Lille – PSG 1-0, 09/08/03, Ligue 1 03-04

Pedro Pauleta balle au pied

Samedi 09.08.2003, Championnat de France, Ligue 1, 2e journée (14e place)
à Lille, au Stade Grimonprez-Jooris :
L.O.S.C. LILLE MÉTROPOLE – PARIS ST-GERMAIN F.C.  1:0 (1:0)
– 17 320 spectateurs. But : H.Tapia, 45′.
L’Équipe du PSG : Jérôme Alonzo – Bernard Mendy (Reinaldo da Cruz, 73′), Talal El-Karkouri (Paulo César, 60′), Gabriel Heinze, Lionel Potillon – Éric Cubilier, Frédéric Déhu (José-Karl Pierre-Fanfan, 70′), Modeste M’Bami – Fabrice Fiorèse, Bartholomew Ogbeche, Pedro Pauleta. Entraîneur : Vahid Halilhodžić.
Avertissements à Éric Cubilier et Gabriel Heinze.


Maillot utilisé :

Troisième maillot 2003-04 (collection MaillotsPSG)
Troisième maillot 2003-04 (collection MaillotsPSG)

Billet :

(collection La Mémoire du PSG)
(collection La Mémoire du PSG)

Photos du match :

Fabrice Fiorese (Ch. Gavelle)
Fabrice Fiorese (Ch. Gavelle)
Modeste M'Bami (Ch. Gavelle)
Modeste M’Bami (Ch. Gavelle)
Le nouvel attaquant du PSG, un certain Pauleta...
Le nouvel attaquant du PSG, un certain Pauleta…
Frédéric Dehu (Ch. Gavelle)
Frédéric Dehu (Ch. Gavelle)
Pedro Pauleta sous ses nouvelles couleurs (Ch. Gavelle)
Pedro Pauleta sous ses nouvelles couleurs (Ch. Gavelle)
Pedro Pauleta balle au pied
Pedro Pauleta balle au pied
Le parcage parisien (Ch. Gavelle)
Le parcage parisien (Ch. Gavelle)

Compte-rendu (psg.fr) :

Paris en chantier l’été

Le travail est là, sous nos yeux. A Lille, dans l’enfer du Nord, la bande à Halilhodzic a souffert. De la chaleur certes, mais la donnée était commune. Plus encore d’un manque criant d’automatismes et de compréhension. Car si à Paris chacun doit apprendre à jouer avec l’autre, il faudra aussi plus se parler. Et faute de se dire les choses, Paris a montré l’étendue du chantier.

Finalement, qu’a-t-on appris à Lille ? Que Paris s’est créé de nombreuses occasions, et qu’il va falloir encore un peu de temps avant de voir Pauleta briller sous son nouveau maillot. Enfin, qu’il faudra se parler un peu plus sur le terrain, si l’on veut s’éviter les trop nombreuses mésententes dont nous avons été témoin.

Et si tout cela n’était pas écrit d’avance, pour autant Vahid a eu le nez creux.  » Lille est favori  » clamait-il jeudi matin à l’issue de son point presse. Son instinct ne l’a donc pas trahi. Reste qu’il n’est déjà plus question de sentir les choses, mais bien de tout faire pour que ses estimations soient déjouées. Entre nouveaux (Pauleta, Cubilier et M’Bami débutent) et anciens, il faut donc bien plus que de simples discours pour que la machine se mette en route.

Et paradoxalement, c’est Gabriel Heinze qui semble le moins à l’aise en ce début de rencontre. S’il doit d’abord se débrouiller seul avec une relance hasardeuse d’El-Karkouri (8e), il est beaucoup plus en faute sur un dépassement de Sterjovski que Brunel est à deux doigts de conclure de la meilleure des façons (12e).

Pauleta en meneur d’hommes

Durant la première demi-heure, la charnière centrale parisienne (El-Karkouri-Heinze) n’est pas à la noce. Trois minutes après cette embardée de Sterjovski, l’international australien remet le couvert. La première fois, il est contré. La deuxième tentative, c’est Alonzo qui vient lui chiper la gonfle dans les pieds (16e).
Les hommes de Puel ont choisi de mettre très vite la pression sur les buts d’Alonzo, à tel point qu’Heinze est même à deux doigts de tromper son gardien sur une tête qui se voulait une passe (18e)…

Paris a la tête dans le sac, et sous cette chaleur, la durée de vie est limitée. Il lui faut donc réagir, et vite. Et c’est Pauleta qui vient secouer tout son monde. Il demande à M’Bami de couvrir le premier poteau sur un corner, à Ogbeche de jouer plus vite, et à celui qui voudra bien l’entendre :  » d’y aller !  »
Bref, c’est un meneur qui parle. Et il marie ses paroles à des actes. Sur une relance de Déhu, il tacle pour récupérer le ballon, ce qui lui permet de lancer Ogbeche seul vers le but de Wimbée. Et si le tir de Ogbeche tutoie le bleu du ciel (20e), il a au moins permis de voir combien Pauleta a faim pour ses retrouvailles avec la Ligue 1.
Tapia que Puel avait dans un premier temps mis sur la touche est finalement du départ. Manchev en a pâtit, et le Chilien ne tarde pas à s’illustrer sur un bon coup de tête qui file à droite des buts d’Alonzo (22e).

Comme on est encore loin du compte, Halilhodzic procède à quelques réglages. Fiorèse passe à gauche, et Ogbeche occupe l’axe avec Pauleta. Des changements qui ont pour volonté de permettre à Fiorèse d’en  » garder sous la semelle  » car dans son nouveau costume de meneur de jeu, on sent bien qu’il se cherche (36e). Et deux minutes plus tard, le même Fiorèse fait parler de lui. A l’aboutissement d’un travail amorcé par Déhu et relayé par Mendy, le Savoyard obtient un corner (38e) qui permettra de suivre le premier tir cadré de Pauleta (39e). En cette fin de première période, Paris a repris le dessus. Comme toujours, le corner est tiré au premier poteau, cette fois c’est Ogbeche qui s’emmêle les pinceaux et Pauleta qui est contré. M’Bami a suivi, mais ça file à droite du cadre de Wimbée (44e).

Paris encore un peu juste

Et c’est au moment où la bande à Halilhodzic semble avoir relevé la tête, qu’elle va prendre son premier coup de bambou. Sur une relance hasardeuse de la tête d’El-Karkouri, Makoun hérite du ballon. Si son premier tir est contré, le second est dévié par un parisien. Et Tapia est tout heureux de récupérer l’offrande et d’ouvrir le score juste avant la pause (47e).

Paris, qui est encore loin de soutenir ce qu’il a promis, s’en remet au courage et à la combativité. Un peu léger lorsque l’on a face à soi un expert ès qualité. Lille qui a marqué au meilleur moment du match laisse Paris venir durant ce premier quart d’heure. Quinze minutes de jeu où seule une partie à trois entre Pauleta, Fiorèse et Ogbeche s’achève dans les bras de Wimbée (57e).
En replaçant Fiorèse sur les côtés, Paris s’est donné de l’air mais il y a perdu son point d’ancrage, si bien que M’Bami et Déhu sont contraints de jouer un peu plus haut. Sur un bon jaillissement de M’Bami justement, Fiorèse se retrouve seul face à Wimbée, mais son tir s’éparpille dans les gradins de Grimonprez-Jooris (72e).

Finalement, c’est Lille qui aura les occasions les plus franches en fin de rencontre. Brunel (tir, 80e) mais surtout Cheyrou vont mettre Alonzo, enfin surtout ses poings, à contribution (85e). Il y aura bien ce tir à ras de terre de Ogbeche pour rallumer la flamme (90e), ou encore le premier coup-franc de Pauleta – boxé des deux poings par Wimbée – pour agiter les statistiques, mais rien n’y fera. Paris a toujours trouvé en Grimonprez-Jooris un gazon maudit. Sous le soleil de Satan, il n’a pas réécrit l’histoire.

Réactions :

Vahid Halilhodzic (Manager sportif du PSG)
 » C’est une déception, même si nous savions que ça serait difficile. J’ai tout de même vu un léger progrès car nous nous sommes créé plus d’occasions que la semaine dernière. Mais à l’extérieur, il faut marquer. Nos problèmes vont exister encore un moment, mais avec un peu de réussite, nous aurions pu faire match nul. Il faut que nous gardions le moral.  »

Claude Puel (Entraîneur du LOSC)
 » Nous sommes contents car nous avions deux gros matches à bien négocier. Mais ce n’est pas une finalité, il va falloir maintenant être capable d’enchaîner. Nous avons une équipe jeune qui a du potentiel et de la qualité, ces points sont donc là pour nous rassurer. Nous n’avons pas été très actifs sur le marché des transferts, et comme cette saison l’équipe se connaît mieux, il s’agira de confirmer. Le mot d’ordre est de continuer sur cette voie là.  »

Eric Cubilier (Défenseur du PSG)
 » En deuxième période, nous avons eu quelques occasions, mais nous savions que s’ils marquaient les premiers, ça serait difficile. C’est clair qu’il y a un gros chantier, il va falloir que nous apprenions à jouer ensemble. Personnellement, j’ai besoin de repères. Avec Bernard (Mendy) sur le côté, nous n’avions pas beaucoup joué ensemble, il nous faudra encore des matches pour que ça aille mieux. Mais c’est vrai que ce qui compte c’est toujours le résultat, et à ce compte là, cette défaite est embêtante.  »

Fabrice Fiorèse (Milieu-attaquant du PSG)
 » Je suis bien évidemment déçu, d’autant que nous avons eu quelques occasions de pouvoir marquer. Les combinaisons entre les lignes n’ont pas été notre fort, mais ça va venir. En première période, j’ai évolué dans une position plus centrale, et j’ai donné mon maximum. Malheureusement, ça n’a pas porté ses fruits. Ce but en fin de première période nous a fait mal. Il va nous falloir du temps, mais la route est longue. Je pense qu’il nous faut une victoire le plus vite possible pour reprendre confiance.  »

Hector Tapia (Attaquant du LOSC)
 » C’est bien de gagner contre une grosse équipe, mais il nous faut déjà penser au prochain match. Reste que pour la confiance c’est important. Maintenant, il va falloir que l’on aille gagner à l’extérieur, mais le plus important sera d’essayer de jouer de la même façon que lors de nos deux premières sorties. Sur mon but, Makoun me donne la balle, elle passe entre les jambes de Heinze, et je marque. Après Lyon, je me sentais bien, le coach a choisi de me faire jouer d’entrée de jeu, je suis content de lui prouver que je suis toujours prêt lorsqu’il fait appel à moi. »


Le stade :

Le stade Grimonprez-Jooris
Le stade Grimonprez-Jooris

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s