PSG – Bordeaux 3-1 ap, 13/02/05, Coupe de France 04-05

Edouard Cissé échape à Mavuba

Dimanche 13.02.2005, Coupe de France, 16e de finale
à Paris, au Parc des Princes :
PARIS ST-GERMAIN F.C. – F.C. GIRONDINS DE BORDEAUX  3:1  après prolongations (0:1, 1:1)
– 38 000 spectateurs environ. Buts : Chamakh, 42′ ; Mario Yepes, 87′ ; Pedro Pauleta, 96′, Pedro Pauleta, 117′.
L’Équipe du PSG : Jérôme Alonzo – Bernard Mendy, José-Karl Pierre-Fanfan, Mario Yepes, Sylvain Armand – Fabrice Pancrate, Lorik Cana (Charles-Édouard Coridon, 80′), Édouard Cissé, Sergueï Sémak (Selim Benachour, 56′) – Reinaldo da Cruz, Pedro Pauleta (Hélder Cristóvão, 117′). Entraîneur : Laurent Fournier.
Avertissements à Bernard Mendy et Reinaldo da Cruz.
Expulsion : Chamakh, 43′.


Maillot utilisé (en version à manches longues, avec les sponsors 04-05) :

Maillot domicile Coupe de France 2005-06 (collection MaillotsPSG)
Maillot domicile Coupe de France 2005-06 (collection MaillotsPSG)

Billet  :

(collection La Mémoire du PSG)
(collection La Mémoire du PSG)

Photos :

Pedro Pauleta butte sur le portier girondin. Mais il le vaincra par deux fois en prolongation
Pedro Pauleta butte sur le portier girondin. Mais il le vaincra par deux fois en prolongation (Ch. Gavelle)
Sylvain Armand au milieu des bordelais
Sylvain Armand au milieu des bordelais (Ch. Gavelle)
Charles-Edouard Coridon (S. Reix)
Charles-Edouard Coridon (S. Reix)
Edouard Cissé échape à Mavuba
Edouard Cissé échape à Mavuba (Ch. Gavelle)
Le Virage Auteuil en lutte contre la repression
Le Virage Auteuil en lutte contre la repression

Vidéo :


Compte-rendu (psg.fr) :

Paris s’est retrouvé !

Le fameux électrochoc a donc bien eu lieu. Et de quelle manière ! Après quarante-cinq premières minutes hésitantes, les hommes de Laurent Fournier se sont totalement libérés. Super Mario, puis Pauleta à deux reprises, ont ainsi répondu à Chamakh, buteur malheureux. Paris respire enfin.

Après une première période qui laissait présager du pire, le PSG a parfaitement réagi en seconde. Accrocheurs, déterminés, les Parisiens ont répondu aux attentes de leur nouvel entraîneur et du public. Un succès prometteur, même si les portes de L’Abbé Deschamps (Auxerre-PSG en 8e) ne se sont ouvertes pour Paris que lors des prolongations.

Laurent Fournier l’avait annoncé, « il n’y aura pas de bouleversement ». Sur les dix joueurs de champ alignés ce soir par le nouvel entraîneur du PSG, neuf étaient ainsi déjà titulaires face à Lens. Cissé remis de sa blessure réintègre le rectangle vert et, turnover oblige, Alonzo prend place dans le but. Le changement dans la continuité donc.

Rien de nouveau non plus au niveau de l’ambiance, ni de l’arbitrage d’ailleurs, avec un homme en noir – en jaune pour l’occasion – toujours aussi peu enclin à siffler en faveur des Rouge et Bleu. Le décor est planté et alors qu’un quart d’heure de jeu s’est déjà écoulé aucune action nette n’est à mettre au compteur de l’une des deux formations.

Paris combine pourtant bien, notamment dans le couloir gauche entre Semak et Reinaldo. Mais alors qu’un mélange de pluie et de neige tombe sur la capitale, Meriem s’infiltre entre Yepes et Pierre-Fanfan avant d’être pris en sandwich par Alonzo et le capitaine parisien, bien revenu (23e). Cantonnés jusqu’alors à effectuer un pressing défensif, les attaquants Rouge et Bleu vont enfin avoir l’occasion de se montrer.

Pauleta tente en effet une audacieuse bicyclette sur un service de Semak (25e). Un geste difficile, apprécié par le Parc. Les Bordelais restent cependant les plus dangereux et après avoir trouvé une première fois le poteau d’Alonzo (33e), Francia sert Chamakh (Laslandes, 31e) qui ajuste Alonzo de la tête (0-1, 41e). Déjà averti quatre minutes plus tôt, le buteur bordelais écope d’un second avertissement synonyme de rouge pour avoir enlevé son maillot. Stupide ! Bordeaux mène, mais jouera 45 minutes à dix.

La pression Rouge et Bleu ne tarde pas à payer. Pauleta s’excentre à gauche du but de Ramé et offre à Semak une balle d’égalisation (52e). Au moment de laisser sa place à Benachour, le Russe doit encore se demander comment sa frappe n’a pas terminé sa course au fond du but. En attendant Paris pousse et peut occasionnellement compter sur quelques encouragements. La combinaison s’avère gagnante, puisqu’en dix minutes Paris s’est procuré autant d’occasions que lors de la première période.

Super Mario relance Paris

Les gestes d’anti-jeu de Ramé ne laissent pas indifférent le Parc et galvanisent du même coup les hommes de Fournier. Reste cependant à concrétiser cette domination sur le tableau d’affichage, alors que monsieur Veissière ne daigne toujours pas siffler en faveur des locaux bien que le pied de Darcheville semble terminer sa course sur celui de Reinaldo (65e).

Le jeu se déroule dans la moitié de terrain bordelaise et l’apport de Benachour saute aux yeux. C’est pourtant Pancrate qui envoie Pauleta à l’assaut du but girondin. Le Portugais pique son ballon, mais une jambe de Ramé écarte le danger (70e). Une nouvelle frappe de l’Aigle des Açores termine sa course dans les bras de Ramé (75e). C’est ensuite une frappe de Cana qui inquiète les hommes de Pavon (78e).

Les occasions se succèdent, mais Bordeaux a toujours un pied à l’Abbé Deschamps.
Pauleta de la tête (81e), Benachour du droit (84e)… rien ne veut rentrer ! Conscient de l’urgence de la situation, « El Rey » se rend alors aux avant-postes placer une frappe dont il a le secret après un service de Benachour. Et boum ! Le Parc peut exploser (1-1, 87e).

Le PSG aurait pu s’éviter les prolongations sur une ultime frappe de Reinaldo qui flirta avec le montant de droit de Ramé (90e), mais Paris se contente allégrement de ce score de parité à la fin du temps réglementaire. D’entrée le PSG marque de son empreinte cette prolongation à l’image de cette puissante frappe signée Pauleta (92e).

Pancrate décale Reinaldo qui lève les yeux et sert idéalement Pauleta. Le Portugais ouvre son pied et permet au PSG de prendre l’avantage (2-1, 94e). Le Parc exulte et les crochets de Benachour font alors lever les derniers réfractaires. Réduit à neuf après la sortie sur blessure de Riera (110e), Bordeaux offre à Paris de véritables boulevards dans lesquels Pancrate s’engouffre aisément (116e).

Le rôle de matador incombera finalement à Pauleta qui, d’un nouveau plat du pied, met définitivement un terme aux espoirs bordelais (3-1, 117e). Le tout sur une nouvelle passe décisive de Benachour, véritable petit prince du Parc ce soir. La messe est donc dite et Paris a maintenant une semaine pour préparer dans la sérénité son prochain déplacement à Strasbourg.

Réactions :

Laurent Fournier (Entraîneur du PSG)
« Le match a été difficile notamment à cause de l’absence de public. Ce n’était pas évident de mettre du rythme dans cette rencontre et cela explique notre première période pas terrible du tout. La seconde période a été en revanche un peu meilleure, surtout avec ce but, même si en fin de match le doute est vite revenu. Mais il fallait certainement passer par là pour repartir du bon pied. J’espère maintenant que les joueurs vont jouer un peu plus libérés. J’ai d’ailleurs apprécié ce soir leur détermination et leur volonté d’obtenir ce résultat. Le PSG mérite qu’on lui prête attention. Pour le groupe, pour le club, ces trois points font du bien. »

François Ciccolini (entraîneur de Bastia)
« Par rapport à la prestation fournie, nous avons le droit d’être déçu. On a fait une première mi-temps équilibrée. Notre gardien n’a pratiquement pas plongé, mais nous perdons 1-0. C’est regrettable, mais on ne peut pas se créer 4-5 occasions et revenir bredouilles. »

José Pierre-Fanfan (Défenseur et capitaine du PSG)
« Ça a été un match très difficile dans un stade vide ! Si la manière fait encore défaut, cette victoire fait cependant le plus grand bien au club. Nous sommes maintenant dans les meilleures dispositions avant d’accueillir Nantes, car le championnat demeure notre priorité. Mais avant la réception de Nantes, on va se rendre à Auxerre pour jouer notre chance à fond. En Coupe, il n’y a pas de match nul. Il faudra gagner ! »

Jérôme Rothen (Milieu de terrain du PSG)
« Je suis satisfait de mon retour à la compétition, ma cheville a bien tenu malgré quelques tampons. Je suis monté crescendo dans ce match. L’essentiel reste la victoire et la réussite nous a enfin été favorable ce soir. Nous entrons dans une nouvelle dynamique, nous avons désormais soif de victoires. Ces trois points doivent nous apporter un peu plus de confiance avant Auxerre et Nantes. Même si elle a été acquise dans la douleur, cette victoire va nous faire avancer. L’entraîneur a poussé une grosse gueulante à la mi-temps car il fallait impérativement hausser notre niveau de jeu. J’espère que notre prochain match à Paris se disputera dans un stade qui encourage son équipe. »

Selim Benachour (Milieu de terrain et buteur du PSG)
« Avant le match, il n’y avait pas de tireur de penalty désigné. Alors comme je me sentais bien, j’ai pris mes responsabilités. J’ai donc demandé à Pedro si je pouvais le tirer et j’ai marqué. J’ai essayé de tirer ce penalty sans me mettre trop de pression. Disputer ce match sans public a vraiment été une expérience bizarre à vivre. On s’entendait parler pour la première fois au Parc des Princes ! »


Le stade :

Le Parc des Princes
Le Parc des Princes

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s