PSG – Nice 2-1, 21/09/11, Ligue 1 11-12

Photo Ch. Gavelle, psg.fr (image en taille et qualité d'origine: http://www.psg.fr/fr/Actus/105003/Galeries-Photos#!/fr/2011/2206/27369/match/PSG-Nice/PSG-Nice-2-1)

Mercredi 21.09.2011, Championnat de France, Ligue 1, 7e journée (4e place)
à Paris, au Parc des Princes :
PARIS ST-GERMAIN F.C. – O.G.C. NICE  2:1 (1:0)
– 39 065 spectateurs. Buts : Nenê Carvalho, 36′ sur penalty ; Monzon, 61′ sur penalty, Kévin Gameiro, 71′ sur penalty.
L’Équipe du PSG : Salvatore Sírigu – Christophe Jallet, Sylvain Armand, Zoumana Camara, Marcos Ceará – Mathieu Bodmer, Blaise Matuidi – Jérémy Ménez, Javier Pastore (Mevlüt Erding, 89′), Nenê Carvalho (Clément Chantôme, 84′) – Kévin Gameiro (Siaka Tiéné, 80′). Entraîneur : Antoine Kombouaré.
Avertissements à Sylvain Armand, Christophe Jallet, Blaise Matuidi et Jérémy Ménez.
Expulsions : Christophe Jallet, 78′, Monzon, 86′.


Maillot utilisé :

Maillot domicile 2001-12 (collection MaillotsPSG)
Maillot domicile 2001-12 (collection MaillotsPSG)

Photos du match :

Photo Ch. Gavelle, psg.fr (image en taille et qualité d'origine: http://www.psg.fr/fr/Actus/105003/Galeries-Photos#!/fr/2011/2206/27369/match/PSG-Nice/PSG-Nice-2-1)
Blaise Matuidi face à l’ancien parisien Digard (Ch. Gavelle)
Photo Ch. Gavelle, psg.fr (image en taille et qualité d'origine: http://www.psg.fr/fr/Actus/105003/Galeries-Photos#!/fr/2011/2206/27369/match/PSG-Nice/PSG-Nice-2-1)
Jérémy Ménez distance Sablé (Ch. Gavelle)
Photo Ch. Gavelle, psg.fr (image en taille et qualité d'origine: http://www.psg.fr/fr/Actus/105003/Galeries-Photos#!/fr/2011/2206/27369/match/PSG-Nice/PSG-Nice-2-1)
L’ouverture du score de Nenê sur penalty (Ch. Gavelle)
Photo Ch. Gavelle, psg.fr (image en taille et qualité d'origine: http://www.psg.fr/fr/Actus/105003/Galeries-Photos#!/fr/2011/2206/27369/match/PSG-Nice/PSG-Nice-2-1)
Kevin Gameiro prend Ospina à contre-pied sur le second penalty parisien, le troisième de la soirée (Ch. Gavelle)
Photo Ch. Gavelle, psg.fr (image en taille et qualité d'origine: http://www.psg.fr/fr/Actus/105003/Galeries-Photos#!/fr/2011/2206/27369/match/PSG-Nice/PSG-Nice-2-1)
La joie de Marcos Ceara, Nenê et Kevin Gameiro (Ch. Gavelle)

Compte-rendu (lequipe.fr)

Paris sans s’arrêter

Le PSG a signé mercredi sa 5e victoire d’affilée à domicile, face à Nice (2-1), sur deux penalties de Nene et Gameiro.

En ce premier jour de l’automne, le PSG s’est défait d’une habitude qui, décidément, n’était plus de saison. Une habitude de dernier de la classe dans laquelle ce prétendant au titre (désormais 4e à égalité de points avec Lyon, Lorient et Rennes) aurait pu se sentir à l’étroit : celle de regagner le vestiaire sans avoir jamais mené au score. La malédiction de la première période est donc tombée, mercredi, face à Nice (2-1). Emmené par un quatuor offensif de plus en plus rôdé, Paris a certes eu besoin de deux penalties pour signer sa cinquième victoire d’affilée à domicile, toutes compétitions confondues. Mais, dans le jeu proposé ou dans sa faculté à relever la tête dans ses temps morts, le onze parisien a étalé une fois encore toutes les belles promesses qu’on est en droit d’attendre de la part d’un tel effectif.

La promesse du jeu, tout d’abord. Car le quatuor offensif du PSG se bonifie au fil des matches et prend de plus en plus des allures de carré magique, en première période tout du moins. Ménez, Nene, Pastore et Gameiro se cherchent et maintenant se trouvent, comme sur cette action qui amena le premier penalty (36e). Penalty que voulait tirer l’ancien Lorientais, mais que le Brésilien, victime de la faute de Diakité dans la surface, se chargea de transformer avec autorité. Quarante-cinq minutes durant, Paris, à l’aise face à de très timides Aiglons, a fait son beurre devant, à l’image de ces occasions de Pastore (15e, 21e) qui trouva la belle détente d’Ospina sur sa route ; de ces combinaisons Nene-Gameiro (44e) ou ces jeux à une touche de balle entre l’Argentin et ses coéquipiers (45e+2). Des occasions manquées que le club de la capitale aurait, évidemment, pu lourdement regretter.

Jallet à la faute

Coupable de ne pas se réveiller sur ces premiers matches, le PSG, mercredi, a en effet failli ensuite trop s’endormir. De retour dans son couloir droit, aux côtés d’une charnière centrale Armand – Camara très ancien temps, Christophe Jallet a mis son camp dans l’embarras en concédant un penalty (61e), transformé sans tracas par le jeune et intenable Monzon, puis en laissant les siens à dix après un tacle trop appuyé sur Fabrice Abriel (78e). Un double coup dur dont Paris a su se relever, avec solidarité, et en repartant de l’avant via Pastore, qui obtenait le troisième penalty de la soirée, transformé cette fois par Gameiro (71e). Lequel tombait dans les bras de Nene, qui lui avait amené le ballon. Au cours d’un dernier quart d’heure comme le Parc les aime, bouillant, face à des Niçois qui tentaient le tout pour le tout, Sirigu a tenu la baraque (83e, face à Monzon) et le onze parisien a colmaté les brèches. Sans flancher. Le genre de match qui vous forge un groupe. A trois jours d’un déplacement à Montpellier, écrasant leader, c’est évidemment bon à prendre.

Réactions :

«On gagne, les soucis après !»

A l’issue de la victoire contre Nice (2-1), le camp parisien, à l’unisson, a mis l’accent sur le poids de l’esprit collectif du groupe. Mais l’épisode des penalties a tout de même montré quelques couacs.

C’était le mot de la fin, le mot de la soirée, après cette victoire difficile contre Nice (2-1) : l’esprit collectif. La clé de ce succès parisien, et la promesse de mieux dans l’avenir, fallait-il comprendre en zone mixte : «C’est une très belle victoire, dans la difficulté, car on a vu des garçons concernés, accrocheurs, qui se bagarrent car ils ne veulent pas voir revenir l’adversaire, expliquait Antoine Kombouaré après coup. En première période, on a tordu le cou à tous ceux qui ont dit qu’on ne pouvait pas jouer ensemble. C’est la plus belle première période que j’ai vue de mon équipe.» Et en seconde, Paris a flanché, concédant un penalty, reculant à qui mieux mieux, mais Paris n’a pas craqué. Merci, encore, le collectif : «Dans un match, il y a toujours des moments difficiles, on a su se serrer les coudes», se félicitait Blaise Matuidi. Jérémy Ménez, lui, rassurait tout le monde : «On a toujours eu l’esprit collectif, il faut le garder, progresser encore.» Et savoir mieux le gérer parfois, comme le reconnaissait Christophe Jallet : «Dans certaines situations, on a fait preuve de trop d’altruisme, on veut trop décaler le partenaire au lieu de tirer… Ceci dit, cela dénote un bel état d’esprit.»

L’esprit collectif, toutefois, a connu un léger couac lorsque Paris s’est vu confronté aux penalties à deux reprises. En première période, Gameiro veut le tirer, mais c’est Nene qui s’en charge. En seconde, le Brésilien, au bout de quelques minutes de flottement, va donner le ballon à l’ex-Lorientais pour qu’il transforme le deuxième. Un incident que Nene, rasant les murs de la zone mixte, ne commentera pas, et qu’évoquera Kevin Gameiro du bout des lèvres : «Il n’y a rien… Je voulais tirer, il l’a tiré, il a marqué, tant mieux pour nous. Après sur le second, il me donne le ballon… Le plus important, c’est d’avoir gagné ce match. Tout le monde s’est arraché et c’est le principal.»

Antoine Kombouaré, lui aussi, refusait que l’on en fasse une montagne : «Ce n’est pas important, ça ! (Agacé). Je les laisse, ce sont des grands garçons, ils savent… Cela prouve qu’ils ont envie de jouer ensemble. Nene est tireur n°1. Il n’y a qu’au PSG que les mecs s’engueulent ? Le principal, c’est que derrière, ils soient heureux. Je serais plus inquiet s’ils se faisaient la gueule. Ils s’engueulent, ils sont concernés et après, ils se prennent dans les bras. Le meilleur geste, c’est le 2e penalty. On gagne, et on règle les soucis après. Je n’aime pas les mort-vivants. Ce sont ces mecs-là qui font gagner les matches, ceux qui ont du caractère !» Il en faudra une bonne dose, ce week-end, face à Montpellier, une équipe qui ne manque pas non plus de … tempérament.


Le stade :

Le Parc des Princes
Le Parc des Princes

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s