PSG – Bordeaux 1-1, 25/03/12, Ligue 1 11-12

Photo Ch. Gavelle, psg.fr (image en taile et qualité d'origine: http://www.psg.fr/fr/Actus/105003/Galeries-Photos#!/fr/2011/2228/29377/match/PSG-Bordeaux/PSG-Bordeaux)

Dimanche 25.03.2012, Championnat de France, Ligue 1, 29e journée (2e place)
à Paris, au Parc des Princes :
PARIS ST-GERMAIN F.C. – F.C. GIRONDINS DE BORDEAUX  1:1 (0:0)
– 44 723 spectateurs. Buts : Ch.Diabaté, 77′, Guillaume Hoarau, 81′.
L’Équipe du PSG : Salvatore Sírigu – Christophe Jallet, Alex Costa, Mamadou Sakho, Siaka Tiéné – Thiago Motta, Momo Sissoko (Mathieu Bodmer, 69′) – Jérémy Ménez (Blaise Matuidi, 46′), Javier Pastore, Nenê Carvalho (Kévin Gameiro, 73′) – Guillaume Hoarau. Entraîneur : Carlo Ancelotti.
Avertissement à Momo Sissoko.


Maillot utilisé :

IMG_3184
Maillot domicile 2011-12 (collection MaillotPSG)

Photos du match :

Photo Ch. Gavelle, psg.fr (image en taile et qualité d'origine: http://www.psg.fr/fr/Actus/105003/Galeries-Photos#!/fr/2011/2228/29377/match/PSG-Bordeaux/PSG-Bordeaux)
Thiago Motta (Ch. Gavelle)
Photo Ch. Gavelle, psg.fr (image en taile et qualité d'origine: http://www.psg.fr/fr/Actus/105003/Galeries-Photos#!/fr/2011/2228/29377/match/PSG-Bordeaux/PSG-Bordeaux)
Contôle de Jérémy Ménez (Ch. Gavelle)
Photo Ch. Gavelle, psg.fr (image en taile et qualité d'origine: http://www.psg.fr/fr/Actus/105003/Galeries-Photos#!/fr/2011/2228/29377/match/PSG-Bordeaux/PSG-Bordeaux)
Javier Pastore (Ch. Gavelle)
Intervention de Salvatore Sirigu (L'Equipe)
Intervention de Salvatore Sirigu (L’Equipe)
Photo Ch. Gavelle, psg.fr (image en taile et qualité d'origine: http://www.psg.fr/fr/Actus/105003/Galeries-Photos#!/fr/2011/2228/29377/match/PSG-Bordeaux/PSG-Bordeaux)
Guillaume Hoarau, le buteur parisien du soir (Ch. Gavelle)
Photo Ch. Gavelle, psg.fr (image en taile et qualité d'origine: http://www.psg.fr/fr/Actus/105003/Galeries-Photos#!/fr/2011/2228/29377/match/PSG-Bordeaux/PSG-Bordeaux)
Action chaude dans la surface girondine (Ch. Gavelle)

Compte-rendu (lequipe.fr) :

Paris n’avance plus

Mené à un quart d’heure de la fin, Paris est parvenu à arracher le nul (1-1) face à Bordeaux. Au classement, les joueurs d’Ancelotti glissent à la deuxième place, dépassés à la différence de buts par Montpellier.

Pressé de réagir après une semaine difficile qui l’a vu tour à tour en mauvaise posture à Caen le week-end dernier (2-2) puis éliminé mercredi de la Coupe de France par Lyon (1-3), sans contestation possible, le PSG a encore déçu, dimanche contre Bordeaux (1-1). Relégués depuis samedi par Montpellier à la deuxième place, les Parisiens y resteront plus longtemps qu’ils ne l’espéraient, la faute à une moins bonne différence de buts que leurs rivaux. Ils patienteront aussi pour retrouver un niveau jeu digne du premier de la classe, qu’ils ne méritent manifestement pas. Car encore une fois, le spectacle offert s’est avéré de piètre qualité. Menés durant l’espace de trois minutes, les joueurs de la capitale ont même frôlé leur première défaite en Championnat depuis quatre mois. A défaut de mieux, ce nul quasi-inespéré au vu du scénario est presque un moindre mal.

Malgré le retour de Sissoko au milieu, tous les problèmes parisiens ne se sont donc pas évanouis. Comme face à l’OL, mais à un degré moindre peut-être, les joueurs d’Ancelotti ont d’abord vécu une première période délicate. Face au défi physique imposé par les Bordelais, ils n’ont longtemps proposé qu’un festival de passes manquées, d’imprécisions et de mauvais choix. Leur idée de presser haut un adversaire venu avant tout pour défendre partait d’une bonne volonté. Mais effectué de façon tellement désordonnée, ce travail de sape n’a eu que très peu d’effets. Nene et ses partenaires s’en sont alors remis aux coups de pied arrêtés pour inquiéter enfin Cédric Carrasso. Et il s’en ait fallu de peu pour qu’Alex n’ouvre le score de la tête (29e). Quelques centimètres tout au plus et sa tête trouvait le cadre.

Ancelotti change trois fois son système

La précipitation des Parisiens a fait place à un peu plus de réflexion après la pause. Sans Jérémy Ménez, resté aux vestiaires car lassé de recevoir tant de coups, le PSG s’est réorganisé en 4-3-2-1 avec l’apport de Blaise Matuidi au milieu. Cela n’a pas changé grand-chose ni dans les intentions, ni dans l’animation. Ancelotti a encore du coup modifié son système, pour la troisième fois du match, en osant sortir son meilleur joueur cette saison mais pas de la soirée, Nene, pour offrir une nouvelle chance à Kévin Gameiro. Seulement avec deux attaquants de pointe et Javier Pastore en soutien, le pire s’est produit. Paris a craqué, encaissant un but dans son sixième match d’affilée en Ligue 1, sur un mouvement d’école conclu par Diabaté (77e). Son seul mérite aura finalement été de réagir, enfin, en égalisant aussitôt par Hoarau, idéalement servi par Bodmer (81e). Certes le PSG reste invaincu, pour la quatorzième rencontre consécutive en Championnat, mais ce n’est pas uniquement ce qu’il voulait. Car aujourd’hui, c’est à nouveau Montpellier qui a repris le bien tant convoité. La première place que les deux candidats semblent en fin de compte bien décidés à se partager jusqu’au bout.

Réactions :

« Carlo Ancelotti, quelle est votre première réaction après cette nouvelle victoire ?

Je suis content, c’est un bon résultat car le match a été très difficile. Evian a joué un bon football et a souvent eu le contrôle du ballon. Nous avons eu des difficultés à le récupérer. Mais c’est important de gagner. Notre première mi-temps a été bonne mais nous n’avons pas trouvé la solution en attaque. Puis nous avons eu une bonne réaction en deuxième mi-temps. Et c’est cela que je veux retenir. C’est ce qui m’a plu. Je suis satisfait même si nous devons encore nous améliorer.

Savez-vous que vous êtes le premier entraîneur de l’histoire du PSG à commencer par cinq victoires d’affilée ?

Oui et j’en suis très content. Mais je reste focalisé sur ma mission, qui est de progresser encore dans le jeu, d’avoir plus de confiance et d’ordre sur le terrain. Ce qui est bien, c’est surtout de gagner même quand on joue moins bon.

Pensez-vous que votre équipe a été gênée par le froid ?

Non, je ne pense pas. Encore une fois, si nous avons eu du mal, c’est avant tout parce qu’Evian a fait un bon match et nous a posé beaucoup de problèmes.

L’absence de Javier Pastore peut-elle être la cause du manque de réalisme de votre équipe ?

Non, Pastore est un joueur important mais avec Gameiro, Hoarau, Ménez et Nene, nous ne manquons pas de joueurs en attaque. Cette équipe n’a d’ailleurs aucun problème pour marquer des buts. En revanche, tout le monde peut mieux jouer, ça c’est vrai.

Kevin Gameiro a lui fini pas retrouver le chemin des filets. En êtes-vous satisfait ?

Oui, car c’était important pour lui, pour sa confiance. Mais je lui ai dit après le match qu’il était encore important de travailler. Je suis quand même content pour lui. »


Le stade :

Le Parc des Princes
Le Parc des Princes

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s