PSG – Bordeaux 3-1, 10/04/10, Ligue 1 09-10

Photo Ch. Gavelle, psg.fr (image en taille et qualité d'origine: http://www.psg.fr/fr/Actus/105003/Galeries-Photos#!/fr/2009/1925/22144/match/PSG-Bordeaux/PSG-Bordeaux-3-1)

Samedi 10.04.2010, Championnat de France, Ligue 1, 32e journée (11e place)
à Paris, au Parc des Princes :
PARIS ST-GERMAIN F.C. – F.C. GIRONDINS DE BORDEAUX  3:1 (1:0)
– 42 127 spectateurs. Buts : Sylvain Armand, 35′ ; Mevlüt Erding, 74′, L.Sane, 80′, Guillaume Hoarau, 86′.
L’Équipe du PSG : Apoula Edel – Christophe Jallet, Zoumana Camara, Mamadou Sakho, Sylvain Armand – Ludovic Giuly (Mateja Kežman, 75′), Claude Makélélé, Stéphane Sessègnon, Granddi Ngoyi – Mevlüt Erding (Younousse Sankharé, 75′), Guillaume Hoarau (Jean-Eudes Maurice, 87′). Entraîneur : Antoine Kombouaré.
Avertissement à Claude Makélélé.
Expulsion : Ramé, 31′.


Maillot utilisé :

Maillot domicile 2009-10 (collection MaillotsPSG)
Maillot domicile 2009-10 (collection MaillotsPSG)

Photos du match :

Photo Ch. Gavelle, psg.fr (image en taille et qualité d'origine: http://www.psg.fr/fr/Actus/105003/Galeries-Photos#!/fr/2009/1925/22144/match/PSG-Bordeaux/PSG-Bordeaux-3-1)
Stéphane Sessegnon (Ch. Gavelle)
L'expulsion de Ramé, un peut-être le tournant du match
L’expulsion de Ramé, un peut-être le tournant du match
Photo Ch. Gavelle, psg.fr (image en taille et qualité d'origine: http://www.psg.fr/fr/Actus/105003/Galeries-Photos#!/fr/2009/1925/22144/match/PSG-Bordeaux/PSG-Bordeaux-3-1)
Tête de Ludovic Giuly (Ch. Gavelle)
Photo Ch. Gavelle, psg.fr (image en taille et qualité d'origine: http://www.psg.fr/fr/Actus/105003/Galeries-Photos#!/fr/2009/1925/22144/match/PSG-Bordeaux/PSG-Bordeaux-3-1)
Guillaume Hoarau devance la sortie du portier girondin pour inscrire le 3ème but (Ch. Gavelle)
Photo Ch. Gavelle, psg.fr (image en taille et qualité d'origine: http://www.psg.fr/fr/Actus/105003/Galeries-Photos#!/fr/2009/1925/22144/match/PSG-Bordeaux/PSG-Bordeaux-3-1)
Tentative du même Hoarau (Ch. Gavelle)
Zoumana Camara s'impose de la tête
Zoumana Camara s’impose de la tête
Photo Ch. Gavelle, psg.fr (image en taille et qualité d'origine: http://www.psg.fr/fr/Actus/105003/Galeries-Photos#!/fr/2009/1925/22144/match/PSG-Bordeaux/PSG-Bordeaux-3-1)
L’hommage du Kop de Boulogne à Yann (Ch. Gavelle)

Vidéo :

http://videos.sapo.pt/M6VKqeU4Oyu4ZMQOEvV5


Compte-rendu (psgmag.net) :

Le PSG a bien préparé sa demi-finale de coupe de France — mercredi face à Quevilly — en s’imposant 3-1 face aux champions de France en titre.
Le match en bref

Comme d’habitude cette saison, les compositions d’équipe proposées par le Parisien et L’Équipe n’avaient absolument rien à voir avec ce que Kombouaré avait concocté. Pour préparer la demi-finale de coupe de France face à Quevilly mercredi, l’entraîneur du PSG n’avait pas décidé de faire tourner mais d’aligner sa meilleure équipe possible. Seule la suspension de Clément imposait la titularisation de Granddi Ngoyi. Côté girondin, Laurent Blanc devait déplorer les absences de Carasso et d’Alou Diarra, remplacés respectivement par Ramé et Sané, et son équipe affichait un état de méforme assez alarmant.

Le début de match est plutôt équilibré, les deux équipes évoluant dans deux styles radicalement différents : Bordeaux garde la possession du ballon et tente d’avancer progressivement, tandis que Paris se montre intraitable à la récupération et se projette très vite vers l’avant. Camara sort gagnant de tous ses duels face à Chamakh, et Makelele est présent sur tout le front du milieu de terrain.

Du coup, même avec la maîtrise du ballon, Bordeaux se montre relativement impuissant. La première frappe du match est lointaine : elle est l’œuvre de Plasil, et captée sans souci par Edel. Quelques minutes plus tard, ce sont les Parisiens qui créent le danger : un centre du gauche d’Erding est repris de volée par Sessegnon ; cela finit au-dessus. Peu après le premier quart d’heure, Giuly se voit logiquement refuser un but pour hors jeu. Puis, sur un long ballon de Gourcuff, Gouffran — vraisemblablement hors jeu au départ — se présente face à Edel. Le portier avait superbement anticipé et empêche son adversaire de tirer.

Il s’en suit une très grosse occasion de chaque côté. D’abord, sur une passe mal assurée au milieu de terrain, Erding récupère le ballon et file dans la surface : son tir du gauche est repoussé par Ramé. Puis, sur un coup franc lointain, la frappe lourde de Wendel est repoussée par Edel ; sur le centre qui suit, Gourcuff expédie une tête au ras du poteau.

Si les Bordelais parviennent à attaquer, défensivement ils sont en difficulté sur chaque ballon, et les erreurs se multiplient. Le paroxysme est atteint à la 31e minute quand Ciani manque une passe en retrait pour Ramé. Erding s’apprête alors à filer vers le but vide quand le portier repousse le ballon de la main. Le souci est qu’il n’est à moment-là plus dans sa surface : Ramé est donc expulsé, et remplacé par le jeune Abdoulaye Keita après la sortie de Gouffran.

Après quatre minutes de flottement, le coup franc est exécuté et la sanction est immédiate : Sessegnon décale Armand, et sa frappe contrée termine au fond des filets (1-0, 35e). La fin de première mi-temps est marquée par de nombreuses contre-attaques gâchées par les Parisiens, qui ratent leurs dernières passes dans des situations idéales. Sauf une fois, où Sessegnon remonte tout le terrain avant d’ouvrir depuis son côté gauche, pour Giuly côté droit qui arme une superbe volée que Keita sort du bout des doigts.

La seconde mi-temps débute avec une nouvelle grosse occasion pour Paris : suite à un coup franc, Erding se retrouve excentré dans la surface ; il centre de l’extérieur du pied pour la tête de Hoarau. Au prix d’un joli réflexe, Keita évite à nouveau un second but. Suit une période où Bordeaux se reprend un peu, et où l’on craint de devoir regretter la maladresse offensives des Parisiens. Toutefois, les Girondins n’arrivent à exister que sur des frappes de loin. L’une, de Sané, est déviée en corner par Edel ; la seconde, de Trémoulinas, est repoussée sur le poteau — il est d’ailleurs à noter que cette action n’a pas eu l’honneur d’être montrée dans le résumé de Canal+…

Les Bordelais s’éteignent alors complètement et Paris se retrouve à nouveau très présent dans la surface adverse. Erding réalise d’abord une belle frappe en pivot, à nouveau sauvée par Keita. Puis, il parvient enfin à marquer : un mauvais dégagement de Keita atterrit dans les pieds de Hoarau. Celui-ci trouve Erding — pourtant largement hors jeu — dans la surface. L’assistant ne signale pas la position illicite, et Erding parvient à se retourner, à dribbler et à expédier en force la ballon dans la lucarne adverse (2-0, 74e).

À 2-0, on pense la match plié. Pourtant, six minutes plus tard, un coup franc de Wendel est repris de la tête par Sané : Bordeaux réduit le score (2-1, 80e). Mais les Girondins n’ont pas les ressources pour aller chercher l’égalisation. Après ce but, l’équipe de Laurent Blanc se montre à nouveau insuffisante. Hoarau arrive à se frayer un chemin vers le but en humiliant le pauvre Ciani d’un petit pont, puis bute sur Keita. Ce n’est que partie remise puisque quelques minutes plus tard, Makelele tire un coup franc sur la tête de Hoarau, qui devance la sortie du jeune portier adverse (3-1, 86e). Paris aura encore une dernière occasion par Kezman, qui après un crochet dans la surface décoche un enroulé du gauche que Keita repousse.

Paris s’impose donc dans un match de prestige, devant son public, et bat enfin une grosse équipe. Il ne faut pas bouder son plaisir, mais comme l’a souligné Zoumana Camara à la fin de la rencontre, c’était clairement le bon moment pour prendre ces Girondins, bien partis pour ne rien gagner cette saison.

Le bon match d’Edel

Est-ce la pression du retour imminent de Grégory Coupet, de retour ce samedi en CFA ? Edel a probablement réalisé sa meilleure prestation sous le maillot parisien. Lors de son intérim, il a alterné le bon et le moins bon. Mais contre Bordeaux, il s’est montré impérial en tout point. Il a réalise une multitude d’arrêts de grande classe, en étant souvent prompt à sortir pour gêner les attaquants — comme lors de ce duel face à Gouffran. Il a également été très présent dans le domaine aérien, effectuant une kyrielle de prises de balle très propres, soulageant ainsi une défense qui, pour avoir joué longtemps avec Mickaël Landreau, n’était pas habituée à ce genre d’autorité dans la surface.
Il fallait recruter Ciani

Pour stigmatiser le recrutement parisien, il a été dit par plusieurs experts que le PSG avait laissé filer Ciani l’été dernier, et que c’était une honte lorsque l’on voyait les prestations de Sakho et/ou Camara. Toujours prompts à s’emballer sur un joueur qui n’a pas prouvé grand chose, certains médias ont propulsé Ciani au rang d’excellent défenseur de L1. Sauf que depuis plusieurs semaines, Ciani se montre particulièrement malhabile et enchaîne les erreurs grossières.

Contre Paris, il ne s’est montré serein à aucun moment et n’a jamais su faire face au pressing incessant d’Erding. Craquant même à la 31e minute en mettant en danger son gardien — sur un ballon pourtant facilement négociable —, et provoquant son expulsion. Il a continué la rencontre sur la même lancée, se faisant dribbler à plusieurs reprises par les Parisiens, avec notamment un petit pont de Hoarau qui lui fera faire des cauchemars.

Quant à Camara, il a complètement dominé Chamakh, et ce même dans le jeu aérien, pourtant le point fort du Marocain.


Le stade :

Le Parc des Princes
Le Parc des Princes

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s