car c’est Luis qui a pris un risque en me faisant revenir. Des gens au club m’avaient laissé sans contrat en fin de saison dernière. Maintenant, j’espère que j’ai rendu la monnaie de leur pièce aux dirigeants qui ont accepté que je revienne à Paris. Et puis, cette petite manifestation, c’est aussi une vieille tradition qui date de l’époque où nous étions à Cannes ensemble. On avait l’habitude après un but marqué de venir le voir, cela prouvait notre solidarité et l’esprit de famille qui régnait dans l’équipe et au club en général. Les choses évoluent vite, j’ai l’impression que l’envie revient et aussi le goût d’être ensemble. Maintenant, il nous faut passer un nouveau cran et rester dans cette dynamique. Cela dit, ne nous enflammons pas, il faut enchaîner en championnat et en Ligue des champions. En fait, il ne nous reste plus qu’une chose à faire : gagner des matches. »
Frédéric Déhu : « Il faut surtout retenir la qualification, le match a été aussi difficile qu’on s’y attendait. Le PSG se cherche toujours mais il est mieux de match en match. Ce soir, il y avait beaucoup de volonté de notre part mais il y a eu encore un petit problème de réussite et un très bon gardien en face. Il y a eu de bonnes phases de jeu, même si nous ne sommes toujours pas assez efficaces devant le but. Par notre volonté de ne pas renoncer et de rester concentrés, nous sommes allés chercher notre récompense. Encore une fois, Thouars nous a rendu la tâche très difficile. Nous n’avons pas vraiment douté, nous sommes restés concentrés du début jusqu’à la fin et il a fallu attendre, mais tous ces efforts ont payé. Cette victoire nous met sur la bonne voie, il faut maintenant continuer dans ce sens. »

Luis Fernandez : « Ce match a été vraiment difficile, je tiens à rendre hommage à Thouars , qui a fait un grand match. Il y a toujours des surprises en coupe de France. Je suis content parce que cette fois, la surprise n’est pas Paris. On a contrôlé mais on a souffert, c’est sûr. Notre volonté, notre détermination ont fini par faire la différence, malgré un gardien qui a voltigé, ce soir. Il a fait un grand match, nous empêchant d’ouvrir le score. Pour ce qui est des buts de Mickaël Madar, je suis content, c’est vrai. C’était important de lui tendre la main, à mon avis, par rapport à ce qu’il a fait ici ces dernières saisons. Ce soir, il a résisté à la douleur, il s’est battu. C’est un bon exemple pour le groupe. Au niveau du jeu, je vois le PSG depuis la reprise et je constate que nos adversaires nous posent de moins en moins de problèmes. On était bien en place, bien organisés, et on s’est créé quelques opportunités. Maintenant, on va continuer à travailler, en particulier s’efforcer d’ être plus pénétrants, dans la surface adverse. Il faut qu’on ait moins peur de rentrer dans la surface. »


Le stade :

Le stade de la Pépinière
Le stade de la Pépinière

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s