PSG – Tavria Simferopol 4-0, 21/07/01, Coupe Intertoto 01-02

Jay Jay Okocha devant Chomakhidze sous les yeux d'Ali Benarbia (JP. Arles)

Samedi 21.07.2001, Coupe Intertoto, 3e tour, match retour
à Toulouse, au Stadium municipal :
PARIS SAINT-GERMAIN F.C. – S.K. TAVRIA SIMFEROPOL (Ukr.)  4:0 (2:0)
– 2 037 spectateurs. Buts : José Aloísio, 10′, Augustine Okocha, 15′ ; Ali Benarbia, 60′, José Aloísio, 74′.
L’Équipe du PSG : Lionel Letizi – Bernard Mendy, Talal El-Karkouri (Lionel Potillon, 65′), Mauricio Pochettino, Sylvain Distin – Ali Benarbia (Gaёl Hiroux, 70′), Pierre Ducrocq, Édouard Cissé (Frédéric Déhu, 67′), Laurent Robert – José Aloísio, Augustine Okocha. Entraîneur : Luis Fernandez.


Maillot utilisé (en version Coupe d’Europe, sans logo sur la manche) :

Maillot extérieur 2001-02 (collection MaillotsPSG)
Maillot extérieur 2001-02 (collection MaillotsPSG)

Photos du match :

Ali Benabia fixe
Ali Benabia fixe
Laurent Robert lancé
Laurent Robert lancé
Belle attitude de Mauricio Pochettino
Belle attitude de Mauricio Pochettino
La joie parisienne arpès l'un des quatre buts
La joie parisienne arpès l’un des quatre buts
Augustine Okocha à la lutte...
Augustine Okocha à la lutte…
Edouard Cissé dépassé par un ukrainien
Edouard Cissé dépassé par un ukrainien
Okocha
Okocha
Jay Jay Okocha devant Chomakhidze sous les yeux d'Ali Benarbia (JP. Arles)
Jay Jay Okocha devant Chomakhidze sous les yeux d’Ali Benarbia (JP. Arles)

Compte-rendu (psgmag) :

En laissant notamment Déhu, Heinze, Cristobal et Potillon sur le banc, Luis a fait appel à une formation qui ressemble beaucoup à celle de la saison passée. Et c’est d’ailleurs, l’un des anciens cadres du PSG sous Bergeroo, qui est le plus remuant en ce début de match. Après avoir permis à Okocha de s’illustrer dès les premiers instants de la rencontre, Benarbia fait valoir ses qualités de passeur et de dribbleur. L’international algérien met le feu dans un milieu de terrain figé. Il ne semble pas que ces Ukrainiens soit venus avec l’intention de créer une surprise dans ce troisième tour de coupe Intertoto. A l’inverse, les Parisiens ont eux, la ferme obligation de se mettre très vite à l’abri. Et le souhait de Luis va être exaucé après cinq petites minutes de jeu. A l’origine de cette action, un long ballon en profondeur de Pochettino pour Aloisio dos au but. Le Brésilien, dans son rôle favori, se débarrasse de son ange – gardien Poliakov, et sert Okocha face à lui. Jay – Jay feinte une première frappe, avant de battre tranquillement Velychko au point de penalty (1-0, 4ème).
PARIS SE MET RAPIDEMENT A L’ABRI

Paris tient une fin d’après – midi tranquille. Aloisio met quelques crochets plus tard, son pied gauche en action, et oblige le même Velychko à aller chercher une nouvelle fois le ballon au fond de ses filets (2-0, 12ème). Benarbia qui est allé jouer du côté de Robert, centre au premier poteau pour Aloisio. L’ancien stéphanois tente une belle tête plongeante mais le gardien ukrainien repousse en corner. Dans la continuité de l’action, Laurent Robert trouve la tête de Pochettino qui finit sur la transversale. Paris joue un football léché et sans fioritures. Certes, il ne fait pas encore se lever les foules – dans un stade quasiment vide, ce n’est pas simple – mais il donne à espérer de jolis moments de football. L’incurie et la gabegie ont semble – t – il été chassé de son vocabulaire. Loin de nous tout de même l’idée de voir dans ce PSG le successeur de Nantes, mais il y a des signes qui ne trompent pas. Les hommes de Luis Fernandez se battent sur tous les ballons, y compris les plus faciles. On notera par exemple, que les attaquants ne rechignent jamais à assurer un premier rideau défensif.

BENARBIA PUIS ALOISIO AGGRAVENT LE SCORE

Dans ces conditions, et comme les Ukrainiens ne consentent pas à donner la répartie que l’on attendait d’eux, Paris va définitivement solder son compte en seconde période. Sur un mauvais dégagement de Mytrofanov, le ballon rebondit allègrement jusqu’à l’entrée de la surface. Ali Benarbia est à l’affût. Il arme tranquillement son tir, et glisse le ballon dans le petit filet opposé de Velychko, masqué par ses défenseurs (3-0, 63ème). La messe est dite, dans une rencontre sans entrain, où seul Paris a tenté de donner du volume et de l’intensité au jeu. Une – deux entre Okocha et Pochettino, qui offre sur un plateau (malgré une petite erreur du gardien ukrainien) le dernier but de la rencontre à Aloisio (4-0, 72ème). Ce sont les meilleurs hommes du match qui mettent un point final à la victoire parisienne. Paris s’est offert sa dernière ballade toulousaine en même temps qu’une place en demi – finale. Dans la sérénité et la tranquillité. On n’en demandait pas plus.

Réactions :

Luis Fernandez : « On a fait ce que l’on avait à faire. Ce n’est pas évident d’aborder un match retour après s’être imposer 1-0 à l’aller. On a rendu ce match facile en restant sérieux, en respectant notre adversaire. Ces matches d’Intertoto sont matches pièges. Même à 2-0, il ne fallait pas calculer mais continuer à imposer notre rythme. On a été efficace, on a privé notre adversaire de ballon, il aurait même pu y avoir beaucoup plus de buts. On est maintenant à une semaine du début du championnat. On peut s’appuyer sur une très bonne défense et c’est le plus important. »
Valery Petrov (entraîneur du Tavriya Simferopol) : « Félicitations aux Parisiens qui ont réussi à inscrire du jeu et à marquer quatre buts. Pour nous, c’était une grande expérience que de jouer contre le PSG, l’occasion de se frotter à un grand d’Europe. »


Le stade :

Le Stadium municipal de Toulouse
Le Stadium municipal de Toulouse

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s